VOTE | 402 fans

#423 : La Réaction de l'engagement

Résumé : Quand Howard révèle finalement la nouvelle à sa maman qu'il est engagé à Bernadette, elle atterit à l'hôpital.

Popularité


4.5 - 4 votes

Titre VO
The Engagement Reaction

Titre VF
La Réaction de l'engagement

Première diffusion
12.05.2011

Première diffusion en France
29.06.2011

Plus de détails

Scenario:  Bill Prady & Eric Kaplan & Jim Reynolds - Réalisation: Howard Murray
Guests:
Melissa Rauch (Bernadette), Carol Ann Susi (Mrs. Wolowitz), Aarti Mann (Priya), Phil Abrams (Dr. Bernstein) et Sharon Omi (Nurse in Biohazard Suit)

Penny demande à Bernadette de prendre la commande de la table où les garçons, ainsi que Pryia se trouvent. Lorsque Bernadette arrive, elle trouve un Sheldon paniqué après avoir bu par erreur dans le verre de Leonard. Pryia demande à Bernadette et Howard s'ils ont planifié leur mariage. C'est alors qu'elle apprend qu'Howard n'a encore rien dit à sa mère, et Howard rétorque que Pryia n'a rien dit à ses parents. Ce qu'elle tente de justifier maladroitement.

Howard, Raj, Leonard et Sheldon jouent ensemble, quand Howard reçoit un message de Bernadette qui s'apprête à avoir un déjeuner avec Mme. Wolowitz. Howard raconte qu'il n'a pas encore rencontré les parents de Bernadette, et qu'ils préfèrent prendre leur temps. Sheldon boit dans une bouteille d'eau, que Raj' clame être la sienne. De nouveau, Sheldon panique et s'en va en courant dans la salle de bains, sans savoir que Raj' s'est joué de lui. Plus tard, Howard rentre chez lui afin de s'assure que le déjeuner entre sa mère et Bernadette s'est bien passé. Puis, il lui annonce qu'il va l'épouser. Un grand silence s'installe, et soudain, il entend sa mère tomber. Il essaie de défoncer la porte, sans grand succès.

Penny retrouve Sheldon dans la laverie de l'immeuble. Elle se réjouit de l'entendre déblatérer sur ses travaux scientifiques, car les occasions se sont faites rares depuis que Leonard sort avec Pryia. Soudain, Leonard débarque en trombe, annonçant que la mère de Howard est à l'hopitâl, et qu'il faut qu'ils le rejoignent là-bas au plus vite. Sheldon hésite, mais il se laisse convaincre par Penny, malgré sa peur des germes. A l'hôpital, Howard explique ce qu'il s'est passé, tandis que Sheldon fait les cent pas, très mal à l'aise dans cet environnement qu'il juge malsain. Très vite, Howard en vient à la raison de la crise cardiaque de sa mère, et Bernadette comprend qu'il s'agit de l'annonce de leur mariage. Bouleversée, elle s'en va, alors que Pryia et Raj' viennent juste d'arriver.

Pryia et Penny décident d'aller à la cafétéria ensemble. Leonard se réjouit de les voir ensemble, mais Raj' ruine ses derniers espoirs de paix. Pendant ce temps, Howard tente de rassurer Bernadette, alors que Sheldon insiste pour que quelqu'un le ramène chez lui, ou bien qu'il l'accompagne aux toilettes. Finalement, il profite de l'arrivée du médecin pour passer la porte sans la toucher. Le médecin annonce que Mme. Wolowitz n'a pas eu de crise cardiaque, et qu'ils continuent leurs examens, mais que cela devrait aller. Puis, il dit qu'elle voudrait parler à la catholique, à savoir Bernadette.

Sheldon se retrouve bloqué dans une salle sous quarantaine, alors que Pryia et Penny parlent de Leonard. Leonard est inquiet de ce que Penny pourrait dire à Pryia à son sujet. Il confesse à Raj' qu'il faisait parfois des stripteases. Raj le rassure sur le fait que Penny ne dirait rien à Pryia à ce sujet, en revanche, de son côté, il ne garderait pas ce secret. Pryia et Penny reviennent en riant. Puis, c'est Bernadette, plutôt mécontente, qui revient. Elle reproche à Howard de l'avoir laissé croire qu'elle était la responsable de la crise cardiaque de sa mère, alors que celle-ci a juste eu une intoxication alimentaire. La bonne nouvelle, c'est que Mme. Wolowitz semble approuver le mariage.

Leonard, Raj', et Howard, en combinaison, jouent avec Sheldon aux cartes alors que celui-ci est toujours en quarantaine. Ils n'hésitent pas à se moquer allègrement.

                SCENE : Le Cheesecake Factory.

Penny : Salut, fais-moi une faveur et prends la table sept.

Bernadette : Tu veux dire celle avec mes 53 kilos de muscles de fiancé qui est sujet aux aphtes et la conjonctivite ?

Penny : Non, je préfère la voir comme celle avec mon ex-copain et sa magnifique, talentueuse et sophistiquée petite amie, qui me fait sentir comme une Okie sans dents.

Bernadette : Tu veux que je renverse une soupe chaude sur elle ?

Penny : Tu n’es pas ce genre de personne.

Bernadette : Je sais. Mais si elle commande quelque chose d’allégée, je vais lui donner quelque chose de bien gras.

Leonard : Euh, c’est mon eau.

Sheldon : Quoi ?

Leonard : Mon eau. T’e en train de la boire.

Sheldon : Seigneur ! Tu en as bu ?

Leonard : Oui. C’est mon eau.

Sheldon : Eh bien, c’est fini. Je suis mort.

Leonard : C’est parti.

Sheldon : Je suis désolé, dois-je vraiment faire le cheminement pour vous ? Le retentissement dans ce verre représente chaque pathogène qui appelle ta bouche, douce maison. Sans mentionner les visiteurs qui arrivent de la langue de ta petite amie subtropicale.

Raj : Hey ! C’est ma sœur et de mon pays dont tu parles. Leonard peut en avoir souillé une, mais je ne te laisserai pas dire du mal des autres.

Bernadette : Vous êtes prêts à commander les gars ?

Sheldon : Oui, je voudrais un traitement de sept jours de pénicilline, du sirop d’ipéca pour vomir, et un bonbon à la menthe.

Bernadette : Je ne comprends pas.

Howard : Il a bu dans le verre de Leonard.

Sheldon : « Il a bu dans le verre de Leonard ». Les mots qui seront inscrits sur ma pierre tombale.

Leonard : En fait, c’est ma serviette.

Sheldon : Oh, c’est un cauchemar !

Howard : Où est-ce que tu vas ?

Sheldon : Au bar, pour stériliser ma bouche avec de l’alcool. Dégagez le passage ! L’homme mort arrive !

 

Générique.

 

                SCENE : Quelques minutes plus tard.

Bernadette : Ok. Voilà. Deux limonades, un thé glacé et un soda pour Priya.

Priya : Il est light ?

Bernadette : C’est ce que tu as commandé.

Priya : Merci. Hé, est-ce que toi et Howard avez déjà planifié votre mariage ?

Bernadette : Ouais. Nous pensons le faire sur une falaise qui surplombe l’océan.

Howard : Rien d’autre que les pensées de chute et de noyade ne calme les pensées d’avant mariage.

Leonard : Qu’est-ce que ta mère a dit quand tu lui as dit que tu allais te marier ?

Bernadette : Il ne lui a pas encore dit. Il attend le bon moment.

Howard : Je pensais lui dire dans son éloge funèbre.

Priya : Howard, tu dois le dire à ta mère.

Howard : Hey, as-tu dit à tes parents que tu sors avec ce court verre de lait écrémé ici présent ?

Priya : Euh … C’est différent. Tout d’abord, nous ne sommes pas fiancés, et deuxièmement, les parents indiens sont très protecteurs avec leurs enfants.

Howard : C’est vrai. Tandis que les mères juives prennent une approche informelle envers leurs fils.

Sheldon : Je me suis gargouillé avec de la téquila et il se peut que j’en ai avalé un peu.

Leonard : Tu vas bien ?

Sheldon : Très bien. Merci de poser la question. Je t’aime tellement.

 

                SCENE : L’appartement de Leonard et Sheldon.

Sheldon : Démon de feu.

Raj : Oh, démon du feu. Sheldon fait monter la température …

Howard : Maître des trolls.

Raj : Mate-moi un peu ça ! Howard tire de dessous le pont. Bien joué !

Leonard : Les Naïades, les filles de Zeus.

Raj : Oh oui, elles ont tous les attributs dans tous les bons endroits.

Sheldon : Pourrais-tu s’il te plaît jouer le jeu sans commenter chaque carte ?

Raj : Désolé. Arbre marchant.

Sheldon : La dernière.

Raj : Je fais une promenade et je fais un sportif des bois.

Howard : Okay, l’Aigle a atterri.

Leonard: Qu’est-ce qui se passé?

Howard : Bernadette et ma mère ont un repas où elles feront connaissance au Deli dans la vieille ville.

Raj : Oh, ça semble bien.

Howard : C’est ce que j’espère. Bien sûr, si on suit les indications que l’histoire nous fournit ma mère va avaler Bernadette et cracher ses os comme un hibou.

Leonard : As-tu déjà rencontré les parents de Bernadette ?

Howard : Tu veux dire Adolf et Eva ? Pas encore. Chaque chose en son temps.

Raj : Sheldon, c’est ma bouteille.

Sheldon : Oh, Seigneur !

Leonard : Ce n’est pas ta bouteille.

Raj : Je sais.

Sheldon : Où est le rince-bouche ?

Raj : Où, en effet.

 

                SCENE : La maison d’Howard.

Howard : Maman, je suis à la maison. Où es-tu ?

Mme Wolowitz : Je suis dans les toilettes !

Howard : Alors, comment ça s’est passé ?

Mme Wolowitz : Trop tôt pour le dire ! Je n’ai pas encore fini !

Howard : Non, je veux dire le déjeuner, aujourd’hui, avec Bernadette !

Mme Wolowitz : Oh ! J’ai eu un sandwich pastrami. Elle a commandé des lasagnes. Comme si c’était ce que commande une personne dans un restaurant juif.

Howard : A part la nourriture, vous vous êtes bien entendu ? Vous avez parlé ?

Mme Wolowitz : Oh, bien sûr ! Sais-tu qu’elle va à l’école pour devenir une microbiologiste ?

Howard : Non, elle n’en a jamais parlé.

Mme Wolowitz : Je parie qu’elle l’a déjà mentionné et que tu n’as pas écouté !

Howard : Ouais, c’est sans doute ça. Alors, tu en penses quoi ? Tu l’as apprécié ? Elle est super, hein ?

Mme Wolowitz : Elle est une adorable fille ! Elle est trognon.

Howard : C’est bon à entendre, parce que j’ai une nouvelle.

Mme Wolowitz : J’espère que c’est une bonne nouvelle, parce que là où je suis, je suis déçue.

Howard : Bernadette et moi allons nous marié. Maman ? Tu es trop occupée ? Maman ? Oh mon Dieu. Maman ? Recule, je vais enfoncer la porte ! Fils de pute ! Maman, au secours !

 

                SCENE : La buanderie.

Penny : Salut.

Sheldon : Bonjour.

Penny : Je ne t’ai pas vu depuis un moment. Comment ça va ?

Sheldon : Oh, bien, à part l’attente de la période exponentielle de développement d’organismes virulent passant par mes microvillosités pour aller dans mon système circulatoire. J’ai dit quelque chose d’amusant ?

Penny : Je ne sais pas, peut-être, je n’ai aucune idée de ce que tu as dit.

Sheldon : Donc, ta joie est simplement une décharge d’énergie nerveuse sans contenu sémantique.

Penny : Ma joie. Classique.

Sheldon : Tu vas t’arrêter à une gare où je pourrais rejoindre ton train de pensée ?

Penny : Ce n’est pas difficile, Sheldon. C’est juste que, depuis que Leonard sort avec la sœur de Raj, j’ai dû garder mes distances. Je n’ai plus l’occasion d’entendre toutes tes babilleries.

Sheldon : Babilleries ? Je ne babille pas.

Penny : Que fais-tu au travail ces jours-ci ?

Sheldon : Oh, je travaille sur les espaces temps avec la théorie des cordes, spécifiquement dans le champ quantique de la théorie dans l’espace « d-dimension » de Sitter.

Penny : Bon, allez, tu dois admettre que c’est du babillage.

Sheldon : Intéressant, tu sais d’où l’expression babiller vient ?

Penny : Oh, mon Dieu, tu es sur le point de babiller à propos du babillement.

Leonard : Howard et sa mère sont à l’hôpital. Allez, il faut y aller.

Penny : Oh, mon Dieu ! Qu’est-il arrivé ?

Leonard : Je ne sais pas, je viens de recevoir un SMS. Allez, dépêchez-vous.

Penny : Ok.

Leonard : Sheldon, allons-y !

Sheldon : A l’hôpital ? Plein de gens malades ? Oh, je ne crois pas.

Penny : C’est ton ami et sa mère, on y va.

Sheldon : Je ne peux pas.

Penny : Oh, ne me dit pas que t’as peur des germes.

Sheldon : Pas tous. Juste ceux qui peuvent me tuer. C’est pareil, je n’ai pas peur de tout les couteaux à viande, juste ceux qui peuvent s’enfoncer dans mon thorax.

Leonard : Très bien, je dirais à Howard que tu ne viens pas parce que tu es plus concerné par ton bien-être qu’as lui.

Sheldon : Je suppose qu’il le sait déjà.

Penny : Ok, tu sais quoi ! Tu es incroyable. Tu achètes tous ces t-shirt de super héros, mais quand il est temps pour toi d’entrer en action et de faire la chose juste, tu te caches dans la laverie.

Sheldon : Très bien, je viens. Pour les archives, ma tante Ruth est morte dans un hôpital. Elle était allée rendre visite à mon oncle Roger, a attrapé quelque chose et a mordu la poussière la semaine d’après. Maintenant, les deux se partagent une boite de café sur la cheminée de ma mère.

 

                SCENE : La salle d’attente de l’hôpital.

Howard : Donc, j’ai défoncé la porte de la salle de bain, ramassé ma pauvre mère inconsciente, l’ai porté dans la voiture et j’ai conduit comme un fou aux urgences.

Bernadette : Tu es un vrai héros, Howard.

Howard : Non, j’ai fais ce que n’importe quel fils aurait fait.

Penny : Attends une seconde. Tu as ramassé ta mère ? Ses propres jambes peuvent à peine la soulever.

Howard : J’étais rempli d’adrénaline. C’est comme ça que les femmes enlèvent les bébés de sous les voitures.

Penny : Oui, c’est ce que je dis, c’est plus simple de soulever une voiture.

Howard : Que veux-tu que je te dise ? Après avoir trouvé la courage de lui remettre son pantalon, on ne pouvait pas me stopper.

Leonard : Alors, elle va bien ?

Howard : Ils font des examens. Je ne sais pas. C’était peut-être une crise cardiaque ou un épisode ressemblant à une crise cardiaque.

Penny : C’est quoi la différence ?

Sheldon : Un épisode ressemblent à une crise cardiaque est un événement qui est comme une crise cardiaque.

Penny : Merci d’avoir éclairci les choses.

Sheldon : Néanmoins, les problèmes coronaires sont tout à fait traitables. Ce qui a le plus de chances de tuer la mère d’Howard sont les microbes purulents dans tous les recoins de cet hôpital résistants aux antibiotiques.

Penny : Tu n’aides pas là.

Sheldon : Je ne suis pas d’accord.

Leonard : Va t’asseoir là-bas.

Sheldon : Je vais plutôt m’asseoir là-bas, ça semble plus propre.

Leonard : Il y a une histoire de maladie cardiaque dans ta famille ?

Howard : Ma famille est une histoire de maladie cardiaque. Il y a une peinture rupestre en France d’un de mes ancêtres faisant ça.

Bernadette : Donc, c’est probablement génétique.

Howard : Et bien, peut-être. Maman vient juste de recevoir des nouvelles qui pourrait l’avoir un peu contrarié.

Bernadette : Quoi ?

Howard : Ce n’est pas important.

Bernadette : Allez, Howard, je vais devenir ta femme. Tu peux tout partager avec moi.

Howard : Tu penses ça. Mais non.

Bernadette : Tu lui as dit que nous allions nous marier et elle a eu une attaque cardiaque ?

Howard : Tu ne dois pas le prendre personnellement.

Penny : Comment pourrait-elle le prendre autrement ?

Howard : Ce que tu dois garder à l’esprit c’est que depuis que mon père est parti, j’ai été le monde entier de ma mère. Je veux dire, elle se sent menacée par n’importe quelle femme qui peut me donner ce qu’elle ne peut pas me donner.

Bernadette : Tu veux dire des relations sexuelles ?

Howard : Et bien, quand tu le dis comme ça, ça sonne affreux.

Priya : Il s’est passé quoi ?

Bernadette : La mère d’Howard a eu une crise cardiaque parce que je couche avec lui et qu’elle ne peut pas.

Howard : Bernie, attends !

Raj : Je te donne 1000 $ si tu me ramènes à la maison.

Priya : C’est sympa d’être venu pour Howard.

Penny : C’est mon ami. C’est ce qu’on fait.

Priya : Désolée, j’ai raté quelque chose ?

Penny : C’est tellement bizarre. Howard Wolowitz est mon ami. Une fois, il a essayé de mettre sa langue dans ma bouche et je lui ai cassé le nez.

Priya : C’est plus facile à croire, et il est ton ami.

Penny : Oui, parle-moi de ça.

Priya : Tu sais, mon frère avait un groupe d’amis comme ça en Inde. Ils portaient des collants et des lunettes de protection et s’appelaient Les Powers Rangers de New Delhi.

Penny : Tu veux dire quand il était petit.

Priya : Pas aussi petit que tu l’imagines.

Penny : Tu sais, ce truc est affreux. Tu veux voir si on peut trouver la cafétéria et prendre un vrai café ?

Priya : Bien sûr. On va à la cafétéria pour prendre du café. Vous voulez quelque chose ?

Leonard : Non, ça va. C’est sympa qu’elles s’entendent bien.

Raj : Ta petite amie et ton ex-petite amie traînent ensemble ? Ouais, ça peut être que bien pour toi.

Leonard : De quoi tu parles ?

Raj : L’une d’elle a cassé avec toi. Veux-tu vraiment qu’elle dise à l’autre pourquoi ?

Leonard : Je m’en fous. Je n’ai rien à cacher.

Raj : Bien, bien. Alors, il n’y a pas de quoi s’inquiéter.

Leonard : Non, je n’ai pas de quoi m’inquiéter. Tu es un méchant petit homme.

Raj : Tu pensais que ce serait à cause de mes parents qui ne m’aimaient pas, mais en réalité, ils m’ont beaucoup aimé.

Howard : Bernie, ce n’est pas toi. C’est juste comme elle est.

Bernadette : Comment est-ce qu’on peut être ensemble si la pensée de nous deux étant marié pourrait tuer ta mère ?

Howard : C’est le cercle de la vie, chérie. Un jour, notre fils épousera quelqu’un et ça nous tuera.

Sheldon : Howard, je dois aller aux toilettes et personne ne veux me ramener à la maison.

Howard : C’est quoi le problème avec les toilettes d’ici ?

Sheldon : Pneumocoque, streptocoque, staphylocoque et autres coques.

Howard : Sheldon, ma mère est sur son lit de mort et ma fiancée est en deuil car elle l’a mise là. Je ne te ramène pas.

Sheldon : Pourrais-tu au moins m’accompagner aux toilettes, comme ça tu pourras m’ouvrir la porte et me tirer la chasse ?

Howard : Non !

Sheldon : Cela pourrait être le bon moment pour lui indiquer, Howard. Cette amitié exige que l’on donne et prenne. Tenez la porte.

Médecin : M. Wolowitz ?

Howard : Est-ce qu’elle va bien ?

Médecin : Ce n’était pas une crise cardiaque. Elle est éveillée, elle se repose confortablement. Nous faisons toujours des tests.

Howard : Pourrais-je la voir ?

Médecin : En fait, elle a dit, je cite, qu’elle aimerait voir la jeune fille catholique en premier.

Bernadette : Moi ? Pourquoi moi ?

Howard : Les juifs se sont posés la question durant des siècles. Il n’y a aucune bonne réponse.

Bernadette : Ok, et bien, souhaite-moi bonne chance.

Howard : Ne t’inquiète pas, tout va bien se passer. Cachons juste cette croix. Si elle l’a touche, elle brûle.

Médecin : Tu as ramené une catholique à ta mère ?

Howard : Oui.

Médecin : Pourquoi je ne te fais pas une ordonnance pour du Xanax.

 

                SCENE : Le couloir de l’hôpital.

Sheldon : Enfin. Oh, quel enfer est-ce ?

Médecin : Attendez, vous ne pouvez pas partir, vous avez été exposé.

Sheldon : Non, c’est faux. Tout va bien.

Penny : Tu veux parler des mères folles ? La mère de Leonard ne lui as jamais donné la moindre approbation en grandissant.

Priya : Oh, le pauvre.

Penny : Ça le rend désespérer de faire plaisir aux femmes. C’est pour ça que les préliminaires durent autant.

Priya : C’est vrai, n’est-ce pas ?

Penny : C’est comme s’il essayait de gagner un prix. Un conseil, ne pas s’assoupir. Tu n’en verras jamais la fin.

Sheldon : Aide-moi ! Reviens ! Penny !

 

                SCENE : La salle d’attente de l’hôpital.

Leonard : Il y a un certain nombre de choses que j’ai fais avec Penny qui sont un peu folle, mais …

Raj : Comme quoi ?

Leonard : De temps à autre, avant d’aller au lit, je faisais un petit show pour elle.

Raj : Comment ça un show ?

Leonard : Et bien, tu sais, la façon dont j’enlevais mes habits.

Raj : Sur de la musique ?

Leonard : J’aurais eu l’air bête s’il n’y avait pas de musique.

Raj : Donc tu faisais un striptease ?

Leonard : Je ne dansais pas autour d’une barre.

Raj : Bien, bien.

Leonard : Il y a une fois ou j’ai mis des paillettes sur mon corps.

Raj : Je ne pense pas que tu doives t’inquiéter de Penny disant ça à ma sœur.

Leonard : Non, elle ne le ferait pas.

Raj : Ton gros problème, c’est moi lui disant.

Leonard : Tu es vraiment un méchant petit homme.

Priya : Oh mon Dieu, c’est tellement vrai.

Penny : Oui, je sais !

Leonard : Hey, qu’est-ce qui vous a pris tant de temps ?

Priya : Oh, on a juste parlé.

Leonard : C’est sympa. A propos de quoi ?

Penny : On a juste comparé des notes sur tes performances au lit.

Leonard : C’est drôle.

Penny : Oui.

Raj : Et si elle ne plaisantait pas ?

Leonard : C’est pas grave. Je suis le roi des préliminaires.

Howard : Hé, comment ça c’est passé ?

Bernadette : Tu es un putz. Tu sais ce que ça veut dire ?

Howard : Ouais. Et toi ?

Bernadette : Ta mère me l’a dit. Elle pense que son intoxication alimentaire vient du traiteur et elle voulait juste s’assurer que j’allais bien.

Howard : Et c’est le cas ?

Bernadette : Non, c’est parce que je suis fiancée à un putz. Tu m’as laissé croire que j’étais la raison pour laquelle, elle a fait une crise cardiaque.

Howard : Et bien, en se basant sur les faits disponible …

Bernadette : Tais-toi ! Elle a dit que je suis une fille merveilleuse et que tu as de la chance de m’avoir.

Howard : Où vas-tu ?

Bernadette : Aux toilettes ! Ça te va !

Howard : Est-ce que c’est moi, où est-ce qu’elle est sexy quand elle est en colère ?

 

                SCENE : Une chambre d’hôpital.

Sheldon : Elfe des montagnes.

Raj : Il enlève l’elfe en bref.

Leonard : Chiens de l’enfer.

Raj : Chiens de l’enfer, qui a laissé sortir les chiens sataniques ?

Howard : Serpent Colossal.

Raj : J’ai un serpent colossal juste ici.

Sheldon : Vraiment ?

Raj : Désolé, j’essaie juste de remonter le moral de mon ami. Pourriture de zombie. La nouvelle photo de profil sur Facebook de Sheldon.

Sheldon : Zandor, le sorcier du nord. Ha ! Je gagne.

Howard : Si tu ne prends pas en compte le fait de rester deux semaines en quarantaine parce que tu as été exposé à une maladie mortelle. Tout à fait d’accord.

 

Fin de l’épisode.

Scene: The Cheesecake Factory

Penny: Hey, do me a favour and take table seven.

Bernadette: You mean the one with my one hundred and eighteen-pound rock-hard stud of a fiancé who’s prone to canker sores and pinkeye?

Penny: Nah, I prefer to look at it as the one with my ex-boyfriend and his gorgeous, successful and sophisticated girlfriend, who makes me feel like a toothless Okie.

Bernadette: Do you want me to spill hot soup on her?

Penny: Oh, please, you’re not that kind of person.

Bernadette: I know. But if she orders something low-fat I’ll totally give her the full-fat version.

Leonard: Uh, that’s my water.

Sheldon: What?

Leonard: My water. You’re drinking it.

Sheldon: Dear Lord! Have you been drinking it?

Leonard: Yes. It’s my water.

Sheldon: Well, that’s it then. I’m dead.

Leonard: Here we go.

Sheldon: I’m sorry, do I really need to connect the dots for you? The backwash into this glass is every pathogen that calls your mouth home, sweet home. Not to mention the visitors who arrive on the dancing tongue of your subtropical girlfriend.

Raj: Hey! That’s my sister and my country you’re talking about. Leonard may have defiled one, but I won’t have you talking smack about the other.

Bernadette: You guys ready to order?

Sheldon: Yes, I’d like a seven-day course of penicillin, some, uh, syrup of ipecac, to induce vomiting, and a mint.

Bernadette: I don’t understand.

Howard: He drank from Leonard’s glass.

Sheldon: He drank from Leonard’s glass. Words they’ll be carving into my tombstone.

Leonard: That’s actually my napkin.

Sheldon: Oh, this is a nightmare!

Howard: Where are you going?

Sheldon: To the bar, to sterilize my mouth with alcohol. Gang way! Dead man walking!

Credits sequence.

Scene: The same.

Bernadette: All right. Here you go. Two lemonades, one iced tea and a root beer for Priya.

Priya: Is it diet?

Bernadette: That’s what you ordered.

Priya: Thank you. Hey, have you and Howard started planning your wedding yet?

Bernadette: Yeah. We’re thinking of having it on a cliff overlooking the ocean.

Howard: Nothing soothes those pre-wedding jitters like the thought of falling and drowning.

Leonard: What did your mother say when you told her you were getting married?

Bernadette: He hasn’t told her yet. He’s waiting for the right time.

Howard: I was thinking of weaving it into her eulogy.

Priya: Howard, you’ve got to tell your mother.

Howard: Hey, have you told your parents you’re dating this short glass of skim milk here?

Priya: Uh, that’s different. First of all, we’re not engaged, and second, Indian parents are very protective of their children.

Howard: Right, right, whereas Jewish mothers take a casual, la-di-da approach to their sons.

Sheldon: I gargled with tequila and may have swallowed a teeny bit.

Leonard: You all right?

Sheldon: Fine. Thank you for asking. I love you so much.

Scene: The apartment.

Sheldon: Fire demon.

Raj: Ooh, fire demon. Sheldon’s turning up the heat.

Howard: Troll master.

Raj: Check it! Howard pulls one out from under the bridge. Nice!

Leonard: Water nymph.

Raj: Oh, yeah, she’s got puddles in all the right places.

Sheldon: Could you please play the game without commenting on every card?

Raj: Sorry. Walking tree.

Sheldon: Last one.

Raj: I’m taking a stroll and I’m sporting wood.

Howard (reading a text): Okay, the Eagle has landed.

Leonard: What’s going on?

Howard: Bernadette and my mother are having a get-to-know-you lunch at the Old Town Deli.

Raj: Oh, that sounds lovely.

Howard: Hope so. Of course, if history is any indication, my mother will swallow her whole and spit out her bones like an owl.

Leonard: Have you met Bernadette’s parents?

Howard: You mean Adolf and Eva? Not yet. One goose step at a time.

Raj: Sheldon, that’s my water.

Sheldon: Oh, dear Lord!

Leonard: That’s not your water.

Raj: I know.

Sheldon: Where’s the mouthwash?

Raj (holding it): Where indeed.

Scene: Howard’s house.

Howard: Ma, I’m home! Where are you?

Mrs Wolowitz (off): I’m in the toilet.

Howard: So, how’d it go?

Mrs Wolowitz: Too soon to say. I’m not done yet.

Howard: No, I mean lunch, today, with Bernadette.

Mrs Wolowitz: Oh! I had a pastrami sandwich. She had eggplant lasagna. Like that’s what a person orders in a Jewish deli.

Howard: Besides food, did you get along? Did you talk?

Mrs Wolowitz: Oh, sure. Did you know she’s going to school to become a microbiologist?

Howard: No, she never mentioned it.

Mrs Wolowitz: I bet she did and you didn’t listen.

Howard: Yeah, that’s probably it. So, what do you think? Do you like her? She’s great, huh?

Mrs Wolowitz: She’s a lovely girl. Cute as a button.

Howard: That’s good to hear, ’cause I’ve got some news.

Mrs Wolowitz: I hope it’s good news, because I’ve got nothing but disappointment in here!

Howard: Bernadette and I are getting married. Ma? You too busy bearing down? Ma? (crashing sound from in bathroom) Oh, my God, Ma? Ma? Ma? Stand back, I’m gonna break the door down! (Runs at door. It doesn’t break down. Falls over.) Son of a bitch! Ma, help!

Scene: The laundry room.

Penny: Hey.

Sheldon: Hello.

Penny: Haven’t seen you in a while. How’s it going?

Sheldon: Oh, other than waiting out the exponential growth period of the virulent organisms trooping through my microvilli into my circulatory system, hunky-dory. (Penny laughs) Did I say something amusing?

Penny: I don’t know, maybe, I have no idea what you said.

Sheldon: So your mirth is merely a discharge of nervous energy with no semantic content at all?

Penny: My mirth. Classic.

Sheldon: Is there a station coming up where I can board your giggling train of thought?

Penny: It’s not a big deal, Sheldon. It’s just, ever since Leonard’s been dating Raj’s sister, I’ve had to keep my distance. I don’t get to hear all your jibber-jabber.

Sheldon: Jibber-jabber? I don’t jibber-jabber.

Penny: What are you doing at work these days?

Sheldon: Oh, I’m working on time-dependent backgrounds in string theory, specifically quantum field theory in D-dimensional de Sitter space.

Penny: Alright, come on, even you have to admit that’s jibber-jabber.

Sheldon: Interesting, do you know where the phrase jibber-jabber comes from?

Penny: Oh, my God, you’re about to jibber-jabber about jibber-jabber.

Leonard: Howard and his mother are at the hospital. Come on, we gotta go.

Penny: Oh, my God! What happened?

Leonard: I don’t know, I just got a text. Come on, hurry.

Penny: Okay.

Leonard: Sheldon, let’s go!

Sheldon: To a hospital? Full of sick people? Oh, I don’t think so.

Penny: Okay, well, your friend and his mother are there, we’re going.

Sheldon: I can’t.

Penny: Oh, don’t tell me you’re afraid of germs.

Sheldon: Not all germs. Just the ones that will kill me. It’s the same way I’m not afraid of all steak knives, just the ones that might be plunged in my thorax.

Leonard: Right, fine. I’ll tell Howard you didn’t come because you’re more concerned about your own well-being than his.

Sheldon: I would think he would know that.

Penny: Okay, you know what? You are unbelievable. You buy all these superhero T-shirts, but when it’s time for you to step up and do the right thing, you just hide in the laundry room.

Sheldon: Fine, I’ll go. Just for the record, my Aunt Ruth died in a hospital. She went in to visit my Uncle Roger, caught something and bit the dust a week later. The two of them now share a coffee can on my mother’s mantel.

Scene: A hospital waiting room.

Howard: So I knocked down the bathroom door, picked up my poor unconscious mother, carried her to the car, and drove like a madman to the emergency room.

Bernadette: You’re a real hero, Howard.

Howard: No, I did what any son would do.

Penny: Hang on a second, you picked up your mother? Her own legs are barely able to do that.

Howard: I was filled with adrenaline. It happens to be how women lift cars off babies.

Penny: Yeah, I’m saying, it’d be easier to lift a car.

Howard: What can I tell you? After I found the courage to put her pants back on, I was unstoppable.

Leonard: So, how is she?

Howard: They’re running tests. I don’t know. It may have been a heart attack or heart-attack-like event.

Penny: What’s the difference?

Sheldon: A heart-attack-like event is an event that’s like a heart attack.

Penny: Thanks for clearing that up.

Sheldon: Regardless, coronary problems are eminently treatable. What’s more likely going to kill Howard’s mother are the antibiotic-resistant super-bugs festering in every nook and cranny of this hospital.

Penny: Okay, you’re not helping.

Sheldon: Disagree.

Leonard: Go sit over there.

Sheldon: I’ll sit over there, it looks cleaner.

Leonard: Is there a history of heart disease in your family?

Howard: My family is the history of heart disease. There’s a cave painting in France of one of my ancestors doing this (clutches chest).

Bernadette: So it’s probably genetic.

Howard: Well, maybe. Mom also had just gotten some news that might have upset her.

Bernadette: What?

Howard: It’s not important.

Bernadette: Come on, Howard, I’m going to be your wife. You can share anything with me.

Howard: You’d think that. But no.

Bernadette: You told her we were going to get married and she had a heart attack?

Howard: You can’t take that personally.

Penny: How else is she supposed to take it?

Howard: What you’ve got to keep in mind is that ever since my dad left, I’ve been the whole world to my mother. I mean, she’d be threatened by any woman who can give me what she can’t.

Bernadette: You mean sexual intercourse?

Howard: Well, when you say it like that you make it sound creepy.

Priya (arriving): What happened?

Bernadette: Howard’s mother had a heart attack because I have sex with him and she can’t.

Howard: Bernie, wait!

Sheldon (to Raj): I’ll give you $1,000 if you’ll drive me home.

Scene: The same, later.

Priya: Nice of you to come for Howard.

Penny: Well, he’s my friend. It’s what you do. (Laughs)

Priya: I’m sorry, did I miss something?

Penny: It’s just so weird. Howard Wolowitz is my friend. You know, once he tried to stick his tongue down my throat and I broke his nose.

Priya: That’s a little easier to believe than he’s your friend.

Penny: Yeah, tell me about it.

Source : Big Bang Theory Transcript

Kikavu ?

Au total, 91 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

stella 
05.03.2019 vers 12h

Kaleydu35 
23.01.2019 vers 20h

chocoubl 
11.11.2018 vers 11h

everrose 
10.11.2018 vers 18h

s1988 
01.09.2018 vers 19h

caskett64 
09.06.2018 vers 21h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Le quartier The Bold Type est ouvert sur Hypnoweb !
Nouveau quartier ! | The Bold Type

Découvre le 10ème numéro de notre magazine HypnoMag avec une interview exclusive de l'actrice Lisa O'Hare.
HypnoMag | Découvre le numéro 10 !

Activité récente
Dernières audiences
Logo de la chaîne CBS

12.24 : Clap de fin ! (inédit)
Jeudi 16 mai à 20:30
18.52m / 3.2% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

12.23 : Le constant change (inédit)
Jeudi 16 mai à 20:00
18.52m / 3.2% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

12.22 : Coup de foudre à Beverly Hill (inédit)
Jeudi 9 mai à 20:00
12.59m / 2.0% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

12.21 : Les Preuves du plagiat (inédit)
Jeudi 2 mai à 20:00
12.48m / 1.9% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

12.20 : Leonard se rebelle (inédit)
Jeudi 25 avril à 20:00
11.84m / 1.8% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant
Kaley Cuoco a créé sa société de productions, Yes, Norman Productions. Elle avait un droit d'option...

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn
Deux affiches promotionnelles de la série animée Harley Quinn, dans laquelle Kaley Cuoco double le...

The Big Bang Theory sur Netflix !

The Big Bang Theory sur Netflix !
Excellente nouvelle pour les fans de la série ! A partir du 01 juillet 2019, les épisodes de la 1ère...

Johnny Galecki bientôt père !

Johnny Galecki bientôt père !
L'interprète de Léonard, Johnny Galecki, a annoncé via les réseaux sociaux une heureuse nouvelle :...

La fin approche, les acteurs laissent leurs empreintes

La fin approche, les acteurs laissent leurs empreintes
Préparez vos mouchoirs, la fin de The Big Bang Theory sera diffusée le 16 mai 2019. Après avoir...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

mnoandco, Hier à 19:41

Il est encore temps de voter au sondage Blacklist afin de départager 5 créations de qualités. Merci

Fiona51092, Hier à 21:56

New sondage sur le quartier Shadowhunters.Qu'avez-vous pensez du final de la série ?

ophjus, Aujourd'hui à 09:13

3 animations et 3 jeux vous attendent sur The Bold Type !

mnoandco, Aujourd'hui à 13:13

L'animation wallpapers New Amsterdam/Doctor Who cherche encore quelques participants pour pimenter le concours.

mnoandco, Aujourd'hui à 13:13

Toutes les instructions sur l'un ou l'autre des quartiers et pas besoin de connaître les séries. Merci !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site