VOTE | 405 fans

#315 : Le Grand Collisionneur

Résumé : Leonard ne peut inviter qu'une seule personne en Suisse pour visiter l'accélérateur de particules du CERN (le plus grand accellérateur de particules au monde), alors que c'est la Saint-Valentin.

Popularité


4.67 - 3 votes

Titre VO
The Large Hadron Collision

Titre VF
Le Grand Collisionneur

Première diffusion
08.02.2010

Première diffusion en France
01.12.2010

Vidéos

Plus de détails

Scenario: Chuck Lorre & Steven Molaro & Jim Reynolds - Réalisation: Mark Cendrowski

Howard, Raj et Sheldon sont à la cafétéria de l'université et Howard roucoule au téléphone avec Bernadette. Raj lui demande d'être plus discret mais Sheldon explique que c'est normal qu'il réagisse comme ca. Leonard les rejoint et se vante par la même occasion d'avoir lui aussi une petite amie. Il en profite pour demander à Howard ce qu'il fait pour la Saint valentin. Howard emméne Bernadette au restaurant Chinois. Raj lui dévorera un poulet dans son emballage au dessus de l'évier. Leonard annonce non sans mal qu'il va faire la conférence et la visite de l'accélérateur de particules du CERN en Suisse et qu'il a possibilité d'être accompagné par une personne. Sheldon part au quart de tour et remercie Leonard de l'avoir invité et file faire ses valises. Seul problème il emmène Penny.

Leonard entre dans la chambre de Sheldon et lui annonce qu'il ne l'emmène pas lui mais Penny. Sheldon ne comprend pas car il a toujours rêvé d'y aller et Penny n'y comprendra rien. Mais Leonard reste sur ses positions.
Leonard fait un plateau avec des indices pour faire deviner où il emmène Penny pour la Saint Valentin. Penny ne devinant pas il lui annonce qu'ils vont ensemble en Suisse. Alors que Penny saute de joie, Sheldon vient gacher le plaisir du couple. Il explique qu'il a signé un contrat de colocation dans lequel il est spécifié que s''il et invité pour voir le l'accélérateur de particules du CERN, il doit emmèner son colocataire. Leonard tente de négocier mais Sheldon refuse catégoriquement. Leonard impose alors son choix, Sheldon part alors dans sa chambre.

Leonard et Sheldon sont dans la voiture, et Leonard essaie de lui parler. Il va même jusqu'à lui proposer un jeu. Sheldon propose de jouer au jeu du traite ce qui est loin de réjouir Leonard.

Howard et Raj déjeunent à la cafétéria de l'université et sont rejoint par Leonard. Celui-ci demande aux garçons s'ils ont vu Sheldon afin de savoir s'il lui en veut moins mais c'est loin d'être le cas. Sheldon dépose un plateau de couvert et quitte la pièce. Leonard explique alors à Raj q'uil s'agit d'un service de 30 couverts comme Judas.

Leonard se reveille doucement au son de la flutte de Sheldon. Ce dernier a décidé de s'excuser de son comprtement en lui faisant le petit déjeuner. Sheldon lui propose ensuite de regarder la saison 5 de Babylon 5 même s'il n'aime pas. Quand Leonard lui rappelle qu'il ne vient toujours pas, sheldon quitte la chambre en reprenant le plateau de nourriture.

Sheldon rejoint Penny à la buanderie et souhaite lui montrer une présentation via son ordinateur pour lui montrer pour quoi c'est lui qui devrait aller en Suisse avec Leonard. Seulement Penny précise à Sheldon que seul Leonard peut faire son choix et non elle. Sheldon quitte la buanderie, déçu. Penny céde en lui disant qu'elle parlera à Leonard si c'est si important pour lui. Sheldon se jette alors dans ses bras pour la remercier.

Howard et Raj sont en train de discuter de la Saint Valentin dans le salon des garçons. Et Leonard entre dans le salon souhaitant parler à sheldon. Il insiste une nouvelle fois qu'il ne veut pas de lui pour aller en Suisse mais qu'il veut y aller avec Penny et la faire culpabiliser ne changera rien. Blessé, Sheldon lui dit qu'ils ne sont dorénavant plus amis.

Penny et Leonard sont couchés dans le lit de Penny et se réjoissent de leur futur voyage. Mais il semblerait que Penny est tombée malade. Dans la nuit Leonard est réveillé par Penny qui vomit dans la salle de bains. elle annule donc leur voyage ensemble.

Leonard frappe à la porte de Sheldon et lui annonce que Penny est malade et donc ils peuvent y aller ensemble. Mais il semblerait que Sheldon est aussi malade.
Penny et Sheldon sont sous une couette à manger une soupe étant malades tous les deux. Et Sheldon lui reproche de l'avoir rendu malade.

Raj et Leonard entrent dans leur chambre. Bien que Leonard est déçu de ne pas y être avec Penny, Raj lui est ravi.

                SCENE : Le restaurant universitaire.

Howard (au téléphone) : Tu me manques aussi, chérie. Je dois y aller. A ce soir ? Bye bye. Non, toi d’abord. Allo ?

Raj : Je suis content que t’aies une copine, mais t’es obligé de roucouler devant ceux qui en ont pas ?

Sheldon : Peut-être bien. Il y a un concept économique, le bien positionnel, où un objet n’est précieux aux yeux de son propriétaire que s’il est le seul à le détenir. Le terme a été inventé en 1976 par l’économiste Fred Hirsch pour remplacer le plus familier mais moins précis nananère.

Howard : C’est faux. Mon bonheur ne dépend pas du malheur et de la solitude de mon meilleur ami.

Raj : Merci.

Howard : Mais faut reconnaître que c’est un plus.

Leonard : Qui est malheureux et seul ?

Raj : Moi.

Leonard : J’étais comme ça, avant. Mais je me suis trouvé une copine.

Sheldon : Comme on disait avant 1976 : nananère.

Leonard : Eh, tu fais quoi avec Bernadette pour la Saint-Valentin ?

Howard : Je mets le paquet. Il y a un menu spécial amoureux à 39,95 $ chez P.F. Chang. Nems, boulettes, wok gigantesque … Et on vous prend en photo sur le cheval de marbre devant.

Sheldon : Vu que Saint Valentin était un prêtre romain du IIIe siècle qui a été lapidé et décapité, ne serait-il pas plus approprié d’emmener l’élue de son cœur assister à un meurtre brutal ?

Howard : Je comprends, mais quand ils ont le choix, les Juifs préfèrent manger chinois.

Raj : Si ça vous intéresse, je passerai la Saint-Valentin comme toutes les autres. J’achèterai un poulet à la rôtisserie, je me mettrai au-dessus de mon évier et je le dévorerai dans l’emballage, à mains nues, comme un animal.

Leonard : Pour résumer, un cheval de marbre, une remarque idiote, un home seul et son poulet. Voyons voir. Qui reste-t-il ? Mais bien sûr ! Mon programme. Pas de questions ?

Raj : Bien. Tu vas coucher avec Penny !

Leonard : J’allais pas dire ça.

Raj : C’est bon, ça me dérange pas de connaître ta vie sexuelle. C’est la sienne qui m’embête.

Leonard : Devinez qui l’université envoie en Suisse pour la conférence et la visite du LHC au CERN le février ?

Sheldon : Le professeur Norton, Dieu seul sait pourquoi. Il n’a rien publié depuis son prix Nobel.

Leonard : En fait, le professeur Norton ne peut pas. Il s’est fait un lumbago à l’escalade.

Howard : J’ai entendu dire que c’était en escaladant sa copine.

Raj : La miss météo aux gros seins ?

Howard : C’est elle.

Leonard : Bref, ils me demandent de le remplacer.

Sheldon : En Suisse ou avec la miss météo ?

Leonard : En Suisse. Et je peux venir accompagner !

Howard : C’est trop cool, mec.

Sheldon: C’est incroyable! Je suis si ravi que je ne leur reprocherai pas de t’avoir choisi. Je cours à la maison faire ma valise.

Raj : T’emmènes pas Penny ?

Leonard : Si, j’emmène Penny.

Raj : Oh, alors ça va être gênant quand tu va rentrer chez toi.

 

Générique.

 

                  SCENE : La chambre de Sheldon.

Leonard : Sheldon, tu as une minute ?

Sheldon : Bien sûr, mon bon ami. Entre. Aide-moi. Quel bonnet dit le mieux « après LHC » ?

Leonard : Sheldon, je ne t’emmène pas en Suisse.

Sheldon : Bien sûr que si ! Qui d’autre inviterais-tu ?

Leonard : Penny.

Sheldon : Quoi ? C’est absurde. Penny n’a que faire de la recherche des particules subatomiques.

Leonard : Oui, mais c’est la Saint-Valentin. On fera du tourisme et du ski et on fera l’amour devant la cheminée sous les Alpes enneigées.

Sheldon : Penny n’a que faire de la recherche des particules subatomiques.

Leonard : Désolé, Sheldon.

Sheldon : Désolé ? Je rêve d’aller voir le Grand collisionneur de hadrons depuis que j’ai 9 ans.

Leonard : Je rêve de passer la Saint-Valentin avec une fille depuis que j’ai 6 ans.

Sheldon : Tu devrais avoir honte ! Ce n’est pas un rêve de scientifique !

 

                SCENE : L’appartement de Sheldon et Leonard.

Penny : C’est quoi, la surprise ?

Leonard : Une minute. Ce plateau contient des indices sur notre destination pour la Saint-Valentin.

Penny : Oh, ok, voyons voir. Du chocolat au lait, du gruyère, de la fondue. Mon copain intolérant au lactose va manger tout ça. Je vais monter sur son dos et m’envoler vers la lune ?

Leonard : Non. Mais on va voler. Je coupe le fromage suisse avec mon couteau suisse, et tu vas l’accompagner d’une tasse de chocolat au lait suisse.

Penny : Je pense que la Suisse a son importance. La montagne du Matterhorn à Disneyland ?

Leonard : Et le voyage en avion ?

Penny : La montagne du Matterhorn à Disney World ?

Leonard : Non.

Penny : C’était marrant au début, mais là, ça m’ennuie.

Leonard : On va en Suisse pour voir le Grand collisionneur du CERN ! On va aussi faire du ski.

Penny : On va faire du ski en Suisse ?

Leonard : Toi oui, moi je vais tomber. On sera en Suisse pour la Saint-Valentin.

Penny : Mon Dieu, Leonard ! C’est génial !

Sheldon : Pas si vite ! N’allume pas tout de suite ta Räbeliechtli, Penny.

Penny : Ma Rä-quoi-li ?

Sheldon : Räbeliechtli, lanterne navet. C’est une lanterne traditionnelle sculptée dans un légume pour célébrer des fêtes suisses. Tu ne célébreras pas ces fêtes car, a) elles ont lieu en automne. Et b) tu n’iras pas en Suisse.

Leonard : Sheldon, on en a déjà parlé. C’est Penny que j’emmène.

Sheldon : Je crains que non. Reconnais-tu ceci ?

Leonard : Pas le contrat de colocation !

Sheldon : Si, le contrat de colocation. J’attire ton attention sur la clause « Amitié », annexe C, engagements futurs, n°37 : dans l’éventualité où l’un des amis serait invité à visiter le LHC, actuellement en construction, il devra inviter l’autre ami à l’accompagner.

Leonard : Bon sang !

Penny : Vous avez écrit ça ?

Leonard : On aborde aussi l’éventualité où l’on recevrait un prix MacArthur, développerait des superpouvoirs ou se ferait mordre par un zombie.

Sheldon : Interdiction de me tuer, même si je me transforme.

Penny : Il y a le cas où l’un d’entre vous aurait une copine ?

Sheldon : Ca semblait tiré par les cheveux.

Leonard : Sheldon, tu crois vraiment que je vais appliquer cette règle ?

Sheldon : Moi, je respecte tous mes engagements. Je prends de tes nouvelles une fois par jour, même si je m’en fiche. Finis, les exercices d’évacuation pour risque biologique après 22h. J’ai abandonné l’idée de maîtriser le chant diaphonique.

Penny : Je devrais pas demander, mais … (Sheldon fait un bruit avec sa gorge).

Sheldon : Je serais bien meilleur si j’avais pu m’entraîner.

Leonard : Sheldon, je sais, c’est dans le contrat. Si tu te transformes en zombie, promis, je te tuerai pas. Je te laisserai bouffer ma cervelle ! Mais j’emmène Penny en Suisse.

Sheldon : C’est ton dernier mot ?

Leonard : Oui.

Sheldon : Très bien.

Penny : C’est pas fini ?

Leonard : A ton avis ?

 

                SCENE : La voiture de Leonard.

Leonard : Il y a de la circulation ce matin, hein ? Il va pleuvoir, tu crois ? Ce matin, j’ai remplacé mon caleçon par une salade de pomme de terre. On peut jouer à un jeu pour te remonter le moral.

Sheldon : D’accord. Ce jeu s’appelle « Traitres ». je te donne trois personnages historiques et tu les classes selon la cruauté de leur trahison. Benedict Arnold, Judas, Dr Leonard Hofstadter.

Leonard : Tu me mets au même niveau que Benedict Arnold et Judas ?

Sheldon : C’est vrai, Judas a eu la décence de se pendre après ce qu’il a fait.

Leonard : Allez, Sheldon, essaie au moins de comprendre ce que ça représente pour moi.

Sheldon : Deuxième tour, Leonard Hofstadter, Dark Vador, Rupert Murdoch.

Leonard : Rupert Murdoch ?

Sheldon : C’est le propriétaire de la FOX, ils ont annulé Firefly. Indice, il est deuxième ex aequo avec Dark Vador.

 

                SCENE : Le restaurant universitaire.

Howard : Désolé pour hier soir. J’étais avec Bernadette.

Raj : Je sais, j’ai vu ton tweet.

Howard : T’as fait quoi ?

Raj : Pas grand-chose. J’ai mangé un burrito. J’ai prié Urvashi pour que tes intestins se relâchent et que ton pénis s’affaisse comme un saule pleureur.

Leonard (arrivant) : Vous avez vu Sheldon ?

Raj : Non. Il t’en veut toujours ?

Leonard : Oui, il pense que je l’ai trahi. Vous feriez quoi, à ma place ?

Howard : J’emmènerai Sheldon en Suisse.

Leonard : Vraiment ?

Howard : Oui ! Et je le laisserai là-bas.

Raj : C’est quoi ?

Leonard : Voyons … Un service de 30 pièces, comme Judas.

 

                SCENE : La chambre de Leonard. Sheldon joue de la flûte.

Sheldon : Bonjour, vieille branche.

Leonard : Qu’y a-t-il ?

Sheldon : Je t’ai fait le petit-déjeuner, jus de fruit, café et pancakes à l’effigie de tes personnages fictifs préférés, regarde Frodon.

Leonard : Des pancakes Frodon ?

Sheldon : Avec des copeaux de noix de coco pour les poils de pieds. Si tu as besoin de vider ta vessie d’abord, je peux les garder au chaud avec ce béret que j’ai lavé et transformé en couvre-pancakes.

Leonard : Pourquoi tu fais ça ?

Sheldon : Pour m’excuser de mon comportement récent. J’ai eu le temps de méditer et j’ai pris conscience que l’amitié n’est pas un ensemble de contrats. C’est le respect et l’attachement de deux personnes. Scone ?

Leonard : Merci. C’est bon.

Sheldon : C’est le goût du respect et de l’affection. Et de 500g de crème au beurre. Quand tu auras fini, on pourrait regarder la dernière saison de Babylon 5 avec les commentaires du réalisateur.

Leonard : Tu détestes Babylon 5.

Sheldon : C’est une mauvaise série plagiaire de science-fiction. Mais tu l’aimes bien et tu es mon ami.

Leonard : D’accord, super. Tu viens toujours pas.

Sheldon : Crotte. Pas de Frodon pour toi.

 

                SCENE : La buanderie.

Sheldon : Bonjour.

Penny : Bonjour.

Sheldon : Trêve de badinage. Tu sais ce qui m’amène.

Penny : Tu es venu nous étudier et découvrir nos faiblesses pour les signaler à tes seigneurs extra-terrestres.

Sheldon : Oui, amusant. Une intelligence extraordinaire doit te sembler extra-terrestre. Mais laisse-moi préciser. Tu sais ce qui m’amène à la laverie.

Penny : Meilleure acoustique pour tes chants ?

Sheldon : Pas mal, à vrai dire. La véritable raison de ma présence te sera révélée par cette brève présentation PowerPoint. Lumière. « Pourquoi Sheldon Cooper devrait voir le Grand Collisionneur du CERN : une présentation Sheldon Cooper ».

Penny : Pince-moi, je rêve.

Sheldon : D’une part, nous avons un chercheur en physique des particules dont les travaux sont sur le point de bouleverser la compréhension de l’univers. Alias … moi. D’autre part, nous avons une serveuse qui se brosse les dents avec le doigt. Alias … toi.

Penny : C’est censé me passer de la pommade ?

Sheldon : Merci de poser vos questions à la fin de la présentation. Voici le Grand collisionneur de hadrons au CERN, en Suisse, après des décennies de planification et de construction. C’est la Mecque des physiciens du monde entier. Voici un magasin de cosmétiques situé sur Colorado Boulevard. Ils vendent des savons et des lotions qui contiennent des paillettes. Maintenant, essayons d’attribuer à chaque individu la destination appropriée.

Penny : D’accord, le spectacle est terminé.

Sheldon : Pas du tout. Il reste 5 diapos.

Penny : Sheldon, c’est Leonard qui décide. Il m’a invitée en Suisse et je compte bien y aller.

Sheldon : Très bien. Amuse-toi bien. Tu verras ce que je rêve de voir depuis des dizaines d’années. J’espère que tu sauras apprécier l’ampleur de ce lieu … symbolique.

Penny : Je parlerai à Leonard.

Sheldon : Ah oui ?

Penny : Oui, si c’est si important pour toi, tu devrais y aller.

Sheldon : Penny, merci !

Penny : de rien.

Sheldon : Je compte sur ton expertise pour la durée de cette accolade.

Penny : C’est bon.

Sheldon : Bye bye.

 

                SCENE : L’appartement de Leonard et Sheldon.

Raj : Tu sais quoi. Même sans copine, je peux passer une bonne Saint-Valentin.

Howard : Non, crois-moi, j’ai essayé.

Raj : Non, je vais me bichonner. Je vais aller dans un spa à Koreatown, sauna et massage. Puis, je passerai dans une animalerie pour me faire lécher par des chiots.

Leonard (arrivant) : Sheldon, il faut que je te parle.

Sheldon : Très bien, mon ami. Veux-tu un peu de cholermus ?

Leonard : Du quoi ?

Sheldon : Cholermus, un petit-déjeuner suisse traditionnel. Je prépare mes intestins à la cuisine exotique de Suisse.

Leonard : Tu ne viendras pas en Suisse !

Sheldon : Mais si ! Penny ne t’a pas dit la bonne nouvelle ?

 Leonard : Elle m’a dit que tu l’as culpabilisée pour qu’elle te laisse y aller.

Sheldon : Oui, cette bonne nouvelle là !

Leonard : Oublie ! C’est moi qui ai été invité. Je choisi qui m’accompagne. Ce sera Penny, pas toi !

Sheldon : Howard, éteins la lumière. J’ai une présentation PowerPoint …

Leonard : J’ai pas besoin de la voir. Fin de la discussion !

Sheldon : Voilà une réponse bien ambigüe. Je viens, oui ou non ?

Leonard : Sheldon, à ce stade, je préférerais y aller seul plutôt que de t’y emmener.

Sheldon : Vraiment ?

Leonard : Oui, vraiment.

Sheldon : Tu ne me laisses pas le choix. nous pouvons rester colocataires, mais dorénavant, nous ne serons plus amis.

Leonard : Navré que tu le prennes comme ça.

Sheldon : Tu n’es pas conscient des ramifications que ça entraîne.

Leonard : Vas-y, éclaire-moi.

Sheldon : Si la clause d’amitié est annulée, tu n’as plus le droit de m’accompagner si Bill Gates m’invite chez lui.

Howard : Ca doit faire mal.

                  

                   SCENE : La chambre de Penny.

Leonard : Dire que demain, à cette heure, on sera à Genève, en Suisse, pour notre première Saint-Valentin !

Penny : Je sais ! Aujourd’hui, j’ai acheté des sous-vêtements pour l’occasion.

Leonard : Polaires ? Il va faire froid.

Penny : Réfléchis, Leonard.

Leonard : Ooh. A tes souhaits. Ou, comme on dit en Suisse : Gesundheit. Un rhume ?

Penny : Non, ça doit être une allergie.

Leonard : Tu veux un antihistaminique ? J’ai tout ce qui faut. Avec ou sans ordonnance, local, étranger, expérimental …

Penny : Ca marche ?

Leonard : Pas vraiment, mais je suis un aficionado.

 

                   SCENE : Quelques minutes plus tard.

Leonard : Penny ? Ca va ?

Penny : Tu trouves que ça a l’air d’aller ? N’entre pas !

Leonard : Qu’y a-t-il ?

Penny : Je fais un goûter dansant … A ton avis ? Je crois que j’ai la grippe. Ou la peste.

Leonard : Notre avion décolle à 9 h. tu crois que tu te sentiras mieux ?

Penny : Ouais, parce que je serai morte !

 

                   SCENE : Devant la porte de la chambre de Sheldon.

Leonard : Hey, Sheldon. Ecoute, Penny est très malade, elle pourra pas venir en Suisse … alors, si ça t’intéresse toujours, tu peux venir.

Sheldon : Super ! Je fais ma valise. Dans un instant. Regarde, c’est le cholermus.

 

                   SCENE : L’appartement de Leonard et Sheldon.

Penny : Tiens ton bouillon.

Sheldon : Au poulet ?

Penny : Oui.

Sheldon : Avec des nouilles en étoile ?

Penny : Oui.

Sheldon : Chauffé à 80°C ?

Penny : Je vais te le verser sur les genoux, tu me diras si c’est bon.

Sheldon : Pas la peine d’être méchante. Je suis malade.

Penny : Moi aussi, je suis malade.

Sheldon : Pas mon problème. J’ignore comment c’est arrivé. J’ai une hygiène scrupuleuse, je me désinfecte les mains souvent, j’évite le contact avec autrui de manière générale.

Penny : Je sais pas quoi te dire, Sheldon.

Sheldon (dans un souvenir) : Penny, merci !

Penny : De rien.

Sheldon : C’est toi ! Je t’ai touchée !

Penny : Joyeuse Saint-Valentin.

 

                   SCENE : Un hôtel en Suisse.

Raj : Nom de nom ! Regarde-moi cette chambre ! Du champagne ! Des roses ! Et des petits chocolats ! Ca va être la meilleure Saint-Valentin de toute ma vie !

Leonard : Ah oui, j’avais oublié tout ça.

Raj : Moi, je n’oublierai jamais.

 

Fin de l’épisode.

 

 

Scene: The university cafeteria.

Howard (on the phone): Yeah, I miss you, too, sweetie. Listen, I got to go, but I’ll see you tonight? Okay. Bye-bye. Yeah, bye-bye. No, you hang up first. Hello?

Raj: Dude, I’m glad you finally got a girlfriend, but do you have to do all that lovey-dovey stuff in front of those of us who don’t?

Sheldon: Actually, he might have to. There’s an economic concept known as a positional good in which an object is only valued by the possessor because it’s not possessed by others. The term was coined in 1976 by economist Fred Hirsch to replace the more colloquial, but less precise neener-neener.

Howard: That’s not true. My happiness is not dependent on my best friend being miserable and alone.

Raj: Thank you.

Howard: Although, I’d be lying if I said it wasn’t a little bit of a perk.

Leonard: Who’s miserable and alone?

Raj: Me.

Leonard: Oh. I used to be like that. Then I got a girlfriend.

Sheldon: In pre-1976 terms, neener-neener.

Leonard: Hey, what are you and Bernadette doing for your first Valentine’s Day?

Howard: Yeah, I am pulling out all the stops. There’s a $39.95 lover’s special at P.F. Chang’s. Egg rolls, dumplings, bottomless wok, and you get your picture taken on the big marble horse out front.

Sheldon: Given that Saint Valentine was a third century Roman priest who was stoned and beheaded, wouldn’t a more appropriate celebration of the evening be taking one’s steady gal to witness a brutal murder?

Howard: I understand your point, but given a choice, Jews always go with Chinese food.

Raj: Well, if anyone’s interested, I’ll be spending this Valentine’s Day the same way I spend every Valentine’s Day. Buying a rotisserie chicken from the supermarket, taking it home, standing over the sink and eating it out of the package with my bare hands like an animal.

Leonard: Okay, so to sum up: one giant marble horse, one asinine comment, one lonely man and his chicken. And let’s see, who’s left? Oh, that’s right. My plans. Isn’t anyone going to ask?

Raj: Fine, tell us you’re going to have sex with Penny.

Leonard: That’s not what I was going to tell you.

Raj: It’s okay. I don’t mind hearing about your sex life. It’s his that bugs me.

Leonard: Guess who the university is sending to Switzerland to attend a conference and see the CERN supercollider on February 14?

Sheldon: Professor Norton, although, God knows why. He hasn’t published anything of note since he won that Nobel Prize.

Leonard: Actually, Professor Norton can’t make it. He threw his back out rock climbing.

Howard: I heard he threw his back out climbing on his new girlfriend.

Raj: The big-boobed weather girl on Channel 2?

Howard: That’s the one.

Leonard: In any case, they’re asking me to fill in for him.

Sheldon: In Switzerland or with the big-boobed weather girl?

Leonard: Switzerland. And I get to bring a guest!

Howard: Oh, man!

Raj: No way, dude!

Sheldon: This is incredible! I’m so happy, I’m not even going to question their judgment in picking you. I’m just going to run home and start packing.

Raj: Why wouldn’t you take Penny?

Leonard: I am taking Penny.

Raj: Oh. Well, then I anticipate an awkward situation when you get home.

Credits sequence.

Scene: Sheldon’s bedroom.

Leonard: Sheldon, you got a minute?

Sheldon: Of course, my good friend. Come in. Help me out, which ski hat says après supercollider?

Leonard: Sheldon, I’m not taking you to Switzerland.

Sheldon: Well, of course you are. Who else would you take?

Leonard: Penny.

Sheldon: What? That’s absurd. Penny has no interest in subatomic particle research.

Leonard: Yes, but it’ll be Valentine’s Day. We can go sightseeing and skiing and make love in front of a roaring fire in the shadow of the snowcapped Alps.

Sheldon: But Penny has no interest in subatomic particle research.

Leonard: I’m sorry, Sheldon.

Sheldon: Sorry? I’ve been dreaming about going to the Large Hadron Collider since I was nine years old.

Leonard: Yeah, well, I’ve been dreaming about spending Valentine’s Day with a girl since I was six.

Sheldon: Shame on you! That’s no dream for a scientist!

Scene: The apartment.

Penny: Okay, what’s the big surprise?

Leonard: Just a minute. This tray contains clues as to what you and I are going to be doing on Valentine’s Day.

Penny: Oh. Wow. Okay. Let’s see. We’ve got, uh, milk chocolate, Swiss cheese, fondue. My lactose-intolerant boyfriend is going to eat all this, then I’m going to climb on his back and rocket to the moon?

Leonard: No. But it does involve air travel. Okay, um, let me slice this Swiss cheese with my Swiss army knife, and then you can wash it down with a cup of Swiss Miss instant cocoa.

Penny: Okay, I’m starting to think Swiss is key here.

Leonard: Uh-huh.

Penny: We’re going to Disneyland and ride the Matterhorn?

Leonard: How does that involve air travel?

Penny: We’re going to Disney World and ride the Matterhorn?

Leonard: No.

Penny: Okay, sweetie, this started out fun, but I’m over it.

Leonard: We’re going to Switzerland to see the CERN supercollider! And ski. We’ll also go skiing.

Penny: We’re going skiing in Switzerland?!

Leonard: Well, you’ll ski, I’ll fall, but, yeah, we will be in Switzerland for Valentine’s Day.

Penny: Oh, my God, Leonard! That’s incredible!

Sheldon: Not so fast. You might want to hold off on lighting your rabeliechtli, Penny.

Penny: My Rabe-what-ly?

Sheldon: Rabeliechtli. It means turnip light and refers to a traditional lantern hand-carved from a root vegetable and used to celebrate certain Swiss festivals. Which you will not be celebrating because, A, these festivals occur in the fall, and B, you will not be going to Switzerland.

Leonard: Sheldon, we’ve been through this. I’m taking Penny.

Sheldon: Afraid not. Do you recognize this?

Leonard: Not the roommate agreement.

Sheldon: Indeed, the roommate agreement. I call your attention to the Friendship Rider in Appendix C, Future Commitments. Number 37, in the event one friend is ever invited to visit the Large Hadron Collider, now under construction in Switzerland, he shall invite the other friend to accompany him.

Leonard: Oh, for God’s sakes.

Penny: You actually put that in an agreement?

Leonard: Yeah. We also put in what happens if one of us wins a MacArthur Grant, or if one of us gets superpowers, or if one of us is bitten by a zombie.

Sheldon: He can’t kill me, even if I turn.

Penny: Is there anything in there about if one of you gets a girlfriend?

Sheldon: No, that seemed a little farfetched.

Leonard: Sheldon, do you really expect to enforce this?

Sheldon: I’ve lived up to all my commitments under the agreement. At least once a day I ask how you are, even though I simply don’t care. I no longer stage spontaneous biohazard drills after 10 pm And I abandoned my goal to master Tuvan throat singing.

Penny: Okay, I know I shouldn’t ask, but what is…?

Leonard: No.

Sheldon (after demonstrating): I’d be much further along if I’d been allowed to practice.

Leonard: Look, Sheldon, I know it’s in the agreement, and if you turn into a zombie, I promise I will not kill you. In fact, I’ll even let you eat my brains. But I am taking Penny to Switzerland.

Sheldon: Is that your final decision?

Leonard: It is.

Sheldon: Very well.

Penny: It’s not over, is it?

Leonard: What do you think? (The sound of Tuvan throat singing comes from Sheldon’s bedroom.)

 

Scene: Leonard’s car.

Leonard: Got a bit of traffic this morning, huh? Think it’s gonna rain? Instead of underpants, I covered my crotch with potato salad this morning. Thoughts? Okay, I know what’ll cheer you up, let’s play one of your driving games.

Sheldon: All right. This game is called Traitors. I will name three historical figures, you put them in order of the heinousness of their betrayal. Benedict Arnold, Judas, Dr. Leonard Hofstadter.

Leonard: You really think I belong with Benedict Arnold and Judas?

Sheldon: You’re right. Judas had the decency to hang himself after what he did.

Leonard: Come on, Sheldon. Can’t you at least try to understand how much this means to me?

Sheldon: Round two, Leonard Hofstadter, Darth Vader, Rupert Murdoch.

Leonard: Rupert Murdoch?

Sheldon: He owns Fox, and they cancelled Firefly. Hint, he and Darth Vader are tied for number 2.

Scene: The university cafeteria.

Howard: I’m sorry I couldn’t hang with you last night. I had a date with Bernadette.

Raj: I know. I saw the Tweet.

Howard: So, what did you end up doing?

Raj: Not much. Nuked a burrito. Prayed to the Hindu god Urvashi that your bowels would loosen and your penis would droop like a willow tree.

Leonard: You seen Sheldon?

Raj: No. Is he still mad about the supercollider?

Leonard: Yeah. He thinks I betrayed him. I mean, come on, what would you guys do if you were me?

Howard: I’d take Sheldon to Switzerland.

Leonard: Seriously?

Howard: Absolutely. And I’d leave him there. (Sheldon enters, puts a tray in front of Leonard, and exits.)

Raj: What the hell is that?

Leonard: Uh, let’s see. Yup, 30 pieces of silverware.

Scene: Leonard’s bedroom.

Sheldon: Morning, old chum.

Leonard: What’s going on?

Sheldon: I’ve made you breakfast. Juice, coffee, and pancakes in the shape of some of your favorite fictional characters. See, here’s Frodo.

Leonard: You made Frodo pancakes?

Sheldon: Yeah, I used coconut shavings to do the hair on his feet. If you need to void your bladder before eating, I can keep them warm with this beret that I thoroughly laundered and pressed into service as a pancake cosy.

Leonard: Why are you doing this?

Sheldon: It’s by way of an apology for my recent behaviour. I’ve had some time to reflect and I’ve come to realize that friendship is not an aggregation of written agreements. It’s a result of two people respecting and caring for each other. Butterscotch scone?

Leonard: Thanks. It’s good.

Sheldon: What you’re tasting is respect and affection. And about a pound of Crisco. After you’ve finished breakfast, I thought we could spend the day watching the final season of Babylon 5 with director commentary.

Leonard: You hate Babylon 5.

Sheldon: I do. It fails as drama, science fiction, and it’s hopelessly derivative. But you like it, and you’re my friend.

Leonard: Okay, great. Still not taking you to Switzerland.

Sheldon: Drat. No Frodo for you.

Scene: The laundry room.

Sheldon: Hello.

Penny: Hello.

Sheldon: Alright, let’s dispense with the friendly banter, I believe you know why I’m here.

Penny: Well, I always figured it was to study us, discover our weaknesses, and report back to your alien overlords.

Sheldon: Yes, amusing. Extraordinary intelligence might well appear extraterrestrial to you, but let me be more specific. I believe you know why I’m here in the laundry room.

Penny: Better acoustics for your throat singing?

Sheldon (trying it): It’s actually not bad. But my true purpose in being here will be revealed in this brief PowerPoint presentation. Lights. Why Sheldon Cooper, PhD, should go to Switzerland to see the CERN supercollider. A PowerPoint presentation by Sheldon Cooper, PhD.

Penny: Oh, for God’s sakes.

Sheldon: Here we have a highly gifted researcher in the field of particle physics whose work has brought him to the precipice of forever changing mankind’s understanding of the universe. AKA me. And here we have a waitress brushing her teeth with her finger. AKA you.

Penny: I’m sorry. Is this supposed to be buttering me up?

Sheldon: Please hold all questions to the end of the presentation. This is the Large Hadron Collider at CERN in Switzerland, the product of decades of planning and construction. It is a Mecca for physicists the world over. This is Bath and Body Works on Colorado Boulevard. They sell scented soaps and lotions, some of which contain glitter. Now, let’s see if we can match the individual to the appropriate destination.

Penny: Okay, show’s over.

Sheldon: No, it’s not. I’ve got five more slides.

Penny: Sheldon, this is Leonard’s decision. He invited me to Switzerland, and I intend to go.

Sheldon: Very well. Enjoy yourself. You’re going to be in the presence of something that I’ve dreamed of seeing for decades. I just hope you’ll be able to appreciate the magnitude of where you are and what it represents.

Penny: I’ll talk to Leonard.

Sheldon: You will?

Penny: Yes. If it means that much to you, you should go.

Sheldon (Hugging her): Oh, Penny, thank you!

Penny: You’re welcome.

Sheldon: Since I rarely hug, I’m relying on your expertise regarding duration.

Penny: I think we’re there.

Sheldon: Oh, good. Bye-bye.

Scene: The apartment.

Raj: You know what? Even though I don’t have a girlfriend, I can still have a good time on Valentine’s Day.

Howard: Trust me, you can’t. I’ve tried.

Raj: No, no, no, I’m going to have a me day. First I’m going to go to one of those spas in Koreatown, take a steam and get a massage. Then I’m going to stop at a pet store and get licked by puppies.

Leonard: Sheldon, I need to talk to you.

Sheldon: All right, my friend. Would you like some cholermus?

Leonard: Some what?

Sheldon: Cholermus. It’s a traditional Swiss breakfast dish. I’m preparing my gastrointestinal system for the exotic cuisine of Switzerland.

Leonard: You’re not going to Switzerland!

Sheldon: Oh, but I am. Didn’t Penny tell you the good news?

Leonard: She told me that you went behind my back to guilt her into letting you go instead of her.

Sheldon: Yes, that good news.

Leonard: Well, forget it. I was the one who was invited, I get to decide who goes with me, and it’s Penny, not you!

Sheldon: Howard, could you lower the lights? I have a short PowerPoint presentation.

Leonard: I don’t need to see your presentation. This discussion is over!

Sheldon: That’s a somewhat ambiguous response. Am I going or not?

Leonard: Sheldon, at this point, I would go by myself before I would take you.

Sheldon: Really?

Leonard: Yeah, really.

Sheldon: Well then, you leave me no alternative. From this moment forward, we can be roommates, but we will no longer be friends.

Leonard: I’m sorry you feel that way.

Sheldon: I don’t think you’re fully aware of the ramifications here, Leonard.

Leonard: Why don’t you enlighten me?

Sheldon: With the friendship clause of our roommate agreement nullified you are no longer entitled to accompany me to go swimming at Bill Gates’ house should I be invited.

Howard: Ooh, that’s gotta sting.

Scene: Penny’s bedroom.

Leonard: Just think, this time tomorrow we’ll be in Geneva, Switzerland for our first Valentine’s Day.

Penny: I know! I went shopping today and bought special undies for the occasion.

Leonard: Thermal? ‘Cause it’s gonna be cold.

Penny: Think it through, Leonard.

Leonard: Oh!

Penny: Oh!

Leonard (Penny sneezes): Gesundheit. Or as they say in Switzerland, gesundheit. You getting a cold?

Penny: No, no, it’s probably just allergies.

Leonard: Do you want an allergy pill? ‘Cause I have ‘em all. Prescription, nonprescription, foreign, domestic, experimental.

Penny: Do any of them work?

Leonard: Not really, I’m just an enthusiast.

(Time passes. Sound of Penny retching in the bathroom)

Leonard: Penny? You okay?

Penny: Did that sound okay to you? Do not come in here!

Leonard: What’s going on?

Penny: I’m having a tea party. What do you think’s going on? I think I might have the flu. Or the plague.

Leonard: Well, our plane leaves at 9 a.m. Do you think you’ll feel better by then?

Penny: Yep. ‘Cause I’m gonna be dead.

Scene: Outside Sheldon’s bedroom.

Leonard: Hey, Sheldon? Listen, Penny is pretty sick and she’s not going to be able to go to Switzerland. So if you’re still interested, you’re welcome to come. (Sound of Sheldon vomiting in the bathroom)

Sheldon: Great. I’ll start packing. In a minute. (Vomits again) Oh, look, it’s the cholermus.

Scene: The apartment.

 

Penny: Here’s your soup.

Sheldon: Chicken?

Penny: Yes.

Sheldon: With the little stars?

Penny: Yes.

Sheldon: Heated to 180 degrees?

Penny: Why don’t I pour it in your lap, and you can tell me.

Sheldon: You don’t have to be mean. I’m sick.

Penny: Yeah, well, I’m sick, too.

Sheldon: Not my problem. I just don’t understand how this happened to me. I’m scrupulous about my hygiene. I regularly disinfect my hands, and I avoid contact with other people on general principle.

Penny: I don’t know what to tell you, Sheldon.

Sheldon (remembering the hug): It’s you! I touched you!

Penny: Happy Valentine’s Day.

Scene: A Swiss hotel room.

Raj: Oh, my goodness, look at this room! Champagne! Roses! Oh, and little chocolates! This is going to be the best Valentine’s Day ever.

Leonard: Yeah, I forgot about all this.

Raj: But I never will.

Source : Big Bang Theory Transcript

Kikavu ?

Au total, 94 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Juju1299 
14.09.2019 vers 23h

pilato 
24.08.2019 vers 17h

stella 
31.01.2019 vers 12h

Kaleydu35 
23.01.2019 vers 20h

chocoubl 
11.11.2018 vers 11h

everrose 
10.11.2018 vers 18h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Découvre le hors-série de notre magazine HypnoMag, consacré à la série Roswell qui fête ses 20 ans !
HypnoMag | Hors-série 20 ans Roswell

Tentez de gagner une HypnoCard Collector Roswell grâce à notre jeu HypnoChance !
Tirage au sort le 15/10 | Collector Roswell !

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Prix Nobel de Physique

Prix Nobel de Physique
Le mardi 8 octobre 2019 a eu lieu, à Stokholm, la remise du Prix Nobel de Physique. Ulf Danielsson,...

Saison 11 sur Netflix !

Saison 11 sur Netflix !
La série continue sur Netflix  A partir du 01 septembre 2019, la saison 11 de The Big Bang Theory...

HypnoAwards 2019

HypnoAwards 2019
Dans la catégorie Meilleure comédie du network, The Big Bang Theory ressort grande gagnante. Elle...

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant
Kaley Cuoco a créé sa société de productions, Yes, Norman Productions. Elle avait un droit d'option...

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn
Deux affiches promotionnelles de la série animée Harley Quinn, dans laquelle Kaley Cuoco double le...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

quimper, Hier à 20:45

Les quartiers Sherlock et Rizzoli & Isles proposent de nouvelles PDM. N'hésitez pas à passer

pretty31, Hier à 21:26

Les jeux d'Halloween vous attendent sur HypnoClap, et quelques chapeaux de sorcières sont encore disponibles pour "Un bonbon ou une cards ?"

pretty31, Hier à 21:26

qui vous permettra peut être de gagner ... Une HypnoCard ^^

Locksley, Aujourd'hui à 11:26

Dernier jour pour vous inscrire au tirage au sort permettant de gagner une HypnoCard Collector Roswell Bonne chance !

serieserie, Aujourd'hui à 15:31

Sortez votre plus belle Plume! L'HypnoPlume vous attend

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site