VOTE | 402 fans

#312 : La Voyante

Résumé : Pendant Sheldon et Koothrappali s'occupent d'une centrifugeuse pour l'université, Leonard est bouleversé de découvrir que Penny croit aux médiums.

Popularité


5 - 3 votes

Titre VO
The Psychic Vortex

Titre VF
La Voyante

Première diffusion
11.01.2010

Première diffusion en France
24.11.2010

Vidéos

Plus de détails

Scenario: Lee Aronsohn & Steven Molaro - Réalisation: Mark Cendrowski
Guests : Melissa Rauch (Bernadette), Danica McKellar (Abby), Jen Drohan (Martha), David Trice (Waiter)

Howard et Leonard se préparent à sortir ensemble avec leurs petites amies et en sont tout excités. Howard prévient Leonard qu'il aime montrer son affection et souhaiterait qu'il en fasse de même avec Penny afin que Bernadette ne soit pas mal à l'aise. Raj entre dans l'appartement et leur propose de regarder la version longue du film Watchmen. Cependant personne n'est intéressé. Leonard prévient que lui et Howard sortent avec les filles et donc qu'ils ne sont pas disponibles. Raj est déçu alors que Sheldon se rejouit d'être tranquille afin de pouvoir faire une sauvegarde de son ordinateur.
 
Raj s'est installé sur l'ordinateur de Leonard afin de trouver une activité à faire mais Sheldon n'est intéressé par aucune d'entre elles et ne souhaite pas sortir. Il lui explique qu'il a une solution pour pouvoir changer d'air. Il utilise son imagination et invente un autre monde Flatland dans sa tête 2 doigts sur chaque tempe. Mais Raj ne veut pas jouer à ce jeu.
 
Leonard, Penny, Bernadette et Howard sont en voiture en route pour le restaurant. Ils discutent tous ensemble et Bernadette demande des nouvelles à Penny de sa recherche d'emploi. Mais lorsque Penny raconte qu'elle voit une voyante et qu'elle lui donne des conseils, Leonard se moque d'elle. Vexée, Penny l'insulte. Pendant ce temps, Howard et Bernadette s'embrassent.
 
Sheldon et Raj arrivent à la soirée et vont se prendre un verre. Raj explique à Sheldon qu'il est son copilote et il doit l'aider dans sa tactique. En gros, il doit mentir avec lui. Une jeune femme les aborde et ils discutent ensemble. La jeune femme, Abby, invite son amie à se joindre à eux et cette dernière est fascinée par l'accessoire de Sheldon, la lampe de Green Lantern.
 
Les deux couples d'amis sont maintenant attablés dans le restaurant et semblent mal à l'aise. Bernadette tente de relancer la conversation mais Howard s'acharne sur Leonard suite à son manque de tact dans la voiture. Penny lui en veut toujours et Leonard demande de l'aide à Bernadette et Howard, qui s'y refusent.
Penny remonte à son appartement toujours aussi fachée et Leonard lui court après afin de pouvoir discuter avec elle mais elle lui claque la porte au nez. Lorsqu'il rentre dans son appartement il découvre Raj chantant et dansant avec Sheldon et les 2 jeunes femmes de la soirée.
 
Howard rejoint Leonard au laboratoire et discutent de la soirée. Bien qu'Howard a passé une bonne soirée, Leonard comble sa frustration en brulant des figurines. Il demande alors conseil à Howard afin de savoir comment il doit gêrer la situation avec Penny car il ne souhaite pas faire semblant de croire aux voyantes juste pour faire plaisir à Penny. Howard essaie de le réconforter et de lui expliquer par un schéma qu'il y a de fortes chances que Penny fasse aussi semblant dans certaines situations. Mais Leonard ne veut pas renoncer à ses principes ni à ses convictions.
 
Sheldon est assis sur le canapé à apprendre le finlandais. Raj entre et lui demande ce qu'il fait. Comme la reprogrammation de son ordinateur est longue, il en a profité pour faire diverses choses dont apprendre le finlandais. Raj est venu l'informer qu'Abby et son amie souhaitent les revoir mais Sheldon n'en a pas envie. Bien que convenu de ne pas changer d'avis, Sheldon cède lorsque Raj lui offre les mains de Hulk dédicacées par Stan Lee.
 
Leonard rejoint Penny dans la buanderie de l'immeuble. Il essaie de se rattraper auprès de Penny mais celle-ci reste sur ses positions. Leonard insiste et s'excuse. Ils essaient alors de trouver des compromis mais Penny gagne.

Sheldon discute avec Martha sur le canapé de son appartement et Raj embrasse fougueusement Abby sur le fauteuil. Alors que Martha pense conclure avec Sheldon, le jeune homme la salue et part se coucher. Plus tard, Martha rejoint Sheldon dans sa chambre. Elle s'invite dans son lit mais, une fois assise, Sheldon la salue à nouveau et part dormir dans la chambre de Leonard.

                SCENE : L’appartement de Leonard et Sheldon.

Leonard : Dire qu’on va sortir tous les deux avec nos copines qui existent et qui reconnaissent nos relations !

Howard : Oui, c’est mieux quand elles existent.

Sheldon : Je ne comprends pas. Il y a d’autres sortes de femmes ?

Leonard : Tu réponds ? C’est ton rayon, les femmes artificielles ?

Howard : Non, ça le ferait flipper. Ecoute, avant qu’on y aille, je dois te dire que je suis un homme ardent et que je montre mon affection en public.

Leonard : Qu’est-ce que tu essaies de me dire, Howard ?

Howard : On va sûrement s’embrasser dans la voiture ou au resto et je veux pas que Bernadette soit gênée. Donc ça serait bien si tu faisais pareil avec Penny.

Leonard : T’inquiète. On fera l’amour sur la table.

Raj (entrant) : Namaste, blancs-becs. Bonne nouvelle ! J’ai loué la version longue de Watchmen.

Leonard : Déjà vue.

Sheldon : J’en ai écrit une critique détaillée en ligne.

Raj : Alors, on fait quoi ce soir ?

Leonard : Oh, désolé, Raj. Howard et moi allons manger avec penny et Bernadette.

Howard : Oui, fini, les soirées insouciantes entre célibataires ! Moi et Leonard, on est des étalons domptés.

Leonard : Comment on a chopé des filles ?

Raj : Super. Ils ont des copines et ils nous abandonnent.

Sheldon : C’est super, n’est-ce pas ? Une soirée merveilleuse nous attend.

Raj : Vraiment ?

Sheldon : Oh, oui. Mon disque dur manque d’espace pour une partition Linux. Donc, nous allons faire une sauvegarde complète, réinitialiser et réinstaller tous mes systèmes d’exploitation.

Raj : Je ne veux pas faire ça.

Sheldon : Bien, alors je vais faire une sauvegarde complète, réinitialiser et réinstaller tous mes systèmes d’exploitation.

Raj : Et moi ?

Sheldon : Eh bien, il existerait plusieurs sortes de femmes artificielles. C’est une piste à creuser.

 

Générique.

 

                SCENE : Quelques minutes plus tard.

Raj : Y a plein de trucs sympas à faire ce soir. Aux galeries Glendale, « enfilez votre plus beau zoot suit, en hommage au swing des années 30 et 40, à 17h ». Un petit hommage … Rater ça, ça serait dommage.

Sheldon : Désolé, Raj, mais je n’ai aucune envie de rendre hommage à des vêtements ce soir. Surtout quand ils évoquent une émeute raciale des années 40.

Raj : Une émeute raciale ?

Sheldon : Les émeutes des zoot suits.

Raj : Oh, j’ai toujours cru que c’était un genre de soldes. On peut toujours y faire un tour.

Sheldon : Je n’ai besoin de rien aux galeries. Toi si ?

Raj : Je veux regarder et jeter un œil.

Sheldon : C’est une tautologie.

Raj : D’accord, et ça, alors ? Sur le site de l’université, « de 19h à 22h, à la salle polyvalente Norton Hall, soirée pour étudiants et professeurs  des départements de sciences et de lettres. Que vous divisiez les atomes ou les mots en phonèmes, cette soirée est pour vous ».  

Sheldon : C’est certes amusant, mais ça ne m’intéresse pas.

Raj : Allez, Sheldon, le monde est plein de choses à faire, dehors. Allons dehors. Dehors, c’est bien.

Sheldon : Si dehors c’est bien, alors, pourquoi l’homme essaie depuis des millénaires d’améliorer l’intérieur ?

Raj : Je ne sais pas, c’est un marché lucratif ? Pitié, Sheldon, je suis un jeune et viril visiteur étranger, et j’ai besoin de frimer un peu.

Sheldon : Voilà un compromis. Parfois, quand je me sens oppressé et que je veux changer d’air, je sollicite mon imagination.

Raj : Bon Dieu.

Sheldon : Un de mes endroits préférés est le monde bidimensionnel décrit dans l’allégorie mathématique d’Edwin Abbott, Flatland.

Raj : Je ne veux pas aller à Flatland.

Sheldon : Tu dis ça parce que tu n’y es jamais allé. Je suis un hexagone dans un espace en deux dimensions et je ne vois que la tranche des autres objets. C’est toi, Raj ? Je ne reconnais pas ta tranche.

Raj : Sheldon, je t’en supplie, je ne veux pas aller seul à la soirée.

Sheldon : Tu as de la chance. Il y a une soirée à Flatland. Regarde, voici une ligne très séduisante. Drague-la. Dis que t’es un cercle. Les dames de Flatland sont dingues des cercles.

 

                SCENE : La voiture de Leonard.

Leonard : J’espère que tu as faim, Bernadette ? On va dans un super resto.

Bernadette : Oh oui, je meurs de faim. Quand on passe sa journée à observer des bactéries carnivores dévorer de petits rongeurs, ça ouvre l’appétit. 

Howard : Des bactéries carnivores. Et j’ai toujours envie de l’embrasser. Ça veut dire quoi ?

Penny : Que t’es prêt à mourir pour l’espoir d’atteindre la deuxième base ?

Bernadette : On a dépassé la deuxième base, pas vrai Howard ?

Howard : On est pas trop d’accord sur la définition des bases.

Bernadette : Et ton boulot, Penny ? T’as eu des rôles ?

Penny : Eh bien, mon dernier rôle, c’était dans une pièce du Journal d’Anne Frank au-dessus d’un bowling. Mais je sens que la chance va me sourire.

Leonard : Super ! Pourquoi ?

Penny : Promets moi de pas te moquer.

Leonard : Bien sûr. Je me moquerais jamais de toi !

Penny : D’accord, une voyante m’a dit que, si je coupe mes cheveux, je tournerai dans une grosse pub.

Leonard : T’es sérieuse ? Tu suis les conseils d’une voyante ?

Howard : Heureusement que t’as évité de te moquer !

Penny : C’est pas une escroc. Elle a écrit un livre et elle a un site internet.

Leonard : Fallait le dire, on laisse pas n’importe qui créer un site.

Penny : Pourquoi t’es salaud ?

Leonard : Ca te surprend ? Elle t’a pas prévenue ?

Penny : Va chier !

Leonard : Allez, Penny.

Howard : Continuez à papoter. Nous, on va s’embrasser.

Bernadette : J’approche de la troisième base.

 

                SCENE : La fête à l’université.

Raj : Merci d’être venu.

Sheldon : Merci pour ton édition limitée de la lanterne de Green Lantern.

Raj : Tu étais obligé de l’apporter ?

Sheldon : Et si les forces du mal attaquent et que je dois recharger mon anneau ?

Raj : Viens boire un coup.

Sheldon : Je ne bois pas.

Raj : Moi, si. Et quand mon copilote trimballe une lanterne, je bois beaucoup. Un screwdriver, s’il vous plaît. N’hésitez pas à forcer sur le screw.

Sheldon : Un soda à la glace.

Raj : Sheldon, ils n’ont pas de glace.

Sheldon : Ah non ? Nous n’avons pas la même définition du mot « fête ».

Raj : Il prendra un shirley temple.

Sheldon : N’hésitez pas à forcer sur le shirley.

Raj : D’accord, voyons ce qu’il y a comme donzelles.

Sheldon : Il y a une femme, là.

Raj : C’est la femme de M. Wilkinson, elle a 80 piges.

Sheldon : Mais c’est une femme. Ce n’est pas ça, le jeu ?

Raj : Non, je cherche à draguer.7

Sheldon : Oh, oui. Donc, ton but est de trouver une femme avec qui copuler ?

Raj : Parle moins fort. Mais idéalement, c’est ça. Merci.

Sheldon : Et quelle est ma fonction de copilote ?

Raj : Tu m’aides avec ma tactique.

Sheldon : Ok. Quelle tactique ?

Raj : Quand je mens éhontément, tu approuves gentiment.

Une femme : C’est cool ! C’est quoi ?

Sheldon : Une édition limitée de la lanterne de Green Lantern. Mon ami cherche quelqu’un avec qui copuler.

Une femme : Tu es très drôle. Je m’appelle Abby.

Sheldon : Sheldon.

Raj : Comment vas-tu ? Rajesh Ramayan Koothrappali. Appelle-moi Raj.

Abby : Raj, tu viens d’où ?

Raj : Du mystérieux sous-continent de l’Inde.

Abby : Oh, l’Inde.

Raj : Tu connais l’Inde ?

Abby : J’ai vu Slumdog Millionaire.

Raj : Eh bien, je suis un astrophysicien des bidonvilles.

Sheldon : Ton père est gynécologue. Désolé.

Abby : Martha, viens voir. Je te présente Raj et Sheldon. Mon amie, Martha.

Martha : C’est l’édition limitée de la lanterne de Green Lantern ?

Sheldon : En plein jour et dans la nuit noire, nul mal n’échappe à mon regard.

Martha : C’est trop génial !

Sheldon : Merci. Tu en as choisi une pour copuler ?

 

                SCENE : Un restaurant.

Bernadette : Alors de quoi vous voulez parler ?

Howard : Des raisons pour lesquelles les amateurs de voyants sont bêtes ? Leonard ?

Penny : C’est pas la peine de parler de ça. Leonard a fait le tour de la question dans la voiture.

Leonard : Désolé, mais les faits sont les faits.

Penny : Vrai, et si tu le comprends pas, c’est pas un fait.

Leonard : Non, si c’est pas un fait, c’est pas un fait.

Penny : Oh, merci de m’instruire.

Leonard : Je t’en prie. Ton poisson est bon ?

Penny : Divin. Tu veux goûter ?

Leonard : Volontiers.

Penny : Le fait est que tu peux pas.

Leonard : Howard, Bernadette, vous êtes tous les deux des scientifiques. Aidez-moi.

Howard : Tu veux te mêler à une dispute ?

Bernadette : Non, merci.

Howard : Désolé.

Leonard : On devrait arrêter de parler de ça.

Penny : Tu devrais arrêter de parler tout court.

Serveur : Comment trouvez-vous votre repas ?

Bernadette : Très pénible.

 

                SCENE : La cage d’escalier de l’immeuble.

Leonard : C’est super, une relation de couple solide et monogame. Même si on a des principes différents, on peut débattre tout en s’aimant, voire en faisant l’amour … Tu veux ton poisson ? Je savais que tu ferais ça. Pourtant, je suis pas voyant. Bravo, Leonard. Continue de t’enfoncer. (Il entre dans son appartement, Raj, Sheldon et des filles jouent de la musique). Qu’est-ce qui se passe ?

Sheldon : On a levé des filles. Je suis son copilote.

 

                SCENE : Le laboratoire de Leonard.

Howard : Hey.

Leonard : Laser.

Howard : Super soirée, hier soir. Sans vouloir ton balancer, mais quelqu‘un est arrivé en huitième base.

Leonard : C’est quoi la huitième base ?

Howard : pelotage, sans chemise. Enfin, sans ma chemise. Et toi, avec Penny ?

Leonard : C’est le pied.

Howard : Tu passes ta frustration sur des Cylons innocents ?

Leonard : Pas que des Cylons. Superman est le prochain.

Howard : Je voulais me foutre de toi, avant le déjeuner, mais je peux revenir plus tard, quand tu seras pas armé.

Leonard : Comment je peux sortir avec une femme qui croit à la voyance ?

Howard : Hey, j’ai fréquenté une file qui croyait avoir été enlevée par des aliens.

Leonard : Ca te gênait pas ?

Howard : Au contraire, elle était crédule et ouverte aux examens physiques.

Leonard : Je suis supposé faire quoi ? Faire semblant d’y croire quand je suis avec elle ?

Howard : Je parie que Penny fait semblant avec toi aussi.

Leonard : S’il te plaît, penche-toi. Mets ta tête juste là.

Howard : Vois ça sous un autre angle. Voici l’univers qui rassemble toutes les femmes. Voilà celles avec qui tu veux coucher. Voilà celles qui croient aux mêmes choses que toi. Voilà celles qui accepteraient de coucher avec toi. Dans cette intersection, tu trouves … ta copine idéale.  Une physicienne qui manque d’assurance et qui habite dans un labo en Chine.

Leonard : Alors, quoi ? Pour entretenir des relations sexuelles avec Penny, je dois renoncer à mes croyances ? A mon intégrité ? A ce que je suis ? Je peux pas, Howard.

Howard : Et je le respecte.

Leonard : C’est quoi ?

Howard : Ta nouvelle copine. Amuse-toi bien ce soir.

 

                SCENE : L’appartement de Leonard et Sheldon. Sheldon apprend le finnois.

Sheldon : Le chien. Le toit. Les raisins. Une minute.

Raj : Pardon ?

Sheldon : Ca veut dire entrez. Le nouveau système d’exploitation est très long à installer. J’ai désinfecté la cuisine et la salle de bain. Maintenant, j’apprends le finnois.

Raj : En hindi, ça veut dire, c’est cool , raoul. Ecoute, Abby m’a envoyé un SMS. Martha et elle veulent nous revoir. T’en dis quoi ?

Sheldon : Rien du tout. Je t’offre une expression faciale qui suggère que tu es fou.

Raj : Mais tu as passé un bon moment.

Sheldon : Exactement, et ce moment est passé. Je fais d’autres choses, maintenant. Quand j’aurais appris le finnois, je ne le réapprendrai pas.

Raj : Je t’en supplie, Sheldon. Je suis un Indien loin de chez lui. Je veux sortir avec Abby. Mais elle tient à amener Martha.

Sheldon : Raj, tu as beau argumenter, menacer, élaborer des stratégies, prier, implorer, supplier ou … ça ne suffira pas à me faire changer d’avis.

Raj : Mes mains de Hulk dédicacées par Stan Lee.

Sheldon : Nom de Dieu. Ça fait des années que je les admire.

Raj : Ca veut dire qu’on peut revoir les filles ?

Sheldon : Hulk accepte deuxième rendez-vous avec humaines chétives.

Raj : Tu ne pourras pas porter ces mains au rendez-vous.

Sheldon : Hulk triste.

 

                SCENE : La buanderie.

Leonard : Salut, tu nettoies le vieux sèche-linge ? C’est courtois et intelligent. Chaque année, 15 000 incendies sont causés par des sèche-linges. Et c’est là que tu dis, c’est très intéressant ! Viens ici, mon petit geek. Comment rester fâché contre toi ?

Penny : Wow, c’est tout ? Tu as été le plus odieux de la soirée, alors que Howard Wolowitz était là.

Leonard : Je m’excuse. Désolé. Il ne faut pas se moquer des croyances des autres.

Penny : Merci. Tu es prêt à aller voir ma voyante ?

Leonard : Tu es prête à lire un livre qui explique que les voyants sont des charlatans ?

Penny : Non. D’accord, allons voir ta voyante.

Penny : Vraiment ?

Leonard : Faut que l’un d’entre nous ait l’esprit ouvert.

Penny : Tu dis que je l’ai pas ?

Leonard : Non, pas du tout. Laisse-moi t’aider avec ça.

Penny : Tu sais, je crois aussi aux fantômes.

Leonard : Super.

Penny : Et à l’astrologie.

Leonard : Je sais. Et au pouvoir des pyramides, aux cristaux …

Penny : Non, non, les cristaux, ça marche pas. 

Leonard : C’est ça, la limite ? La voyance existe, mais les cristaux, c’est du vaudou ?

Penny : Le vaudou est réel. Faut pas rire avec ça.

 

                SCENE : L’appartement de Leonard et Sheldon.

Martha : Flatland est bien plus qu’un essai mathématique. C’est aussi un traité sur les mœurs victoriennes.

Sheldon : Je n’y avais jamais songé. Wow. Mes séjours en seront à jamais bouleversés. Eh bien, il se fait tard. C’est l’heure de se coucher. Bonne nuit, humaine chétive !

Martha (frappe à la porte de chambre de Sheldon) : Sheldon ?

Sheldon (ouvre) : Oui.

Martha : Ecoute, ils sont un peu occupés, dans le salon, est-ce que je peux rester dans ta chambre ?

Sheldon : J’imagine. Entre. Je dormirai dans la chambre de Leonard. Bonne nuit.

 

Fin de l’épisode.

Scene: The apartment.

Leonard: Look at us. Getting ready for a double date with actual women who publicly acknowledge they’re our girlfriends.

Howard: Yes, actual women are the best.

Sheldon: I don’t understand. What other kind of women are there?

Leonard: Howard, artificial women are your department. You want to take this?

Howard: No, it would just freak him out. Listen, before we leave, I should warn you, I’m a passionate man and I tend towards public displays of affection.

Leonard: What are you trying to tell me, Howard?

Howard: There might be some making out in the car or the restaurant, and I don’t want Bernadette to feel uncomfortable, so it would help if you and Penny made out, too.

Leonard: Don’t worry. We’re planning to have sex right on the salad bar.

Raj (arriving): Namaste, white people. Good news! I rented us the four-hour edition of Watchmen.

Leonard: Got it.

Howard: Seen it.

Sheldon: Detailed analysis posted online.

Raj: Well, then what are we going to do tonight?

Leonard: Uh, sorry, Raj. Howard and I are going out to dinner with Penny and Bernadette.

Howard: Yeah, no more carefree bachelor nights for me and Leonard. These broncos have been saddled.

Leonard: How did we get actual women?

Raj: Great. They get girlfriends, and they just abandon us?

Sheldon: It is great, isn’t it? We have a wonderful evening ahead of us.

Raj: We do?

Sheldon: Oh, yes. I just discovered I don’t have enough room on my hard drive for a Linux partition, so you and I are going to perform a full backup, reinitialize and then reinstall all my operating systems.

Raj: I don’t want to do that.

Sheldon: All right. Well, I’m going to perform full backup, reinitialize and then reinstall all my operating systems.

Raj: What about me?

Sheldon: Well, I understand there are several types of artificial women. Maybe you should look into that.

Credits sequence.

Scene: A little later.

Raj: Dude, there’s so many cool things we could be doing tonight. Look. At the Glendale Galleria, put on your best zoot suit, it’s a salute to Swing music in the center court near Macy’s. 5pm to 9pm, huh, huh? A salute to zoot. Sounds like a hoot.

Sheldon: I’m sorry, Raj, I have no desire to salute any article of clothing tonight. Much less one that’s linked to race riots in the 1940s.

Raj: Race riots?

Sheldon: The zoot suit riots.

Raj: Oh. I always thought that was some sort of after-Christmas sale. Well, then why don’t we just go to the galleria and walk around?

Sheldon: I don’t need anything at the Galleria. Do you need anything at the Galleria?

Raj: No. We would just walk around and see what’s what.

Sheldon: That’s a semantically null sentence.

Raj: Okay, well, how about this? From the university Web site, 7pm to 10pm, Norton Hall Multipurpose Room, mixer for grad students and faculty of the science and humanities departments. Whether you split atoms or infinitives, this is the place to be.

Sheldon: Well, that’s certainly amusing, but I have no interest.

Raj: Come on, Sheldon, the world is filled with people doing things outside. Let’s go outside. Outside is good.

Sheldon: If outside is so good, why has mankind spent thousands of years trying to perfect inside?

Raj: I don’t know, it’s a marketing scheme. Please, Sheldon, I’m a young, virile visitor from a foreign land and I need to strut my stuff.

Sheldon: Let me offer you a compromise. Sometimes when I feel stifled and want a change of scenery, I use my imagination.

Raj: Oh, boy.

Sheldon: One of my favourite places to visit is the two-dimensional world described in Edwin Abbott’s mathematical fantasy, Flatland.

Raj: I don’t want to go to Flatland.

Sheldon: You’re only saying that because you haven’t been there. I am now a hexagon in two-dimensional space and can only perceive the edges of other objects.

Raj: Oy.

Sheldon: Is that you, Raj? I don’t recognize your edge.

Raj: Sheldon, I’m begging you. I want to go to this mixer, and I don’t want to go alone.

Sheldon: Well, you’re in luck, there’s a mixer here in Flatland. Oh, look, there’s a sexually attractive line segment, you should chat her up.

Raj: What?

Sheldon: Tell her you’re a circle, Flatland gals are all hot for circles.

Scene: Leonard’s car.

Leonard: I hope you’re hungry, Bernadette, we’re going to a terrific restaurant.

Bernadette: Oh, yeah, I’m starved. When you spend all day in a bio-lab, watching flesh-eating bacteria skeletonize small rodents it really works up an appetite.

Howard: Flesh-eating bacteria. And yet, I still want to kiss this woman, what does that tell you?

Penny: That you’d be willing to die a horrible death on the off-chance you’d get to second base?

Bernadette: Oh, we’re way past second base. Right, Howard?

Howard: Well, we kind of disagree about what the bases are.

Bernadette: How’s your work going, Penny? Any acting jobs?

Penny: Well, the last big thing I did was this production of Diary of Anne Frank above a bowling alley. But I think things might be turning around pretty soon.

Leonard: Great. How come?

Penny: Well, promise you won’t make fun of me.

Leonard: Of course, I would never make fun of you.

Penny: Okay. Well, I went to this psychic who told me that if I cut my hair, I’m going to get a national commercial.

Leonard (laughing): Seriously? You’re getting career advice from a psychic?

Howard: Good job not making fun of her.

Penny: She’s not one of those phonies, okay. She wrote a book and has her own Web site.

Leonard: Oh, gee, why didn’t you say so? They don’t let just anyone have a Web site.

Penny: Why are you being such a jerk?

Leonard: You’re surprised? Your psychic didn’t tell you I was going to be a jerk?

Penny: Ha-ha, bite me.

Leonard: Come on, Penny.

Howard: Why don’t you kids go ahead and chat? We’re gonna make out back here.

Bernadette: I’m sliding into third.

Scene: The university mixer.

Raj: Thanks for coming with me.

Sheldon: Thanks for giving me your limited edition Green Lantern lantern.

Raj: Did you really have to bring it in with you?

Sheldon: What if evil strikes and my power ring runs low?

Raj: Come on, let’s get a drink.

Sheldon: I don’t drink.

Raj: Yeah, well I do. And when my wingman is carrying a Green Lantern lantern, I drink a lot. I’ll have a screwdriver, please. Don’t be chintzy with the screw.

Sheldon: I would like a root beer float.

Raj: Sheldon, they don’t have ice cream.

Sheldon: They don’t? Well, apparently, these people and I differ greatly on the definition of party.

Raj: He’ll have a Shirley Temple.

Sheldon: And don’t be chintzy with the Shirley.

Raj: Okay, let’s check out the females.

Sheldon: All right. There’s a female.

Raj: That’s Professor Wilkinson’s wife, she’s like 80 years old.

Sheldon: But she’s female. Isn’t that the game?

Raj: No. I’m looking for a hookup.

Sheldon: Oh, yes. So, the point of this exercise is for you to find someone to copulate with?

Raj: Not so loud, but ideally, yes. Thanks.

Sheldon: Thank you. And what is my function as wingman?

Raj: You help me run my game.

Sheldon: Okay. What is your game?

Sheldon: When I lie through my teeth to a woman, you nod and agree.

Girl: Hey, that’s pretty cool. What is it?

Sheldon: It’s a limited edition Green Lantern lantern. My friend is looking for someone to copulate with.

Girl: You’re very funny. I’m Abby.

Sheldon: I’m Sheldon. How do you do?

Raj: How do you do? Rajesh Ramayan Koothrappali. Call me Raj.

Abby: Hi, Raj. Where are you from?

Raj: The mysterious subcontinent of India.

Abby: Ooh, India.

Raj: You know India?

Abby: I saw Slumdog Millionaire.

Raj: Well, I’m a slumdog astrophysicist.

Sheldon: I thought your father was a gynaecologist. I’m sorry. (Smiles and nods)

Abby: Martha, come here. Meet Raj and Sheldon. This is my friend, Martha.

Martha: Hi.

Raj: Hello.

Sheldon: Hello.

Martha: Is that the limited edition Green Lantern lantern?

Sheldon: In brightest day, in darkest night, no evil shall escape my sight.

Martha: Oh, that is so awesome.

Sheldon: Thank you. Have you chosen one to copulate with?

Scene: A restaurant.

Bernadette: So, what should we talk about?

Howard: Well, we could always learn more about why people who believe in psychics are idiots. Leonard?

Penny: Oh, we don’t need to talk about that anymore. Leonard covered it pretty well in the car.

Leonard: I’m sorry, but facts are facts.

Penny: Right, and if you can’t understand it, it’s not a fact.

Leonard: No, if it’s not a fact, it’s not a fact.

Penny: Oh, got it. Thank you for educating me.

Leonard: You’re welcome. How’s your fish?

Penny: Amazing. Would you like to try some?

Leonard: Yeah, sure.

Penny: Well, the fact is, you can’t.

Leonard: Come on, Howard, Bernadette, you’re both scientists. Help me out here.

Howard: What do you think? Want to jump right into the middle of another couple’s argument?

Bernadette: No, thank you.

Howard: Sorry.

Leonard: Maybe we should just stop talking about this.

Penny: Maybe some of us should stop talking altogether.

Waiter: How is everything tonight?

Bernadette: Really uncomfortable.

Scene: The stairwell.

Leonard: You know, the best thing about being in a committed, monogamous, mutually supportive relationship is that even if you have different ideas, you can have a spirited debate, yet still care for, even make love with… (she shuts the door in his face) Want your fish? (Opens door, takes fish, closes it again) I knew you were going to do that. Doesn’t make me psychic! Attaboy, Leonard, make it worse. (Opens his own apartment door to find Sheldon, Raj and the two girls playing Rock Band and performing American Woman)

Leonard: What’s going on?

Sheldon: We scored. I’m the wingman.

 

Scene: Leonard’s lab.

Howard: Hey.

Leonard (handing him protective glasses): Laser.

Howard: Had a great night last night. I don’t like to kiss and tell, but somebody made it to eighth base.

Leonard: What the hell is eighth base?

Howard: Seventh base with shirt off. Well, my shirt. How’d things go with Penny?

Leonard: Oh, couldn’t be better.

Howard: Are we taking our relationship frustrations out on innocent Cylons?

Leonard: It’s not just Cylons. Superman’s next.

Howard: All right, I was going to try to squeeze in a little more mocking before lunch, but I can come back later when you don’t have a high-powered weapon.

Leonard: How can I go out with a woman who believes in psychics?

Howard: Hey, I once dated a girl who believed she was abducted by aliens.

Leonard: And that didn’t bother you?

Howard: Au contraire. It meant she was gullible and open to a little probing.

Leonard: What am I supposed to do, pretend I believe something I don’t whenever I’m with Penny?

Howard: Hey, I’m sure Penny fakes all kinds of things when she’s with you.

Leonard: Do me a favour, lean over, put your head right here.

Howard: Let me show you another way to look at this. Here we have the universe of all women. These are the ones you want to sleep with. These are the women who believe exactly what you believe. These are the women who would be willing to sleep with you. And right there in the

little triple intersection is your ideal mate. Odds are she’s a short physicist with low self-esteem who lives in a government research facility in China.

Leonard: What’s your point? In order to keep having a sexual relationship with Penny, I have to give up everything I believe in, my intellectual integrity, the very nature of who I am? I can’t do that, Howard.

Howard: I respect that. (Takes Leonard’s hand, draws a dot on it.)

Leonard: What is that?

Howard: Your new girlfriend. Have fun tonight.

Scene: The apartment. Sheldon is learning Finnish.

Sheldon: The dog… koira. The roof… katto. Grapes… ryp leet. (There is a knock on the door) One minute. Sis  n.

Raj: What was that?

Sheldon: It means come in. It’s taking forever to load the new operating system on my computer. I disinfected the kitchen and the bathroom, and now I thought I’d learn Finnish.

Raj: जो भी तुम्हारे नाव मंगाई. That’s Hindi for whatever floats your boat. Uh, listen, I got a text from that girl Abby, and she and her friend Martha want to hang out with us again. What do you say?

Sheldon: I don’t say anything. I merely offer you a facial expression that suggests you’ve gone insane.

Raj: I don’t get it. You had a great time.

Sheldon: Yes, exactly, I had a great time. That’s done, I’ve moved on to other things. For example, after I learn Finnish, I’m not going to learn Finnish again.

Raj: Please, Sheldon, I’m a lost Indian boy far from home, and I want a girlfriend and I want her to be Abby, and she’ll only come over if she can bring Martha.

Sheldon: Raj, I highly doubt there is any argument you can make, threat you might levy, rhetorical strategy, plea, invocation, supplication, or… vetoomus that you can employ that would convince me to reconsider.

Raj: My Incredible Hulk hands signed by Stan Lee.

Sheldon: Oh, my. I’ve admired these for years.

Raj: So does that mean we can go with the girls again?

Sheldon: Hulk agree to second date with puny humans!

Raj: You can’t wear the hands on the date.

Sheldon: Hulk sad.

Scene: The laundry room.

Leonard: Hey. Cleaning out the old dryer lint, huh? Not only is it courteous, it’s safety smart. Every year, 15,000 fires are caused by accidental dryer lint ignition. Now you’re supposed to say, wow, what an interesting fact. Come here, you crazy, nerdy guy. I could never be mad at you.

Penny: Wow, that’s all you got after you were the most obnoxious person on a double date that included Howard Wolowitz?

Leonard: No, I’m sorry. I really am. It’s not right to mock what a person believes in.

Penny: Thank you. Would you be willing to go to my psychic and see what it’s all about?

Leonard: Would you be willing to read a book that concisely explains how all psychics are frauds?

Penny: I would not.

Leonard: Okay, let’s go see your psychic.

Penny: Really?

Leonard: Well, yeah, one of us has to keep an open mind.

Penny: You saying I don’t have an open mind?

Leonard: No, not at all. Let me help you with this stuff.

Penny: You know, I believe in ghosts, too.

Leonard: Great.

Penny: And astrology.

Leonard: I know, and pyramid power and healing crystals.

Penny: Oh, no, no, no, crystals don’t work.

Leonard: Really, that’s the line? Psychics are real, but crystals are voodoo?

Penny: Oh, voodoo’s real. You don’t want to mess with voodoo.

Scene: The apartment.

Martha: Flatland is more than just a mathematical essay. It is also a treatise on Victorian social mores.

Sheldon: You know, I had never considered that. Wow, that’s going to completely change my visits there. Well, it’s late.

Martha: Uh-huh.

Sheldon: Time for bed.

Martha: Okay.

Sheldon: Good night, puny human! (He gets up and leaves).

Scene: Outside Sheldon’s bedroom.

Martha: Sheldon?

Sheldon: Yes?

Martha: Listen, they’re kind of getting busy in the living room, and I was wondering if I could hang out in here for a while.

Sheldon: Well, I suppose. Come in. I’ll sleep in Leonard’s room. Good night.

Source : Big Bang Theory Transcript

Kikavu ?

Au total, 90 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

stella 
31.01.2019 vers 12h

Kaleydu35 
23.01.2019 vers 20h

chocoubl 
11.11.2018 vers 11h

everrose 
10.11.2018 vers 18h

s1988 
01.09.2018 vers 19h

caskett64 
26.05.2018 vers 11h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Le quartier The Bold Type est ouvert sur Hypnoweb !
Nouveau quartier ! | The Bold Type

Découvre le 10ème numéro de notre magazine HypnoMag avec une interview exclusive de l'actrice Lisa O'Hare.
HypnoMag | Découvre le numéro 10 !

Activité récente
Dernières audiences
Logo de la chaîne CBS

12.24 : Clap de fin ! (inédit)
Jeudi 16 mai à 20:30
18.52m / 3.2% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

12.23 : Le constant change (inédit)
Jeudi 16 mai à 20:00
18.52m / 3.2% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

12.22 : Coup de foudre à Beverly Hill (inédit)
Jeudi 9 mai à 20:00
12.59m / 2.0% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

12.21 : Les Preuves du plagiat (inédit)
Jeudi 2 mai à 20:00
12.48m / 1.9% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

12.20 : Leonard se rebelle (inédit)
Jeudi 25 avril à 20:00
11.84m / 1.8% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant
Kaley Cuoco a créé sa société de productions, Yes, Norman Productions. Elle avait un droit d'option...

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn
Deux affiches promotionnelles de la série animée Harley Quinn, dans laquelle Kaley Cuoco double le...

The Big Bang Theory sur Netflix !

The Big Bang Theory sur Netflix !
Excellente nouvelle pour les fans de la série ! A partir du 01 juillet 2019, les épisodes de la 1ère...

Johnny Galecki bientôt père !

Johnny Galecki bientôt père !
L'interprète de Léonard, Johnny Galecki, a annoncé via les réseaux sociaux une heureuse nouvelle :...

La fin approche, les acteurs laissent leurs empreintes

La fin approche, les acteurs laissent leurs empreintes
Préparez vos mouchoirs, la fin de The Big Bang Theory sera diffusée le 16 mai 2019. Après avoir...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

mnoandco, Hier à 19:41

Il est encore temps de voter au sondage Blacklist afin de départager 5 créations de qualités. Merci

Fiona51092, Hier à 21:56

New sondage sur le quartier Shadowhunters.Qu'avez-vous pensez du final de la série ?

ophjus, Aujourd'hui à 09:13

3 animations et 3 jeux vous attendent sur The Bold Type !

mnoandco, Aujourd'hui à 13:13

L'animation wallpapers New Amsterdam/Doctor Who cherche encore quelques participants pour pimenter le concours.

mnoandco, Aujourd'hui à 13:13

Toutes les instructions sur l'un ou l'autre des quartiers et pas besoin de connaître les séries. Merci !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site