VOTE | 405 fans

#307 : Disputes Insupportables

Résumé : Une dispute entre Leonard et Penny montre ce que veux dire "inconvenant" à Sheldon.

Popularité


4.5 - 2 votes

Titre VO
The Guitarist Amplification

Titre VF
Disputes Insupportables

Première diffusion
09.11.2009

Première diffusion en France
03.11.2010

Vidéos

Plus de détails

Scenario: B. Prady, R. Rosenstock, J. Reynolds - Réalisation: Mark Cendrowski
Guests : Kevin Sussman (Stuart)

Leonard, Penny et Sheldon jouent à un jeu de société inventé par Sheldon. Pour éviter d'avoir à y rejouer, Penny invoque l'excuse que l'un de ses amis va arriver à l'aéroport. Leonard et elle commencent à se disputer lorsque celui-ci apprend que cet ami (un ex-petit ami) va venir dormir chez Penny, idée qui le rend mal-à-l'aise. Sheldon, qui n'aime pas les disputes, joue tout seul à son jeu, puis va mixer des glaçons pour couvrir le bruit. Penny sort, furieuse.

Dans la voiture de Leonard, celui-ci n'arrête pas de parler de sa dispute avec Penny. Sheldon est toujours très mal-à-l'aise d'entendre des disputes, alors il fait arrêter la voiture et en sort.
Les garçons sortent en vitesse de l'appartement, en retard pour aller au cinéma, ce qui stresse Sheldon. En descendant les escaliers, ils rencontrent Penny, qui se dispute encore avec Leonard.

Dans le magasin de comics, Howard se moque de Leonard à propos de sa dispute avec Penny, et lui conseille de s'excuser. Raj s'immisce dans la conversation et commence à se disputer avec Howard. Sheldon, à côté, explose de colère, car cela lui rappelle les disputes de ses parents.

Sheldon est assis au Cheesecake Factory et demande à Penny de venir s'excuser auprès de Leonard. Comme celle-ci refuse, il l'embête avec des questions sur le menu. Elle ne cède pas, mais il finit par faire une gaffe et empire les choses.
Dans leur appartement, Leonard rentre alors que Sheldon est sur son ordinateur. Ce dernier lui demande d'aller s'excuser auprès de Penny, mais celle-ci entre en furie pour demander des explications à Leonard à propos de ce que Sheldon lui a rapporté. Comme ils ont recommencé à crier, Sheldon s'est enfui, et ils partent tous les deux à sa recherche.

Sheldon est allé chez Raj, qui est en train de parler avec ses parents. Ils sont en train de se disputer, ce qui fait fuir Sheldon.
Penny et Leonard sont dans la voiture, cherchant toujours leur ami. Leonard n'aime pas la conduite de Penny.

Sheldon va chez Howard, mais le simple fait de sonner à la porte déclenche une dispute entre Howard et sa mère.
Leonard et Penny se rendent au magasin de comics où Sheldon s'est réfugié. En esssayant de le convaincre de revenir, ils recommencent à se disputer, mais finissent par le faire rentrer, au prix d'un robot et d'un comics.

Leonard et Penny, finalement réconciliés, sont dans leur lit. Penny a demandé à son ami d'aller dormir autre part. Il s'avère que cet autre endroit n'est autre que le canapé de Sheldon.

              SCENE : L’appartement de Leonard et Sheldon. 

Penny : Wow, Sheldon, je ne peux pas croire que tu aies conçu ton propre jeu.

Sheldon : Oh, « Labo de recherche » est bien plus qu’un jeu. Comme dit le slogan : « La physique est théorique, mais le plaisir est réel ».

Leonard : On doit pas jouer comme il faut.

Penny : Très bien, cinq. Un, deux, trois, quatre, cinq. Oh, wow, regardez ça, ma subvention de la Défense est renouvelée.

Sheldon : Oh ! Joli ! Maintenant, tu peux démolir ton cyclotron de Mathusalem et construire le Grand collisionneur de hardons.

Penny : Yay.

Sheldon : Tuas ça dans la peau, Penny. Après ce bêta test, vous aurez l’avantage sur Wolowitz et Koothrappali dimanche.

Leonard : Oh, zut, Sheldon, on pourra pas jouer dimanche.

Sheldon : pourquoi ?

Leonard : A cause des raisons que va t’énoncer penny. Penny ?

Penny : En fait, je dois aller chercher mon pote Justin à l’aéroport.

Leonard : Voilà, elle doit aller chercher Justin à l’aéroport. Et je ne peux pas jouer parce que je vais avec elle.

Penny : Euh, ouais, si tu veux. S’il y a de la place… Il a du matos : des guitares et des amplis.

Leonard : Attends. De quoi tu parles ?

Penny : Mon ami, Justin.

Sheldon : Fais attention, Leonard. C’est pourquoi elle ne peut pas jouer dimanche.

Leonard : Qui est Justin ?

Sheldon : A ton tour, Leonard.

Penny : Je t’en ai parlé.

Leonard : Non, tu ne la pas fais.

Sheldon : Lance les dés, Leonard.

Penny : Ouais, mon pote guitariste d’Omaha. Il cherche du boulot à Los Angeles, donc je l’ai invité à dormir sur mon sofa pour quelques semaines.

Sheldon : Allez, Leonard, si tu fais six, Penny va mourir à cause d’une fusion nucléaire. Tu vois ce que je veux dire quand je dis que le plaisir est réel.

Leonard : Attends. Un gars va dormir sur ton sofa ?

Penny : C’est pas un gars. C’est mon ami.

Leonard : Donc, par ami, tu veux juste dire ami, un ami gay ou un ex qui est maintenant platonique, mais qui ressent encore des choses pour toi ?

Penny : Eh bien, il est clairement pas gay.

Leonard : Oh, un musicien clairement pas  gay qui dort sur le sofa de ma copine. Youpi.

Penny : D’accord, on est sorti ensemble, mais il ya longtemps. Et on n’était pas vraiment ensemble.

Leonard : Sans vouloir étaler ma science, sortir ensemble est synonyme d’être ensemble, ce qui est un euphémisme bien connu de se voir tout nu.

Sheldon : Je lance pour toi.

Penny : Ca te pose un problème que je l’héberge ?

Leonard : Quel a été ton premier indice ?

Sheldon : Oh oh, un accident industriel.

Penny : Tu sais quoi ? Me prends pas pour une idiote.

Leonard : Je dis pas que t’es idiote ! Je dis que ton idée est idiote !

Sheldon : Vous avez accidentellement regardé un laser hélium-argon. Perdez un tour et une rétine.

Penny : Tu me prends pour une idiote ? C’est mon ami, mon sofa et c’est ma vie !

Sheldon : C’est aussi ton tour.

Leonard : Tu sais quoi ? C’est ta vie. Tu veux un stupide guitariste sur ton sofa, vas-y. tu peux même louer des lits superposés pour inviter les Black Eyed Peas !

Penny : Hé, j’inviterais tout un festival à dormir chez moi, si je voulais ! Et c’est pas tes affaires !

Leonard : Tu t’entends parler ? T’es vraiment une gamine.

Penny : Oh, maintenant, je suis une gamine ? C’est toujours mieux qu’une idiote !

Leonard : Les deux ne sont pas incompatibles.

Penny : Oh tu es … (Sheldon fait du bruit). Qu’est-ce qu’il fait ?

Leonard : Il couvre nos cris. Il n’aime pas les disputes.

Penny : Sheldon, arrête. On se dispute plus ! Oh et je te rappelle que c’est moi qui t’ai fait découvrir les Black Eyed Peas !

Leonard : Je les connaissais. Je savais pas qu’ils faisaient de la musique. Sheldon, elle est partie. Tu peux éteindre le mixeur.

Sheldon : Votre relation est en train de tourner au vinaigre ?

Leonard : Non, c’est juste une prise de bec.

Sheldon : Regarde le bon côté des choses. Du fait du forfait de Penny, tu es le premier vainqueur de « Labo de recherche ». Tu veux une glace commémorative ?

 

Générique.

               

                SCENE : La voiture de Leonard.

Leonard : Je ne comprends  pas comment elle peut m’annoncer qu’un ex va dormir sur son sofa ?

Sheldon : Hey, j’ai pensé à un jeu qu’on pourrait faire en voiture.

Leonard : Je ne veux pas jouer, Sheldon.

Sheldon : Ca s’appelle « Scientifiques ». Maintenant, je vais citer trois scientifiques, puis tu devras les mettre dans l’ordre selon leur contribution dans leur domaine respectif. Pour augmenter l’intérêt du jeu, il faut tenir compte que de leur contribution, pas de la réputation du domaine. Par exemple : Abu Musa Jâbir ibn Hayyân a davantage contribué au domaine discrédité de l’alchimie qu’Halbert Vanderplatt à la neurologie. Ok, tu es prêt à t’amuser ?

Leonard : Un ex qui n’est clairement pas gay. Un mot qu’on aime tous entendre, clairement.

Sheldon : Très bien, je commence par une facile : Isaac Newton, Madame Curie et Niels Bohr.

Leonard : Je dis un mini truc et c’est moi qui ai tous les torts !

Sheldon : Indice, Madame Curie s’est fait aider par son mari.

Leonard : Que suis-je censé dire ? Vas-y Penny, ça me dérange pas que ton ex dorme chez toi. Ça me fait une belle jambe ! Je suis la jolie Penny et je fais ce que je veux ! Oh, j’ai compris. Tu penses me faire une faveur en sortant avec moi ! Non, non Leonard, je le fais rien qu’en «étant dans la même pièce que toi !

Sheldon : Leonard, arrête la voiture.

Leonard : Quoi ?

Sheldon : Je n’en peux plus de vos disputes 

 

              SCENE : Le palier, devant l’appartement de Leonard et Sheldon.

Sheldon : Allez, allez, on est en retard.

Leonard : Calme-toi, on sera à l’heure.

Sheldon : Je crois que ma panique est appropriée à la situation. Le film commence dans 17 minutes, il faut que tous les feux soient verts sur Colorado Boulevard. Et c’est raté pour les bonbons et l’urination préventive.

Raj : Oh, mec, fallait dire ça avant que je finisse ma canette de Red Bull.

Sheldon : Allez, allez, Power Rangers, allez !

Penny : Hey.

Leonard : Hey, On va, euh, au cinéma.

Sheldon : Non, c’est faux. Nous restons plantés sur le palier à cause d’une rencontre embarrassante.

Leonard : Attends. Ils ont remasterisé Bandits, bandits. Tu veux pas venir, hein ?

Penny : Pas vraiment, non.

Sheldon : Très bien, invitation lancée inutilement, invitation déclinée comme prévu, pas de dispute. Passez une bonne soirée.

Leonard : Laissez-nous une minute.

Howard : Oh, prend tout le temps dont tu as besoin.

Leonard : Alors, on va parler de ce qui s’est passé la nuit dernière ?

Penny : Tu es prêt à t’excuser ?

Leonard : Non.

Penny : Mauvaise réponse. Merci d’avoir joué.

Leonard : Oh, allez. C’est idiot.

Penny : Tu recommences ! Tu me trouves idiote.

Leonard : Non, y a une différence entre être idiote et faire l’idiote.

Penny : Ah, oui. Y a une différence entre être bête et être abruti !

Leonard : Non, il n’y en a pas, c’est des synonymes !

Raj : Eh bien, c’était désagréable.

Howard : Oui, je n’aurai plus besoin d’uriner avant le film.

Sheldon : Leonard, à son arrivée, il y a trois ans, je t’avais dit de ne pas lui parler. Et maintenant, on va être en retard au cinéma.

 

                SCENE : Le magasin de comics.

Howard : Hey, regarde ! Amazing Spider-Man 183.

Sheldon: Je l’ai.

Howard: C’est celui où s$Spider-Man perd un gros combat et se fait ensuite plaquer par sa copine. Tu veux que je te l’achète ? Ca te changera les idées.

Stuart : Salut, les gars. Vous faites quoi ?

Leonard : Oh, on a deux heures à tuer avec la prochaine projection de Bandits, bandits.

Stuart : Oh, eh bien, pas de problème. J’envisageais de fermer plus tôt et rentrer chez moi, mais mon appartement est juste plus petit et tout aussi rempli de comics.

Leonard : Merci, Stuart. Je peux te demander quelque chose. Tu trouves ça normal que l’ex de Penny dorme chez elle ?

Howard : Non, elle dépasse les bornes.

Leonard : Merci.

Howard : Mais si elle te largue, elle t’aura remplacé demain matin. Toi, t’auras une nouvelle copine quand tu sauras en fabriquer une. Il n’y a qu’une seule question : quand cèderas-tu ?

Leonard : Je ne vais pas céder.

Raj : Eh bien, excuse-moi, je ne pense pas que Penny ne dépasses les bornes. Elle ne t’appartient pas. Comme le chante Beyonce : Si tu l’aimes, passe-lui la bague au doigt.

Howard : Allez, quand elle a appris que ça énervait Leonard, elle aurait dû annuler.

Raj : Tu peux parler. Tu devais m’accompagner à un cours de cuisine et tu as préféré faire un jeûne à base de jus de fruits avec ta mère !

Howard : Je ne savais pas que ça t’avais énervé.

Raj : Vraiment ! Tu as raté les signes subtils, comme Howard, je suis énervé ?

Howard : D’accord, désolé.

Raj : Ca a peut-être un sens différent dans ce pays. En Inde, ça veut dire qu’un dénommé Howard nous énerve.

Howard : J’ai dit que j’étais désolé.

Raj : Désolé, n’empêche que j’ai dû cuisiner un poulet au riz avec un végétarien. Tu sais ce que c’est un poulet au riz végétarien ? Du riz.

Howard : Oui, eh bien, tu crois que je m’éclatais ? J’ai passé la soirée à écouter ma mère dire : T’avais déjà pissé autant dans ta vie ?

Raj : Oh, mon Dieu, quel fils à maman.

Howard : Hey, ne parle pas de ma mère.

Raj : C’est toi qui as commencé.

Sheldon : Arrêtez, tous les deux. Toutes ces disputes, je me croirais avec mes parents. « Je t’ai dit que je te quitterais si tu arrêtais pas de boire, George ! Alors, t’es une menteuse. Je suis beurré et t’es toujours là. Arrête de crier ! Tu fais pleurer Sheldon. Tu sais pourquoi il pleure ? Parce que tu l’as appelé Sheldon. »

Howard : Pourquoi il est aussi énervé ?

Raj : Oh, bien sûr. Tu sais quand Sheldon est énervé.

 

                SCENE : Le Cheesecake Factory.

Penny : Oh, merci beaucoup. A bientôt. Revenez avec l’autre moitié de mon pourboire. Hé, Sheldon, qu’est-ce que tu fais ici ?

Sheldon : C’est un restaurant. Il est midi. En tant que serveuse, tu devrais connaître ce paradigme.

Penny : Leonard va venir ?

Sheldon : Non, il attend que tu lui présentes tes plates excuses.

Penny : Eh bien, ça n’arrivera jamais.

Sheldon : Je m’en doutais. D’où la vraie raison de ma présence.

Penny : Qui est ?

Sheldon : Je veux que tu lui présentes tes plates excuses.

Penny : Je suis occupée.

Sheldon : Excuse-moi. Mademoiselle. J’aimerais commander à manger.

Penny : Bien. Qu’est-ce que tu veux ?

Sheldon : J’ai des questions. Vous proposez une soupe et un demi-sandwich ?

Penny : Oui.

Sheldon : D’où vient exactement ce demi-sandwich ? C’est la moitié du sandwich de quelqu’un d’autre ? Ou je dois attendre que quelqu’un commande l’autre moitié ?

Penny : Non, non, Sheldon, ils font juste un demi-sandwich.

Sheldon : Vous ne pouvez pas faire un demi-sandwich. Si ce n’est pas la moitié d’un sandwich, ce n’est qu’un petit sandwich.

Penny : Très bien, c’est une soupe et un petit sandwich. C’est ce que tu veux ?

Sheldon : Bien sûr que non. La même chose que d’habitude.

Penny : Très bien.

Sheldon : Tu ne demandes pas si je désire une boisson ?

Penny : Tu prends toujours une limonade ?

Sheldon : Oui.

Penny : Tu veux une limonade ?

Sheldon : Oui.

Penny : Autre chose ?

Sheldon : Oui, je veux que tu présentes tes excuses à Leonard.

Penny : Je ne vais pas m’excuser. J’ai rien fait de mal. Il a une réaction excessive.

Sheldon : Aucun rapport, votre désaccord rend ma vie intolérable.

Penny : Eh bien, je suis désolée, Sheldon, mais ça ne te concerne pas.

Sheldon : Je ne comprends pas.

Penny : Ouais, ouais, j’arrive. Sheldon, je dois y aller.

Sheldon : Très bien, supposons que, dans ce cas, Leonard se trompe.

Penny : Leonard se trompe.

Sheldon : Vu le nombre de tes transgressions sur lesquelles il a fermé les yeux, tu ne pourrais pas lui rendre la pareille ?

Penny : J’arrive. Au revoir, Sheldon. Quelles transgressions, j’ai commis ?

Sheldon : Tu imaginais que Leonard n’avait jamais à se plaindre de toi ?

Penny : Comme quoi ? Oui, oui, je vous vois, vous voulez l’addition. Minute papillon. De quoi Leonard se plaint ?

Sheldon : De ta conduite, de la pléthore d’animaux en peluche qui le dévisagent durant vos activités amoureuses. Ton manque de ponctualité, ta manie de chanter.

Penny : De chanter ?

Sheldon : Ca vient de ma liste. Mais Leonard serait fou de penser autrement.

Penny : D’accord, si Leonard a un problème avec moi, pourquoi il a rien dit ?

Sheldon : Parce que selon lui, tu es susceptible.

Penny : Oh, vraiment ? Rends-moi service et dis-lui d’aller se faire voir.

Sheldon : Pas étonnant que ses clients soient si avares en pourboire.

 

                SCENE : L’appartement de Leonard et Sheldon.

Leonard : Hey.

Sheldon : Oh, très bien. Tu es là. Rends-moi service.

Leonard : Bien sûr.

Sheldon : Va t’excuser auprès de Penny.

Leonard : Quoi ?

Sheldon : Maintenant, ce serait bien.

Penny (entrant) : Leonard !

Sheldon : Mais ça aurait été mieux quelques minutes plus tôt.

Penny : Il paraît que mes peluches, ma conduite et ma ponctualité t’insupportent.

Leonard : Quoi ? Qui a bien pu te dire ça ? Pourquoi tu lui as dit ça ?

Penny : Ca, on s’en moque. Alors, c’est vrai ?

Leonard : Bon, oui, c’est vrai. Mais je peux vivre avec. Par contre, ça me dérange un peu que tu m’informes à la dernière minute qu’un mec va dormir chez toi !

Penny : Le vrai problème, c’est que t’as pas confiance en moi !

Leonard : Oh, allez. Sheldon, ai-je déjà dit que je n’avais pas confiance en Penny ? Sheldon ? Où il est ?

Penny : Tes hurlements l’ont sûrement effrayé.

Leonard : Où tu vas ? Tu t’éclipses en pleine dispute ?

Penny : Non, je vais aller retrouver ton colocataire avant qu’il se fasse écraser en traversant la rue !

Leonard : Pourquoi tu l’as pas dit plus tôt ?

Penny : Oh, maintenant, j’ai besoin de ta permission pour ça aussi.

Leonard : Je ne lis pas dans tes pensées, Penny !

Penny : Vraiment ? Pourquoi pas ? T’es si futé et moi, si stupide !

 

                SCENE : L’appartement de Raj.

Sheldon : (Toc, toc, toc) Raj, (Toc, toc, toc) Raj, (Toc, toc, toc) Raj.

Raj : Arrête de frapper. C’est ouvert. S’il te plaît, tu veux bien dire à mes parents que nos recherchent sont à un tournant et que je ne peux pas venir au mariage de mon cousin Sanjay ?

Mme Koothrappali : Sheldon, demande à notre fils ce que nous devons dire aux Cheldry dont la fille, Lakshmi, rentre de Londres, dans l’unique but de le rencontrer.

Raj : Je ne vous ai rien demandé !

Mme Koothrappali : Tu devrais nous remercier.

Dr Koothrappali : Oui, Lakshmi s’est fait poser un anneau gastrique. Profites-en pour la séduire avant qu’elle perde du poids et retrouve de l’amour-propre.

Raj : Je m’en moque ! Je peux trouver une femme par moi-même !

Mme Koothrappali : Tu as 27 ans et tout ce qu’on a pour belle-fille, c’est ce garçon juif Howard.

Raj : C’est un coup bas. Sheldon, dis à mes parents qu’Howard et moi, on est juste ami. Sheldon ? Howard et moi sommes juste amis. Très bien. Je vais venir à la maison pour le mariage de Sanjay.

 

                SCENE : La voiture de Penny.

Penny (par la fenêtre) : Sheldon !

Leonard : Tu fais quoi ? C’est pas un chien perdu.

Penny : Hey, laisse-moi faire et continue d’appuyer sur ta pédale de frein imaginaire.

Leonard : Le frein est imaginaire, mais pas le stop que tu viens de griller.

Penny : Quel stop ?

Leonard : Les yeux sur la route ! Les yeux sur la route !

 

                SCENE : L’entrée de chez Howard. Sheldon sonne à la porte.

Mme Wolowitz : Howard, va ouvrir ! Je suis occupée.

Howard : Je suis occupé aussi. Toi va ouvrir.

Mme Wolowitz : Je ne peux pas ! Je suis aux toilettes.

Howard : Pour l’amour de Dieu, j’ai pas besoin d’entendre ça ! Tu peux pas simplement dire : je suis occupée.

Mme Wolowitz : C’est ce que j’ai dit, mais ça te suffisait pas !

Howard : Tu sais quoi, j’espère que c’est un cambrioleur et qu’il va abréger mes souffrances.

Mme Wolowitz : Eh bien, si c’est un cambrioleur, lui dis pas que je suis aux toilettes.

Howard : Il n’y a personne. Tu perds la boule, vieille folle !

 

                SCENE : Le magasin de comics.

Leonard : Hey, Stuart, tu as vu Sheldon ?

Stuart : Oui, c’est, heu, il est au rayon des romans graphiques. Il s’est fait un nid.

Leonard : Merci.

Stuart : Euh, Penny ?

Penny : Oui.

Stuart : Tout va bien ?

Penny : Comment ça ?

Stuart : Sheldon m’a dit pour ta dispute avec Leonard.

Penny : Ouais, on peut dire ça. Mais rien de méchant.

Stuart : Oh, bon, bon. (Elle s’éloigne). Je t’aime.

Leonard : Je partirai pas d’ici avant que tu m’aies répondu.

Penny : Qu’est-ce qui se passe ?

Leonard : C’est dur à expliquer. Il prétend être dans une dimension parallèle située dans le même espace que le nôtre, mais où il ne nous voit pas.

Sheldon : Ne frime pas trop. Je ne fais que t’ignorer.

Penny : Allez, Sheldon, rentrons à la maison. C’est fini, plus de disputes.

Sheldon : J’ai déjà entendu ça avant. Et ensuite, je devais me cacher dans ma chambre et mette une cassette audio à fond, pendant que ma mère hurlait que Jésus la pardonnerait si elle empoisonnait mon père. Et mon père jouait au ball-trap avec mes assiettes de ma mère.

Penny : Bon, il n’y aura ni cri ni ball-trap.

Sheldon : Vraiment ? Où va dormir ton ami Justin ?

Leonard : Oui, où va-t-il dormir ?

Penny : Oh, mon Dieu, tu peux pas lâcher l’affaire ?

Stuart : J’aurais lâché l’affaire.

Leonard : Pourquoi je devrais lâcher l’affaire ? Dis-lui de trouver un autre dortoir ! Oh, pour l’amour de Dieu. Tu as eu des problèmes durant ton enfance. Comme nous tous. Un jour, tu dois grandir et surmonter.

Penny : Leonard, tu me laisse faire, s’il te plaît ? Sheldon, s’il te plaît, essaie de comprendre. Leonard et moi sommes ensemble, et parfois, on se fâche. Mais quoiqu’il se passe entre nous, nous t’aimerons toujours. N’est-ce pas, Leonard ?

Leonard : C’est assez long, toujours. Bien sûr. Toujours.

Penny : Et si on t’achetait ce robot et qu’on rentrait à la maison ?

Sheldon : Je préfère celui-là.

Penny : D’accord, prends celui-là.

Leonard : Oh, allez, il va jouer deux fois avec et il finira avec les autres dans son placard.

Penny : Achète-lui le robot, Leonard.

Sheldon : Je peux prendre ce comic aussi ?

Penny : Oui, tu peux.

Stuart : Encore toi.

 

                SCENE : Le lit de Penny.

Leonard : Qu’a dit Justin quand tu lui as dit qu’il pouvait pas venir ici ?

Penny : Il est musicien. Il pourrait dormir dans son vomi.

 

                SCENE : L’appartement de Leonard et Sheldon.

Sheldon : J’aurais dû demander bien plus qu’un comic et un robot.

 

Fin de l’épisode.

Scene: The apartment.

Penny: Wow, Sheldon, I cannot believe you made up your own game.

Sheldon: Oh, Research Lab is more than a game. It’s like the slogan says, the physics is theoretical, but the fun is real.

Leonard: We must not be playing it right.

Penny: All right, five. One, two, three, four, five. Oh, wow, look at that, my Department of Defence research grant is renewed.

Sheldon: Oh! Great roll! Now you can demolish your Soviet-style cyclotron and build the large Hadron Collider.

Penny: Yay.

Sheldon: You’re a natural at this, Penny. And as the first beta testers, you two’ll have quite the edge when we play with Wolowitz and Koothrappali on Sunday.

Leonard: Oh, gee, Sheldon, I don’t think we can play on Sunday.

Sheldon: Why not?

Leonard: Because of the reasons that Penny will now tell you. Penny?

Penny: Actually, I have to pick up my friend Justin from the airport.

Leonard: There you go, she has to pick up her friend Justin at the airport, aAnd I can’t play ’cause I’m going with her, right?

Penny: Um, yeah, if you want. I mean, there may not be room. He’s got a lot of stuff, like guitars and amplifiers.

Leonard: Wait. What are you talking about?

Penny: My friend, Justin.

Sheldon: Pay attention, Leonard. That’s why she can’t play on Sunday.

Leonard: Who is this Justin?

Sheldon: Your turn, Leonard.

Penny: I told you about him.

Leonard: No, you didn’t.

Sheldon: Roll the dice, Leonard.

Penny: Yeah, my friend from Omaha, plays the guitar. Anyway, he’s coming to L.A. looking for some session work, so I told him he could just crash on my couch for a few weeks.

Sheldon: Come on, Leonard, if you roll a six, Penny dies horribly in a nuclear meltdown. See what I mean when I say the fun is real?

Leonard: Hang on. Some guy is going to be sleeping on your couch?

Penny: He’s not some guy. He’s my friend.

Leonard: So by friend, do you mean friend friend, gay friend, or ex boyfriend who you’re now platonic with but still might have a thing for you friend”?

Penny: Well, he’s definitely not gay.

Leonard: Oh, a definitely not gay musician sleeping on my girlfriend’s couch. Yippee.

Penny: Okay, we went out a little bit, a long time ago, but we were never like going out.

Leonard: Okay, not to be pedantic, but the last I checked went out was in fact the past tense of going out, which I think we all know is a popular euphemism for saw each other naked.

Sheldon: I’ll just roll for you.

Penny: Do you have a problem with Justin staying with me?

Leonard: What was your first clue?

Sheldon: Uh-oh! Industrial accident.

Penny: You know what? Don’t talk to me like I’m an idiot.

Leonard: I’m not talking to you like you’re an idiot! I’m saying the whole idea is idiotic!

Sheldon: You accidentally stare at a helium-argon laser. Lose one turn and a retina.

Penny: How is that not talking to me like I’m an idiot? It’s my friend, it’s my couch, and it’s my freakin’ life!

Sheldon: It’s also your roll.

Leonard: You know what? It is your life. If you want to have some stupid guitarist stay on your couch, then fine. Why don’t you just rent some bunk beds and invite The Black Eyed Peas?

Penny: Hey, if I want to invite the entire line up of Lollapalooza to sleep in my apartment, I will, and it’s none of your business!

Leonard: Are you listening to yourself? Do you know how childish you sound right now?

Penny: Oh, now I’m a child? Well, at least I’m not an idiot anymore!

Leonard: The two aren’t mutually exclusive!

Penny: Oh, you are such a… (Sheldon has placed ice in the blender and turned it on) What the hell is he doing?

Leonard: He’s drowning us out. He doesn’t like fighting.

Penny: Sheldon, just stop, look, the fight is over. Oh, and FYI, you never even heard of The Black Eyed Peas until you met me!

Leonard: I heard of ‘em. Didn’t know they were a band. Sheldon, she’s gone. You can turn off the blender.

Sheldon: Has your relationship reached its inevitable ugly end?

Leonard: No, we just had a little spat.

Sheldon: Look on the bright side. As the result of Penny’s forfeit, you have become the world’s first winner of Research Lab. Would you like a commemorative snow cone?

Credits sequence

Scene: Leonard’s car.

Leonard: I don’t get how she can just announce that an old boyfriend is going to be sleeping on her couch.

Sheldon: Hey, I thought of a game we can play in the car.

Leonard: I don’t want to play a game, Sheldon.

Sheldon: It’s called Scientists. Now, I will name three scientists, then you will put them in order of the size of their contribution to their respective fields. To make this game even more compelling, you must consider only the contribution of the man to the field, not the validity of the field itself. For example, Abu Musa Jabir ibn Hayn made a greater contribution to the discredited field of alchemy than Halbert Vanderplatt made to neurobiology. Okay, ready to have some fun?

Leonard: An old boyfriend who’s definitely not gay. That’s what a guy likes to hear, definitely.

Sheldon: All right, I’ll start with an easy one, um, Isaac Newton, Madame Curie and Niels Bohr.

Leonard: And then I say one little thing and I end up being the bad guy!

Sheldon: Hint, Madame Curie had her husband to help her.

Leonard: What am I supposed to say? Sure, Penny, I’m cool with your old boyfriend sleeping in your apartment. Well, Leonard, it doesn’t matter if you’re cool or not because I’m Penny and I’m pretty and I can do whatever the hell I want! Oh, I get it! You think you’re doing me a favour just by being in a relationship with me! No, no, Leonard! I’m doing you a favour just by being in the same room as you!

Sheldon: Leonard! Stop the car!

Leonard: What?

Sheldon: I can’t listen to the two of you fight anymore.

Scene: Leaving the apartment.

Sheldon: Come on, come on, we’re late.

Leonard: Calm down, we’ll make the movie.

Sheldon: I believe my alarm is appropriate, given the situation. The movie starts in 17 minutes, which means we’ll need to make all the lights on Colorado Boulevard, plus skip the concession stand, and preshow urination.

Raj: Oh, dude, I wish you had said something before I pounded that last Red Bull.

Sheldon: Go, go, Power Rangers, go!

Penny: Hey.

Leonard: Hey. We’re, uh, going to the movies.

Sheldon: No, we’re not. We’re standing in the hallway, suffering through an awkward encounter.

Leonard: Hang on. They’re showing a new digital print of Time Bandits, you wouldn’t want to come, would you?

Penny: Not really, no.

Sheldon: All right, invitation pointlessly offered, invitation declined as expected, everyone’s civil, nobody’s fighting. Have a nice evening.

Leonard: Just give us a minute.

Howard: Oh, take all the time you need.

Leonard: So, are we going to talk about last night?

Penny: Are you ready to apologize?

Leonard: No.

Penny: E-e-e-e-eh! Wrong answer, but thank you for playing.

Leonard: Oh, come on. This is stupid.

Penny: Oh, there it is again! You think I’m stupid!

Leonard: No, there’s a difference between being stupid and acting stupid.

Penny: Oh, yeah? well, there’s a difference between being a jerk and being an ass!

Leonard: No, there isn’t! They’re synonyms!

Raj: Well, that was rather unpleasant.

Howard: Yeah, I don’t think I need my preshow urination anymore.

Sheldon: Leonard, when that woman moved in three years ago I told you not to talk to her, and now look, we’re going to be late for the movies.

Scene: The comic book store.

 

Howard: Hey! Look! Amazing Spider-Man 183.

Sheldon: Got it.

Howard: Remember this one? Spider-Man loses a big fight and then his girlfriend breaks up with him. Want me to get it for you? It’ll help take your mind off things.

Stuart: Hey, guys. What’s going on?

Leonard: Oh, we need to kill a couple hours till the next showing of Time Bandits.

Stuart: Oh, well, no problem. I was thinking of closing early and going home, but let’s face it, that’s just a slightly smaller lonely room filled with comic books.

Leonard: Thanks, Stuart. Let me ask you something. Do you think it’s okay for Penny to have an ex-boyfriend sleep on her couch?

Howard: No, I mean, she’s obviously way out of line.

Leonard: Thank you!

Howard: But if she dumps you, she’ll have a new boyfriend by tomorrow morning and you’ll have a new girlfriend when you figure out how to build one. So the only question is, how long until you fold?

Leonard: I am not going to fold.

Raj: Well, excuse me, I don’t think Penny’s out of line at all. You don’t own her. It’s like my girl, Beyonce says, if you like it, you shoulda put a ring on it.”

Howard: Come on. At the very least, when she found out Leonard was upset about it, she should’ve backed off.

Raj: You mean like when a guy’s upset because his friend agreed to take a cooking class with him and then doesn’t show up because he’s doing a juice fast with his mother?

Howard: I didn’t know you were upset about that.

Raj: Really! Did you miss all the subtle indicators, like me saying, Howard, I am upset.

Howard: Okay, sorry.

Raj: Maybe it means something different in this country. Back in India, it means you’re upset with a guy named Howard!

Howard: I said I’m sorry.

Raj: Sorry doesn’t make up for the fact that I had to make chicken and rice with this vegan guy. Do you know what vegan chicken and rice is? Rice!

Howard: Yeah, well, you think I was having fun, sitting around all night listening to my mother say “Have you ever peed so much in your life?”

Raj: Oh, my God, you are such a mama’s boy.

Howard: Hey, don’t bring my mother into this!

Raj: You brought your mother into this!

Sheldon: Stop it, both of you. All this fighting, I might as well be back with my parents! Damn it, George, I told you if you didn’t quit drinkin’ I’d leave you! Well, I guess that makes you a liar, ’cause I’m drunk as hell and you’re still here! Stop yelling! You’re making Sheldon cry! I’ll tell you what’s making Sheldon cry! That I let you name him Sheldon.

Howard: Boy, what got him so upset?

Raj: Oh, sure, you can tell when Sheldon’s upset.

Scene: The Cheesecake Factory.

 

Penny: Oh, thank you very much. Come back soon. With the other half of my tip. Hey, Sheldon, what are you doing here?

Sheldon: This is a restaurant. It’s lunchtime. I would think, as a waitress, you’d be familiar with the paradigm.

Penny: Is Leonard coming?

Sheldon: No, I believe Leonard is waiting for you to come crawling back to him and apologize.

Penny: Well, that’s not gonna happen.

Sheldon: I assumed that would be your attitude. Hence, my true purpose in coming here.

Penny: Which is?

Sheldon: I want you to crawl back to him and apologize.

Penny: I’m busy.

Sheldon: Excuse me, miss. I’d like to order lunch.

Penny: Fine. What do you want?

Sheldon: I have a few questions. First, I notice that you offer soup and a half-sandwich?

Penny: Yes.

Sheldon: Where exactly does the half-sandwich come from? Are you giving me half of someone else’s sandwich, or do I have to wait for someone else in the restaurant to order the other half?

Penny: No, no, Sheldon, they just make a half-sandwich.

Sheldon: You can’t make a half-sandwich. If it’s not half of a whole sandwich, it’s just a small sandwich.

Penny: Okay, fine, it’s soup and a small sandwich. Is that what you want?

Sheldon: Of course not. I’ll have my usual.

Penny: Great.

Sheldon: Aren’t you going to ask me if I want a beverage?

Penny: Don’t you usually get lemonade?

Sheldon: Yes.

Penny: Do you want lemonade?

Sheldon: Yes.

Penny: Anything else?

Sheldon: Yes, I want you to apologize to Leonard.

Penny: I am not going to apologize. I’ve done nothing wrong. He is completely overreacting.

Sheldon: Irrelevant. The disruption in your relationship is making my life intolerable.

Penny: Well, I’m sorry, Sheldon, but this really isn’t about you.

Sheldon: I don’t follow.

Penny: Yeah, yeah, I’ll be right there. Look, Sheldon, I have to go.

Sheldon: All right, let’s assume, ad argumentum, that in this case, Leonard is wrong.

Penny: Leonard is wrong.

Sheldon: Considering the number of transgressions you’ve committed that he’s overlooked, don’t you think that, just this once, you could return the favour?

Penny: I’m coming. Goodbye, Sheldon. What do you mean, transgressions I’ve committed?

Sheldon: Were you under the impression that Leonard has no complaints about you?

Penny: Like what? Yeah, yeah, I see you, you’re making a little cheque sign in the air, I got it, just hold your horses. What does Leonard complain about?

Sheldon: Your driving, the plethora of stuffed animals on your bed that stare at him during your amorous activities, your constant tardiness, your singing.

Penny: My singing?

Sheldon: That’s actually from my list, but Leonard would be a fool if he didn’t agree with it.

Penny: Okay, if Leonard has so many problems with me, why hasn’t he just said so?

Sheldon: Because, according to him, you’re oversensitive and have a temper.

Penny: Oh, really? Well, then, do me a favour and tell Leonard that he can drop dead!

Sheldon: And she wonders why she’s constantly undertipped.

Scene: The apartment.

Leonard: Hey.

Sheldon: Oh, good, you’re home. I need you to do me a favour.

Leonard: Sure.

Sheldon: Go apologize to Penny.

Leonard: What?

Sheldon: Right now would be good.

Penny (knocking): Leonard!

Sheldon: Although, a few minutes ago would have been better.

Penny: I hear you don’t like my stuffed animals, my driving or my punctuality.

Leonard: What? Who would tell you something like that? Why would you tell her something like that?

Penny: It doesn’t matter why he told me. It’s true, isn’t it?

Leonard: Okay, yeah, it’s true, but I can live with that stuff. What I can’t live with is you casually informing me that some guy’s going to be staying in your apartment without even asking me first!

Penny: That isn’t even your problem, the problem is you don’t trust me!

Leonard: Oh, come on. Sheldon, have you ever once heard me say that I don’t trust Penny? Sheldon? Where did he go?

Penny: Oh, your yelling must have freaked him out again.

Leonard: Where are you going? You just walk away in the middle of an argument?!

Penny: No, I’m going to go find your damn roommate before he hurts himself trying to cross the street or something!

Leonard: Why didn’t you say so?

Penny: Oh, now I need your permission for that, too?!

Leonard: Well, I can’t read your mind, Penny!

Penny: Really? Why not? You’re so smart, and I’m so dumb!

Scene: Raj’s apartment.

Sheldon: (Knock, knock, knock) Raj. (Knock, knock, knock) Raj. (Knock, knock, knock) Raj.

Raj: Stop knocking! It’s open! Please tell my parents that our dark matter research is at a critical juncture, and I can’t come home for my cousin Sanjay’s wedding.

Mrs Koothrappali: Sheldon, ask our son what we’re supposed to say to Mr. and Mrs. Choudhry, whose daughter, Lakshmi is flying in from London, for the sole purpose of meeting him.

Raj: I didn’t ask you to set me up with Lakshmi.

Mrs Koothrappali: You should be thanking us!

Dr Koothrappali: Yes, Lakshmi just got her stomach stapled. You have an opportunity to get in good with her before she loses weight, and her self-esteem goes up.

Raj: I don’t care! And why don’t you think I can find a woman for myself?

Mrs Koothrappali: Because you’re 27, and the closest thing we have to a daughter-in-law is that Jewish boy Howard.

Raj: Oh, that is completely below the belt. Sheldon, tell my parents that Howard and I are just friends. Sheldon? Howard and I are just friends! Fine. I’ll come home for Sanjay’s wedding.

Scene: Penny’s car.

Penny (out of the window): Sheldon! (whistles)

Leonard: What are you doing? He’s not a lost dog.

Penny: Hey, why don’t you just let me find him while you sit there hitting your imaginary brake?

Leonard: The brake might be imaginary, but that stop sign you just ran wasn’t.

Penny: What stop sign?

Leonard: Eyes on the road. Eyes on the road!

Scene: Outside Howard’s house. Sheldon rings the doorbell.

Howard’s Mother: Howard, answer the door! I’m busy!

Howard: I’m busy too, you answer it.

Howard’s Mother: I can’t! I’m on the toilet!

Howard: For God’s sake, I don’t need to hear that! Can’t you just say, I’m busy?

Howard’s Mother: I said I’m busy, but that wasn’t good enough for you!

Howard: You know what? I hope it’s one of those home invasion deals, and they shoot me in the head.

Howard’s Mother: Well, if it’s a home invader, don’t tell them I’m on the toilet!

Howard: There’s no one there. You’re hearing things, you crazy old lady!

Scene: The comic book store.

Leonard: Hey, Stuart, have you seen Sheldon?

Stuart: Yeah, he’s, uh, over in the graphic novel section. Built himself a little nest.

Leonard: Thank you.

Stuart: Uh, Penny?

Penny: Yeah?

Stuart: Is everything okay?

Penny: What do you mean?

Stuart: Uh, Sheldon told me you and Leonard were having a fight?

Penny: Oh, yeah, kind of. It’s, it’s no big thing.

Stuart: Oh, good, good. (She moves away) I love you.

Leonard: I’m not leaving until you talk to me.

Penny: All right, what’s going on?

Leonard: It’s a little hard to explain. He does this thing where he pretends he’s in an alternate dimension that occupies the same physical space we’re in, but he can’t perceive us.

Sheldon: Don’t flatter yourself. I’m just ignoring you.

Penny: Come on, Sheldon, let’s go home. Look, we’re done fighting.

Sheldon: I’ve heard that before, but then, the next thing you know I’m hiding in my bedroom, blaring a Richard Feinman lecture while my mom is shouting that Jesus would forgive her if she put ground glass in my dad’s meatloaf, and my dad’s on the roof skeet-shooting her Franklin Mint collectible plates.

Penny: Okay, there’s going to no more shouting and no skeet-shooting.

Sheldon: Really? Where’s your friend Justin going to sleep?

Leonard: Yeah, where’s he gonna sleep?

Penny: Oh, my God, would you let this go?!

Stuart: I’d let it go.

Leonard: Why should I let it go? Why don’t you just tell the guy to find another place to sleep? (Sheldon turns on a loud toy robot) Oh, for God’s sakes. So, you have childhood issues, we all have childhood issues, at some point, you just need to grow up and get past them. (Sheldon turns on another robot)

Penny: Leonard, will you just let me handle this, please? Look, let’s just… Sheldon, please,

try and understand. Look, Leonard and I are in a relationship, and occasionally, we’re going to fight. But no matter what happens between us, we will always love you. Right, Leonard?

Leonard: Always is a long time. Sure. Always.

Penny: You know, how about we buy you this robot, and then we all go home?

Sheldon: I want that one.

Penny: Okay, you can have that one.

Leonard: Oh, come on, he’s just going to play with it twice, and then it’ll end up in his closet with all the other junk.

Penny: Buy him the robot, Leonard.

Sheldon: Can I get this comic book, too?

Penny: Yes, you can.

Stuart: We meet again.

Scene: Penny’s bed.

Leonard: So what did Justin say when you told him he couldn’t sleep on your couch?

Penny: He’s a musician. He’ll sleep in his own vomit, if he has to.

Scene: The apartment. Sheldon is in his spot. Beside him, a long haired bearded person is asleep. There is a guitar propped up on the arm of the sofa.

Sheldon: I should have asked for much more than a comic book and a robot.

Source : Big Bang Theory Transcript

Kikavu ?

Au total, 95 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Juju1299 
14.09.2019 vers 20h

pilato 
23.08.2019 vers 17h

TheFab 
05.07.2019 vers 21h

stella 
25.01.2019 vers 12h

Kaleydu35 
23.01.2019 vers 20h

chocoubl 
11.11.2018 vers 11h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Prix Nobel de Physique

Prix Nobel de Physique
Le mardi 8 octobre 2019 a eu lieu, à Stokholm, la remise du Prix Nobel de Physique. Ulf Danielsson,...

Saison 11 sur Netflix !

Saison 11 sur Netflix !
La série continue sur Netflix  A partir du 01 septembre 2019, la saison 11 de The Big Bang Theory...

HypnoAwards 2019

HypnoAwards 2019
Dans la catégorie Meilleure comédie du network, The Big Bang Theory ressort grande gagnante. Elle...

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant
Kaley Cuoco a créé sa société de productions, Yes, Norman Productions. Elle avait un droit d'option...

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn
Deux affiches promotionnelles de la série animée Harley Quinn, dans laquelle Kaley Cuoco double le...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

langedu74, 18.10.2019 à 18:35

HypnoClap : il reste 4 chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards ! Et toujours les jeux d'Halloween

pretty31, Avant-hier à 12:46

Plus que deux chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards sur HypnoClap

juju93, Avant-hier à 17:48

Encore 3 jours pour voter à la 3ème catégorie des L d'or (awards) de The L Word : personnage secondaire masculin. Oui nous avons aussi des hommes !

ophjus, Avant-hier à 19:50

Bonsoir, un nouveau sondage est sur le quartier Reign, pas besoin de connaître la série !

chrismaz66, Hier à 12:11

Bonjour, 2 nouveaux sondages Kaamelott et Torchwood, l'un des 2 est drôle ^^

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site