VOTE | 405 fans

#301 : La Fluctuation de l'Ouvre-boîte

 

Résumé : Les gars rentrent de leur expédition au Pole Nord et disent à Sheldon qu'ils ont volontairement modifié les résultats des ses expériences scientifiques afin de conserver sa bonne humeur toute la durée de leur asbence. Sheldon se sent humilié puisqu'il a déjà communiqué les réusltats positifs à ses collègues de l'université. Dévasté, il démisionne de l'Université et retourne chez sa mère au Texas. Les gars le rejoignent et s'efforce de le convaincre de rentrer avec eux à Los Angeles. Penny est tellement excitée de revoir Leonard, de retour de l'expédition qu'elle le jette dans son appartement et se met à l'embrasser intensément. Bientôt tous les deux réalisent qu'être des "amis-amants" n'est pas frocément naturel chez eux.

Popularité


5 - 4 votes

Titre VO
The Electric Can Opener Fluctuation

Titre VF
La Fluctuation de l'Ouvre-boîte

Première diffusion
21.09.2009

Première diffusion en France
20.10.2010

Plus de détails

Scenario: Steven Molaro - Réalisation: Mark Cendrowski
Guests : Laurie Metcalfe (Mary), John Ross Bowie (Kripke)

Dans le hall d'entrée de l'immeuble, les garçons passent un à un la porte, chacun avec des cheveux et une barbe longue.

Ils rentrent tous dans l'appartement. Sheldon est au téléphone avec sa mère et lui explique que l'expédition au Pôle Nord était un succès. Pendant ce temps, Leonard va annoncer leur retour à Penny. Dès l'instant où celle-ci se rend compte que c'est lui, elle se jette sur lui pour l'embrasser, puis l'entraîne dans son appartement. Depuis le pas de la porte de l'autre côté du couloir, Raj et Howard restent bouche-bée devant la scène.

De retour dans l'appartement de Sheldon et Leonard, Sheldon rassure Howard et Raj en leur promettant de ne pas les oublier dans son article publiant les découvertes effectuées au cours de l'expédition. Mal à l'aise, ces deux derniers décident de lui faire une révélation douloureuse : Suite au comportement impossible de Sheldon au pôle Nord, les trois autres ont fasifié les résultats de manière à le rendre heureux.

Dans l'appartement de Penny, Leonard et elle continuent de s'embrasser. Il sont interrompus par Sheldon venu frapper à la porte. Il s'en prend à Leonard à propos de ce qu'il a fait et lui demande des explications, car il avait déjà annoncé son succès à l'université. Il repart, furieux. En le voyant partir, Penny se sent mal et décide d'aller lui parler.

Sheldon est pelotonné sur son lit lorsque Penny entre. Elle tente de le faire parler mais il se met à pleurer. Elle essaie alors de lui chanter 'Chaton tout doux', mais il l'arrête. Elle lui raconte ensuite une expérience comparable qui lui est arrivée, que Sheldon tourne à la dérision. Enfin, dans une tentative désespérée, elle compare ce qu'ont fait les trois autres à une scène du nouveau film de Star Trek; étant donné qu'il ne s'était pas rendu compte de l'avoir raté, Sheldon se met à pleurer de plus belle.

A la cafétéria de l'université, Raj rejoint Howard et Leonard à table. Il se moque de la nouvelle moustache qu'a gardé Howard et demande des nouvelles de Sheldon, que Leonard considère comme mieux. Howard s'enquiert des nouvelles du couple Leonard-Penny, mais celui-ci refuse de répondre. Au même moment, Sheldon entre dans la cafétéria et s'assoit à la table voisine, parfaitement conscient de la présence des autres. Leonard va à sa table pour lui demander de venir s'assoir avec eux, mais Sheldon ne veut pas les excuser. Et quand Kripke vient se moquer de lui, il ne peut plus le supporter et s'adresse à l'ensemble des gens en train de déjeuner pour arrêter les moqueries, mais sa tentative échoue à cause de Kripke. Dégoûté, il s'en va.

Leonard toque à la porte de Penny et lui offre un cadeau qu'il lui a rapporté du pôle Nord. Alors qu'elle l'embrasse pour le remercier, Howard et Raj arrivent en courant dans l'escalier pour annoncer la disparition de Sheldon. C'est à ce moment que la mère de celui-ci appelle Leonard pour lui annoncer que son fils est rentré chez elle et qu'il ne reviendra pas à moins que quelqu'un accepte de venir lui parler. Finalement, il est décidé que les garçons iront tous ensemble.

Sheldon déjeune avec sa mère, qui l'oblige à prier avant le repas. Elle veut ensuite le faire parler de ses problèmes avec ses amis, mais Sheldon refuse.

Leonard, Howard et Raj sont assis dans une voiture ; Howard porte un chapeau de cow-boy. Ils s'étonnent de ne pas voir au Texas tous les clichés qu'ils s'attendaient à y voir.

Tous les trois arrivent devant la porte de la maison où a grandi Sheldon. La mère de celui-ci les accueille, puis Sheldon entre dans la pièce. Il refuse tout d'abord catégoriquement de les accompagner jusqu'en Californie jusqu'au moment où une remarque de sa mère refusant de croire à la science le fait accepter.

Leonard et Penny, qui ont finalement eu la chance d'aller jusqu'au bout sans être interrompus, sont allongés dans le lit de Penny, et se rendent compte à quel point cela leur fait bizarre.

           SCENE : Trois mois plus tard. Dans le hall d’entrée de l’immeuble.

Leonard : Oh, Dieu merci, on est à la maison.

Howard : Je ne peux pas croire qu’on a passé trois mois dans cet enfer glacé.

Raj : C’était comme un cauchemar neigeux dont on ne pouvait pas se réveiller.

Sheldon : J’ignore de quelle expédition vous parlez, mais moi, je me suis amusé comme un petit fou.

 

                SCENE : La porte de l’appartement de Leonard et Sheldon. Sheldon est au téléphone.

Sheldon : Oh, salut maman. Non, je t’ai dit que je t’appellerais quand je serais rentré. Je ne suis pas encore rentré. (Il passe la porte). Voilà, je suis rentré. L’expédition en Arctique a été un remarquable succès. Je suis presque sûr de recevoir le prix Nobel. Je ne devrais pas dire ça. J’en suis totalement sûr. Non, maman, je n’ai pas senti les bienfaits de ton groupe de prière. Que je sois sain et sauf ne prouve rien. Cette logique est post hoc ergo propter hoc. Non, je ne me moque pas de toi en inuit.

Leonard : Je vais dire à Penny qu’on est de retour.

Sheldon : Maman, je dois y aller. Ouais, je t’aime. Au revoir. (Il s’assoit sur le canapé) Bonjour vieil ami. Papa est de retour.

 

                SCENE : La porte de l’appartement de Penny.

Penny : Leonard, tu es de retour.

Leonard : Oui, je suis passé te dire… (Elle l’attrape et l’embrasse). Oui, alors, bonjour.

Penny : Bonjour ! (Ils rentrent dans l’appartement en s’embrassant).

Howard : Mince, j’aurais dû aller lui annoncer notre retour.

Raj : Ouais, premier arrivé, premier servi.

 

GENERIQUE

 

                SCENE : L’appartement de Leonard et Sheldon.

Sheldon : Pour votre gouverne, quand je publierai mes découvertes, je ne vous oublierai pas.

Howard : Très bien.

Raj : Merci.

Sheldon : Je ne vous remercierai pas lors de la remise du prix Nobel, mais quand je rédigerai mes mémoires, vous aurez une note de bas de page, voire un exemplaire dédicacé.

Raj : On doit lui dire.

Sheldon : Me dire quoi ?

Howard : Lui et son ouïe de Vulcain !

Sheldon : Vous me mijotez une fête ? N’est-ce pas ?

Howard : Sheldon, assieds-toi.

Sheldon : Si vous choisissez un thème, évitez Hawaï, la Rome Antique et les fonds sous-marins.

Howard : Oui, on tâchera de s’en souvenir. On doit te parler de ce qui s’est passé au pôle Nord.

Sheldon : Si vous parlez de la nuit sans chauffage, il n’y a pas de quoi être gêné.

Raj : On ne parle pas de ça.

Howard : On ne doit plus jamais en parler !

Sheldon : Donc, on a dormi ensemble nus. C’était pour empêcher notre température de chuter.

Howard : Il en parle encore.

Raj : Pour moi, c’était un moment de camaraderie.

Howard : Sheldon, tu te souviens des premières semaines où on cherchait des monopôles magnétiques, sans succès ? Quand tu étais con…sidéré comme un dictateur.

Raj : Je pensais qu’on devait être gentil avec lui.

Howard : C’est pour ça que j’ai ajouté sidéré. Quand on a obtenu une donnée positive, tu étais enchanté.

Sheldon : Oh, oui, dans le monde des émoticônes, j’étais :D.

Howard : En réalité, ton équipement n’a pas détecté de preuves de monopôles remettant en cause, mais plutôt… l’électricité statique d’un ouvre-boîte qu’on allumait et éteignait.

Raj : Maintenant, il fait :O.

Sheldon : Vous avez trafiqué mon expérience ?

Howard : Il le fallait.

Raj : C’était la seule façon de t’empêcher d’être con…plètement barge. T’as vu ? J’ai ajouté plètement.

Sheldon : Leonard est au courant ? C’est mon meilleur ami. Il ignore sûrement tout de ça.

Howard : En fait, c’était son idée.

Sheldon : Evidement ! C’est du Leonard tout craché.

 

                SCENE : L’appartement de Penny.

Penny : Tu m’as tellement manqué.

Leonard : Tu m’as manqué aussi.

Penny : Je pensais tout le temps à toi, pendant que tu étais parti.

Leonard : Moi aussi. Sauf une nuit, quand le chauffage est tombé en panne. Longue histoire, ne demande pas.

Sheldon : (Toc, toc, toc), Leonard, (toc, toc, toc) Leonard, (toc, toc, toc) Leonard.

Leonard (chuchotant) : Ne fais pas le moindre bruit.

Sheldon : Si on chuchote, ne fais pas le moindre bruit, on fait du bruit.

Leonard : Lui et son ouïe de Vulcain. Tu tombes mal, Sheldon.

Sheldon : (Toc, toc, toc) Penny, (toc, toc, toc) Penny, (toc, toc, toc) Penny.

Penny: Oh, c’est ridicule. Quoi?

Sheldon : Bonjour, Penny. Tu es  actuellement à la merci de tes pulsions biologiques primitives, mais comme tu as toute ta vie pour faire de mauvais choix, puis-je interrompre celui-ci ?

Penny : Contente de te revoir aussi. Rentre.

Sheldon : Wolowitz m’a fait part de ta grande supercherie. Qu’as-tu à dire pour ta défense ?

Leonard : Oui, je me sens mal à ce sujet. Je me le pardonnerai jamais, je m’attends pas à ce que tu le fasses, j’aimerais beaucoup que tu me laisses seul avec Penny pour une séance d’autocritique et de repenti.

Penny : Quelqu’un peut m’expliquer ce qui se passe ici ?

Sheldon : Qu’est-ce qui se passe ? On m’a fait croire que je faisais des percées scientifiques, alors que j’étais abreuvé de données falsifiées par Wolowitz, Koothrappali et ton petit jouet poilu.

Penny : C’est vrai ?

Leonard : C’était le seul moyen de le rendre heureux.

Penny : Pourquoi le rendre heureux ?

Leonard : Quand il l’était pas, on avait envie de le tuer. On avait même un plan. L’attirer dehors avec son livre électronique et fermer à clé pour qu’il meure de froid.

Sheldon : Ca me paraît un peu exagéré.

Leonard : Non, la réaction exagérée, ça aurait été d’attacher tes membres à quatre traîneaux de chiens et de crier « en avant ». On a gardé les données. Tu peux publier les vrais résultats.

Sheldon : Oui, mais les vrais résultats étaient infructueux et j’ai déjà prévenu toute l’université que j’avais confirmé la théorie des cordes et changé à jamais notre compréhension de l’univers.

Leonard : T’aurais pas dû faire ça. Tu n’as qu’à écrire un autre e-mail. Rectifie le tir, c’est pas grave.

Sheldon : Tu as raison, Leonard, c’est pas grave. Tu n’as fait que me mentir, briser mon rêve, et m’humilier aux yeux de tous, à l’université. Pour information, c’était sarcastique. Je pense, en fait, que c’est grave.

Penny : Oh, le pauvre.

Leonard : Oui, je me sens très mal.

Penny : Attends, attends. Tu ne vas pas aller lui parler ?

Leonard : Quoi ? Il va s’en remettre. C’est un dur. Viens là.

Penny : Non, t’as raison, c’est moi qui vais lui parler.

Leonard : J’ai jamais la paix !

 

                SCENE : La chambre de Sheldon. Penny frappe à la porte et entre.

Penny : Hey. Tu veux en parler ?

Sheldon : Parler de quoi ? De la trahison de mes amis ? De mes trois mois passés au pôle Nord pour rien ? J’ai même loupé le Comic-Con !

Penny : Oh, chéri… Euh… (Chantant) Chaton tout doux, Chaton tout chaud…

Sheldon : C’est pour quand je suis malade, je suis triste.

Penny : Oh, désolée. On chante quoi, quand tu es triste ?

Sheldon : Rien du tout. Je ne suis pas un enfant.

Penny : Tu sais, je comprends parfaitement ce que tu ressens.

Sheldon : Vraiment ? On t’a volé le Prix Nobel des serveuses ?

Penny : Eh bien, non, mais quand j’étais au lycée, une amie m’a dit que j’allais diriger les pom-pom girls. J’étais survoltée ! Ma mère a fait une tarte pour fêter ça. Et c’est Valerie Mossbacher qui a eu la place. Cette grosse bécasse.

Sheldon : Es-tu en train de dire qu’une tarte de ta mère serait comparable à un Prix Nobel ?

Penny : C’est bon, les tartes.

Sheldon : Pour passer à un sujet différent, mais pas sans lien, en se basant sur tes efforts pour m’inspirer joie et bonne humeur, penses-tu vraiment que tu étais faite pour être pom-pom girl ?

Penny : Ecoute, Sheldon, je dis juste que les gars et Leonard ne voulaient pas te blesser. Ils ont juste menti pour faire face à une situation compliquée. J’ai un exemple. Tu sais dans le nouveau Star Trek, quand Kirk s’empare du vaisseau, il dit à Spock plein de trucs faux, genre : « Tu n’es pas affecté par la mort de ta mère ? ».

Sheldon : J’ai loupé le Comic-Con et le nouveau Star Trek !

 

                SCENE : Le restaurant universitaire. Les gars se sont rasés et coupés les cheveux. Howard a gardé une moustache.

Raj : J’aime ton nouveau style.

Howard : Merci. Je l’appelle le Clooney.

Raj : Je l’appelle le Mario et Luigi, mais peu importe. Hey, comment va Sheldon ?

Leonard : Eh bien, il est sorti de sa chambre, ce matin, avec son casque de Dark Vador et il a essayé de m’étouffer avec la force, donc je dirais, un peu mieux.

Howard : Permettez-moi de changer de sujet. Avec Penny, vous avez … ?

Leonard : Howard…

Howard : Moi, je m’en fiche, c’est mes parties génitales qui veulent savoir.

Leonard : Eh bien, dis à tes parties génitales que ça ne les regarde pas, ce que je fais avec Penny.

Howard (à ses parties génitales) : Il dit qi ne l’ont pas fait.

Leonard : Sheldon, par ici. (Sheldon s’assis à une autre table et tente de l’étouffer avec la force. Raj fait semblant de s’étouffer).

Howard : Que fais-tu ?

Raj : J’ai pitié de lui.

Leonard : Sheldon, pourquoi tu t’assieds à part ?

Sheldon : Parce que je n’ai pas d’amis. Comme le film, je suis seul au monde. Même dans une salle pleine.

Leonard : Allez, on s’est excusés.

Sheldon : Il faudra plus que des excuses et la tarte industrielle de Penny pour réparer ce que vous m’avez fait.

Kripke (arrivant) : Hey, Cooper. J’ai vu ton e-mail d’erratum. T’as bien détruit ta réputation.

Sheldon : Tu vois ? Les gens se sont moqués de moi toute la matinée.

Kripke : C’est pas vrai. Les gens se sont moqués de toi toute ta vie.

Sheldon : Très bien, j’en ai assez. Attention tout le monde. Je suis le Dr Sheldon Cooper. Beaucoup d’entre vous en physique le savent déjà, mais ma carrière s’est temporairement enlisée.

Kripke : C’est noyée.

Sheldon : Ma crédibilité est certes affaiblie…

Kripke : Complètement ruinée.

Sheldon : Mais je vous rappelle qu’en sciences, l’échec n’existe pas. Il fut un homme qui décrivait sa prédiction d’une constante cosmologique comme « la plus grosse bourde » de sa carrière. Le nom de cet homme est … surprise, surprise … Albert Einstein.

Kripke : Oui, mais la recherche en énergie sombre a prouvé que sa constante cosmologique était en fait correcte, donc t’es toujours … surprise, surprise … un raté.

Sheldon : Oh, tu crois que tu es si malin. Eh bien, permets-moi de te dire, que n’ayant pas de réplique cinglante pour l’instant, vérifie bien tes e-mails, tu vas recevoir une déculottée.

Leonard : On peut tirer un trait sur notre amitié avec Sheldon.

Raj : Eh bien, il nous reste le souvenir de la nuit sans chauffage.

 

                SCENE : L’appartement de Penny.

Penny : Salut.

Leonard : Hey. Ecoute, vu qu’on a été interrompus hier soir, j’ai pas pu te donner ça.

Penny : Oh, Leonard, tu n’aurais pas dû. Ca alors ! Qu’est-ce que c’est ?

Leonard : C’est un flocon de neige. Du pôle Nord.

Penny : Tu es sérieux ?

Leonard : Il sera éternel grâce à la solution de polyoxyméthylène à un pour cent.

Penny : Oh, mon Dieu. On m’avait jamais rien dit d’aussi romantique et incompréhensible.

Leonard : C’est en fait un processus assez simple. Les cyanoacrylates sont des monomères qui … (Penny l’embrasse).

Howard (arrivant) : Alerte rouge, Leonard. Sheldon s’est enfui.

Leonard: J’ai jamais la paix!

Penny : Comment vous savez qu’il s’est enfui ?

Howard : Eh bien, il ne répond pas à son téléphone, il a donné sa démission à l’université et il m’a envoyé un SMS qui dit : « Je m’enfuis ».

Leonard : D’accord, merci pour l’information.

Penny : Leonard, tu ne vas pas faire quelque chose ?

Leonard : Bien sûr que je vais faire quelque chose. Howard, va voir au magasin de comics. Raj, va au restaurant thaï. Moi, je reste avec Penny, dans son appartement. (Son téléphone sonne). Oh, bon sang. C’est la mère de Sheldon. Je n’ai jamais la paix. Bonjour, Mme Cooper. Vraiment ? Sheldon est rentré au Texas. Je sais qu’il a démissionné. Oui, je suppose que c’est de notre faute. Vous avez raison. Quelqu’un doit venir lui parler. Ne vous inquiétez pas, je m’en occupe. Oui. Très bien. Nouveau plan. Howard, Raj, vous allez au Texas. Je vais rester ici avec Penny dans son appartement.

Penny : Tu ne vas pas aller avec eux ?

Leonard : Eh bien, tu sais, je t’ai donné le flocon, on s’embrassait et … Oh, allez, je ne veux pas aller au Texas !

Howard : Et j’ai envie moi ? Mon peuple a déjà traversé un désert. Ça suffit.

Leonard : Crois-moi. Tout ira bien. A plus.

Penny : Une seconde, Leonard. Tu dois y aller. C’est ton meilleur ami.

Leonard : Lui, je l’ai déjà vu tout nu. Approche.

Penny : Je te promets d’attendre ton retour. Va aider Sheldon.

Leonard : Vraiment ?

Penny : Oui. On a attendu quelques mois, on n’est plus à quelques jours près.

Leonard : Parle pour toi.

Penny : Allez.

Raj : Dis donc, t’as jamais la paix, hein ?

 

                SCENE : La maison de Mme Cooper.

Mme Cooper : Voilà, Shelly.

Sheldon : Merci maman.

Mme Cooper : Doucement, jeune homme. Au Texas, on prie avant le repas.

Sheldon : Maman …

Mme Cooper : Ce n’est pas la Californie, terre de païens. Allez. De sa main, il nous …

Sheldon : … entretient.

Mme Cooper : Donne-nous, Seigneur, notre pain …

Sheldon : … quotidien.

Mme Cooper : Sache que nous te sommes …

Sheldon : … redevable.

Mme Cooper : Pour chaque plat posé sur cette …

Sheldon : … table.

Mme Cooper : Amen. Tu vois, c’était pas si difficile.

Sheldon : Mon refus n’était pas basé sur la difficulté.

Mme Cooper : Peu importe. Jésus t’aime quand même.

Sheldon : Merci d’avoir dessiné un sourire sur mon croque-monsieur.

Mme Cooper : Je sais comment prendre soin de mon bébé. Ses yeux sont en amandes, t’as qu’à te dire qu’il est chinois. Donc, tu veux qu’on parle de ce qui s’est passé avec tes petits amis ?

Sheldon : Ce ne sont pas mes amis.

Mme Cooper : Très bien. Souviens-toi, quand tu étais petit, on s’asseyait ici même et on discutait des problèmes que tu avais avec les petits voisins.

Sheldon : C’était différent. Mon intelligence les incommodait et ils étaient trop stupides pour savoir qu’ils me détestaient pour ça.

Mme Cooper : Oh, bébé, ils savaient pourquoi ils te détestaient.

 

                SCENE : Dans une voiture de location.

Leonard : Je ne peux pas croire que tu aies achété un chapeau de cow-boy rouge.

Howard : Bonjour ? Je pore un sous-pull rouge. En, plus, c’était le dernier dans ma taille.

Raj : Désolé, mais ça ne ressemble pas au Texas. Ou sont les buissons qui roulent et les saloons ?

Leonard : Les saloons ?

Raj : Oui, comme dans les films de ma jeunesse en Inde. Tu sais, Les Quatre du Texas, Yellow Rose of Texas.

Howard : Ca ressemble plutôt à Massacre à la Tronçonneuse.

Raj : J’espérais voir des cow-boys et leurs vaches.

Leonard : J’y peux rien. Ils doivent vendre des steaks en promo dans ce supermarché.

 

                SCENE : La maison de Mme Cooper.

Leonard : Tu veux bien retirer ce stupide chapeau ?

Howard : Non, je veux passer inaperçu.

Raj : Où ça ? Dans Toy Story ?

Mme Cooper : Salut, les gars.

Howard : Bonjour, madame.

Mme Cooper : Bonjour à toi aussi. Vous avez fait vite.

Leonard : On a voyagé de nuit.

Mme Cooper : Eh bien, entrez.

Howard : Merci.

Mme Cooper : Puis-je … Puis-je vous offrir à boire ?

Leonard : Euh, non, je vous remercie.

Howard : Si ça vous dérange pas, je tuerais pour une bonne binouze.

Mme Cooper : Il n’y a pas d’alcool sous ce toit. Surveille ton langage et ôte ce chapeau.

Howard : Désolé. Je vais prendre un chocolat au lait, si vous avez.

Mme Cooper : T’auras un coca. Et toi ? Radge, c’est ça ? Tu as toujours du mal à parler aux femmes ? A l’église, une de nos fidèles est guérisseuse. Normalement, elle s’occupe des boiteux et des handicapés, mais elle sera prête à s’attaquer à ce démon du Tiers Monde qui te possède.

Leonard : Sans vouloir vous déranger, il y a un direct Los Angeles à 15 h 05, et j’ai vraiment envi de le prendre.

Mme Cooper : Une fille ?

Leonard : Euh, oui, madame.

Mme Cooper : Magnifique. J’ai prié pour toi. Oh, Sheldon.

Sheldon : Que font-ils ici ?

Leonard : On est venus pour s’excuser.

Howard : Encore une fois.

Leonard : Et te ramener à la maison. Fais ton sac et on rentre, d’accord ?

Sheldon : Non, c’est ma nouvelle maison maintenant. A cause de vous, ma carrière est ruinée et je vais passer la fin de mes jours ici au Texas, à enseigner l’évolution aux créationnistes.

Mme Cooper : Attention à ce que tu dis, Shelly. Tout le monde a le droit à son opinion.

Sheldon : L’évolution n’est pas une opinion, mais une réalité.

Mme Cooper : Et c’est ton opinion.

Sheldon : Je vous pardonne, rentrons à la maison.

Mme Cooper : Qu’on ne me dise plus que les prières ne fonctionnent pas.

               

          SCENE : Dans le lit de Penny.

Leonard :Et voilà, j’ai enfin eu la paix.

Penny : Hum hum.

Leonard : Tu sais, on dit souvent que, si des mais font l’amour, ça peut devenir bizarre.

Penny : Ouais.

Leonard : Pourquoi faudrait-il que ce soit bizarre ?

Penny : Je ne sais pas.

Leonard : On était amis, et maintenant, on est un peu plus. Peu importe le nom. D’ailleurs, pourquoi donner un nom à ça ? C’est comme ça …

Penny : Leonard ?

Leonard : Oui ?

Penny : C’est bizarre.

Leonard: Carrément.

 

Fin de l’épisode.

 

Scene: Opening shows some scenes from the final episode of the previous season, followed by the caption “Three months later.” Scene then opens in lobby, with the guys arriving home from the North Pole. All have long hair and bushy beards except Sheldon, whose hair is slightly longer and who has a goatee.

Leonard: Oh, thank God we’re home.

Howard: I can’t believe we spent three months in that frozen hell.

Raj: It was like a snowy nightmare from which there was no awakening.

Sheldon: I don’t know what Arctic expedition you guys were on, but I thought it was a hoot and a half.

Scene: The apartment door. Sheldon is on the phone.

Sheldon: Oh, hi mom. No, I told you I’d call you when I got home, I’m not home yet. (Walks through door) Alright, I’m home. The Arctic expedition was a remarkable success, I’m all but certain there’s a Nobel Prize in my future. Actually, I shouldn’t say that. I’m entirely certain. No, mother, I could not feel your church group praying for my safety. The fact that I’m home safe is not proof that it worked, that logic is Post Hoc Ergo Propter Hoc. No, I’m not sassing you in Eskimo talk.

Leonard: I’m going to go let Penny know we’re back.

Sheldon: Mother, I have to go. Yeah, love you. Bye. (To his spot) Hello, old friend. (Sits) Daddy’s home.

Scene: Penny’s door.

Penny: Leonard, you’re back.

Leonard: Yeah, I just stopped by to say… (she grabs him and kisses him) Yeah, so, hi!

Penny: Hi! (They stumble, kissing, into her apartment and slam the door shut)

Howard: Dammit, I should have gone over and told her we were back.

Raj: Yeah, it was first come, first served.

Credits sequence.

Scene: A moment later.

Sheldon: I just want you both to know, when I publish my findings, I won’t forget your contributions.

Howard: Great.

Raj: Thanks.

Sheldon: Of course, I can’t mention you in my Nobel acceptance speech, but when I get round to writing my memoirs you can expect a very effusive footnote, and perhaps a signed copy.

Raj: We have to tell him.

Sheldon: Tell me what?

Howard: Damn his Vulcan hearing.

Sheldon: You fellows are planning a party for me, aren’t you?

Howard: Okay, Sheldon, sit down.

Sheldon: If there’s going to be a theme, I should let you know that I don’t care for luau, toga or under the sea.

Howard: Yeah, we’ll keep that in mind, look, we need to talk to you about something that happened at the North Pole.

Sheldon: If this is about the night the heat went out, there’s nothing to be embarrassed about.

Raj: It’s not about that.

Howard: And we agreed to never speak of it again.

Sheldon: So we slept together naked. It was only to keep our core body temperatures from plummeting.

Howard: He’s speaking about it.

Raj: For me, it was a bonding moment.

Howard: Sheldon, you remember the first few weeks we were looking for magnetic monopoles and not finding anything and you were acting like an obnoxious, giant dictator?

Raj: I thought we were going to be gentle with him.

Howard: That’s why I added the tator. And then when we found our first positive data, you were so happy.

Sheldon: Oh, yes. In the world of emoticons, I was colon, capital D.

Howard: Well, in actuality, what your equipment detected wasn’t so much evidence of paradigm-shifting monopoles as it was… static from the electric can opener we were turning on and off.

Raj: He just went colon, capital O.

Sheldon: You tampered with my experiment?

Howard: We had to.

Raj: It was the only way to keep you from being such a huge Dickensian. You see that? I added the ensian.

Sheldon: Did Leonard know about this? Leonard’s my best friend in the world. Surely Leonard didn’t know.

Howard: Actually, it was his idea.

Sheldon: Of course it was. The whole plan reeks of Leonard.

Scene: Penny’s apartment.

Penny: I missed you so much.

Leonard: I missed you, too.

Penny: I couldn’t even think of anyone else while you were gone.

Leonard: Me, neither. Except for one night when the heat went out. Long story, it’s… don’t ask.

Sheldon: (Knock, knock, knock) Leonard. (Knock, knock, knock) Leonard. (Knock, knock, knock) Leonard.

Leonard (whispering): Do not make a sound.

Sheldon: Whispering do not make a sound is a sound.

Leonard: Damn his Vulcan hearing. Not a good time, Sheldon.

Sheldon: (Knock, knock, knock) Penny. (Knock, knock, knock) Penny. (Knock, knock, knock) Penny.

Penny: Oh, this is ridiculous. What?

Sheldon: Hello, Penny. I realize you’re currently at the mercy of your primitive biological urges, but as you have an entire lifetime of poor decisions ahead of you, may I interrupt this one?

Penny: It’s great to see you too. Come on in.

Sheldon: Wolowitz has informed me of your grand deception. Do you have anything to say for yourself?

Leonard: Yes, I feel terrible about it. I will never forgive myself, I don’t expect you to either, and I would really appreciate it if you would leave me with Penny for a session of self-criticism and repentance.

Penny: Okay, can someone please tell me what’s going on here?

Sheldon: What’s going on is I was led to believe I was making groundbreaking strides in science, when in fact, I was being fed false data at the hands of Wolowitz, Koothrappali and your furry little boy toy.

Penny: Is that true?

Leonard: It was the only way to make him happy.

Penny: Why did you have to make him happy?

Leonard: Because when he wasn’t happy, we wanted to kill him. There was even a plan. We were going to throw his Kindle outside, and when he went to get it, lock the door and let him freeze to death.

Sheldon: That seems like a bit of an overreaction.

Leonard: No, the overreaction was the plan to tie your limbs to four different sled dog teams and yell mush. Look, we kept the original data. You can still publish the actual results.

Sheldon: Yes, but the actual results are unsuccessful and I’ve already sent an e-mail to everyone at the university explaining that I have confirmed string theory and forever changed man’s understanding of the universe.

Leonard: Aw, see, yeah, you probably shouldn’t have done that. So write another e-mail, set the record straight, it’s no big deal.

Sheldon: You’re right, Leonard, it’s not a big deal. All you did was lie to me destroy my dream and humiliate me in front of the whole university. That, FYI, was sarcasm. I, in fact, believe it is a big deal

Penny: Oh, the poor thing.

Leonard: Yeah, I feel terrible.

Penny: Wait, wait. Aren’t you going to go talk to him?

Leonard: What? Uh, he’ll be fine, the guy’s a trouper, come here.

Penny: No, you’re right, you shouldn’t talk to him. I will.

Leonard: Man, I cannot catch a break.

Scene: Sheldon’s bedroom. Penny knocks and enters.

Penny: Hey. Do you want to talk?

Sheldon: About what? Being betrayed by my friends? Spending three months at the North Pole for nothing? And I didn’t even get to go to Comic-Con!

Penny: Oh, hon… Uh… (singing) Soft kitty, warm kitty…

Sheldon: That’s for when I’m sick. Sad is not sick.

Penny: Oh. Sorry. I don’t know your sad song.

Sheldon: I don’t have a sad song. I’m not a child.

Penny: Well, you know, I do understand what you’re going through.

Sheldon: Really? Did you just have the Nobel Prize in waitressing stolen from you?

Penny: Well, no, but when I was a senior in high school, one of my friends heard I was going to be named head cheerleader. Oh, I was so excited. My mom even made me a celebration pie. Then they named stupid Valerie Mossbacher head cheerleader. Big ol’ slutbag.

Sheldon: Are you saying that you think a celebration pie is even remotely comparable to a Nobel Prize?

Penny: Well, they’re pretty tasty.

Sheldon: And on a different, but not unrelated topic, based on your current efforts to buoy my spirits, do you truly believe that you were ever fit to be a cheer leader?

Penny: Look, Sheldon, I just don’t think that the guys and Leonard really meant to hurt you. You know? They just told an unfortunate lie to deal with a difficult situation. Okay, you know what it’s like? Remember that scene in the new Star Trek movie when Kirk has to take over the ship, so he tells Spock all that stuff he knew wasn’t true, like saying Spock didn’t care his mom died?

Sheldon: I missed Comic-Con and the new Star Trek movie!

Scene: The university cafeteria. The guys have shaved and had haircuts. Howard has kept his moustache.

Raj: I like the new look.

Howard: Thanks. I call it the Clooney.

Raj: I call it the Mario and Luigi, but whatever. Hey, how’s Sheldon doing?

Leonard: Well, he came out of his room this morning wearing his Darth Vader helmet and tried to choke me to death with the Force, so I’d say, a little better.

Howard: If I may abruptly change the subject, did you and Penny finally… you know.

Leonard: Howard…

Howard: Personally, I don’t care, but my genitals wanted me to ask.

Leonard: Well, tell your genitals what I do with Penny is none of their business.

Howard (to his genitals): He says they didn’t do it.

Leonard (to Sheldon, entering): Sheldon, over here. (Sheldon sits at another table and tries to choke all three to death with the force. Raj pretends he is choking.)

Howard: What are you doing?

Raj: I feel bad for the guy.

Leonard: Sheldon, why are you sitting by yourself?

Sheldon: Because I am without friends. Like the proverbial cheese, I stand alone. Even while seated.

Leonard: Come on. We said we were sorry.

Sheldon: It’s going to take more than I’m sorry and a store-bought apology pie from Penny to make up for what you’ve done to me.

Kripke (arriving): Hey, Cooper. Wead your wetwaction e-mail. Way to destroy your weputation.

Sheldon: You see? People have been pointing and laughing at me all morning.

Kripke: That’s not twue. People have been pointing and waughing at you your whole wife.

Sheldon: All right, I’ve had enough. Attention, everyone. I’ m Dr. Sheldon Cooper. As many of you in the physics department might know, my career trajectory has taken a minor detour.

Kripke: Off a cwiff.

Sheldon: My credibility may have been damaged…

Kripke: Compwetely wecked.

Sheldon: But I would like to remind you that in science, there’s no such thing as failure. There once was a man who referred to his prediction of a cosmological constant as the single biggest blunder of his career. That man’s name was, surprise, surprise, Albert Einstein.

Kripke: Yeah, but wesearch into Dark Energy pwoved that Einstein’s cosmowogical constant was actually wight all along, so you’re still, surpwise, surpwise, a woser.

Sheldon: Oh, you think you’re so clever. Well, let me just tell you, while I do not currently have a scathing retort, you check your e-mail periodically for a doozy.

Leonard: So much for our friendship with Sheldon.

Raj: Well, we’ll always have the night the heat went out.

Scene: Penny’s apartment.

Penny: Hi.

Leonard: Hey. Listen, since we got, you know, interrupted last night, I didn’t have a chance to give you this.

Penny: Oh, Leonard, you shouldn’t have. Oh, boy! What is it?

Leonard: It’s a snowflake. From the North Pole.

Penny: Are you serious?

Leonard: Uh-huh. It’ll last forever. I preserved it in a one percent solution of polyvinyl acetal resin.

Penny: Oh, my God. That’s the most romantic thing anyone’s ever said to me that I didn’t understand.

Leonard: It’s actually a pretty simple process. You see, cyanoacrylate are monomers which polymerize on… (she kisses him)

Howard (arriving): Red alert, Leonard. Sheldon ran away.

Leonard: Man, I can not catch a break.

Penny: So, how do you know he ran away?

Howard: Well, he’s not answering his phone, he handed in his resignation at the university and he sent me a text that said, I’m running away.

Leonard: Okay, well, thanks for letting me know.

Penny: Well, Leonard, aren’t you going to do something?

Leonard: Of course I’m going to do something. Uh, Howard, you check the comic book store. Raj, go to the Thai restaurant. I’ll stay here with Penny in her apartment. (His phone rings) Oh, damn it. It’s Sheldon’s mother. A break cannot be caught. Hi, Mrs. Cooper. He is? Sheldon went home to Texas. Yeah, no, I know he resigned. Yes, I guess it kind of is our fault. No, no, no, you, you’re right, someone needs to come talk to him. Don’t worry, I’ll take care of it. Yeah. All right. New plan. Howard, you and Raj go to Texas. I’ll stay here with Penny in her apartment.

Penny: Well, you’re not gonna go with them?

Leonard: Well, you know, I gave you the snowflake and we were kissing and… Oh, come on, I don’t want to go to Texas!

Howard: Oh, right, and I do? My people already crossed a desert once, we’re done.

Leonard: Trust me, you’ll be fine. See ya.

Penny: Well, wait a second, Leonard, come on, how can you not go? He’s your best friend.

Leonard: Yeah, but I already saw him naked. Just come here.

Penny: No. I promise I will be here when you get back. Just go help Sheldon.

Leonard: Really?

Penny: Yeah. We waited a few months. We can wait a few more days.

Leonard: Maybe you can.

Penny: Go.

Raj: Boy, you cannot catch a break, can you?

Scene: Sheldon’s mother’s kitchen.

 

Mrs Cooper: Here you go, Shelly.

Sheldon: Thanks, Mom.

Mrs Cooper: Hold your horses, young man. Here in Texas, we pray before we eat.

Sheldon: Aw, Mom.

Mrs Cooper: This is not California, land of the heathen. Gimme. By His hand we are all…

Sheldon: Fed.

Mrs Cooper: Give us, Lord, our daily…

Sheldon: Bread.

Mrs Cooper: Please know that we are truly…

Sheldon: Grateful.

Mrs Cooper: For every cup and every…

Sheldon: Plateful.

Mrs Cooper: Amen. Now, that wasn’t so hard, was it?

Sheldon: My objection was based on considerations other than difficulty.

Mrs Cooper: Whatever. Jesus still loves you.

Sheldon: Thank you for carving a smiley face in my grilled cheese sandwich.

Mrs Cooper: Oh, I know how to take care of my baby. His eyes came out a little thin, but you can just pretend he’s Chinese. So, do you want to talk about what happened with you and your little friends?

Sheldon: They’re not my friends.

Mrs Cooper: All right. If you recall, when you were little, we sat right here at this very spot and we talked about some of the problems you had getting along with the neighbour kids.

Sheldon: That was different. They were threatened by my intelligence and too stupid to know that’s why they hated me.

Mrs Cooper: Oh baby, they knew very well why they hated you.

Scene: A rental car.

 

Leonard: I can’t believe you bought a red cowboy hat.

Howard: Hello? I’m wearing a red turtleneck. Plus, it was the only boys’ large they had.

Raj: I’m sorry, this does not look like Texas. Where’s the tumbleweeds? Where’s the saloons?

Leonard: Saloons?

Raj: Yeah, like in the movies I saw growing up in India. You know, uh, Four for Texas, Yellow Rose of Texas.

Howard: This neighbourhood is more Texas Chainsaw Massacre.

Raj: I was really hoping to see a cattle drive.

Leonard: What can I tell you? They probably have steaks on sale at that big-ass Costco over there.

Scene: Sheldon’s mother’s house.

Leonard: Will you please take that stupid hat off?

Howard: No, I want to blend in.

Raj: To what? Toy Story?

Mrs Cooper: Hi, boys.

Howard: Howdy, ma’am.

Mrs Cooper: Howdy to you, too. You got here quick.

Leonard: – We took the red-eye.

Mrs Cooper: Well, come on in.

Howard: Thank you kindly.

Mrs Cooper: Can I… Can I get you something to drink?

Leonard: Uh, no, thank you.

Howard: If y’all don’t mind, I got a hankerin’ for a Lone Star beer.

Mrs Cooper: There’s no alcohol in this household. Stop talking like that and lose the hat.

Howard: Sorry. I’ll take a diet Yoo-Hoo if you have it.

Mrs Cooper: You’ll take a Cola. What about you? Radge, isn’t it? Oh, you still having trouble talking to the ladies? Because, you know, at our church we have a woman who’s an amazing healer. Mostly she does, uh, crutch and wheelchair people, but I bet she’d be willing to take a shot at whatever Third World demon is running around inside of you.

Leonard: Uh, if you don’t mind, Mrs. Cooper, there’s a 3:05 nonstop back to Los Angeles, and you have no idea how much I want to be on it.

Mrs Cooper: A girl?

Leonard: Uh, yes, ma’am.

Mrs Cooper: Oh, good. I’ve been praying for you. Oh, Sheldon.

Sheldon: What are they doing here?

Leonard: We came to apologize.

Howard: Again.

Leonard: And bring you home. So, why don’t you pack up your stuff and we’ll head back.

Leonard: No, this is my home now. Thanks to you, my career is over and I will spend the rest of my life here in Texas trying to teach evolution to creationists.

Mrs Cooper: You watch your mouth, Shelly. Everyone’s entitled to their opinion.

Sheldon: Evolution isn’t an opinion, it’s fact.

Mrs Cooper: And that is your opinion.

Sheldon: I forgive you. Let’s go home.

Mrs Cooper: Don’t tell me prayer doesn’t work.

Scene: In Penny’s bed.

Leonard: How about that? I finally caught a break.

Penny: Uh-huh.

Leonard: You know how they say when friends have sex it can get weird?

Penny: Sure.

Leonard: Why does it have to get weird?

Penny: I don’t know.

Leonard: I mean, we were friends, and now we’re more than friends. We’re whatever this is. But why label it, right? I mean, it is what it is and…

Penny: Leonard?

Leonard: Yeah?

Penny: It’s weird.

Leonard: Totally.

Source : Big Bang Theory Transcript

Kikavu ?

Au total, 96 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

DrumLiet 
16.10.2019 vers 20h

Juju1299 
10.09.2019 vers 09h

pilato 
22.08.2019 vers 16h

TheFab 
04.07.2019 vers 23h

Kaleydu35 
23.01.2019 vers 20h

stella 
16.01.2019 vers 21h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Prix Nobel de Physique

Prix Nobel de Physique
Le mardi 8 octobre 2019 a eu lieu, à Stokholm, la remise du Prix Nobel de Physique. Ulf Danielsson,...

Saison 11 sur Netflix !

Saison 11 sur Netflix !
La série continue sur Netflix  A partir du 01 septembre 2019, la saison 11 de The Big Bang Theory...

HypnoAwards 2019

HypnoAwards 2019
Dans la catégorie Meilleure comédie du network, The Big Bang Theory ressort grande gagnante. Elle...

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant
Kaley Cuoco a créé sa société de productions, Yes, Norman Productions. Elle avait un droit d'option...

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn
Deux affiches promotionnelles de la série animée Harley Quinn, dans laquelle Kaley Cuoco double le...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

langedu74, 18.10.2019 à 18:35

HypnoClap : il reste 4 chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards ! Et toujours les jeux d'Halloween

pretty31, Avant-hier à 12:46

Plus que deux chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards sur HypnoClap

juju93, Avant-hier à 17:48

Encore 3 jours pour voter à la 3ème catégorie des L d'or (awards) de The L Word : personnage secondaire masculin. Oui nous avons aussi des hommes !

ophjus, Avant-hier à 19:50

Bonsoir, un nouveau sondage est sur le quartier Reign, pas besoin de connaître la série !

chrismaz66, Hier à 12:11

Bonjour, 2 nouveaux sondages Kaamelott et Torchwood, l'un des 2 est drôle ^^

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site