VOTE | 409 fans

The Big Bang Theory
#220 : Le Bar À Filles

Résumé : Pendant qu'un fan de Comic-Book drague Penny, Leonard et Wolowitz s'aventurent dans le monde des "Lady' Night" dans le bar du coin...

Popularité


4.5 - 2 votes

Titre VO
The Hofstadter Isotope

Titre VF
Le Bar À Filles

Première diffusion
13.04.2009

Première diffusion en France
20.06.2009

Vidéos

Penny et le groupe au magasin de Comics

Penny et le groupe au magasin de Comics

  

Sheldon aide Leonard

Sheldon aide Leonard

  

Plus de détails

Scenario: David Goetsch - Réalisation: Mark Cendrowski
Guests: Kevin Sussman (Stuart)

Sheldon, Leonard, Howard et Raj sont attablés dans le salon mais Sheldon gémit. Il n'est pas content car les garçons ont décidé que le 3ème jeudi de chaque mois ce serait un jeudi imprévisible. Ils ont donc choisi de manger Thaï au lieu de la pizza du jeudi. Sheldon part alors dans un débat montrant son insatisfaction. Quand il s'agit de savoir ce qu'ils feront ce soir, Sheldon propose d'aller au magasin de Comic book comme la veille mais Raj n'y tient pas. Howard propose alors d'aller dans un bar draguer les filles et qu'il est prouvé avec l'équation de Drake modifié en coefficient Holowitz qu'il y a un grand nombre de partenaires qui les attend dehors. Raj et Leonard sont convaincus par sa théorie et serait ravis de sortir, seulement après réflexion ils décident de finalement repousser la soirée et sortir au magasin de comic book.

En sortant de l'appartement, ils croisent Penny sur le palier. Alors que Penny leur demande de prendre 1 ou 2 comic book pour son neveu, Sheldon part dans un monologue ennuyant lui expliquant les différences entre chaque comic. Et à la moindre réponse de la belle, il recommence. Pour éviter que cela continue des heures, Penny finit par les accompagner.
 
A leur arrivée, Penny trouve la boutique mignonne mais en l'entendant parler tous les geeks de la boutique la fixent. Les garçons sont ainsi très fières de se montrer avec elle. Stuart vient dire bonjour à Leonard et proposer son aide. Leonard le remercie et en profite pour présenter Penny. Cette dernière le trouve sympa, pour un geek, mais Leonard lui explique qu'ils ne sont pas tous attardés. Stuart est un grand artiste, il a même fait une école de design. Mais Penny voit un homme corpulent avec un survétement ridicul ce qui n'aide pas Leonard à prouver ce qu'il avance.
Sheldon et Howard regardent les nouveaux comics mais tombe en même temps sur un livre qu'ils n'ont pas tous les deux. Alors qu'ils se le disputent, ils demandent à Leonard de les départager mais il se moque d'eux. Penny rejoint Stuart à la caisse de la boutique et lui demande conseil pour son neveu de 13ans. Ils discutent tous les 2 et semblent s'apprécier. Les garçons en sont même très surpris. Penny découvre un portrait d'elle dessiné par Stuart et le négocie en échange de son numéro de télphone, tout ça, sous le regard d'un Leonard jaloux.

Sheldon et Leonard sont sur le canapé, l'un en train de regarder la télé, l'autre en train de lire son comic. Leonard finit par éteindre la télé et, à sa façon de le faire, Sheldon comprend que Leonard est contrarié à cause de Penny. Sheldon lui conseille d'en parler sur internet mais Leonard préfére en discuter avec lui pour comprendre pourquoi Penny est plus interessée par Stuart que par lui. Sheldon tente de lui expliquer, mais la réponse ne lui convient pas alors Leonard finit par aller sur internet.

On est vendredi et Sheldon est bien content de retourner à ses habitudes. Alors que le groupe de garçons rentrent à l'appartement pour diner, ils croisent Penny et Stuart sortant de l'appartement de la jeune femme. Howard leur demande ce qu'ils vont faire de leur soirée et Penny répond qu'ils vont assister à l'exposition des dessins de Stuart dans une galerie d'arts. Ils leur souhaitent une bonne soirée et partent tous les 2. Leonard, toujours aussi jaloux, demande à Howard de l'amener dans un bar.

Howard, Raj et Leonard sont au comptoir en train de commander leur boisson. Howard reproche à Raj de ne pas commander la boisson adéquate pour draguer les filles. Perdant patience, Howard laisse Raj et rejoint Leonard pour passer à l'action. Leonard ne semble pas satisfait par la technique de drague d'Howard.

Penny et Stuart rentrent de leur soirée et elle lui propose de rentrer boire un café, voir plus si affinité, ce qu'il n'a pas l'air d'avoir compris. Seulement ils sont interrompus par Sheldon. Celui-ci demande l'avis de Stuart à propos d'un débat qu'il a lancé au sujet de Batman. Et il s'avère que Stuart n'est pas d'accord avec Sheldon à propos de son choix. Ils se lance alors eux même dans un nouveau débat. Penny invite Stuart à entrer pour boire son déca et Sheldon s'invite sans sa permission.

Raj est au comptoir du bar déjà bien saoul et Howard et Leonard choississent qui ils vont draguer. Howard lui explique de quelle façon ils vont les aborder mais Leonard n'est toujours pas convaincu par ses méthodes.

Stuart et Sheldon se disputent toujours sur le choix à faire mais en voyant l'heure Stuart décide de partir. Au même instant, il se rend compte que Penny s'est endormie sur le canapé. Sheldon lui conseille de ne pas la réveiller et ils quittent tous les 2 l'appartement.

Leonard et Howard sont à une table du bar. Leonard lui reproche de ne pas être doué malgré tout ce qu'il raconte et Howard se défend en disant que c'est de sa faute s'il n'y arrive pas. Ils décident de partir mais voient à ce moment là que Raj est en train d'embrasser une femme.

Raj se reveille dans les bras de la jeune femme, il tente de partir. Alors qu'elle le ressert contre elle, il est d'abord crispé puis ravi et se rendort.

                L’appartement de Leonard et Sheldon.

Sheldon : Hu-u-u-uh…. Hu-u-u-uh!

Leonard: Un problème?

Sheldon: C’est de la nourriture thaïe.

Howard : C’est parti.

Sheldon : On ne mange pas thaï le jeudi. On mange pizza le jeudi.

Leonard : Oui, mais on a décidé que le 3e jeudi de chaque mois serait le « jeudi imprévisible ».

Sheldon : L’information n’est pas parvenue à mon système digestif qui, quand il est surpris, a sa version du « jeudi imprévisible ».

Howard : Tout l’intérêt du « jeudi imprévisible » est de nous changer du train-train.

Sheldon : « Train-train » ? Tu veux dire « régularité ». Et si nous abandonnons ça, pourquoi l’appeler jeudi ? Appelons-le quonkodi, faisons-le durer 29 h et 17 minutes, et fêtons-le en sacrifiant une chèvre au dieu Râ.

Raj : Je mangerais bien de la chèvre.

Leonard : Sheldon, on s’est mis d’accord pour faire un truc différent, ce soir.

Sheldon : D’accord. Allons au magasin de comics.

Raj : On est allé au magasin de comics hier soir.

Sheldon : On était mercredi, hier. Mercredi, c’est la soirée comics. Ce soir, on ira là-bas un jeudi pour le « jeudi imprévisible ».

Leonard : Tu sors des sentiers battus tout en marchant juste à côté, Sheldon.

Raj : Alors, on fait quoi ce soir ?

Howard : Si je peux suggérer une idée, dans tous les bars de notre beau pays, le jeudi soir, c’est la soirée des filles. Ce qui signifie que plus la soirée avancera, plus on deviendra beaux grâce aux margaritas à 99 cents.

Leonard : Allez, Howard, on a presque aucune chance de choper des filles dans un bar.

Howard : Ah bon ? Tu connais l’équation de Drake ?

Sheldon : Celle qui évalue les chances de contacter des extra-terrestres en calculant le produit d’une série de valeurs restrictives, comme le nombre de planètes par étoile propices à la vie ? N= R x FP x NE x FL x FI x FC x L ?

Howard : Oui, celle-là. Tu peux la modifier pour calculer nos chances de coucher en utilisant le nombre de femmes célibataires à Los Angeles, le nombre de celles qui nous trouveraient attirants, et ce que j’appelle le coefficient Wolowitz.

Raj : Le coefficient Wolowitz ?

Howard : Manque x (surface de vêtements)². Avec ces chiffres, j’obtiens 5812 partenaires sexuels potentiels dans un rayon de 65 km.

Leonard : Tu plaisantes.

Howard : Je suis un ingénieur en rut, Leonard. Je ne plaisante pas avec le sexe ou les maths.

Raj : Eh bien, qu’est-ce qu’on attend ? On s’arrache, les meufs !

Leonard : Tu as raison. C’est le « jeudi imprévisible ». On va en boîte rencontrer des filles !

Raj : On y va. Protégez vos filles ! On va en faire qu’une bouchée.

Leonard : Ou on peut finir de manger et aller au magasin de comics.

Raj : C’est aussi un bon plan.

Howard : D’accord, mais au prochain « jeudi imprévisible », on va dans un bar !

Leonard : Absolument.

Raj : Ecoutez, les filles de la soirée filles, on va finir par venir !

Sheldon : Fascinant.

 

Générique.

 

                Le palier.

Penny : Oh hé, les gars, vous allez où ?

Sheldon : Au magasin de comics. Tu te dis sûrement : des comics ? Un jeudi ? Je suis tombée dans un terrier et je suis au pays des merveilles ? Tu n’as pas pris en compte le fait qu’aujourd’hui, c’est le « jeudi imprévisible ».

Penny : Tu m’as bien eue. Pendant que vous y êtes, vous pouvez pendre des BD pour l’anniversaire de mon neveu ?

Sheldon : Je crois que tu veux dire « comics ». il ne faut pas confondre les comics américains, les mangas japonais, et les BD ou bandes dessinées qui sont européennes.

Penny : Leonard, tu peux prendre des comics pour mon neveu ?

Leonard : Bien sûr. Qu’est-ce qu’il aime ?

Penny : Je ne sais pas. Ila 13 ans. Prends n’importe quoi.

Sheldon : « Prends n’importe quoi » ? Peut-être qu’on peut aussi lui choisir un costume sans connaître sa taille ? Ou lui choisir une carrière sans connaître son CV ? Ou lui choisir de nouvelles céréales sans connaître ses besoins en fibres. Ni son goût pour les petites guimauves.

Penny : Spider-Man. Prends Spider-Man.

Sheldon: Amazing Spider-Man, Ultimate Spider-Man, Spectacular Spider-Man, The Marvelous Adventures of Spider-Man, Spider-Man 2099?

Penny: Leonard?

Leonard: Ca pourrait durer toute la nuit, pourquoi tu viens pas avec nous?

Penny : Oh, c’est ce que je voulais éviter.

Sheldon : Oh, j’ai oublié Sensational Spider-Man.

                Le magasin de comics.

Penny : Oh, quelle jolie petite boutique. Tout le monde me regarde.

Leonard : Ne t’inquiète pas. Ils ont plus peur de toi, que toi, tu n’as peur d’eux.

Penny : Improbable. Tu penses quoi de celui-là pour mon neveu ?

Sheldon : Superbe choix.

Penny : Oh, génial.

Sheldon : A condition qu’il ait déjà lu Infinite Crisis et 52, et qu’il connaisse la réapparition du multivers DC.

Penny : C’est quoi un multivers ?

Sheldon : Fais-la sortir d’ici.

Leonard : Viens, je vais t’aider à choisir quelque chose.

Raj : C’est exact, elle est avec nous. Ces gars sont tellement pathétiques.

Howard : Ne m’en parle pas. Regarde, une nouvelle boucle Batman !

Vendeur : Oh, salut, Leonard. Je peux d’aider à trouver quelque chose ?

Leonard : Oh, salut, Stuart. C’est Penny. Elle cherche un comic.

Stuart: Vraiment. Cligne des yeux deux fois si t’es ici contre ta volonté.

Leonard : Je pense qu’on va y arriver, Stuart.

Stuart : Appelez-moi en cas de besoin.

Penny : Merci. Il a l’air sympa.

Leonard : Tu veux dire, pour quelqu’un qui aime les comics ?

Penny : Non, non, non, je voulais dire… oui.

Leonard : Penny, c’est pas parce qu’on aime les comics qu’on est des attardés. Stuart est un grand artiste. Il a fait l’école de design de Rhode Island.

Penny : Et ce gars là, qui a rentré son t-shirt de super-héros dans son survêtement ?

Leonard : Ah, oui, c’est Capitaine Survêt. Il m’aide à prouver ma théorie.

                (Howard et Sheldon fouillent dans un bac de comics. Chacun dit « je l’ai ». Ils atteignent celui du milieu et chacun le veux).

Howard : Lâche-le, Sheldon.

Sheldon : Pourquoi devrais-je le laisser ? Je l’ai vu en premier.

Howard : Oui, mais moi, j’ai repéré la couverture.

Sheldon : C’est un exploit moins impressionnant.

Howard : Allez ! J’en ai besoin pour ma collection Batman.

Sheldon : J’en ai besoin pour ma collection Robin.

Howard : Pierre-papier-ciseau-lézard-Spock ?

Sheldon : Pourquoi je le jouerais ? C’est le mien. Lâche-le !

Howard : Toi lâche.

Sheldon : Non, toi.

Leonard : Un problème ?

Sheldon : Oui, il ne veut pas lâcher mon comic.

Howard : C’est mon comic.

Sheldon : Leonard, il nous faut un arbitrage.

Leonard : Euh, coupez-le en deux ?

Penny : Excuse-moi.

Stuart : Rebonjour.

Penny : Salut. Tu conseillerais quoi comme cadeau pour un garçon de 13 ans ?

Stuart : Une jeune fille de 13 ans. Mais si tu veux vraiment un comic, essaie ça.

Penny : Oh, Hellblazer. Ca parle de quoi ?

Stuart : D’un escroc à la morale douteuse qui fume, qui a un cancer des poumons et qui est torturé par les esprits des revenants.

Penny : Eh bien, si avec ça je ne suis pas sa tante préférée ! C’est moi ?

Stuart : Ca dépend. Tu aimes ?

Penny : C’est très bon.

Stuart : Oui, c’est toi.

Penny : C’est gentil ? Et si j’avais pas aimé ?

Stuart : Ce serait toujours toi, mais j’aurais l’air d’un idiot.

Leonard : Je ne le crois pas. Stuart drague Penny.

Howard : Faut que j’apprenne à dessiner. Hey !

Sheldon : Encore une fois, ta propre lubricité t’a encore perdu.

Raj : Les gars, vous avez vu Stuart collé à penny, là-bas ?

Leonard : Personne n’est collé à personne. On paie et on y va.

Penny : Bon, tu as mon numéro. Maintenant, donne-moi le dessin.

Stuart : Tu marchandes dur. Mais voilà.

Penny : D’accord. Alors, appelle-moi.

Sheldon : Alors, Leonard, tu l’aimes toujours ce « jeudi imprévisible » ?

                L’appartement de Leonard et Sheldon.

Sheldon : Regarde ça. Il est abimé. Merci, Howard Wolowitz le maladroit. Tu viens d’éteindre la télé au milieu de l’épisode cross over « Tribulations » de Star Trek : DS9 et la Patrouille du cosmos ?

Leonard : Il semble que oui.

Sheldon : Es-tu malade ?

Leonard : Non.

Sheldon : D’accord. Peut-on alors dire à juste titre que tu es contrarié par ce qui s’est passé avec Penny, ce soir ?

Leonard : A quel moment t’as compris ?

Sheldon : Là, quand tu as éteint la télé au milieu de l’épisode cross over « Tribulations » de Star trek : DS9 et la Patrouille du cosmos. As-tu besoin de conseil ?

Leonard : Oui, pourquoi pas ?

Sheldon : Alors, c’est le moment idéal pour démarrer un blog avec une section de commentaires interactive.

Leonard : Merci beaucoup.

Sheldon : Tu préfères avoir mon point de vue ?

Leonard : Je n’ai pas besoin de points de vue. Je veux savoir pourquoi Penny s’intéresse plus à Stuart qu’à moi. On est quasiment les mêmes.

Sheldon : Oh, je suis pas d’accord. Stuart est grand, artistique, travaille à son compte, et encore mieux, il a une remise de 45% sur les comics.

Leonard : T’as raison, je devrais demander à des étrangers sur Internet.

Sheldon : C’est bien ce que je disais.

                Les escaliers.

Sheldon : Plats chinois, classiques des jeux vidéo… Après le cauchemar du « jeudi imprévisible », voici « vendredi comme toujours ».

Howard : Qui est partant pour « un samedi sans Sheldon » ?

Penny (sortant de son appartement) : Oh, hey les gars.

Leonard : Hey, Penny… et Stuart. Hey, Stuart.

Stuart: Salut, les gars.

Howard : Alors, vous allez où ?

Penny : Stuart expose dans une galerie, ce soir.

Leonard : Et vous y allez ensemble. Super…

Stuart : C’est formidable. Vraiment génial. Carrément génial. Vous faites quoi ?

Penny : C’est vendredi soir, ça signifie plats chinois et jeux vidéo classiques, non ?

Sheldon : Classique est un faible mot pour ce que nous avons prévu. Un jeu vidéo d’aventure textuel de 1980, Zork. La version bêta avec des bugs.

Penny : Wow, Zork. Amusez-vous bien, alors.

Stuart : A plus, les gars.

Howard : A plus, Stuart.

Leonard : Hey, Howard ?

Howard: Oui.

Leonard: Amène-moi dans un bar où il y a des femmes.

Howard : Vraiment ?

Leonard : Oui.

Howard : D’accord ! Je vais juste enlever mes sous-vêtements.

Leonard : Pourquoi ?

Howard : Si je conclus, je ne veux pas qu’elle voit mon slip Aquaman.

Leonard (à Raj): Et toi ? (Raj vérifie), On y va.

                Dans un bar.

Raj : Je pourrais avoir un grasshopper avec un petit parasol, s’il vous plaît ?

Howard : Non, il ne peut pas.

Raj : Pourquoi ?

Howard : Je ne reste pas avec un gars qui boit un grasshopper avec un petit parasol.

Raj : Bien. Je vais prendre un Martine chocolat.

Howard : Encore faux !

Raj : Allez, tu sais que je peux parler aux femmes que si je suis aussi allumé que la fête hindoue de Diwali.

Howard : Ecoute, il y a beaucoup de bars à Los Angeles où tu peux commander ces boissons, mais ça ne servirait à rien, vu qu’il n’y a pas de filles.

Raj : J’ai compris. Je vais prendre un brandy Alexander.

Howard : Très bien, et les trois Mousquetaires deviennent un duo d’enfer.

Leonard : On parle aux femmes, alors ?

Howard : Il est bien trop tôt pour ça. D’abord, on laisse les avocats et les athlètes clairsemer le troupeau… Et on attaque les faibles, les vieilles et les infirmes.

Leonard : C’est ta méthode ?

Howard : C’est ma méthode. S’il y en a une avec un chien d’aveugle, elle est pour moi.

                La cage d’escalier.

Penny : Oh allez, Capitaine Survêt a été gentil de venir à ton exposition.

Stuart : Oui, ça aurait été mieux s’il avait pas touché tout le fromage.

Penny : Euh, il est un peu tôt, non ? Tu veux prendre un café ou autre chose ?

Stuart : Oh, et bien, il n’est pas un peu tard pour un café ?

Penny : Oh, tu penses que café veut dire café. Comme c’est mignon. Viens, je crois que j’ai du déca.

Sheldon : Oh, bien, Stuart. J’avais bien reconnu ta voix. Tu as un instant ?

Stuart : Euh, oui, je suppose.

Penny : Sheldon, on est un peu occupés, là. Alors…

Sheldon : Que faites-vous ?

Stuart : On va prendre un café.

Sheldon : N’est-il pas un peu tard pour un café ?

Stuart : C’est bon. Elle pense avoir du déca.

Penny : Je vais voir si je le trouve.

Stuart : Qu’y a-t-il ?

Sheldon : Je viens de passer 3 h à débattre en ligne sur le chat de DC Comics Batman, et j’ai besoin de ton aide.

Stuart : Oh oui. Ces gars-là peuvent être très têtus. Quel est le sujet ?

Sheldon : Je soutiens que, si la mort de Batman se révèle permanente, le premier Robin, Dick Grayson, est le successeur logique du bat-masque.

Stuart : Oh, Sheldon, tu ne pourrais pas te tromper davantage.

Sheldon : Davantage ? Le fait d’avoir tort ne peut être sujet à gradation.

Stuart : Bien sûr que si. On se trompe un peu en disant qu’une tomate est un légume. On se trompe beaucoup en disant que c’est un pont suspendu. Revenons à nos moutons. Dick Grayson est devenu Nightwing, un super-héros à part. Batman 2 doit être le second Robin, Jason Todd.

Sheldon : Doit être ? Doit être ? J’espère que t’as provocation est délibérée.

Penny : J’ai trouvé le déca !

Stuart : Oh, super !

Sheldon : Une tisane pour moi, s’il te plaît.

                Dans un bar.

Raj : Barman ! Un petit coup d’Alexander.

Leonard : Et ces deux, là ?

Howard : Non, elles mangent des cacahuètes. Avec mes allergies, un baiser m’enverrait à l’hosto une semaine.

Leonard : Et celles qui sont dans le coin ?

Howard : Possible, tout à fait possible. Tu veux celle qui a une minerve ou celle qui cligne des yeux ?

Leonard : Celle qui cligne, elle est mignonne.

Howard : Entendu, monsieur.

Leonard : Attends, on va là-bas, comme ça ?

Howard : Non, il faut qu’on se prépare un peu. Mets ça dans ta bouche. On marche devant elle, tu trébuches. Je dis : « Désolé, mon ami ne sait pas s’arrêter ». Je commence à le sortir de ta bouche.  Je dis : « Il ne sait pas s’arrêter… de s’amuser ». Pigé ? Elles rigolent, on rigole. Ensuite, on leur met 1 g d’alcool dans le sang et on dit qu’on est millionnaires.

Leonard : Qu’est-ce que t’as d’autre ?

Howard : Ca dépend. T’es prêt à t’asseoir sur mes genoux pour un numéro de ventriloque ?

Leonard : Non.

Howard : Je ne peux pas faire la marionnette. Tu ne connais pas les répliques.

                L’appartement de Penny.

Stuart : Je suis désolé, mais tu es coincé dans un univers DC pré-Zéro Hour.

Sheldon : Bien sûr que je le suis. Nier que Joe Chill était le tueur des parents de Batman l’a privé de sa raison d’être.

Stuart : D’accord, parle en français si tu veux, tu n’auras pas raison pour autant.

Sheldon : Au contraire.

Stuart : De plus tu oublies que l’intrigue de Infinite Crisis a rétabli Joe Chill dans la mythologie de Batman.

Sheldon : Je n’oublie rien et je n’aime pas trop ce ton.

Stuart : Bon, écoute, Sheldon, il se fait tard et je dois dormir un peu.

Sheldon : Donc je gagne.

Stuart : Non, je suis fatigué.

Sheldon : Donc je gagne.

Sheldon : Très bien, tu as gagné.

Sheldon : Un peu, mon neveu.

Stuart : Penny, j’ai vraiment passé un très bon moment. Penny ?

Sheldon : Non, non, non, ne la réveille pas. Elle te déchiquèterait telle une bête enragée.

Stuart : Tu sais, je crois que c’était pas du déca.

                Dans un bar.

Howard : Attendez. C’était votre carte ou pas ? Crois-moi, c’était leur carte.

Leonard : Je te croyais douer pour ça. Tu parles souvent des femmes que tu rencontres dans les bars.

Howard : Oui, tout le temps.

Leonard : Qu’est-ce qui s’est passé ? On a passé la soirée ici et la femme à qui t’as le plus parlé, c’est ta mère, quand elle a téléphoné.

Howard : Wow, tu vas me forcer à tout avouer ?

Leonard : Avouer quoi ?

Howard : C’est toi qui me handicapes. Je suis un faucon, je chasse mieux en solo.

Leonard : D’accord, je reste assis ici. Prends ton envol et va à la chasse.

Howard : Ne sois pas ridicule, on ne peut pas dire à un faucon quand chasser.

Leonard : En fait, on le peut. On en a même fait un art. La fauconnerie.

Howard : Ferme-la. On va chercher Koothrappali et on s’en va. (Ils se tournent et voient Raj embrasser une femme). Sale petit veinard. Ca doit venir de son accent à la noix. (Howard s’adresse à une fille avec l’accent indien). Bonjour, je suis Sanjay Wolowitz. Je viens de Bombay. J’y comprends plus rien.

On retrouve Raj dans son appartement. Il se réveille dans les bras de la femme qu’il a rencontrée dans le bar. Il tente de s’échapper mais elle resserre son étreinte. Alors, Raj hausse les épaules et se rendort.

 

Fin de l’épisode.

 

Scene: The apartment.

Sheldon: Hu-u-u-uh…. Hu-u-u-uh!

Leonard: Problem?

Sheldon: This is Thai food.

Howard: Here we go.

Sheldon: We don’t have Thai food on Thursday. We have pizza on Thursday.

Leonard: Yes, but we all agreed that the third Thursday of every month would be Anything Can Happen Thursday.

Sheldon: Well apparently the news didn’t reach my digestive system, which, when startled, has its own version of Anything Can Happen Thursday.

Howard: Come on, the whole idea behind Anything Can Happen Thursday is to get out of this rut we’ve been in lately.

Sheldon: Rut? I think you mean consistency. And if we’re going to abandon that, then why even call it Thursday? Let’s call it Quonko Day and divide it into 29 hours of 17 minutes apiece, and celebrate it by sacrificing a goat to the mighty god Ra.

Raj: I could go for some goat.

Leonard: Sheldon, we agreed we’d do something different tonight.

Sheldon: All right. Let’s go to the comic book store.

Raj: We went to the comic book store last night.

Sheldon: Last night was Wednesday. Wednesday is comic book night. Tonight, we’ll be going on Thursday, because it’s Anything Can Happen Thursday.

Leonard: Way to think outside but pressed right up against the box, Sheldon.

Raj: So what are we going to do tonight?

Howard: If I may proffer a suggestion, in bars all across this great nation of ours, Thursday night is Ladies’ Night. Which means, as the evening progresses, we will get better looking courtesy of 99 cent margaritas and two-for-one Jell-O shots.

Leonard: Come on, Howard, the odds of us picking up girls in a bar are practically zero.

Howard: Really? Are you familiar with the Drake Equation?

Sheldon: The one that estimates the odds of making contact with extraterrestrials by calculating the product of an increasingly restrictive series of fractional values such as those stars with planets, and those planets likely to develop life? N equals R times FP times NE times FL times FI times FC times L?

Howard: Yeah, that one. You can modify it to calculate our chances of having sex by changing the formula to use the number of single women in Los Angeles, the number of those who might find us attractive, and what I call the Wolowitz Coefficient.

Raj: The Wolowitz Coefficient?

Howard: Neediness times dress size squared. Crunching the numbers, I come up with a conservative 5,812 potential sex partners within a 40-mile radius.

Leonard: You’re joking.

Howard: I’m a horny engineer, Leonard. I never joke about math or sex.

Raj: Well, what are we waiting for? Let’s bounce, bitches.

Leonard: You’re right. It’s Anything Can Happen Thursday, let’s hit the clubs and meet hot women!

Raj: Here we go. Lock up your daughters! We’re going to hit it and quit it.

Leonard: Or we could finish eating and go to the comic book store.

Raj: Also a good plan.

Howard: Alright, but next Anything Can Happen Thursday, we’re definitely going to a bar.

Leonard: Oh, absolutely.

Raj: You heard that, Ladies’ Night ladies? We’re eventually coming for you!

Sheldon: Fascinating.

Credits sequence.

Penny: Oh hey, guys, where’re you headed?

Leonard: To the comic book store. You’re probably thinking, the comic book store? On a Thursday? Why, I’ve fallen down the rabbit hole and into a land of madness. What you have failed to take into account, Penny, is that this is Anything Can Happen Thursday.

Penny: You got me. While you’re there, could pick me up a few comics for my nephew’s birthday?

Sheldon: I think you mean comic books. Comics are feeble attempts at humour featuring talking babies and anthropomorphized pets found traditionally in the optimistically named funny pages.

Penny: Leonard, could you pick me up a few comics for my nephew’s birthday?

Leonard: Sure. What does he like?

Penny: I don’t know, he’s 13. Just pick out anything.

Sheldon: Just pick out anything? Maybe at the same time we can pick out a new suit for him without knowing his size, or pick out his career for him without knowing his aptitude, or pick out a new breakfast cereal without knowing his fibre requirements or his feelings about little marshmallows.

Penny: Spider-Man. Get him Spider-Man.

Sheldon: Amazing Spider-Man, Ultimate Spider-Man, Spectacular Spider-Man, The Marvelous Adventures of Spider-Man, Spider-Man 2099?

Penny: Leonard?

Leonard: You know this can go on all night, why don’t you just come with us?

Penny: Ugh, that’s what I was trying to avoid.

Sheldon: Oh, I forgot Sensational Spider-Man.

Scene: The comic book store.

 

Penny: Oh, what a cute, little store. Everybody’s staring at me.

Leonard: Don’t worry, they’re more scared of you than you are of them.

Penny: Unlikely. Here, what about this one for my nephew?

Sheldon: A superb choice.

Penny: Oh, great.

Sheldon: Yeah, provided he has already read Infinite Crisis and 52, and is familiar with the re-establishment of the DC multiverse.

Penny: What’s a multiverse?

Sheldon: Get her out of here.

Leonard: Come on, I’ll help you pick something.

Raj: That’s right. She’s with us. Guys like that are so pathetic.

Howard: Tell me about it. Look, a new Batman belt buckle.

Store clerk: Oh, hey, Leonard. Can I help you find something?

Leonard: Oh, hey, Stuart. This is Penny. She’s looking for some comic books.

Stuart: Oh, really. Blink twice if you’re here against your will.

Leonard: I think we’re fine, Stuart.

Stuart: Let me know if you need anything.

Penny: Thanks. He seems like a nice guy.

Leonard: You mean for someone who’s into comic books?

Penny: No, no, no, I just meant for… yeah.

Leonard: Penny, just because people appreciate comic books doesn’t make them weirdos. Stuart’s a terrific artist. He went to the Rhode Island School of Design.

Penny: What about the guy over there in the superhero T-shirt tucked into his sweatpants?

Leonard: Ah, yeah, that’s Captain Sweatpants. He doesn’t really help the point I’m trying to make.

(Howard and Sheldon are looking through a rack of comic books. Each says “Got it” in turn as they look past each book until they eventually reach the one in the middle when they both together grab the book and shout “Need it!”)

 

Howard: Let it go, Sheldon.

Sheldon: Why should I let it go? I saw it first.

Howard: Yes, but I saw it from the front.

Sheldon: A far less impressive feat.

Howard: Oh, come on! I need this for my Batman collection.

Sheldon: I need it for my Robin collection.

Howard: Rock-Paper-Scissors-Lizard-Spock?

Sheldon: Why would I gamble? It’s mine. Let go.

Howard: You let go.

Sheldon: No, you!

Leonard: Problem?

Sheldon: Yes, he won’t let go of my comic book.

Howard: It’s my comic book!

Sheldon: Leonard, we need a ruling.

Leonard: Uh, cut it in half?

Penny: Excuse me.

Stuart: Hello again.

Penny: Hi. What would you recommend as a present for a 13-year-old boy?

Stuart: A 13-year-old girl. But if you’re dead set on a comic book, try this.

Penny: Oh, Hellblazer. What’s this about?

Stuart: A morally ambiguous confidence man who smokes, has lung cancer and is tormented by the spirits of the undead.

Penny: Well, if that doesn’t make me the favourite aunt, I don’t know what will. Is this me?

Stuart: Depends. Do you like it?

Penny: It’s really good.

Stuart: Yes, that’s you.

Penny: That’s so sweet, but what if I didn’t like it?

Stuart: It’d still be you, but I’d feel like an idiot.

Leonard: I don’t believe it. Stuart’s putting the moves on Penny.

Howard: I have got to learn how to draw. Hey!

Sheldon: Once again, defeated by your own prurient interests.

Raj: Guys, have you seen Stuart all up in Penny’s business over there?

Leonard: Nobody’s up in anybody’s business, let’s just buy our stuff and go.

Penny: Okay, you’ve got my number, now, give me the picture.

Stuart: You drive a hard bargain, but here.

Penny: All right. So, um, just give me a call.

Sheldon: So, Leonard, how are you enjoying Anything Can Happen Thursday?

Scene: The apartment. Sheldon has the comic book.

 

Sheldon: Look at that, that’s a dent. Thank you, Howard Ham-Fisted Wolowitz. Did you just shut the TV off in the middle of the classic Deep Space Nine/Star Trek The Original Series Trouble With Tribbles crossover episode?

Leonard: Apparently so.

Sheldon: Are you ill?

Leonard: No.

Sheldon: All right. Then is it fair to say that you’re experiencing some sort of emotional turmoil over the events involving Penny earlier this evening?

Leonard: When did you pick up on that?

Sheldon: A moment ago, when you turned off the TV in the middle of }during the classic Deep Space Nine/Star Trek The Original Series Trouble With Tribbles crossover episode. Would you like some advice?

Leonard: Sure, why not?

Sheldon: Then, this is the perfect time to launch a blog with an interactive comments section.

Leonard: Gee, thanks a lot.

Sheldon: Would you rather I offer my personal insight?

Leonard: I don’t need any insights. I just want to know why Penny’s more interested in Stuart than me. We’re practically the same guy.

Sheldon: Oh, I disagree. Stuart is taller, artistic, self-employed and, most significantly, he gets 45 percent off comic books.

Leonard: You’re right, I really should be asking strangers on the Internet.

Sheldon: My original point.

Scene: The stairs.

 

Sheldon: Chinese food, vintage video games. After the nightmare of Anything Can Happen Thursday, this is Friday night the way it was meant to be.

Howard: Who’s up for Sheldon-Free Saturday?

Penny (coming out of apartment): Oh, hey guys.

Leonard: Hey, Penny… and Stuart, hey Stuart.

Stuart: Hey, guys.

Howard: So what are you kids up to?

Penny: Uh, Stuart has a piece in an art show that’s opening tonight.

Leonard: And you guys are going together, great…

Stuart: It is great. Really great. Freaking awesome. What are you guys doing?

Penny: It’s Friday night, that means Chinese food and vintage video games, right?

Sheldon: Vintage doesn’t even begin to describe what we have planned. Tonight, we are playing the classic 1980 interactive text adventure, Zork. It’s the buggy beta version.

Penny: Wow, Zork. Well, you guys have fun.

Stuart: Yeah, see you guys.

Howard: See you, Stuart.

Leonard: Hey, Howard?

Howard: Yes.

Leonard: Take me to a bar with women.

Howard: Really?

Leonard: Yeah.

Howard: Okay! Let me just go inside and slip off my underwear.

Leonard: Why?

Howard: Well, if I get lucky, I don’t want to be caught in my Aquaman briefs.

Leonard (to Raj): Do you…? (Raj checks his underwear) Let’s go.

Scene: A bar.

Raj: May I have a grasshopper with a little umbrella, please?

Howard: No, he may not.

Raj: Why?

Howard: I’m not sitting here with a guy drinking a grasshopper with a little umbrella.

Raj: Fine. I’ll have a chocolate martini.

Howard: Wrong again!

Raj: Come on, you know I can’t talk to women unless I’m lit up like the Hindu festival of Diwali.

Howard: Look, there are plenty of bars in Los Angeles where you can order grasshoppers and chocolate martinis, but you wouldn’t have to because there are no women in them.

Raj: Gotcha. I’ll have a Brandy Alexander.

Howard: All right, the Three Musketeers just became the Dynamic Duo.

Leonard: Should we talk to some of these women?

Howard: It’s way too early in the night for that. See, first we let the lawyers and the jocks thin the herd, and then we go after the weak and the old and the lame.

Leonard: That’s your system?

Howard: That’s my system. Oh, and if you spot a chick with a Seeing Eye dog, she’s mine.

Scene: The stairwell.

Penny: Oh come on. I think it’s nice that Captain Sweatpants showed up to your art opening.

Stuart: Yeah, it would have been nicer if he hadn’t touched all the cheese.

Penny: Um, you know, it’s kind of early. Do you want to maybe come in for some coffee or something?

Stuart: Oh, gee, it’s a little late for coffee, isn’t it?

Penny: Oh, you think coffee, means coffee, that is so sweet. Come on, I think I have decaf.

Sheldon: Oh, good, Stuart, I thought I heard your voice. Do you have a moment?

Stuart: Uh, yeah, I guess.

Penny: Sheldon, we’re a little busy here, so…

Sheldon: What are you doing?

Stuart: We’re having coffee.

Sheldon: Isn’t it a little late for coffee?

Stuart: It’s okay. She thinks she has decaf.

Penny: I’ll just go look for it.

Stuart: What’s up?

Sheldon: Well, I’ve spent the last three hours in an online debate in the DC Comics Batman chatroom, and I need your help.

Stuart: Oh yeah. Those guys can be very stubborn. What’s the topic?

Sheldon: I am asserting, in the event that Batman’s death proves permanent, that original Robin, Dick Grayson, is the logical successor to the Bat Cowl.

Stuart: Ooh, Sheldon, I’m afraid you couldn’t be more wrong.

Sheldon: More wrong? Wrong is an absolute state and not subject to gradation.

Stuart: Of course it is. It’s a little wrong to say a tomato is a vegetable, it’s very wrong to say it’s a suspension bridge. But returning to the original issue, Dick Grayson became Nightwing, a superhero in his own right. Batman 2 has to be the second Robin, Jason Todd.

Sheldon: Has to be? Has to be? I hope you’re being deliberately provocative.

Penny: I found the decaf!

Stuart: Oh, great!

Sheldon: Yeah, herbal tea for me, please.

Scene: The bar.

Raj: Barkeep! Alexander me.

Leonard: How about those two?

Howard: Nah, they’re eating peanuts, and my allergies, one kiss would put me in Cedar-Sinai for a week.

Leonard: What about the ones in the corner?

Howard: Possible, very possible. Do you want the one in the whiplash collar or the one who keeps blinking?

Leonard: I think Blinky’s cute.

Howard: You got it, sir.

Leonard: Wait, so we just go over there?

Howard: No, we have a little prep work to do. Put this in your mouth. We walk past them, you stumble a bit. I say, sorry, my friend’s had a little too much, and then I start to pull it out of your mouth and say, a little too much fun. Get it? I mean, they’re laughing, we’re laughing, and then we get them up to about a .15 blood alcohol level, and tell them we’re millionaires.

Leonard: What else you got?

Howard: Depends. Are you willing to sit on my lap and pretend to be a ventriloquist dummy?

Leonard: No.

Howard: I can’t sit on your lap, you don’t know the routine.

Scene: Penny’s apartment.

Stuart: I’m sorry, but you’re obviously stuck in a pre-Zero Hour DC universe.

Sheldon: Of course I am. Removing Joe Chill as the killer of Batman’s parents effectively deprived him of his raison d’être.

Stuart: Okay, you can throw all the French around you want, it doesn’t make you right.

Sheldon: Au contraire.

Stuart: Plus, you’re forgetting that the Infinite Crisis storyline restored Joe Chill to the Batman mythology.

Sheldon: I am forgetting nothing and I resent your tone.

Stuart: Okay, look, Sheldon, it’s late and I’ve got to get some sleep.

Sheldon: So, I win.

Stuart: No, I’m tired.

Sheldon: So, I win.

Stuart: Fine. You win.

Sheldon: Darn tootin’, I win.

Stuart: Penny, I really had a terrific time. Penny?

Sheldon: No, no, no, no, don’t wake her. She’ll maul you like a rabid wolverine.

Stuart: You know, I don’t think that was decaf.

Scene: The bar.

Howard: Wait, is this your card or isn’t it? Trust me, this was their card.

Leonard: I thought you were good at this. You’re always talking about how you go to bars and meet women.

Howard: I do, all the time.

Leonard: Well, what happened? We’ve been sitting here all night and the longest conversation you’ve had with a woman was when your mom called.

Howard: Wow, you’re just going to make me come out and say it, aren’t you?

Leonard: Say what?

Howard: You’re weighing me down. I’m a falcon who hunts better solo.

Leonard: Fine. I’ll sit here. You take flight and hunt.

Howard: Don’t be ridiculous, you can’t just tell a falcon when to hunt.

Leonard: Actually, you can. There’s a whole sport built around it. Falconry.

Howard: Shut up. Let’s just get Koothrappali and go. (They turn to see Raj with his tongue down the throat of a “larger lady” by the bar.) Lucky bastard. It’s got to be that stupid accent of his. (To a girl nearby) Hello. I am Sanjay Wolowitz from Bombay. Okay, I’m stumped.

Scene: Raj’s apartment. He wakes up clutched in the arms of the large lady. Tries to get away. She clutches him tighter. He shrugs and goes back to sleep.

Source : Big Bang Theory Transcript

Kikavu ?

Au total, 81 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

caskett64 
12.02.2018 vers 10h

LaFriteFan 
04.02.2018 vers 17h

324B21 
03.02.2018 vers 19h

friends76 
12.01.2018 vers 01h

melllou 
07.01.2018 vers 16h

Kalyanna 
01.01.2018 vers 13h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Bannière de l'animation HypnoTrésor

Ne manque pas...

Découvre la carte Creepy de Todd, un Wraith issu de la série Stargate Atlantis, dans notre collection d'HypnoCards.
En vitrine | Les Wraiths (Creepy)

Vote pour les HypnoAwards 2018 jusqu'au 26 août !
Jusqu'au 26/08 | Votez nombreux !

Activité récente
Dernières audiences
Logo de la chaîne CBS

Young Sheldon, S01E22 (inédit)
Jeudi 10 mai à 20:30
12.44m / 2.2% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

The Big Bang Theory, S11E24 (inédit)
Jeudi 10 mai à 20:00
15.51m / 2.9% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

Young Sheldon, S01E21 (inédit)
Jeudi 3 mai à 20:30
11.67m / 1.9% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

The Big Bang Theory, S11E23 (inédit)
Jeudi 3 mai à 20:00
12.93m / 2.4% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

Young Sheldon, S01E20 (inédit)
Jeudi 26 avril à 20:30
11.15m / 1.8% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

The Big Bang Theory, S11E22 (inédit)
Jeudi 26 avril à 20:00
11.79m / 2.0% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Fox News | Article Kaley Cuoco

Fox News | Article Kaley Cuoco
Le site Fox News nous propose un article sur 7 choses que nous ne savons pas sur Kaley...

Step Up's 14th Annual Inspiration Awards | Kaley Cuoco

Step Up's 14th Annual Inspiration Awards | Kaley Cuoco
Kaley Cuoco a participé aux awards Inspiration organisés par Step Up.  Ces awards se sont déroulés...

TBBT - 13 saisons, voire plus ???

TBBT - 13 saisons, voire plus ???
La série "The Big Bang Theory" a actuellement 11 saisons, mais il se pourrait bien qu'elle perdure...

Cosmopolitan | Kaley Cuoco - Cover

Cosmopolitan | Kaley Cuoco - Cover
Kaley Cuoco est en couverture du magazine Cosmopolitan pour le mois de mai.  Vous pouvez découvrir...

AnniversaireS !

AnniversaireS !
Aujourd'hui 30 avril 2018, nous fêtons l'anniversaire de 2 acteurs de la série, Johnny...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Téléchargement
Partenaires premium
HypnoRooms

mnoandco, Hier à 07:24

Venez voter pour votre rôle préféré de l'actrice. Merci!

pretty31, Hier à 16:33

Nouveaux jeux pour se détendre un peu cet été dans les forums d'HypnoClap

pretty31, Hier à 16:33

on vous attend

CastleBeck, Aujourd'hui à 06:42

Le quartier Lethal Weapon compte sur vos votes, d'ici dimanche, pour la 3e catégorie des Awards sur le quartier. Merci.

juju93, Aujourd'hui à 20:38

Plus personne pour voter au 3ème quart de finale du tournoi de chant de The L Word ? Pas besoin de connaître la série !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site