VOTE | 402 fans

#212 : Le Combat des Robots

  

Résumé : Les critiques virulantes et sans tact de Penny sur la vie romantique d'Howard le plonge dans un état de létargie et d'apitoiement qui surprennent même ses amis. Leonard, Raj et Sheldon demande alors à Penny de s'excuser. La dépression d'Howard tombe à un mauvais moment, puisque le robot que lui et ses amis ont construit pour une compétition régionale est défié par un robot bien plus aboutti. La lutte à mort des robots est lancée ...

Popularité


4.33 - 3 votes

Titre VO
The Killer Robot Instability

Titre VF
Le Combat des Robots

Première diffusion
12.01.2009

Première diffusion en France
16.05.2009

Vidéos

Sheldon est bouleversé par le cadeau de Penny

Sheldon est bouleversé par le cadeau de Penny

  

Sheldon cherche un cadeau pour Penny

Sheldon cherche un cadeau pour Penny

  

Plus de détails

Scenario : Richard Rosenstock, Bill Prady, Steven Molaro & Daley Haggar
Réalisation : Mark Cendrowski


Guests : 
Carol Ann Susi (Mme Wolowitz), John Ross Bowie (Barry Kripke)

Les garçons sont dans l'appartement de Leonard et Sheldon en train de travailler sur leur robot surnommé "MONTE". Satisfaits de leur travail, ils veulent le tester sur le micro-onde mais avant Sheldon souhaite trouver les bons mots pour cet évènement historique. Ils concluent que "Crève, sale micro-onde" sera suffisant et Howard commence l'attaque. Amusés, ils souhaitent recommancer sur le champs.
Penny monte les escaliers pour rentrer chez elle le téléphone à l'oreille mais redescend en hurlant lorsque "MONTE" détruit la porte d'entrée de l'appartement des garçons.

Penny remonte l'escalier et rejoint les garçons pendant qu'ils nettoient le palier. La belle demande alors des explications et Sheldon lui explique qu'ils participent tous à la Ligne des Combats de Robots de la Californie du Sud. Howard en profite pour l'inviter mais très maladroitement limite vexant envers Penny. Leonard tente de l'arrêter mais Penny s'énerve et devient méchante en disant à Howard que jamais ils ne sortiront ensemble, qu'il est pathétique et qu'il vieillira tout seul. Howard, blessé, quitte l'appartement.

Dans sa chambre, Howard déprime depuis sa dispute avec Penny. Lorsque Leonard appelle, Howard se dispute comme à l'accoutumé avec sa mère avant de dire qu'il ne souhaite parler à personne. Leonard et Raj sont très inquiets pour leur ami. Kripke, un concurrent, vient les provoquer avant la compétition. Sheldon se lève et tente de lui fermer son clapet mais sans grand succès. Kripke lance alors un défi, s'affronter avant la compétition. Sheldon accepte mais Leonard refuse car ils ne peuvent pas s'affronter sans Howard. Kripke les quitte en continuant de les provoquer.

Leonard se présente à l'appartement de Penny. Le jeune homme souhaite que Penny s'excuse auprès de Howard seulement celle-ci s'y refuse. Elle estime qu'Howard mérite la façon dont elle lui a parlé mais Leonard insiste en disant qu'il est anéanti et qu'elle a été vraiment très dure avec lui. Leonard essaie d'abord de l'aider à trouver ce qu'elle pourrait lui dire mais elle s'y refuse encore. Il lui rappelle alors que quelques temps auparavant Penny avait promis de lui rendre la pareille lorsque Leonard s'était fait humilier par l'ex copain de la jeune femme.
Penny se voit contrainte d'accepter.

Howard est dans sa chambre et sa mère lui crie que Penny vient lui parler. Mais howard a à peine le temps de refuser que la jeune fille est dans sa chambre. Penny prend d'abord des nouvelles puis enchaine très genée et s'excuse. Howard sans aucune réaction accepte et lui demande de partir. Penny quitte la chambre, mais Howard s'éffrondre à la seconde où il ferme la porte. Penny rentre à nouveau dans la chambre.

Leonard, Sheldon et Raj regardent une vidéo sur le robot de Barry Kripke. Effrayés, Leonard et Raj préfèrent annuler leur rencontre. Mais Sheldon refuse cathégoriquement. Les garçons ne sont pas convaincus mais Sheldon les convainc du contraire et va leur prouver que même sans Wolowitz il va modifier "MONTE" afin de gagner l'affrontement.

Penny et Howard sont assis sur le lit de ce dernier. Il lui raconte ses mésaventures lorsqu'il avait 14 ans et Penny le réconforte du mieux qu'elle peut. Elle va même jusqu'à le complimenter pour lui remonter le moral. Seulement Howard l'interprète mal et tente de l'embrasser. Penny réagit très violemment et lui donne un coup de poing.

Le défi va commencer et les robots vont s'affronter. Leonard et Raj ont toujours aussi peur mais Sheldon est très confiant. Il s'approche de Barry Kripke et tente de le déstabiliser à sa façon, ce qui ne fonctionne pas. Leonard essaie de limiter les dégats en exigeant les mêmes règles que lors de la compétition mais Barry et Sheldon refusent. Barry leur donne une dernière chance et leur dit d'abandonner mais Sheldon préfère perdre que ne pas s'affronter. Le combat commence et des changements sur le robot de Kripke fait fuir Sheldon.

Les garçons sont autour de la table basse et regardent les débris de "MONTE". Sheldon annonce que tout est de sa faute. Howard et Penny entrent en trombe dans l'appartement pour savoir à quel point la situation est grave. Mais les garçons sont plus perturbés par le visage de Howard pleins de bleus. Howard péfère dire qu'il est tombé dans la baignoire mais se trahi en disant qu'il a pris un coup. Penny le soutient en précisant qu'il a appris ce que les baignoires font si on ne les respectent pas. Sheldon lui demande si c'est vraiment grave pour "MONTE" et Howard s'énerve contre lui. Sheldon prévoit donc d'enterrer le robot et Penny se moque en disant qu'il en fait un peu trop. Sheldon part dans sa chambre en pleurant. Leonard demande alors une nouvelle fois à la jeune fille d'aller s'excuser. A peine seuls, Howard affirme aux garçons que Penny couchera tout de même avec lui par pitié.

     L’appartement de Leonard et Sheldon.

Howard : Très bien, c’était le dernier servomoteur. Je vous présente la Machine Omnidirectionnelle de Neutralisation et Thermo-Eradication. Ou…

Tous : MONTE.

Howard : Equipé d’une scie meurtrière tranchante comme un rasoir, d’une roue broyeuse en polycarbonate, d’un exosquelette tout en acier et d’un moteur assez puissant pour que cette machine de 55 kg passe de 0 km/h à « bordel de merde » en 4.8 s.

Sheldon : Ce serait mal de dire que j’aime notre robot tueur ?

Raj : Comme mon père, je l’aime et le crains à la fois.

Howard : Très bien, assez bavardé, nous allons détruire quelque chose.

Tous : Un, deux, trois.

Raj : Très bien. Su quoi MONTE déchaînera-t-il son courroux en premier ?

Leonard : Peut-être qu’on devrait commencer petit.

Raj : Ok, oh, nous allons peut-être enfin découvrir ce que contient la boule de billard magique.

Sheldon : Je l’ai fait à 4 ans. C’est un dé à 20 faces qui flotte dans de l’eau bleue.

Raj : Mec, tu devrais dire « spoiler » avant de dire ce genre de choses.

Leonard : Pourquoi pas le micro-onde ?

Sheldon : Qu’est-ce qu’il t’a fait ?

Leonard : Qu’est-ce que j’avais fait à Jimmy Mullins en CE2 ? Il me frappait quand même avec mes propres poings. Désolé, petit nerd, tu te trouvais dans les mauvais WC, au mauvais moment.

Howard : Messieurs, lunettes.

Sheldon : Oui, c’est un  grand moment. Tout comme Robert Oppenheimer ou Neil Armstrong, il nous faut trouver les mots justes pour marquer cet évènement historique scientifique.

Raj : Pourquoi pas « Crève sale micro-ondes » ?

Leonard : Ca ira.

Raj (après destruction du micro-onde) : Très bien, à qui le tour ?

                La cage d’escalier.

Penny : Non, je pense que je vais rester ici ce soir et faire ma lessive. (MONTE éclate la porte des garçons. Penny crie et descend les escaliers).

Générique.

                La cage d’escalier.

Howard : Oh oui. Cette porte s’est fait dé-MONTE.

Penny : Leonard ?

Leonard : Umm, umm.

Penny: C’est quoi ça?

Leonard: Un robot tueur qu’on a construit.

Penny : Ouais, et bien, il a failli me tuer.

Sheldon : S’il avait voulu te tuer, tu serais morte.

Penny : Alors, il veut tuer qui ?

Sheldon : Je suis désolé, tu ignores que va débuter le Round Robin sur Invitation de la Ligue des Combats de Robots de la Californie du Sud ?

Penny : Tu sais, comme j’ai déménagé, certaines lettres ne me parviennent pas.

Howard : C’est un gros évènement. Il y a un dîner et une soirée dansante. Tu voudrais peut-être m’y accompagner. Je sais que les autres seraient vraiment contents d’y voir une fille.

Penny : On danse comment, si je suis la seule fille ?

Howard : Eh bien, c’est peut-être un peu exagéré. Tu seras la seule fille baisable.

Penny : Tu es un porc, Howard.

Howard : « Baisable », c’est un compliment, non ?

Leonard : Howard, pourquoi ne pas tout simplement travailler sur le robot ?

Howard : S’il te plaît, Leonard, pas maintenant. Une fois de plus, Penny et moi avons entamé notre petit tango.

Penny : Notre tango ?

Howard : La dispute charnelle, le va-et-vient érotique. Mais aussi délicieux que soit l’apéritif, nous devons à un moment succomber à la tentation et savourer le plat tant qu’il est encore… chaud.

Leonard : Je t’en supplie, tais-toi.

Penny : Ecoute normalement, je t’ignore. Je sais, tu es un peu différent. Comme Sheldon.

Sheldon : Oh, excuse-moi, Penny , mais dans cette pièce, c’est toi qui est différente.

Penny : Oui, t’as raison. Revenons à nos moutons. Tu te prends pour un sacré tombeur, mais en fait, tu es pathétique et bizarre.

Howard : Hum, où tu veux en venir ?

Penny : Je dis que ce n’est pas un compliment de m’appeler « baisable ». ce n’est pas sexy de mater mon cul, et dire : « Ca doit être de la gelée, la confiture, ça bouge moins. » Et le plus important, nous ne dansons pas de tango, il n’y a pas de va-et-vient. Il ne se passera jamais rien entre nous. Jamais.

Howard : Attends une minute, tu ne flirtes pas, tu es sérieuse.

Penny : Flirte ? Tu penses que je flirte avec toi ? Je ne flirte pas avec toi ! Personne ne flirtera jamais avec toi. Tu vas vieillir et mourir tout seul.

Howard : Merci pour l’info.

Leonard : Howard, où vas-tu ?

Howard : Je rentre chez moi, vivre ma vie pathétique et bizarre.

Leonard : Wow.

Penny : Et bien, quelqu’un devait lui dire. (Raj chuchote à l’oreille de Leonard). Quoi ?

Leonard : Il a dit qu’on devrait t’inscrire au combat de robots tueur.

                La chambre de Howard.

Mère d’Howard (voix) : Howard, le téléphone sonne !

Howard : Voici une folle idée, mam, réponds !

Mère d’Howard (voix) : Bonjour. Attendez. C’est ton ami, Leonard, il veut savoir pourquoi t’es pas à l’école aujourd’hui !

Howard : Je ne vais pas à l’école, maman. Je travaille dans une université.

Mère d’Howard (voix) : C’est une école. Maintenant, décroche le téléphone.

Howard : Je ne veux parler à personne.

Mère d’Howard (voix) : Je demande à Leonard de te prendre tes devoirs ?

Howard : Je n’ai pas de devoir. Je suis un adulte avec un master d’ingénieur.

Mère d’Howard (voix) : Excusez-moi, M. Prétentieux. Tu veux que je te trouve une glace ?

Howard : Cerise, s’il te plaît.

Mère d’Howard (voix) : J’ai mangé celle à la cerise. Il reste que les vertes.

Howard : Tu me donnes envie de me suicider.

                La cafétéria de l’université.

Raj : Qu’est-ce qui se passe ?

Leonard : Je ne sais pas, là, ils s’engueulent à propos de glaces. Penny l’a vraiment touché.

Raj : Ca me surprend pas. Sous sa carapace, Howard est un homme sensible. Savez-vous qu’il écrit des poèmes. Ca parle surtout d’hommes du Nantucket et d’ermites dénommés Dave, mais il le fait avec une réelle sensibilité.

Kripke (arrivant) : Hey, Hofstadter. On dit dans le labo de plasma que t’as construit un wobot ?

Leonard : Tout à fait, Kripke.

Sheldon : Il s’appelle MONTE.

Kripke : Eh bien, si vous pensez qu’il peut battre mon robot, le Kripke Kwippler, lors du Round Robin sur Invitation de la Ligue des Combats de Robots de la Californie du Sud, alias R.R.I.L.C.R.C.S, il s’appellera alors « Galette de Métal ».

Leonard : Allons, est-ce vraiment nécessaire ?

Sheldon : Leonard, je pense que oui. C’est de la provocation, et la provocation fait partie de tout événement sportif. Kripke, ton robot est inférieur, et il sera battu par le nôtre, car il est meilleur en conception et en réalisation. Et j’ai également entendu dire que ta mère est en surpoids.

Raj : Oh, cassé.

Sheldon : Bien sûr, si c’est à cause d’une maladie hormonale, et non la paresse ou la gourmandise, je retire ce que j’ai dit.

Raj : Quelle différence ça fait ? Gros c’est gros.

Sheldon : Il y a des limites.

Kripke : Je vais vous dire, oubliez le R.R.I.L.C.R.C.S. on va régler ça robot à robot.

Leonard : Que veux-tu dire ?

Kripke : On n’est pas sûr de s’affronter au Round Robin, donc n’attendons pas. A moins que vous ayez peur ?

Sheldon : Nous acceptons ton défi. Où et quand ?

Kripke : Demain, 15 h, le labo de cinétique.

 Sheldon : On y sera.

Leonard : Non, on n’y sera pas. Barry, nous ne pouvons pas nous battre demain, notre ingénieur est frappé d’incapacité.

Kripke : Qu’est-ce qu’il a ?

Raj : Il est déprimé parce qu’il est pathétique, bizarre, et il ne peut pas avoir de filles.

Kripke : On est tous pathétiques et bizarres et aucun de nous ne trouve de fille, c’est pour ça qu’on fait des combats de robots. Si vous ne venez pas, vous serez tournés en ridicule.

Raj : Je suis curieux, je me demande de quelle partie de l’Amérique vient cet accent.

                Devant la porte de Penny.

Penny : Hey.

Leonard : Hey, tu as une minute ?

Penny : Oui, entre, quoi de neuf ?

Leonard : Il faut que tu t’excuses auprès de …

Penny : Dehors.

Leonard : Allez. Wolowitz ne sort plus de chez lui et nous avons besoin de lui pour un combat de robot.

Penny : Alors, demande au robot d’aller le chercher.

Leonard : Le robot n’a pas blessé ses sentiments.

Penny : Quelqu’un devait le faire.

Leonard : Ca fait deux jours qu’il est au lit.

Penny : Sûrement avec une poupée gonflable.

Leonard : Il ne s’agit pas d’une … C’est vraiment important de savoir avec qui ou quoi il est ? Il est anéanti.

Penny : Pitié, comment j’aurais pu anéantir Howard ?

Leonard : Ok, ne le prends pas comme une critique, mais en ce moment, c’est comme si tu étais surexposée aux rayons gamma.

Penny : Qu’est-ce que ça veut dire ?

Leonard : Tu sais, disons que généralement, t’es le gentil Bruce Banner, mais quand tu t’énerves, tu te transformes en Grrr !

Penny : Je me transforme en ours ?

Leonard : Sérieusement ? Les rayons gamma ? Bruce Banner ? T’as pas trouvé l’Incroyable Hulk ? Oublie. S’il te plaît, parle-lui.

Penny : Pour dire quoi ? Que je ne le pensais pas, parce que je le pensais.

Leonard : Tu pourrais le présenter différemment. Comme si tu avais vu une lueur de bonté en lui, et que t’as dit ce que tu as dit parce que tu voulais faire briller cette lueur.

Penny : Oh, pppffff.

Leonard : D’accord, on va essayer ça. Le jour où on s’est rencontrés, tu m’as envoyé chez ton petit copain pour reprendre ta télé. Il mesurait 3 mètres et il a pris mon pantalon. Tu as dit… C’était quoi déjà ? Ah oui, « je te revaudrai ça ».

Penny : Bon, allez, c’est pas juste.

Leonard : Je suis rentré chez moi sans pantalon.

Penny : Bien, j’irai chez lui demain.

Leonard : Merci. Je devrais te prévenir à propos de sa mère.

Penny : Oui, quoi ?

Leonard : Elle est charmante, tu vas l’adorer.

                La chambre d’Howard.

Mère d’Howard (voix) : Howard, il y a une jeune fille blonde, Patsy, qui veut te voir.

Howard : Qui ?

Mère d’Howard (voix) : Bon, maintenant, elle dit que c’est Penny.

Howard : Je ne veux pas lui parler.

Penny (entrant) : Salut.

Howard : Maman !

Mère d’Howard (voix) : Elle a pas voulu s’arrêter. J’aurais dû lui faire un croche-patte ?

Penny : Donc, je suis venue pour voir comment tu allais.

Howard : Je vais bien.

Penny : Bien. Ta mère a l’air gentille.

Howard : Les gens ne veulent pas rester à côté d’elle dans le bus. Tu veux quoi ?

Penny : Bon, écoute, Howard. Je veux juste m’excuser pour ce que j’ai dit. Sur toi. On m’a dit que tu avais des sentiments. Et apparemment, je les ai blessés. Donc, je suis désolée, Howard.

Howard : Très bien, tu es désolée. Au revoir.

Penny : Donc, tu vas bien ?

Howard : Je suis un grand garçon. Je ne vais pas être traumatisé par les paroles quelconques d’une fille quelconque. Surveille tes chevilles.

Penny : Très bien. Eh bien, au revoir. Si près du but.

                L’appartement de Leonard et Sheldon.

Leonard : Oh mon Dieu, c’est le robot de Kripke ?

Kripke (voix) : Comme vous pouvez le voir, le Kwippler est réduit le Chevy Cavawier en miettes.

Raj : J’en ai trop vu.

Leonard : Sheldon, il faut annuler.

Sheldon : Impossible. On a relevé le défi. On ne peut pas fuir un combat.

Leonard : Je t’en prie, nous avons passé notre vie à fuir les combats. Personnellement, je peux me glisser dans un trou deux fois plus petit que moi.

Sheldon : Aussi fou que cela puisse paraître, MONTE n’est pas comme nous. MONTE n’a pas peur.

Raj : Sheldon, t’as pas bien vu la vidéo ? Le robot de Kripke vient de tringler une berline.

Sheldon : Tu oublies qu’on sait à quoi s’attendre et qu’on peut modifier MONTE pour qu’il soit prêt.

Leonard : Tu veux le préparer ? T’as qu’à lui installer une vessie qu’il puisse se pisser dessus.

Raj : Excuse-moi, mais comment allons-nous apporter des modifications sans Wolowitz ? Des nouvelles de Penny ?

Leonard : Pas encore.

Sheldon : Ayez foi en moi, nous n’avons pas besoin de Wolowitz. L’ingénierie n’est que le frère attardé de la physique. Regardez et apprenez. L’un de vous sait ouvrir la boîte à outils ?

                La chambre de Howard.

Howard : Et puis, quand j’avais 14 ans, j’ai rencontré Marcy Grossman. Elle était si belle. On lui avait retiré son appareil, mais ses dents de devant étaient encore un peu longues. C’était si mignon, comme un petit écureuil sexy. J’avais pas le courage de l’inviter à sortir avec moi, mais je lui ai dédié une chanson au concours de talents des classes de 3e.

Penny : Comme c’est mignon.

Howard : Marcy Grossman est mon soleil à moi, lorsque le temps est mauvais, lorsqu’il fait froid, elle est mon mois de mai…

Penny : C’est mignon.

Howard : J’imagine que vous savez par qui cette sensation est provoquée Marcy Grossman, Marcy Grossman. Je parle de Marcy…

Penny : Super.

Howard : Grossman.

Penny : Oh, c’est amusant.

Howard: Et elle s’est approchée comme un petit écureuil sexy et m’a craché dans les cheveux. Ce qui nous amène à la classe de seconde.

Penny : Howard, tu ne crois pas que des fois tu en fais trop ?

Howard : Regarde-moi. Est-ce que j’ai des chances, si je n’en fais pas un peu trop ?

Penny : Eh bien, t’aurais de très bonnes chances. Tu es intelligent, drôle. Tu as un métier cool. Tu construis des trucs qui vont dans l’espace.

Howard : Je suppose.

Penny : Ecoute, je te connais depuis un an et demi et c’est la première fois que j’ai l’impression de parler à un vrai homme. Eet tu sais quoi ? Je l’aime bien. Il est gentil.

Howard : Tu le penses vraiment ?

Penny : Oui.

Howard : Je ne sais pas.

Penny : Mais si. (Howard essaie de l’embrasser, elle le frappe).

                Le laboratoire.

Leonard : En voilà un joli petit robot.

Kripke : Je suis au courant.

Leonard : Ca tourne, ça ?

Kripke : Oui. 3 400 tours par minute. Ca coupe le métal comme si c’était du beuwe.

Leonard : Super. Bon boulot. Sheldon, il faut qu’on annule.

Sheldon : Non, Leonard. Pendant des années, des voyous impitoyables comme Kripke m’ont frotté douloureusement le crâne, ont tiré mon slip, et infligé des brûlures indiennes, dont le nom est indélicat d’ailleurs. Finissons-en.

Raj : Mais Sheldon, nous n’avons pas une chance. La seule amélioration que tu as su faire, c’est de changer les piles de la télécommande.

Sheldon : Vous ne voyez pas le défaut de Kripke qui lui sera fatal : un excès de confiance en la taille massive de son robot et sa puissance écrasante.

Raj : C’est pas de l’excès de confiance. C’est de l’observation.

Sheldon : Crois-moi, Kripke sera victime de ma guerre psychologique. Observez. Kripke ! J’aimerais te demander si ton robot est prêt à rejoindre son Créateur, mais comme c’est toi, vous êtes déjà ensemble.

Kripke : Quel est son problème ?

Raj : T’as bien massacré les techniques de Jedis.

Leonard : Mettons-nous d’accord. On applique les règles de la ligue des combats de robot.

Kripke : Tu es dingue. C’est un combat de rue, il n’y a pas de règles.

Sheldon : Il a raison, Leonard. C’est un duel à mort.

Kripke : Néanmoins, je vous donnerai la chance d’admettre ma supériorité maintenant et de m’offrir votre robot en tant que tribut de guerre.

Sheldon : Jamais. Je préfère voir MONTE mort que dans tes mains.

Kripke : Ca peut s’arranger facilement. Prêt, feu, partez ?

Sheldon : Vas-y.

Kripke : Très bien. Prêt, feu, partez.

Raj : Allez, Sheldon, tu peux le faire.

Sheldon : En effet. On est prêts à faire face à tout. (Une flamme sort du robot de Kripke). C’est nouveau.

Leonard : Cours, MONTE, cours.

Raj : Allez MONTE, allez.

Leonard : Allez, allez, allez, allez.

Sheldon : Ne nous fais pas mal, ne nous fais pas mal.

                L’appartement de Leonard et Sheldon. MONTE est en pièce sur la table.

Leonard : Eh bien, on n’aura pas réussi à rattraper les blessures émotionnelles de notre enfance.

Sheldon : C’est à cause de moi. MONTE a été tué par mon orgueil et ma fierté. Peu importe ce que vous dites, c’est ma faute.

Raj : Personne a dit le contraire, mec.

Howard (arrivant) : J’ai eu votre SMS. C’est si grave que… ?

Leonard : Oublie le robot. Qu’est-ce qui t’es arrivé ?

Penny : Il a glissé et il est tombé.

Howard : Oui, j’ai glissé et je suis tombé. Dans la salle de bain. J’ai rebondi sur la baignoire.

Penny : Oui, maintenant, il a appris ce que les baignoires font si on les traite pas avec respect.

Howard : Oui. Elles te foutent un coup de poing quand t’as les yeux fermés.

Sheldon : Alors, tu en penses quoi, Howard ? C’est si grave que ça ?

Howard : Oh non. De l’adhésif électrique, des soudures… T’es fou ? J’ai vu des sondes spatiales s’écraser dans le désert et être en meilleur état.

Sheldon : Tu as raison. MONTE a disparu. Nous l’enterrerons demain matin. Une cérémonie sobre. Je parlerai. Leonard, tu jouera du violoncelle.

Penny : Sheldon, chéri, tu t’emballes un peu ? C’est qu’un petit robot.

Sheldon : Qu’un petit robot ?

Leonard : Penny.

Penny: Je sais, j’y vais. Sheldon, je suis désolée.

Howard : Eh bien, ne vous méprenez pas. La façon dont je le vois, je suis à mi-chemin de la pitié sexuelle.

Fin de l’épisode.

Scene: The apartment.

 

Howard: All right, that’s the last servo. Behold the Mobile Omnidirectional Neutralization and Termination Eradicator. Or…

All: MONTE.

Howard: Featuring one articulated razor-sharp killing saw, one polycarbonate grinding and flipping wheel, steel armour plate exoskeleton top and bottom, and enough horsepower to drive a 110 pounds of mechanized death from zero to holy crap in 4.8 seconds.

Sheldon: Is it wrong to say I love our killer robot?

Raj: As with my father, I both love and fear it.

Howard: All right, enough chitchat, let’s destroy something.

Together (lifting): One, two, three, go.

Raj: Okay. What shall be first to taste the wrath of Monte?

Leonard: Maybe we should start small.

Raj: Okay. Ooh, perhaps today is the day we finally find out what’s inside the Magic Eight Ball.

Sheldon: Did it when I was four. It’s an icosahedral dye floating in tinted blue water.

Raj: Man, call spoiler alert before you say things like that.

Leonard: How about the toaster oven?

Sheldon: What did the toaster oven ever do to you?

Leonard: What did I ever do to Jimmy Mullins in the third grade? He still punched me in the face with my own fists. Sorry, you little nerd, you were just in the wrong boys’ room at the wrong time.

Howard: Gentlemen, goggles.

Sheldon: Yeah, this is an auspicious moment. Yeah, like Robert Oppenheimer or Neil Armstrong, we need the appropriate words to mark this historic scientific event.

Raj: How about “Die, toaster, die”?

Leonard: That’ll do it.

Raj (after watching complete destruction of toaster oven): All right, what’s next?

Scene: The stairwell.

Penny: No, I think I’m just going to stay in tonight and do laundry. (Monte bursts through boys door. Penny screams and runs down the stairs.)

 

Credits sequence.

Scene: Outside in stairwell

Howard: Oh yeah, they still got the full Monte.

Penny: Leonard?

Leonard: Uh-huh?

Penny: What the hell?

Leonard: Killer robot. We built it.

Penny: Yeah, well, it almost killed me.

Sheldon: If it wanted to kill you, you’d be dead.

Penny: So, who exactly does it want to kill?

Sheldon: I’m sorry, are you unaware of the upcoming Southern California Robot Fighting League Round Robin Invitational?

Penny: You know, since I moved last year, not all my mail has been forwarded.

Howard: It’s a big deal. There’s an awards banquet and a dance afterward. Perhaps you’d like to come with me. I know the other fellas would be really excited to see a girl there.

Penny: How is it supposed to be a dance if I’m the only girl?

Howard: Well, that may be a slight exaggeration. You’d be the only doable girl.

Penny: You’re a pig, Howard.

Howard: How is doable anything but a compliment?

Leonard: Howard, why don’t we just work on the robot?

Howard: Please, Leonard, not now. Once again, Penny and I have begun our little tango.

Penny: Our tango?

Howard: The carnal repartee, the erotic to and fro. But as delicious as the appetizer might be, at some point we will have to succumb and eat the entree while it’s still… hot.

Leonard: I’m begging you, stop talking.

Penny: Look, normally I can just ignore you. I mean, I get it, you’re a little peculiar. You know, like Sheldon.

Sheldon: Yeah, excuse me, Penny, but in this room, you’re the one who’s peculiar.

Penny: Yeah, you might be right. But back to you. I know you think you’re some sort of smooth-talking ladies’ man, but the truth is, you are just pathetic and creepy.

Howard: Um, so what are you saying?

Penny: I am saying it is not a compliment to call me doable. It’s not sexy to stare at my ass and say, “Ooh, it must be jelly ’cause jam don’t shake like that.” And most important, we are not dancing a tango, we’re not to’ing and fro’ing. Nothing is ever going to happen between us. Ever.

Howard: Wait a minute. This isn’t flirting, you’re serious.

Penny: Flirting? You think I’m flirting with you? I am not flirting with you, no woman is ever gonna flirt with you, you’re just gonna grow old and die alone.

Howard: Thanks for the heads up.

Leonard: Howard, where you going?

Howard: I’m going home to live my creepy, pathetic life.

Leonard: Wow.

Penny: Well, someone had to say it. (Raj whispers in Leonard’s ear) What?

Leonard: He said maybe we should enter you in the killer robot competition.

Scene: Howard’s bedroom.

Howard’s Mother (voice): Howard, the phone is ringing!

Howard: Here’s a crazy idea, Ma, answer it!

Howard’s Mother (voice): Hello? All right, hold on. It’s your friend, Leonard! He wants to know why you’re not at school today!

Howard: I don’t go to school, Ma. I work at a university.

Howard’s Mother (voice): That’s a school! Now pick up the phone!

Howard: I don’t want to talk to anybody.

Howard’s Mother (voice): Should I ask Leonard to bring over your homework?!

Howard: I don’t have homework. I’m a grown man with a master’s degree in engineering!

Howard’s Mother (voice): Excuse me, Mr. Fancy-Pants. Want me to get you a Popsicle?

Howard: Cherry, please!

Howard’s Mother (voice): I ate the cherry. All that’s left is green.

Howard: You make me want to kill myself.

Scene: The university cafeteria. Other end of the phone call.

Raj: What’s going on?

Leonard: I don’t know, now they’re just yelling about Popsicles. Sounds like Penny really got to him.

Raj: I’m not surprised. Despite his hard and crusty shell, Howard is a very sensitive man. Do you know he writes poetry? Mostly about men from Nantucket and hermits named Dave, but he does it with real sensitivity.

Kripke (arriving): Hey, Hofstadter. Word around the pwasma wab is you built a wobot?

Leonard: Yes, we did, Kripke.

Sheldon: His name is Monte.

Kripke: Well, if you have any dewusions about entewing him against my wobot, the Kwipke Kwippler in the Southern California Wobot Fighting League Wound Wobin Invitational, aka the S.C.aw.F.L.aw.aw.I., his name is gonna be Swrap Metal.

Leonard: Come on, is that really necessary?

Sheldon: Leonard, I believe it is. This is trash talk, and trash talk is a traditional component in all sporting events. Kripke, your robot is inferior and it will be defeated by ours because ours exceeds yours in both design and execution. Also, I’m given to understand that your mother is overweight.

Raj: Oh, snap.

Sheldon: Now, of course, if that is the result of a glandular condition and not sloth and gluttony, I withdraw that comment.

Raj: What difference does it make? Fat is fat.

Sheldon: There are boundaries.

Kripke: Tell you what, forget the S.C.aw.F.L.aw.aw.I., let’s settle this woboto a woboto.

Sheldon: What do you mean?

Kripke: There’s no guawantee we’ve gotta go against each other in the Wound Wobin, so let’s thwow down. You know, unless you’re afwaid.

Sheldon: We accept your challenge. Name a time and place.

Kripke: Tomowow, thwee o’clock, the kinetics wab.

Sheldon: Make it so.

Leonard: No, don’t make it so. Barry, we can’t fight you tomorrow, our engineer is incapacitated.

Kripke: What’s wrong with him?

Raj: He’s depressed because he’s pathetic and creepy and he can’t get girls.

Kripke: We’re all pathetic and cweepy and can’t get girls, that’s why we fight wobots. If you’re not there, you’ll be exposed to widicule.

Raj: I’m curious, what part of America is that accent from?

Scene: Outside Penny’s door.

 

Penny: Hey.

Leonard: Hey, you got a minute?

Penny: Yeah, come on in. What’s up?

Leonard: I need you to apologize to How…

Penny: Get out.

Leonard: Come on. Wolowitz won’t come out of his house and we need him for a robot battle.

Penny: Well, then have the robot go and get him.

Leonard: The robot didn’t hurt his feelings.

Penny: His feelings needed to be hurt.

Leonard: He’s been in bed for two days.

Penny: Yeah, probably with a blow-up doll.

Leonard: He’s not with a… does it really matter who or what he’s with? The guy is devastated.

Penny: Oh, please, how could I possibly devastate Howard?

Leonard: Okay, don’t take this as a criticism, but you kind of have that overexposed-to-gamma-rays thing going on.

Penny: What does that mean?

Leonard: You know, like, most of the time, you’re the easygoing Bruce Banner, but then, when you get angry, you kind of turn into, like, you know, grrrrr!

Penny: I turn into a bear?

Leonard: Seriously? Gamma rays? Bruce Banner? You didn’t get The Incredible Hulk from that? Never mind, just, please go talk to him.

Penny: And say what? That I didn’t mean it, because I meant it.

Leonard: Well, maybe you can go at it from a different angle, like, um, you see a glimmer of goodness in him and you only said what you said because you want to nurture it and make it shine.

Penny: Oh, pthththth.

Leonard: Okay, let’s try it this way. Remember the day that we first met and you asked me to go to your boyfriend’s apartment to get your TV back and he was nine feet tall and he took my pants off and you said… what was that? What did you say? Oh, yes, you said you owed me one.

Penny: Okay, come on, that’s not fair.

Leonard: I came home with no pants.

Penny: Fine, I’ll go over there tomorrow.

Leonard: Thank you. I should probably give you a heads up about his mother.

Penny: What about her?

Leonard: She’s a delightful woman. You’ll love her.

Scene: Howard’s bedroom.

Howard’s Mother (voice): Howard, there’s a blonde girl, Patsy, here to see you!

Howard: Who?

Howard’s Mother (voice): Okay, now she’s saying it’s Penny.

Howard: I don’t want to talk to her.

Penny (entering): Hey.

Howard: Ma!

Howard’s Mother (voice): She ran past me. Was I supposed to tackle her?

Penny: So, I just came by to see how you were doing.

Howard: I’m fine.

Penny: Good. Your mom seems nice.

Howard: People move away from her on the bus. What do you want?

Penny: Okay, look. Howard, I just want to apologize for some things that I have said. About you. I’ve been informed that you have feelings. And apparently, I have hurt them. So, I’m sorry. Howard.

Howard: Fine, you’re sorry. Good-bye.

Penny: So, you’re okay?

Howard: Hey, I’m a big boy. I’m not traumatized by some random comment from some random woman. I mean, get over yourself.

Penny: Okay. Well, bye. (Penny leaves room. Sound of Howard crying through door.) So close (goes back in.)

Scene: The apartment. The guys are watching footage on a laptop screen.

 

Leonard: Oh, my God. That’s Kripke’s robot?

Kripke (voice): As you can see, the Kwippler is weducing the Chevy Cavawier to wubble.

Raj: I can’t watch anymore.

Leonard: Sheldon, we have to call it off.

Sheldon: We don’t have that option, we’ve accepted the challenge. We can’t run away from a fight.

Leonard: Oh, please, we’ve spent our whole lives running away from fights. Personally, I can squeeze through a hole in a fence half my size.

Sheldon: Impressive as that may be, Monte is not us. Monte has no fear.

Raj: Sheldon, did we all not just watch the same video? Kripke’s robot just had angry sex with a mid-sized automobile.

Sheldon: You are overlooking the fact that we now know what we’re up against and we can modify Monte so that he’s prepared.

Leonard: You want to prepare him? Install a bladder and a pair of shorts so he can wet himself.

Raj: Excuse me, but how are we going to make any modifications without Wolowitz? Have you heard from Penny yet?

Leonard: Not yet.

Sheldon: Have faith, gentlemen. We don’t need Wolowitz, engineering is merely the slow younger brother of physics. Watch and learn. Do either of you know how to open the toolbox?

Scene: Howard’s bedroom.

Howard: And then, when I was 14, I met Marcy Grossman. She was so beautiful. She just got her braces off but they left a little of the overbite. It was so hot, like a sexy little chipmunk. I didn’t have the courage to ask her out, but I dedicated a song to her at the ninth grade talent show.

Penny: Aw, that sounds sweet.

Howard: Marcy Grossman is sunshine, on a cloudy day, when it’s cold outside, Marcy Grossman is the month of May…

Penny: Oh, it’s cute.

Howard: I guess you’d say, what can make me feel this way, Marcy Grossman, Marcy Grossman, Marcy Grossman, Talkin’ ’bout Marcy…

Penny: That’s great.

Howard: Grossman.

Penny: Oh, it’s fun.

Howard: And then she came up with that sexy little chipmunk mouth and spit in my hair. Which brings us to tenth grade.

Penny: Howard, do you think maybe sometimes you try too hard?

Howard: Look at me. What chance do I have if I don’t try too hard?

Penny: Well, you’d have a terrific chance. I mean, you’re smart, you’re funny, you have a cool job. You build stuff that goes into outer space.

Howard: I guess.

Penny: Look, I’m telling you, I’ve known you for, like, a year and a half and this is the first time I feel like I’m talking to a real person. And you know what? I like him, he’s a nice guy.

Howard: You really think so?

Penny: Yes.

Howard: I don’t know.

Penny: I do. (Howard tries to kiss her. She punches him.)

Scene: The lab.

 

Leonard: Nice little bot you’ve got here.

Kripke: I’m aware.

Leonard: What’s this do, spin?

Kripke: Yep. At 3400 RPM. It can cut through steel like it was wubber.

Leonard: Neat. Good work. Sheldon, we’ve got to call this off.

Sheldon: No, Leonard. For years, merciless thugs like Kripke have made my life a series of painful noogies and humiliating wedgies and the insensitively named Indian burns. That stops now.

Raj: But, Sheldon, we don’t have a chance. The only improvement you were able to make on the robot was to put fresh batteries in the remote.

Sheldon: What you fail to realize is Kripke suffers from a fatal flaw, overconfidence from his robot’s massive size and its overwhelming power.

Raj: That’s not overconfidence, that’s observation.

Sheldon: Trust me, Kripke will fall easy prey to my psychological warfare. Observe. Kripke! I would ask if your robot is prepared to meet its maker, but as you are its maker, clearly the two of you have met.

Kripke: What is his pwoblem?

Raj: Way to bust out the Jedi mind tricks, dude.

Leonard: I just want to make sure that we’re all clear, standard robotic fighting league rules apply.

Kripke: Are you cwazy? This is a stweet fight, the stweet has no rules.

Sheldon: He’s right, Leonard. The paradigm is to the death.

Kripke: I will, however, give you the opportunity to concede my supewiowity now and offer me your wobot as the spoils of war.

Sheldon: Never. I’d rather see Monte dead than in your hands.

Kripke: That could be easily awanged. Weady, set, go?

Sheldon: Do it.

Kripke: Alwight then. Weady. Set. Go.

Raj: Come on, Sheldon, you got this.

Sheldon: Indeed. We are prepared for anything he can throw at us. (A flame begins to jet out of Kripke’s robot.) That’s new.

Leonard: Run, Monte, run!

Raj: Go, Monte! Go Monte!

Leonard: Go, go, go, go!

Sheldon: Don’t hurt us, don’t hurt us,

Scene: The apartment. Monte is in pieces on the table.

Leonard: Well, so much for making up for the emotional wounds of childhood.

Sheldon: I did this. Monte was killed by my hubris and my pride. No matter what anybody says, this is my fault.

Raj: No one’s arguing with you, dude.

Howard (arriving): I got your text. How bad is… Oy.

Leonard: Forget the robot. What happened to you?

Penny: He slipped and fell.

Howard: Yes, I slipped and fell. In the bathroom. Bounced right off the tub.

Penny: Yes, now he knows what bathtubs are capable of doing when you don’t treat them with respect.

Howard: Yeah. They sucker punch you when your eyes are closed.

Sheldon: So what do you think, Howard? It’s not that bad, right?

Howard: Oh, no. A little electrical tape, some solder. Are you insane? I’ve seen space probes that crashed into the desert that were in better shape than this.

Sheldon: You’re right. Monte’s gone. We’ll bury him in the morning. A simple ceremony. I’ll speak. Leonard, you’ll play your cello.

Penny: Sheldon, honey, aren’t you getting a little carried away? I mean, it’s just a toy robot.

Sheldon: Just a toy robot?

Leonard: Penny.

Penny: I know, I got it. Sheldon, I’m sorry.

Howard: Well, don’t get the wrong idea. The way I see it, I’m halfway to pity sex.

Source : Big Bang Theory Transcript

Kikavu ?

Au total, 93 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Kaleydu35 
23.01.2019 vers 20h

stella 
31.12.2018 vers 13h

chocoubl 
11.11.2018 vers 11h

everrose 
10.11.2018 vers 18h

s1988 
01.09.2018 vers 11h

LaFriteFan 
04.02.2018 vers 17h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Le quartier The Bold Type est ouvert sur Hypnoweb !
Nouveau quartier ! | The Bold Type

Découvre le 10ème numéro de notre magazine HypnoMag avec une interview exclusive de l'actrice Lisa O'Hare.
HypnoMag | Découvre le numéro 10 !

Activité récente
Dernières audiences
Logo de la chaîne CBS

12.24 : Clap de fin ! (inédit)
Jeudi 16 mai à 20:30
18.52m / 3.2% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

12.23 : Le constant change (inédit)
Jeudi 16 mai à 20:00
18.52m / 3.2% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

12.22 : Coup de foudre à Beverly Hill (inédit)
Jeudi 9 mai à 20:00
12.59m / 2.0% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

12.21 : Les Preuves du plagiat (inédit)
Jeudi 2 mai à 20:00
12.48m / 1.9% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

12.20 : Leonard se rebelle (inédit)
Jeudi 25 avril à 20:00
11.84m / 1.8% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant
Kaley Cuoco a créé sa société de productions, Yes, Norman Productions. Elle avait un droit d'option...

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn
Deux affiches promotionnelles de la série animée Harley Quinn, dans laquelle Kaley Cuoco double le...

The Big Bang Theory sur Netflix !

The Big Bang Theory sur Netflix !
Excellente nouvelle pour les fans de la série ! A partir du 01 juillet 2019, les épisodes de la 1ère...

Johnny Galecki bientôt père !

Johnny Galecki bientôt père !
L'interprète de Léonard, Johnny Galecki, a annoncé via les réseaux sociaux une heureuse nouvelle :...

La fin approche, les acteurs laissent leurs empreintes

La fin approche, les acteurs laissent leurs empreintes
Préparez vos mouchoirs, la fin de The Big Bang Theory sera diffusée le 16 mai 2019. Après avoir...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

mnoandco, Hier à 19:41

Il est encore temps de voter au sondage Blacklist afin de départager 5 créations de qualités. Merci

Fiona51092, Hier à 21:56

New sondage sur le quartier Shadowhunters.Qu'avez-vous pensez du final de la série ?

ophjus, Aujourd'hui à 09:13

3 animations et 3 jeux vous attendent sur The Bold Type !

mnoandco, Aujourd'hui à 13:13

L'animation wallpapers New Amsterdam/Doctor Who cherche encore quelques participants pour pimenter le concours.

mnoandco, Aujourd'hui à 13:13

Toutes les instructions sur l'un ou l'autre des quartiers et pas besoin de connaître les séries. Merci !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site