VOTE | 405 fans

#211 : Les Cadeaux de Noël

 

Résimé : Sheldon abreuve la bande de son obsession sur le cadeau de Noël idéal. Leonard se sent blessé lorsque Penny se met à sortir avec un de ses collègues physiciens.

Popularité


4.67 - 3 votes

Titre VO
The Bath Item Gift Hypothesis

Titre VF
Les Cadeaux de Noël

Première diffusion
15.12.2008

Première diffusion en France
16.05.2009

Vidéos

Sheldon est bouleversé par le cadeau de Penny

Sheldon est bouleversé par le cadeau de Penny

  

Sheldon cherche un cadeau pour Penny

Sheldon cherche un cadeau pour Penny

  

Plus de détails

Scenario : Richard Rosenstock, Bill Prady, Stephen Engel & David Kaplan
Réalisation : Mark Cendrowski


Guests : 
Michael Hyatt (Charlotte), Michael Trucco (David Underhill)

Sheldon, Leonard, Howard et Raj sont à la cafétéria, où ils se disputent à propos du nettoyage du costume de Superman. Comme à son habitude, Sheldon présente son point de vue qui n’est pas celui des autres. Au moment où ils décident d’abandonner la partie, Howard remarque l’homme qui rentre à cet instant et s’aperçoit que c’est le gagnant d’un prix de physique ; Leonard ne trouve pas si extraordinaire ce David Underhill qui vient de faire son apparition, mais Sheldon lui fait remarquer l’importance de sa contribution au monde de la physique. Leonard paraît alors de mauvaise humeur, et Sheldon et Howard font alors remarquer que les travaux de ce physicien rendent ceux de Leonard inutiles. Raj ajoute qu’il est également très beau. Howard réagit en lançant un débat avec Raj sur quel homme il préférerait fréquenter s’il devenait homosexuel. David Underhill arrive à la table après que Raj a vexé Howard (il ne serait « pas assez beau pour sortir avec Zac Effron) et s’adresse à Leonard à qui il propose de travailler avec lui. Ce dernier, très impressionné, lui laisse alors beaucoup de numéros de téléphone avec une hypocrisie qui énerve les autres.

Dans le salon de l’appartement de Sheldon et de Leonard, Sheldon, Howard et Raj jouent au Wii-Bowling, tous dans des chemises assorties d’équipe de bowling. Raj fait les commentaires tandis qu’Howard se prépare à tirer. Leonard rentre au moment où Howard lance sa boule, ce qui le fait rater son lancer. Sheldon lui refuse un nouveau lancer, puis se tourne vers Leonard contre qui il est en colère d’avoir manqué leur soirée de Wii. Celui-ci explique alors qu’il travaillait avec David, de qui il fait l’éloge, et les autres en sont jaloux. Leonard part ensuite dans sa chambre, et les autres commencent à parler dans son dos. Penny entre à ce moment-là pour déposer des cadeaux de Noël, et Sheldon explique alors qu’en raison de l’origine de Noël, il ne mettent jamais d’arbre. Penny s’apprête alors à retourner dans son appartement, mais Sheldon est apparemment bouleversé qu’elle lui ait acheté un cadeau et se met en colère contre elle, car il a maintenant l’obligation de lui retourner la faveur. Howard et Raj se moquent d’elle mais Sheldon demande qu’ils l’accompagnent au centre commercial, ce qui interrompt leur hilarité.

Dans la cage d’escalier, Leonard monte à cloche-pied à son appartement, soutenu par David, après que la moto de celui-ci lui est tombée sur le pied. Penny descend à ce moment-là, se moque de Leonard et rencontre David, avec qui elle semble très bien s’entendre. Ils aident Leonard à monter, et finissent par décider d’aller tous les deux visiter le laboratoire. Déprimé, Leonard s’appuie sur la porte de son appartement, que Sheldon ouvre en croyant qu’il avait toqué.

Sheldon, Howard et Raj sont dans un magasin de produits de beauté, mais Sheldon semble penser que ce cadeau serait une mauvaise idée. Lorsqu’il se décide enfin, il se met à tergiverser sur la taille du panier qu’il souhaiterait acheter. Il finit par demander conseil à la vendeuse, qu’il met mal à l’aise.

A la cafétéria de l’université, Penny et David sont en train de rire lorsqu’ils sont rejoints par Leonard. Alors que Penny est enchantée par l’université, Leonard rumine car il est jaloux qu’elle ait accepté d’y aller avec David et pas avec lui. Lorsqu’ils repartent tous les deux à moto, ils se moquent encore de Leonard.

Celui-ci est allongé sur son canapé lorsque Raj, puis Howard, rentrent dans l’appartement chargés d’énormes paniers de produits de beauté. Ils sont suivis par Sheldon qui en porte un minuscule dans une main et mange une glace de l’autre. Il explique alors à Leonard qu’il compte ouvrir le cadeau que lui aura fait Penny en premier pour ensuite lui offrir le panier de valeur équivalente avant de retourner les autres au magasin. Sheldon, Raj et Howard partent ensuite cacher les paniers, Howard faisant remarquer que le meilleur cadeau qui ait été fait pour Penny reste celui de Leonard : un nouveau petit copain.

Penny, mal habillée et décoiffée, est assise dans son salon et remplit une bouteille de lait-de-poule avec du rhum. Leonard rentre alors en trombe dans son appartement, lui criant dessus car il est jaloux de David. Elle se met alors à pleurer, et lui apprend que David et elle ont rompu parce qu’il était marié. Leonard s’excuse, elle vient s’asseoir à côté de lui et ils boivent ensemble le rhum.

Au matin de Noël, Penny entre dans l’appartement de Leonard et Sheldon pour leur offrir leurs cadeaux. Sheldon est le premier à ouvrir le sien, qui se révèle être une serviette dédicacée par Leonard Nimoy. Lorsqu’il se rend compte qu’il s’est essuyé la bouche avec, il réalise qu’elle lui offre par la même occasion son ADN. Il sort de la pièce en courant. Elle se tourne vers Leonard, à qui elle offre un bon pour des leçons de motos. Elle reçoit en échange un kit d’expériences scientifiques pour enfants. A ce moment-là, Sheldon revient dans le salon, chargé de tous les paniers de produits de beauté, qu’il regarde d’un air désespéré. Décidant que ce n’est pas suffisant face au cadeau que lui a fait Penny, il complète le sien par un calin, ce que Leonard désigne comme un miracle de Noël.

La cafétéria de l’université.

Sheldon : Ton argument est dépourvu de toute valeur scientifique. Et il est bien connu que Superman nettoie son costume en volant jusqu’au soleil qui consume les particules contaminées. Et l’invulnérable tissu kryptonien en sort indemne et tout frais.

Howard : Et s’il le tache avec un truc kryptonien ?

Sheldon : Comme quoi ?

Howard : Je ne sais pas. De la moutarde kryptonienne.

Sheldon : On peut affirmer sans conteste qu’il y a eu destruction des condiments kryptoniens quand la planète Krypton a explosé.

Raj : Ou formation de kryptonite de moutarde, seul élément pouvant détruire le vil hot-dog kryptonien menaçant la Terre.

Leonard : Raj, s’il te plaît, un peu de sérieux. Le corps de Superman est kryptonien, sa sueur est donc kryptonienne.

Howard : Que fais-tu des auréoles kryptoniennes ?

Sheldon : Superman ne transpire pas sur Terre.

Howard : D’accord, il est invité à dîner dans la ville bouteille de Kandor. Il se miniaturise, entre dans la ville où il perd ses pouvoirs. Maintenant, avant le dîner, son hôte dit : « Qui est chaud pour un ballon prisonnier kryptonien ? ». Superman accepte, transpire un bon coup et revient sur Terre, son costume trempé de sueur kryptonienne indestructible.

Raj : Vlan !

Sheldon : Superman aurait apporté son costume dans un pressing kandorien avant de partir.

Raj : « Un pressing kan… ». J’abandonne, impossible de rester rationnel avec lui.

Howard : Hé, c’est pas le gagnant de l’an dernier du prix MacArthur ? Non, pas tous à la fois.

Raj : Alors comment ?

Howard : Leonard. Maintenant, Raj. Maintenant, Sheldon.

Raj : J’ai pas bien vu. Je peux re-regarder ?

Howard : Non.

Leonard : C’est David Underhill. Et alors ?

Sheldon : Et alors ? Ses observations sur les positions de haute énergie ont fourni la première preuve probante que la matière noire galactique existe.

Leonard : J’ai deux mots pour toi. Le premier est trop, le deuxième est fort.

Sheldon : Mais c’est trop fort ! Ca rend presque tous tes travaux totalement inutiles.

Leonard : Non.

Howard : Si.

Leonard : Peut-être en partie, mais, il était au bon endroit au bon moment, avec la bonne réinterprétation pour modifier un paradigme. Il a eu de la chance.

Raj : Dans de nombreux domaines. C’est un très bel homme.

Howard : Il me plaît pas trop. Si je devais changer de bord, je serais plutôt du type Zac Efron.

Raj : Oh oui, comme si tu avais ta chance avec Zac Efron.

David (approchant) : Excusez-moi, êtes-vous Leonard Hofstadter ?

Leonard : Euh, ouais.

David : Je suis David Underhill.

Leonard : Euh, ouais.

David : Le Dr Gablehauser m’a dit que vous m’aideriez si je voulais travailler avec le photomultiplicateur. Seriez-vous en mesure de me donner un coup de main ?

Leonard : Vous voulez travailler avec moi ?

David : Eh bien, si vous avez un peu de temps, oui.

Leonard : Wow, oui, bien sûr, sans problème. Voici mon numéro à la maison, mon portable, celui de mon bureau, celui de mes parents dans le New Jersey. Ils savent toujours comment me joindre. Alors…

David : D’accord.

Leonard : Et félicitations pour le prix MacArthur, je vous admire.

David : Merci. Je vous appellerai.

Leonard : Très bien. Au revoir. Qu’est-ce que tu regardes ? Vous n’avez jamais vu un hypocrite avant ?

Générique.

                L’appartement. Les gars jouent au WII Bowling.

Raj : En déroute, Wolowitz a besoin d’un strike pour espérer rattraper Sheldon Cooper, qui domine au 9ème jeu avec un record personnel de 68 points.

Leonard (entrant) : Salut les gars !

Howard : Ca ne compte pas. On le refait ! On le refait !

Sheldon : Il n’y a pas de deuxième chance au WII Bowling.

Howard : Nous, on accorde toujours une seconde chance, en sport.

Sheldon : Qu’avais-tu de plus important que la soirée WII Bowling ?

Leonard : En fait, j’étais…

Sheldon : C’était une question rhétorique. Il n’y a rien de plus important que la soirée WII Bowling.

Leonard : Allez, c’est juste un jeu vidéo. Auquel on joue comme des pieds.

Sheldon : Joli discours de motivation de la part du capitaine de l’équipe.

Howard : Où étais-tu ?

Leonard : Je travaillais avec David Underhill.

Howard : Oh « Dave », on dirait que Leonard a un nouveau meilleur ami.

Leonard : En faut, il est plutôt cool. Je veux dire, en plus d’être un brillant scientifique, il skie sur des pistes noires, il collectionne les vieilles motos. Il joue dans un groupe de rock.

Howard : Et alors ? Nous aussi, on a un groupe de rock.

Leonard : Non, on joue à Rock Band sur notre Xbox.

Sheldon : Joli discours de motivation de la part de notre guitariste.

Leonard : Il est drôle aussi. Il ait une imitation hilarante de Stephen Hawking au téléphone rose. « Comment es-tu habillée ? »

C’est pas… Il le fait mieux. Quoi qu’il en soit, il m’emmène faire du sport demain. Je vais m’entraîner à faire des abdos.

Raj : Waouh. Il idolâtre ce mec.

Howard : Oui. Il est officiellement raide dingue de lui.

Penny (entrant) : Hey, Sheldon, vous allez mettre un sapin de Noël ?

Sheldon : Non, car on ne fête pas l’ancien rite païen des Saturnales.

Penny : Saturnales ?

Howard : Venez les enfants, c’est l’heure de l’histoire de Noël contée par Sheldon.

Sheldon : A l’ère préchrétienne, à l’approche du solstice d’hiver, quand les plantes mouraient, les païens ramenaient chez eux des branches de conifère, ce qui par similitude magique, conservait l’essence vitale des plantes jusqu’au printemps. Plus tard, les Scandinaves se sont approprié cette coutume qui a fini par devenir le fameux sapin de Noël.

Howard : Et voici, Charlie Brown, ce qu’est l’ennui.

Penny : Et bien, merci pour ça. Mais j’ai acheté pour toi et Leonard de petits cadeaux que je vais mettre sous mon sapin.

Sheldon : Attends ! Tu m’as acheté un cadeau ?

Penny : Hum hum.

Sheldon : Pourquoi veux-tu faire une telle chose ?

Penny : Je ne sais pas, parce que c’est Noël ?

Sheldon : Oh Penny, je sais que c’est par générosité, mais le fondement des cadeaux est la réciprocité. Tu ne m’as pas donné un cadeau. Tu m’as donné une obligation.

Howard : Ne t’inquiète pas Penny. C’est une erreur classique de débutant. Lors de mon premier Hanoukka avec Sheldon, il m’a crié dessus pendant 8 nuits.

Penny : Non, c’est ok, t’es pas obligé de me faire un cadeau en retour.

Sheldon : Bien sûr que si ! Le principe de la coutume me contraint à t’acheter un cadeau de valeur comparable, et représentant le même niveau d’amitié que celui du cadeau que tu m’auras donné. C’est pas étonnant que le taux de suicide augmente à cette période.

Penny : Bon, tu sais quoi ? Oublie. Je ne te fais pas de cadeau.

Sheldon : Non, il est trop tard. Je le vois. C’est marqué « Sheldon » sur l’étiquette. Le sort en est jeté. Le destin a été désigné. Hannibal a traversé les Alpes.

Howard (Raj chuchote à son oreille) : Je sais, c’est drôle quand c’est pas à nous que ça arrive.

Penny : Sheldon, je suis vraiment, vraiment désolé.

Sheldon : Non, j’ai «été la cause de mes maux en devenant un être attachant faisant partie intégrante de ta vie. Il va falloir me conduire au centre commercial.

Howard : C’est à nous que ça arrive.

                La cage d’escalier.

Leonard : Aïe ! Ow !

David : Tu va y arriver ?

Leonard : Oui, je crois.

David : Très bien.

Leonard : Merci de m’avoir laissé essayer ta moto.

David : Pas de problème.

Leonard : Je ne pensais pas qu’elle était si lourde. Elle m’est tombée en plein dessus, n’est-ce pas ?

David : Ouais, heureusement pour toi, elle ne roulait pas.

Penny : Oh, hey Leonard, tu vas bien ?

Leonard: Oh oui, juste un petit accident de moto.

Penny : Mon Dieu, à quelle vitesse alliez-vous ?

Leonard : Je ne sais pas, tout est flou dans ma tête.

David : Ha ha ha. Elle est bonne. Il ne l’a même pas démarrée. Salut. Dave.

Penny : Salut. Penny. C’est donc ta moto ?

David : Hum hum.

Penny : Elle n’a rien ?

David : Non.

Leonard : Heureusement pour la moto, elle est tombée sur ma jambe.

David : Tu veux bien me donner un coup de main avec Speed Racer ?

Penny : Oh oui, bien sûr. Alors, euh, Dave, comment t’as connu Leonard ?

David : Je suis un physicien.

Penny : Ha ha. Non, tu ne l’es pas.

David : Pourquoi est-ce si surprenant ?

Penny : Euh, et bien, c’est juste que les physiciens que je connais sont casaniers et pâles.

Leonard : Je ne suis pas casanier. Mais je me mets de la crème solaire, car je prends les mélanomes au sérieux.

Penny : Alors, vous travaillez sur une expérience ensemble ?

David : Oui, tout à fait.

Leonard : On étudie le niveau de radiations de tubes photomultiplicateurs pour un détecteur de matière noire.

Penny : Euh, chéri, chéri, Dave parlait. Tu sais, j’adore la science.

Leonard : Depuis quand ?

Penny : Depuis toujours. Traite-moi de geek, mais je suis folle des particules subatomiques.

David : Geek n’est pas le mot que j’emploierais pour t’appeler.

Penny : Ha, et bien, c’est ce que je suis, la reine des nerds.

David : Et bien, si tu veux, je pourrais te montrer notre labo. On a de super jouets, genre lasers et tout.

Penny : Tu sais, j’ai toujours voulu voir un labo scientifique.

Leonard : Depuis quand ?

Penny : Depuis toujours.

David : Leonard, ça va aller ?

Leonard : Euh oui, je suppose.

David : Pourquoi ne pas y aller maintenant ? On pourrait prendre la moto et manger un truc après.

Penny : Euh ouais, génial, je vais prendre ma veste.

David : Elle est pas mal, hein ?

Leonard : Oui, si tu aimes ce genre.

David : Alors, toi et elle ?

Leonard : Non, juste voisins.

David : C’est vrai. Je ne sais pas comment tu fais pour vivre à côté sans tenter quelque chose ?

Leonard : En fait… La science est ma femme.

Penny : Très bien. Allons-y.

David : Très bien. Rendez-vous demain Leonard.

Leonard : Au revoir.  Au revoir Penny. Amusez-vous bien. (Il se cogne la tête contre la porte, Sheldon ouvre).

Sheldon : Oui ? As-tu oublié tes clés ?

                Une boutique de cadeaux.

Sheldon : Je ne vois rien qu’une femme puisse vouloir.

Howard : Tu plaisantes. Tu as des lotions, des huiles de bain, des savons, c’est le coup du chapeau de l’œstrogène.

Sheldon : C’est juste une attaque désordonnée d’eucalyptus, de bois-sent-bon, de cannelle et de vanille. J’ai l’impression d’avoir la tête dans le pyjama d’un sultan.

Raj : Sheldon, si tu n’aimes pas ces trucs, va construire un ours en peluche à côté.

Sheldon : Je te l’ai dit, les ours sont terrifiants.

Howard : Allez, des trucs pour le bain, c’est parfait ! Tu as une bougie parfumée, un gratte-dos, des huiles à la menthe et au thé vert. Pour se détendre.

Sheldon : Ca suppose que Penny est tendue.

Raj : Elle te connaît. Elle est tendue. Comme nous tous. Achète le panier !

Howard : Excusez-moi, nous sommes prêts.

Sheldon : Non, c’est faux. Disons que j’accepte l’hypothèse du panier pour le bain, je vous pose maintenant la question suivante : quelle taille ?

Howard : Celui-là. On y va.

Sheldon : Tu n’as pas réfléchi.

Howard : Je suis désolé. Euh, celui-là. On y va !

Sheldon : Je n’ai pas assez de données pour continuer. Excusez-moi mademoiselle.

Vendeuse : Oui ?

Sheldon : Si je vous donnais ce panier, en vous basant exclusivement sur ce geste, déduisez et décrivez la relation hypothétique qui existerait entre nous.

Vendeuse : Pardon ?

Sheldon : Tenez. Sommes-nous des amis ? Collègues ? Amants ? Etes-vous ma grand-mère ?

Vendeuse : Je ne comprends rien et vous me mettez mal à l’aise.

Howard : Tu vois ? C’est ce que dirait Penny. On le prend.

                La cafétéria de l’université.

David : Hey Leonard, viens avec nous.

Leonard : Oh hey Dave, et Penny, quelle surprise.

Penny : Hey Leonard. Dave me montrait le campus. C’est endroit est fantastique !

Leonard : Oui, je sais. Je te propose de venir depuis un an et demi. Tu disais toujours que t’avais yoga.

Penny : Je n’ai jamais dit ça.

Leonard : J’ai peut-être mal compris. Pleins de mots ressemblent à yoga.

David : C’est une femme extraordinaire, Leonard. Elle a un esprit curieux et agile, mais elle est aussi curieuse et agile dans d’autres domaines.

Penny : Oh, tais-toi.

Leonard : Oui s’il te plaît, tais-toi. Alors, euh, Dave, on ne devrait pas retourner travailler ? Tu sais, la matière noire ne va pas se détecter toute seule.

David : En fait, je pensais pendre l’après-midi pour faire une expérience avec Penny.

Penny : Vraiment ? On va faire une expérience ?

David : Hum hum, on va étudier les effets de la tequila sur une ravissante femme de 22 ans.

Penny : C’est pas une expérience ! T’as vu ce que ça a donné hier soir.

David : Tu es prête ?

Penny : Oui. Oh, je peux conduire la moto ?

David : Ouais, pourquoi pas. Tu ne peux pas faire pire que Leonard.

Leonard : C’est drôle. Soit dit en passant, ma jambe me fait un mal de chien, merci d’avoir demandé.

                L’appartement de Leonard et Sheldon.

Sheldon : Mmm, excellentes nouvelles, Leonard, j’ai résolu mon dilemme au sujet du cadeau de Penny.

Leonard : Youpi.

Sheldon : Tu vois, je risquais d’offrir un cadeau de valeur inappropriée, mais j’ai conçu un plan infaillible. Je vais d’abord ouvrir le cadeau qu’elle m’offre, puis m’excuser, sous prétexte de troubles digestifs. Puis… je chercherais le prix sur Internet, choisirai le panier de valeur similaire, je le lui donnerai, et alors, je n’aurai plus qu’à me faire remboursé les autres.

Leonard : Brillant.

Sheldon : N’est-ce pas ? Je peux les cacher dans ta chambre ? Cette odeur me donne la nausée.

Leonard : Fais comme tu veux.

Sheldon : Merci, c’est très aimable. Messieurs.

Howard : T’aurais pas pu faire comme Leonard et offrir à Penny un nouveau petit copain ?

Leonard : Ma jambe me fait un mal de chien. Merci d’avoir demandé.

                L’appartement de Penny.

Leonard : D’accord, je n’ai qu’une seule question pour toi. Notre relation a beau me convenir parfaitement, tu disais ne pas vouloir sortir avec moi parce que j’étais trop intelligent ! Flash info, mademoiselle : David Underhill est 10 fois plus intelligent que moi ! Faudrait lui enfoncer un pic à glace dans le cerveau pour que je le batte aux dames ! A côté de lui, je passe pour un gorille qui sait réclamer du raisin en utilisant la langue des signes ! Alors, voilà ma question, ça veut dire quoi ?

Penny : Pourquoi tu me cries dessus ?

Leonard : Je suis désolé, je suis désolé, je suis désolé ! Oublie, tout va bien.

Penny : David n’est pas plus intelligent que toi. C’est un idiot.

Leonard : Vraiment ? Pourquoi tu dis ça ?

Penny : Parce que un gars intelligent efface de son portable les photos de a femme nue avant d’essayer de prendre des photos de sa petite copine nue.

Leonard : Il a essayé de prendre des photos de toi nue ?

Penny : C’est tout ce que tu retiens ? Le mec est marié !

Leonard : Oh oui. Je suis tellement… Oh, c’est terrible.

Penny : Et toi, si notre relation te convient si bien, pourquoi t’es aussi jaloux ?

Leonard : Eh bien, euh, la chose importante est qu’il est marié et que c’est mal.

Penny : Bien rattrapé, génie. Lait de poule ?

Leonard : Lactose.

Penny : C’est juste du rhum. Ca fait une demi-heure que c’est plus du lait.

Leonard : Sympa.

Penny : Plus que toi.

Leonard : Allez, c’est Noël, sois indulgente.

Penny : D’accord, Joyeux Noël.

Leonard : Soit dit en passant, ma jambe me fait un mal de chien. Merci d’avoir demandé.

                L’appartement de Leonard et Sheldon. Penny ouvre la porte.

Penny : Joyeux Noël.

Leonard : Joyeux Noël.

Penny : Comment va ta jambe ?

Leonard : Très bien. Merci d’avoir demandé. Entre.

Sheldon : Ah, bien, Penny, tu es ici pour l’échange de cadeaux. Tu seras heureuse d’apprendre que je suis paré pour tout cadeau.

Penny : D’accord, tiens.

Sheldon : Je tiens à souligner que j’ai des troubles digestifs, donc si je m’excuse abruptement, n’en sois pas alarmée. Oh, une serviette.

Penny : Retourne-là.

Sheldon : « Pour Sheldon, je vous souhaite une longue vie prospère. Leonard Nimoy. »

Penny : Oui, il est venu au restaurant. Désolée, la serviette est sale. Il s’est essuyé la bouche avec.

Sheldon : Je possède l’ADN de Leonard Nimoy.

Penny : Eh bien, ouais je suppose. Mais regarde, il l’a signé.

Sheldon : Tu réalises ce que cela signifie ? Je n’ai besoin que d’un ovaire sain pour créer mon propre Leonard Nimoy !

Penny : Ok, je te donne uniquement la serviette, Sheldon.

Sheldon : Je reviens.

Penny : Tiens. Ouvre-le.

Leonard : Oh, un bon cadeau pour des leçons de moto. Très attentionné.

Penny : Ouais et j’ai vérifié. Ne pas laisser la moto tomber sur soi, c’est la première leçon.

Leonard : Oh, alors je pense que tu apprécieras mon cadeau.

Penny : Très bien. « 101 Expériences Scientifiques Super Cools Pour Les Enfants ».

Leonard : Tu sais, puisque tu adores la science.

(Sheldon apparaît avec tous les paniers-cadeaux).

Penny : Sheldon ! Qu’est-ce que tu as fait ?

Sheldon : Je sais ! Ca n’est pas suffisant. N’est-ce pas ? Attends.

Penny : Leonard, regarde. Sheldon me fait un câlin.

Leonard : C’est un miracle des saturnales.

Fin de l’épisode.

Scene: The university cafeteria.

Sheldon: Your argument is lacking in all scientific merit. It is well established Superman cleans his uniform by flying into Earth’s yellow sun, which incinerates any contaminate matter and leaves the invulnerable Kryptonian fabric unharmed and daisy fresh.

Howard: What if he gets something Kryptonian on it?

Sheldon: Like what?

Howard: I don’t know. Kryptonian mustard.

Sheldon: I think we can safely assume that all Kryptonian condiments were destroyed when the planet Krypton exploded.

Raj: Or it turned into mustard Kryptonite, the only way to destroy a rogue Kryptonian hotdog threatening Earth.

Leonard: Raj, please, let’s stay serious here. Superman’s body is Kryptonian, therefore his sweat is Kryptonian.

Howard: Yeah, what about Kryptonian pit stains?

Sheldon: Superman doesn’t sweat on Earth.

Howard: Okay, he’s invited for dinner in the Bottle City of Kandor. He miniaturizes himself, enters the city where he loses his superpowers. Now, before dinner, his host says, “who’s up for a little Kryptonian tetherball?” Superman says “sure,” works up a sweat, comes back to Earth, his uniform now stained with indestructible Kryptonian perspiration.

Raj: Booya.

Sheldon: Superman would have taken his uniform to a Kandorian dry cleaner before he left the Bottle.

Raj: “Kandorian dry cl…” I give up, you can’t have a rational argument with this man.

Howard: Hey, isn’t that the guy who won the MacArthur genius grant last year? No, not all at once.

Raj: Then how?

Howard: Leonard. Now, Raj. Now, Sheldon.

Raj: I didn’t get a good look. Can I go again?

Howard: No.

Leonard: It’s David Underhill. So what?

Sheldon: So what? His observation of high-energy positrons has provided the first conclusive evidence for the existence of galactic dark matter.

Leonard: I have two words for you. The first is big, the other’s whoop.

Sheldon: It is a big whoop. It made almost all the work you’ve done since you’ve been here completely useless.

Leonard: Did not.

Howard: Did, too.

Leonard: Did… okay, maybe  some of it, but, look, the guy was just in the right place, at the right time with the right paradigm-shifting reinterpretation of the universe. He got lucky.

Raj: In more ways than one. He’s a very handsome man.

Howard: Doesn’t do anything for me. If I was gonna go that way, I’m more of a Zac Ephron kinda guy.

Raj: Oh, yeah, like you have a shot with Zac Ephron.

David (approaching): Excuse me, Are you Leonard Hofstadter?

Leonard: Uh, yeah.

David: I’m David Underhill.

Leonard: Uh, y-yeah.

David: Yeah, Dr. Gablehauser said if I wanted to set something up in the photomultiplier lab, that you’d be able to give me a hand?

Leonard: You want to work with me?

David: Well, if you have a little time, yeah.

Leonard: Wow, y-yeah, sure. Yeah, no problem. Uh, Here’s my home number, here’s my cell, here’s my office, here’s my parents’ number up in New Jersey, they always know how to reach me. So…

David: Okay.

Leonard: Congratulations on the MacArthur Grant, by the way. Big fan.

David: Thanks. I’ll call you.

Leonard: Okay. Bye-bye! What are you looking at?You’ve never seen a hypocrite before?

Credits sequence.

 

Scene: The apartment. The guys are playing Wii bowling.

Raj: Trailing badly, Wolowitz needs a strike if he has any hopes of catching up with Sheldon Cooper, who is dominating in the ninth frame with a career-best 68.

Leonard (entering): Hey, guys!

Howard: That doesn’t count. Do over! Do over!

Sheldon: There are no do-overs in Wii bowling.

Howard: There are always do-overs when my people play sports.

Sheldon: Where were you that’s more important than Wii bowling night?

Leonard: Actually, I was…

Sheldon: It’s a rhetorical question. There is nothing more important than Wii bowling night.

Leonard: Come on, it’s just a video game. And we suck at it.

Sheldon: Nice motivational speech from the team captain.

Howard: Where were you?

Leonard: I was working with Dave Underhill.

Howard: Ooh, “Dave.” Sounds like Leonard’s got a new BFF.

Leonard: Actually, he’s pretty cool. I mean, not only is he a brilliant scientist, but it turns out he’s a Black Diamond skier, he collects vintage motorcycles, he plays in a rock band.

Howard: So? We’re in a rock band.

Leonard: No, we play Rock Band on our X-Box.

Sheldon: Nice motivational speech from our lead guitarist.

Leonard: He’s funny, too. He does this hysterical impersonation of Stephen Hawking having phone sex. What are you wearing? That’s not, he does it better. Anyway, he said he was gonna take me to the gym tomorrow, so I’m gonna go practice my situps.

Raj: Whoa. Humongous man crush, dude.

Howard: Yep. It’s officially a bro-mance.

Penny (entering): Hey, Sheldon, are you and Leonard putting up a Christmas tree?

Sheldon: No, because we don’t celebrate the ancient pagan festival of Saturnalia.

Penny: Saturnalia?

Howard: Gather round, kids, it’s time for Sheldon’s beloved Christmas special.

Sheldon: In the pre-Christian era, as the winter solstice approached and the plants died, pagans brought evergreen boughs into their homes as an act of sympathetic magic, intended to guard the life essences of the plants until spring. This custom was later appropriated by Northern Europeans and eventually it becomes the so-called Christmas tree.

Howard: And that, Charlie Brown, is what boredom is all about.

Penny: Okay, well, thank you for that, but I got you and Leonard a few silly neighbour gifts, so I’ll just put them under my tree.

Sheldon: Wait! You bought me a present?

Penny: Uh-huh.

Sheldon: Why would you do such a thing?

Penny: I don’t know. ‘Cause it’s Christmas?

Sheldon: Oh, Penny. I know you think you’re being generous, but the foundation of gift-giving is reciprocity. You haven’t given me a gift, you’ve given me an obligation.

Howard: Don’t feel bad, Penny, it’s a classic rookie mistake. My first Hanukkah with Sheldon, he yelled at me for eight nights.

Penny: Now, honey, it’s okay.You don’t have to get me anything in return.

Sheldon: Of course I do. The essence of the custom is that I now have to go out and purchase for you a gift of commensurate value and representing the same perceived level of friendship as that represented by the gift you’ve given me. It’s no wonder suicide rates skyrocket this time of year.

Penny: Okay, you know what? Forget it. I’m not giving you a present.

Sheldon: No, it’s too late. I see it. That elf sticker says to Sheldon. The die has been cast, the moving finger has writ, Hannibal has crossed the Alps.

Howard (to Raj who is whispering in his ear): I know. It’s funny when it’s not happening to us.

Penny: Sheldon, I am very, very sorry.

Sheldon: No. No, I brought this on myself by being such an endearing and important part of your life. I’m going to need a ride to the mall.

Howard: It’s happening to us.

Scene: The stairwell.

Leonard: Ow! Ow!

David: Are you gonna make it?

Leonard: Yeah, I guess.

David: All right.

Leonard: Thanks for letting me try out your motorcycle.

David: No problem.

Leonard: I had no idea it was so heavy. The thing just fell right over on me, didn’t it?

David: Yeah. Lucky for you it wasn’t moving.

Penny: Oh, hey, Leonard. Ooh, are you okay?

Leonard: Oh, yeah. It’s just a little motorcycle accident.

Penny: My God, how fast were you going?

Leonard: I don’t know. It’s all such a blur.

David: Ha ha ha. Good one. He couldn’t even get it started. Hi. Dave.

Penny: Hi. Penny. So it’s your motorcycle?

David: Uh-huh.

Penny: Oh, is it okay?

David: It’s fine.

Leonard: Yeah, lucky for the bike it landed on my leg.

David: You mind giving me a hand with speed racer here?

Penny: Oh, yeah. Yeah, sure. So, um, Dave, how do you know Leonard?

David: I’m a physicist.

Penny: Ha-ha. No, you’re not.

David: Why is that so surprising?

Penny: Uh, well, it’s just that the physicists I know are indoorsy and pale.

Leonard: I’m not indoorsy. I just wear the appropriate sun block because I don’t take melanoma lightly.

Penny: So, are you and Leonard working on an experiment together?

David: Yeah, actually we are.

Leonard: Yeah, we’re examining the radiation levels of photomultiplier tubes for a new dark matter detector.

Penny: Uh, sweetie, sweetie, Dave was talking. You know, I love science.

Leonard: Since when?

Penny: Since always. Call me a geek, but I am just nuts for the whole subatomic particle thing.

David: The last thing I would ever call you is a geek.

Penny: Ha. Well, that’s what I am, queen of the nerds.

David: Well, if you like, I could show you the lab we’re working in. We’ve got some cool toys, you know, lasers and stuff.

Penny: You know, I have always wanted to see a big science lab.

Leonard: Since when?

Penny: Since always.

David: Leonard, are you okay here?

Leonard: Uh, yeah. I guess.

David: How ’bout we go see it now? Maybe afterwards we take the bike up the coast, we grab a little bite to eat…

Penny: Um,yeah, yeah, that sounds great, let me just get my jacket.

David: Boy, she’ll do, huh?

Leonard: Yeah, if you like that type.

David: So, you and her?

Leonard: No, just neighbours.

David: Really. I don’t know how you live next door to that without doing something about it.

Leonard: Actually, science is my lady.

Penny: Okay. Let’s go.

David: All right. See you tomorrow, Leonard.

Leonard: See ya. ‘Bye, Penny. Have fun. (Bangs head on door. Sheldon opens it.)

Sheldon: Yes? (Leonard falls through) Did you forget your key?

Scene: A gift shop.

 

Sheldon: I don’t see anything in here a woman would want.

Howard: You’re kidding. You’ve got lotions and bath oils and soaps, that’s the estrogen hat trick.

Leonard: What it is is a cacophonous assault of eucalyptus, bayberry, cinnamon and vanilla. It’s as if my head were trapped in the pyjamas of a sultan.

Raj: Sheldon, if you don’t like this stuff, let’s just go next door and build her a bear.

Sheldon: I told you before, bears are terrifying.

Howard: Come on, bath stuff, it’s perfect! You got a scented candle, a cleansing buff, spearmint and green tea scented bath oil, promotes relaxation.

Sheldon: That presupposes Penny is tense.

Raj: She knows you. She’s tense. We all are. Buy a basket!

Howard: Excuse me, we’re ready.

Sheldon: No, we’re not. Let’s say for a moment that I accept the bath item gift hypothesis, I now lay the following conundrum at your feet, which size?

Howard: This one. Let’s go.

Sheldon: You put no thought into that.

Howard: I’m sorry. Uh, this one. Let’s go!

Sheldon: I have insufficient data to proceed. Excuse me, miss?

Assistant: Yes?

Sheldon: If I were to give you this gift basket, based on that action alone and no other data, infer and describe the hypothetical relationship that exists between us.

Assistant: Excuse me?

Sheldon: Here. Now, are we friends? Colleagues? Lovers? Are you my grandmother?

Assistant: I don’t understand what you’re talking about and you’re making me a little uncomfortable.

Howard: See? Sounds just like you and Penny. We’ll take it.

Scene: The university cafeteria.

David: Hey, Leonard. Come, join us.

Leonard: Oh, hey, Dave. And Penny, what a surprise.

Penny: Hey, Leonard. Dave was just showing me around the university. You know, this place is unbelievable!

Leonard: Yeah, I know. I’ve been offering to show you around for a year and a half. You always said you had yoga.

Penny: I never said that.

Leonard: Maybe I heard you wrong. A lot of words sound like yoga.

David: This is an amazing woman, Leonard. She has a curious and agile mind, not to mention being curious and agile in other respects.

Penny: Oh, shut up!

Leonard: Yes, please shut up. So, um, Dave, don’t you think you and I should get back to the lab? You know, that dark matter isn’t going to detect itself.

David: Actually, I was thinking about taking the afternoon off so I could work on another experiment with Penny.

Penny: Really? We’re going to do an experiment?

David: Uh-huh. We’re going to explore the effects of tequila shots on a gorgeous 22-year-old woman.

Penny: It’s not an experiment! You saw what happened last night.

David: You ready to go?

Penny: Yeah. Oh, can I drive the motorcycle?

David: Yeah, why not? You can’t do any worse than Leonard.

Leonard: That’s funny. By the way, my leg is killing me. Thanks for asking.

Scene: The apartment.

 

Sheldon: Mmm, great news, Leonard, I’ve solved my Penny gift dilemma.

Leonard: Yippee.

Sheldon: You see, the danger was that I might under or over-reciprocate, but I have devised a foolproof plan. See, I will open her gift to me first and then excuse myself, feigning digestive distress.

Then I’ll look up the price of her gift online, choose the basket closest to that value, give it to her and then I’ll return the others for a full refund.

Leonard: Brilliant.

Sheldon: It is, isn’t it? Is it okay if I hide them in your room? The smell makes me nauseated.

Leonard: Do whatever you want.

Sheldon: Thank you, that’s very gracious.     Gentlemen.

Howard: Why couldn’t you have just done what Leonard did and get Penny a new boyfriend?

Leonard: My leg is killing me. Thanks for asking.

 

Scene: Penny’s apartment.

 

Leonard: Okay, I have just one question for you. While I am perfectly happy with the way things are between us, you said that you didn’t want to go out with me because I was too smart for you! Well, news flash, lady, David Underhill is ten times smarter than me! You’d have to drive a railroad spike into his brain for me to beat him at checkers! Next to him, I’m like one of those sign-language gorillas who knows how to ask for grapes! So, my question is, what’s up with that?

Penny: Why are you yelling at me?

Leonard: Sorry, I’m sorry, I’m sorry! Never mind, we’re cool.

Penny: Dave is not smarter than you. He’s an idiot.

Leonard: Really? Why would you say that?

Penny: Because a smart guy takes the nude photos of his wife off his cell phone before he tries to take nude photos of his girlfriend.

Leonard: He tried to take nude photos of you?

Penny: That’s what you took from that? The guy is married!

Leonard: Oh, yeah. I’m so… oh, that’s terrible.

Penny: And you, if you are so okay with the way things are between us, why are you so jealous?

Leonard: Well, uh, the important thing is he’s married and that’s terrible!

Penny: Nice save, genius. Eggnog?

Leonard: Lactose.

Penny: It’s just rum. It stopped being eggnog like half an hour ago.

Leonard: Smooth.

Penny: Smoother than you.

Leonard: Come on, it’s Christmas, just give me this one.

Penny: Okay, Merry Christmas.

Leonard: By the way, my leg is killing me. Thanks for asking.

Scene: The apartment. Leonard opens the door to Penny.

Penny: Merry Christmas.

Leonard: Merry Christmas.

Penny: How’s your leg?

Leonard: Very good, thanks for asking. Come on in.

Sheldon: Ah, good, Penny, you’re here to exchange gifts. You’ll be pleased to know I’m prepared for whatever you have to offer.

Penny: Okay, here.

Sheldon: I should note I’m having some digestive distress, so, if I excuse myself abruptly, don’t be alarmed. Oh, a napkin.

Penny: Turn it over.

Sheldon: To Sheldon, live long and prosper. Leonard Nimoy.

Penny: Yeah, he came into the restaurant. Sorry the napkin’s dirty. He wiped his mouth with it.

Sheldon: I possess the DNA of Leonard Nimoy?!

Penny: Well, yeah, yeah, I guess. But look, he signed it.

Sheldon: Do you realize what this means? All I need is a healthy ovum and I can grow my own Leonard Nimoy!

Penny: Okay, all I’m giving you is the napkin, Sheldon.

Sheldon: Be right back.

Penny: Here. Open it.

Leonard: Oh, a gift certificate for motorcycle lessons. Very thoughtful.

Penny: Yeah, and I checked. Not letting the bike fall on you while standing still is lesson one.

Leonard: Oh, then, I think you’ll appreciate what I got you.

Penny: Okay. 101 Totally Cool Science Experiments for Kids.

Leonard: You know, ’cause you’re so into science.

(Sheldon appears with all the gift baskets)

Penny: Sheldon! What did you do?!

Sheldon: I know! It’s not enough, is it? Here.

Penny: Leonard, look! Sheldon’s hugging me.

Leonard: It’s a Saturnalia miracle.

Source : Big Bang Theory Transcript

Kikavu ?

Au total, 97 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

DrumLiet 
29.09.2019 vers 18h

Juju1299 
27.08.2019 vers 00h

pilato 
19.08.2019 vers 15h

Kaleydu35 
23.01.2019 vers 20h

stella 
31.12.2018 vers 13h

chocoubl 
11.11.2018 vers 11h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Prix Nobel de Physique

Prix Nobel de Physique
Le mardi 8 octobre 2019 a eu lieu, à Stokholm, la remise du Prix Nobel de Physique. Ulf Danielsson,...

Saison 11 sur Netflix !

Saison 11 sur Netflix !
La série continue sur Netflix  A partir du 01 septembre 2019, la saison 11 de The Big Bang Theory...

HypnoAwards 2019

HypnoAwards 2019
Dans la catégorie Meilleure comédie du network, The Big Bang Theory ressort grande gagnante. Elle...

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant
Kaley Cuoco a créé sa société de productions, Yes, Norman Productions. Elle avait un droit d'option...

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn
Deux affiches promotionnelles de la série animée Harley Quinn, dans laquelle Kaley Cuoco double le...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

langedu74, 18.10.2019 à 18:35

HypnoClap : il reste 4 chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards ! Et toujours les jeux d'Halloween

pretty31, Avant-hier à 12:46

Plus que deux chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards sur HypnoClap

juju93, Avant-hier à 17:48

Encore 3 jours pour voter à la 3ème catégorie des L d'or (awards) de The L Word : personnage secondaire masculin. Oui nous avons aussi des hommes !

ophjus, Avant-hier à 19:50

Bonsoir, un nouveau sondage est sur le quartier Reign, pas besoin de connaître la série !

chrismaz66, Hier à 12:11

Bonjour, 2 nouveaux sondages Kaamelott et Torchwood, l'un des 2 est drôle ^^

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site