VOTE | 405 fans

#116 : Réaction

 

Résumé : Penny propose d'organiser une fête surprise pour l'anniversaire de Leonard. Sheldon l'accompagne dans un magasin d'électronique pour choisir un cadeau. Penny se rend vite compte que la tâche ne sera pas facile.

Popularité


4.4 - 5 votes

Titre VO
The Peanut Reaction

Titre VF
Réaction

Première diffusion
12.05.2008

Première diffusion en France
06.12.2008

Diffusions

Logo de la chaîne CBS

Etats-Unis (inédit)
Lundi 12.05.2008 à 20:00
7.79m / 2.9% (18-49)

Plus de détails

Scenario : Lee Aronsohn, Bill Prady & Steven Molaro & David Goetsch - Réalisation : Mark Cendrowski

Guests : Ronald Hunter (Dan), Judith Moreland (Jan), Vernee Watson-Johnson (Althea), Chuck Carter (Stan)

Lonard et ses amis mangent au Cheesecake Factory, Sheldon et Raj s'affrontent à une partie de Tetris Bras de Fer, c'est un jeux qu'ils ont inventés et qui consiste à jouer à tretris d'une main et faire un bras de fer de l'autre main.

Penny apprend en prenant leur commande que Leonard n'a jamais eu de fête d'anniversaire. Comme ce dernier a lieu le samedi suivant, Penny décide de faire une fête surprise pour Leonard avec la complicité de Sheldon et ses compères.

Comme d'habitude, Sheldon est réticent à l'idée de cette fête, mais finit par se laisser convaincre et décide d'aller acheter un cadeau avec Penny tandis que Howard a pour mission d'éloigner Leonard de l'appartement et Raj lui devra préparer la décoration dans l'appartement.

Une fois dans le magasin, Sheldon a du mal à se décider. Il finit par prendre un routeur wifi mais au moment de quitter le magasin, il ne peut résister à venir en aide à une femme en lui donnant des conseils. De même, il finit par répondre aux besoins de tous les clients du magasin, ce qui a le don d'agacer Penny.

Pendant ce temps, Howard esssaie d'éloigner Leonard mais en vain. Il décide alors de lui faire croire qu'il a avalé des cacahuètes étant donné qu'il en est allergique. Il demande donc à Leonard de l'emmener aux urgences.

Voyant que Leonard ne marche pas tellement, Howard appelle Penny en lui demandant de se dépêcher car il ne va pas pouvoir retenir Leonard plus longtemps. Penny conclut alors un marché avec Howard : s'il parvient à retenir Leonard plus longtemps, elle lui montre les filles faciles invitées à la fête. Howard accepte, et voit comme unique alternative de manger réellement une barre de céréales aux cacahuètes. Il gonfle alors réellement, et est forcé de rester aux urgences.

Une fois qu'Howard a retrouvé son état normal, les deux amis reviennent à l'appartement. Leonard se doute de quelque chose et devine qu'il y a une fête suprise qui se trame dans son appartement. Seulement, la fête est déjà terminée. Tous les invités sont partis sauf Penny et Sheldon qui dorment sur le canapé tandis que Raj fait du karaoké, totalement ivre.

(Au Cheesecake Factory. Sheldon et Raj font un bras de fer tout en jouant à Tetris. Howard et Leonard les encouragent.)

RAJ : Oui j'ai le dessus !

HOWARD : (à Raj.) Achève-le !

LEONARD : (à Sheldon.) Il va te battre si ça continue.

SHELDON : Je n'ai pas dis mon dernier mot, ça va saigner.

(Penny arrive.)

PENNY : Hey, les garçons, écoutez-moi. Les autres serveuses ont un truc à vous demander.

LEONARD : Ils jouent au Tetris-bras de fer.

HOWARD : Ce jeu conjugue la force physique du bras de fer et la stratégie du Tetris, et on obtient un sport pour intellos.

PENNY : Génial, mais elles commencent à en avoir ras-le-bol de leurs grognements. (Elle appelle ensuite les autres serveuses.) Hey, amenez-vous, par ici !

(Avec les serveuses, elle s'en va chanter un joyeux anniversaire à une table voisine, avec gâteau et bougies.)

SHELDON : Stop ! On arrête les frais. Match nul. Ok, tu me bats au Tetris, mais t'as la force d'un lapin nain qui a la mixomatose.

RAJ : Un lapin nain ? On va voir qui est le lapin de nous deux. (Raj force mais Sheldon ne flanche pas.) Ok, match nul.

(Penny arrive.)

PENNY : Au fait, Leonard, je compte te voir ici samedi, vu que je compte t'offrir un cheesecake d'anniversaire gratuit.

SHELDON : Oublie, cette petite nature ne digère pas le lactose.

PENNY : Il prendra un gâteau aux carottes.

SHELDON : Tu as pensé au glaçage à la crème ?

PENNY : Il suffit de l'enlever.

LEONARD : On se calme et on oublie le gâteau. (A Penny.) Comment tu sais que c'est mon anniversaire ?

PENNY : J'ai fais ton thème astral, tu te souviens ? J'allais faire celui des autres, mais Sheldon est encore parti dans un de ses délires.

SHELDON : Pour mémoire, mon délire était un résumé d'une rare concision des recherches de Bertram Furher qui, en 1948, prouva grâce à des expériences rigoureuses rondement menées, que l'astrologie est un ramassis d'absurdités.

PENNY : Bla bla bla bla, un vrai Taureau. (A Leonard.) Alors, à samedi sans faute ?

LEONARD : Je crois pas non.

PENNY : Pourquoi ?

LEONARD : Je ne fête pas mon anniversaire.

PENNY : Tu me fais marcher ?

LEONARD : Oh c'est pas grave, j'ai grandi comme ça. Mes parents préféraient célébrer mes exploits scolaires, et être expulsé de l'utérus de ma mère n'avait rien de sensationnel.

PENNY : Je trouve ça vraiment idiot.

SHELDON : C'est basé sur des théories solides. D'ailleurs sa mère a publié un livre sur le thème.

PENNY : Et c'est quoi le titre ? "Je déteste mon fils et il sera privé de gâteau" ?

SHELDON : C'était manifestement efficace. Leonard est devenu un physicien expérimental. Je suis persuadé que si elle avait aussi zappé Noël, il serait encore plus doué.

LEONARD : Trop aimable.

HOWARD : Moi j'adore les anniversaires. Goûter le pain perdu de Maman dès le réveil, porter une couronne d'anniversaire toute la journée, jouer au pistolet à eau avec tout mes potes !

PENNY : Oui ! Tous les enfants devraient avoir cette chance !

HOWARD : C'est ce que je fais tout les ans.

PENNY : Dis-moi que c'est pas vrai Leonard, on t'a jamais fêté ton anniversaire ?

LEONARD : Non, mais on s'y fait. C'est sûr, quand j'étais petit, je rêvais que mes parents auraient la bonne idée de me faire au moins une fois une fête surprise. Je me souviens d'un anniversaire, après une leçon de violoncelle. Devant la maison, il y avait plein de voitures. J'entendais des chuchotements, et je humais la bonne odeur de la fôret noire, mon gâteau préféré...

PENNY : Et ?

LEONARD : Et en fait, mon grand-père venait de mourir.

PENNY : Oh mon Dieu, quelle horreur. C'est horrible.

LEONARD : Oui, mais ça ressemblait à une fête surprise. J'ai vu tout mes cousins et... et j'ai mangé du gâteau.

PENNY : J'ai jamais rien entendu d'aussi triste.

HOWARD : Tu crois ça ? (A Leonard.) Allez, parle-lui de ton bal de promo.


THE BIG BANG THEORY


(Leonard sort de son appartement pour aller chercher leur repas du soir.)

HOWARD : Et spécifie bien, pas de cacahuètes !

LEONARD : Howard, tout les restaurants thaïs savent que tu ne manges pas de cacahuètes. Quand ils me voient arriver, ils crient "oh le mec sans cacahuètes !".

(Il descend. Penny en profite pour aller frapper à la porte de leur appartement. Sheldon ouvre.)

SHELDON : Salut Penny ! L'ami Leonard vient de partir.

PENNY : Il faut qu'on parle tout les deux.

SHELDON : De quoi veux-tu qu'on parle ? On n'a pas les mêmes centres d'intérêts il me semble, et je n'aime pas bavasser.

PENNY : Est-ce que je peux entrer ?

SHELDON : Ne considère pas ça comme une percée prometteuse.

(Elle entre, Sheldon ferme la porte.)

PENNY : Je t'explique. On va organiser une fête qui déchire pour l'anniversaire de Leonard, samedi !

SHELDON : J'en doute. Leonard a été on ne peut plus clair, il ne veut pas de fête surprise.

(Howard se précipite vers eux.)

HOWARD : Oh j'ai entendu le mot fête !

PENNY : Il a grandi sans fête d'anniversaire, il sait pas s'il aime ça !

HOWARD : C'est un point de vue qui se défend. Moi je n'ai jamais couché avec deux femmes, et pourtant je demanderai pas mieux.

PENNY : Je t'explique Howard. Comme c'est parti, ce pauvre Leonard aura droit à une fête d'anniversaire quand les poules auront des dents.

HOWARD : Bon, si j'organise une partouze, tu participes ? (Il rit.) Je plaisante, relax. Amène une copine.

SHELDON : Je trouve qu'une fête d'anniversaire est une très mauvaise idée. J'envie Leonard. Il a grandi sans subir ce genre d'angoisse.

PENNY : Quelle angoisse ?

SHELDON : Je n'y coupais pas ! Chaque année, j'étais affublé d'un chapeau conique ! On me jetait dans l'enfer moite et bondé de châteaux forts gonflables ! On s'amusait à me bander les yeux, on me poussait vers un âne sans queue, et tout ces sales gosses se moquaient de ma maladresse !

PENNY : Ok Sheldon, je compatis, tu as des cicatrices que seul un professionnel peut guérir. Mais quoiqu'il en soit, on va organiser une fête pour ton pote.

SHELDON : Je te rappelle que je n'aime pas la musique à plein volume, la danse, et toute autre forme de frivolité induite par l'alcool.

PENNY : Quoiqu'il en soit tu le feras-

SHELDON : Leonard déteste les fêtes lui aussi ! Tous les deux nous sommes-

PENNY : Ok, voici le marché ! Soit tu me files un coup de main pour la fête, soit je file dans ta chambre, je déballe toutes tes BDs neuves, je les sors de leur film plastique, et au hasard Balthazar avec une encre indélébile, je dessine de tout petits dessins sur chacune d'elle.

SHELDON : Si tu griffonnes sur une de mes BDs neuves, on ne pourra plus dire qu'elle est neuve.

PENNY : Tu connais le concept de chantage, mon cher ami ?

SHELDON : Quelle question ! C'- Oh ! (Il se tourne vers Howard et Raj.) Je viens d'avoir une super idée, on va organiser une teuf d'enfer pour mon colloc !

(Il lance un regard noir à Penny, qui jubile.)

********


(Howard et Raj arrivent avec les cadeaux, et Howard frappe chez Penny d'une certaine façon. Voyant que personne ne répond, il recommence. Sheldon vient finalement ouvrir.)

SHELDON : Ce n'est pas le code secret. Je vais vous montrer le code secret. (Il frappe d'une certaine façon.)

HOWARD : Ca change quoi d'après toi ?

SHELDON : L'intérêt principal de ce code secret, est d'établir un signal non verbal pour vérifier l'identité des co-conspirateurs.

PENNY : C'est Raj et Howard ?

SHELDON : Possible, mais non confirmé.

HOWARD : C'est bon, laisse-nous entrer !

SHELDON : (les laisse passer.) On vous aurait refusé l'entrée si ça avait été une centrale nucléaire.

PENNY : Alors, vous lui avez acheté quoi finalement ?

HOWARD : Eh bien Raj est tombé sur une sculpture d'Alex Ross en édition limitée, fortement inspirée par son Batman, et je lui offre une copie dédicacée du cours de physiques de Felman !

PENNY : Génial ! J'ai un pull pour lui.

HOWARD : Cool ! Ca devrait lui plaire, je l'ai déjà vu... frissonner.

PENNY : Sheldon, je ne vois ton cadeau nulle part.

SHELDON : Normal, je n'ai pas de cadeau.

PENNY : Pourquoi ça ?

HOWARD : Ne demande pas !

SHELDON : Cette frénésie de cadeaux n'a aucun sens, je n'adhère pas, point final.

HOWARD : Trop tard.

SHELDON : Imaginons que je sorte et que je dépense 50 dollars pour toi. C'est une perte de temps et d'énergie, parce que je ne peux pas deviner ce que tu aimes, alors que toi tu le sais ! Je pourrais simplifier les choses en t'offrant les 50 dollars. Ensuite, tu me donnerais 50 dollars pour mon anniversaire. Et ce, jusqu'à ce que l'un de nous deux meurt, laissant l'autre plus vieux et riche de 50 dollars. Tu crois que ça en vaut la peine ?

HOWARD : (à Penny.) J'ai essayé de te prévenir.

PENNY : Mais enfin Sheldon, c'est ton ami ! Les cadeaux entretiennent l'amitié.

SHELDON : J'accepte ton préambule, je rejette ta conclusion.

HOWARD : Pas de panique chérie. Tu vas lui dire que c'est une convention sociale non-optionnelle.

PENNY : Qu-Quoi ?

HOWARD : Vas-y, lance-toi.

PENNY : Désolée Sheldon, c'est une convention... sociale non-optionnelle.

SHELDON : Ah ! Dans ce cas, j'adhère.

(Penny regarde Howard d'un air ahuri.)

HOWARD : Oui, mais faut avoir le mode d'emploi.

SHELDON : Oh, question. Comment trouver un cadeau avant la fête d'anniversaire ? Je ne sais pas conduire, et à proximité, il n'y a qu'un restaurant thaï et une station service. Cela dit, je peux toujours lui emballer des nems, ou lui offrir une pochette de jeux à gratter.

PENNY : Ok, voilà ce qu'on va faire. Je vais lui servir de chauffeur. Howard, tu vas éloigner Leonard de l'appart' pendant deux heures.

HOWARD : Pas de problème.

PENNY : Et Raj va s'occuper de la décoration et de la mise en place.

(Raj chuchote à l'oreille de Howard.)

HOWARD : Il fait quoi si les invités s'amènent ?

PENNY : Il s'en occupe.

(Raj chuchote de nouveau à l'oreille de Howard.)

HOWARD : Et, si il y a des femmes ?

PENNY : Il les fait flipper en les regardant fixement.

(Raj lève ses pouces en guise d'acquiescement.)

********


(Leonard joue à un jeu vidéo dans son appart. Howard débarque pour accomplir sa mission.)

HOWARD : Salut !

LEONARD : Salut.

HOWARD : Comment tu te sens ?

LEONARD : Bien.

HOWARD : Au fait, t'es au courant que aujourd'hui, on projette la version révisée du montage définitif de Blade Runner ?

LEONARD : Déjà vu.

HOWARD : Non, tu as vu le montage final du 25ème anniversaire. Celui-ci inclut huit secondes de plan exclusif, et il parait que ça change complètement le ton et le sens du film.

LEONARD : Je passe.

HOWARD : Tu plaisantes, après il y aura un débat avec la doublure lumière d'Harrison Ford !

LEONARD : Ecoute, je suis en train de livrer la bataille de ma vie avec un gamin de Copenhague qui n'a pas de système immunitaire, donc il joue dans sa bulle 24 heures sur 24.

HOWARD : Tu ne peux pas l'affronter plus tard ?

LEONARD : Non. Pas d'après ses médecins.

(Howard cherche une diversion.)

HOWARD : Oh mon Dieu, ça sent le gaz !

LEONARD : Non.

HOWARD : Ah oui, non.

********


(Dans un magasin spécialisé high tech, Sheldon et Penny sont à la recherche du cadeau idéal pour Leonard.)

PENNY : Le rayon des DVD est dans le fond.

SHELDON : Oui, mais les graveurs de DVD se trouvent dans cette allée. Leonard a besoin d'un graveur de DVD.

PENNY : Sheldon, un cadeau ne doit pas couvrir un besoin. Offre lui un truc amusant, un truc qu'il ne s'achèterait pas lui-même.

SHELDON : Un pull, par exemple ?

PENNY : Un pull amusant, avec une figure géométrique imprimée sur le devant.

SHELDON : Et c'est la géométrie qui le rendrait amusant ?

PENNY : Stop. Pour montrer qu'on tient à quelqu'un, il faut se triturer un petit peu les méninges, faire preuve d'imagination et éviter le cadeau passe-partout.

SHELDON : Ok ! Je vois. Donc, pas de graveur DVD.

PENNY : Oui, t'as tout compris.

SHELDON : Bon, récapitulons. Un truc pas banal, amusant, comme un... (il se retourne.) Oh ! Un routeur wifi 802-11 N !

********


(Howard cherche toujours un moyen de faire diversion, tandis que Leonard est pris dans son jeu.)

LEONARD : A nous deux mon petit copenhaguois, ta petite sirène va comprendre sa douleur. Oh ! (Raj s'apprête à rentrer des paquets pleins les bras, mais Howard lui fait discrètement signe de ne surtout pas rentrer. Leonard ne voit rien.) Oh, mais c'est malin ça ! Aïe, oula ! Ca fait mal ça ! Tiens prend ça !

(Howard prend une barre de cacahuètes sur la table basse, l'ouvre, en coupe un morceau et le cache, et fait semblant d'en avoir mangé un bout.)

HOWARD : Oh-ho. (Leonard n'entend pas.) Oh-ho !

LEONARD : Qu'est-ce qu'il se passe ?

HOWARD : Je viens d'avaler des cacahuètes !

LEONARD : Oh c'est pas vrai ! Pourquoi t'as craqué ?!

HOWARD : J'en sais trop rien, c'était là euh....

LEONARD : Si il y avait eu un flingue, tu te serais fait exploser la cervelle ?!

HOWARD : Leonard, au lieu de m'engueuler, emmène-moi aux urgences, vite !

LEONARD : Maintenant ?

HOWARD : Non, quand ma langue aura la taille d'une escalope de veau !

(Leonard pose sa manette et se lève.)

LEONARD : Ok. Attend, je vais prendre mes clés.

(Il se précipite dans sa chambre.)

HOWARD : Au secours, j'enfle à vue d'oeil ! (Lorsque Leonard se trouve hors de vue, il jette la barre, prend son téléphone.) Alerte rouge, j'ai sorti le linge du panier. (Soupir.) Ok Sheldon, c'était quoi le message codé ? Bien, je l'ai sorti du lave-linge ! Je t'appelle quand le linge sera sec. (Il raccroche, range son téléphone, tandis que Leonard revient.)

LEONARD : Allons-y, je suis prêt !

HOWARD : (fait semblant de s'étouffer.) Pitié....

LEONARD : Tiens bon !

(Ils sortent. Pendant ce temps, Sheldon prend tout son temps pour choisir tandis que Penny s'impatiente.)

SHELDON : Lequel je choisis ?

PENNY : Euh, celui-là.

SHELDON : A cause des deux ports éthernet supplémentaires ?

PENNY : C'est ça.

SHELDON : L'ennui c'est qu'il a déjà un switch avec six ports.

PENNY : Dans ce cas prend celui-là.

SHELDON : Pourquoi ?

PENNY : T'as vu la tête du type ? Il a l'air super content.

SHELDON : Penny ! Je veux que mon cadeau soit amusant et original. Je refuse que Leonard subisse le traumatisme que j'ai enduré enfant.

PENNY : Je sens que je vais le regretter. Quel traumatisme ?

SHELDON : Pour l'anniversaire de mes douze ans, je voulais absolument une centrifugeuse en titane pour euh, comment dire, isoler des isotopes radioactifs.

PENNY : Hmm, bien sûr, ouais.

SHELDON : Au lieu de la centrifugeuse en titane de mes rêves, mes parents m'ont offert... wow, c'est trop dur... ils m'ont offert... une motocross blanche.

PENNY : Oh. Non !

SHELDON : Quel gamin normalement constitué voudrait d'une motocross ?

PENNY : Ils en rêvent tous.

SHELDON : Tu es sûre ?

PENNY : Ouais. (Sheldon soupire à sa façon.) Bon d'accord, on prend celui-là.

SHELDON : Oui, je suppose.

PENNY : Une chose de faite.

(Penny s'apprête à partir tandis que Sheldon repose l'autre boîte dans le rayon. Une cliente vient voir Sheldon.)

CLIENTE : Excusez-moi, vous vous y connaissez en matériel informatique ?

SHELDON : Ben, on peut dire que je domine bien le sujet.

CLIENTE : Génial. Mon entreprise vend des fleurs, et je voudrais relier mon nouvel ordinateur au vieux pc de mon entrepôt réfrigéré.

(Penny, sentant que ça risque de durer des heures, intervient.)

PENNY : N'hésitez pas à acheter le même accessoire que nous ! Le type sourit !

SHELDON : Non, non, non ! Il lui faut un réseau de correspondants point à point. Voyons voir, euh, avec un amplificateur de signal. (Il prend une boîte qu'il tend à la cliente.)

CLIENTE : Merci beaucoup.

(Elle s'en va, un autre client s'adresse à Sheldon.)

CLIENT : Vous me conseillez quel disque dur ? Firewire ou usb ?

SHELDON : Ca dépend de vos bus disponibles.

CLIENT : (ne comprend pas.) J'ai un vieux coupé décapotable.

SHELDON : On n'est pas sorti de l'auberge.

PENNY : Sheldon, il faut qu'on y aille !

SHELDON : Une seconde Penny, ce pauvre homme a besoin de moi. (Une cliente arrive.) Je suis à vous dans un instant. (Au client.) Quel type d'ordinateur avez-vous ? Et surtout ne me dites pas qu'il est blanc.

********


(Aux urgences. Howard se précipite vers l'infirmière à l'accueil.)

HOWARD : Excusez-moi...

INFIRMIERE : (tend un formulaire.) Remplissez ça et asseyez-vous.

HOWARD : On organise une fête surprise pour l'anniversaire d'un ami, et ma mission et de l'éloigner de son appart' pendant deux heures.

INFIRMIERE : Hin hin, remplissez cette fiche et asseyez-vous.

HOWARD : Non ! Je vous explique. Pour qu'il parte, je lui ai dis que j'avais mangé des cacahuètes et je suis allergique aux cacahuètes.

INFIRMIERE : Oh. Dans ce cas, remplissez cette fiche et asseyez-vous.

HOWARD : Mais... soyez sympa et filez moi un pansement pour dissimuler une fausse piqûre d'épiléphrine, et dites à mon ami que vous devez absolument me garder en observation pendant au moins une heure et demie.

INFIRMIERE : C'est tout ce qu'il vous faut ?

HOWARD : Oui.

INFIRMIERE : Débarassez le plancher.

HOWARD : Essayez de comprendre !

INFIRMIERE : Mais je compatis, mais malheureusement cet hôpital n'est pas équipé pour soigner les débiles.

HOWARD : Hin. Très bien, c'est noté. J'ai de quoi vous convaincre. Je suppose que vous avez un faible, pour le grand homme qui a libéré votre peuple ?

(Il sort un billet.)

INFIRMIERE : Si mon peuple avait été libéré par Benjamin Franklin et cinq de ses petits frères, on aurait pu envisager une solution.

(Howard reprend son billet tandis que Leonard arrive en courant.)

LEONARD : Désolé, je trouvais pas de place de parking. Comment ça va ?

HOWARD : Mal, très mal.

LEONARD : Ah bon ? C'est curieux, ton visage n'est pas enflé. On va aller t'acheter un anti histaminique et ensuite on rentre à la maison.

HOWARD : Euh, impossible.

LEONARD : Pourquoi ?

HOWARD : Parce que... (il fait ressortir sa langue comme si elle avait gonflé.) Parce que... (il recommence.) Ma langue ! Ma langue ! Un verre d'eau.... j'étouffe...

LEONARD : D'accord, bouge pas !

(Il s'en va chercher un verre d'eau tandis que Howard fait semblant de s'étouffer. Puis il prend son téléphone et appelle Penny.)

HOWARD : Penny, j'ai un sérieux problème !

(Penny est toujours dans le magasin. En arrière-plan, Sheldon est entouré de clients et joue les vendeurs conseillers.)

PENNY : Oui, ici aussi ça craint. Je vous interdis de retourner chez lui.

HOWARD : Tu m'en demandes trop !

PENNY : Invente n'importe quoi ! Il faut qu'on soit tous là pour crier "surprise" !

HOWARD : Ok, ok je gère. Nous sommes aux urgences en ce moment même.

PENNY : Leonard a eu un accident ?!

HOWARD : Leonard est en pleine forme, t'inquiètes ! Et moi aussi, merci de t'en soucier.

PENNY : Un conseil, reste zen, et essaie de le retenir un peu plus longtemps, d'accord ?

HOWARD : Je fais de mon mieux, imagine-toi, mais il veut retourner à l'appart' !

PENNY : Ok, voilà le marché. Tu l'empêches de rentrer chez lui, tu le quittes pas d'une semelle, et je te présenterai des filles faciles.

(Howard met un certain temps à répondre.)

HOWARD : Ne joue pas avec moi femme.

PENNY : Je connais une ancienne obèse qui veut rattraper le temps perdu, une fille qui punit son père en faisant l'amour jour et nuit, et une alcoolo qui saute sur tout ce qui bouge après deux tequilas.

HOWARD : Penny, tu as trouvé ton homme. (Il raccroche et prend le morceau de barre de cacahuètes resté dans sa poche arrière. Il s'adresse ensuite à son pénis.) Je me sacrifie pour toi, petit bonhomme.

(Il mange le morceau.)

********


(Sheldon, accompagné d'une cliente, consulte les données informatiques du magasin.)

SHELDON : Désolé, nous n'avons plus cet article en stock. Mais si vous voulez, je peux vous le commander.

(Penny arrive avec le responsable du magasin.)

PENNY : (en désignant Sheldon.) C'est ce type là.

VENDEUR : (à Sheldon.) Excusez-moi Monsieur, vous ne travaillez pas ici il me semble ?

SHELDON : Oui, et vous, vous ne vous tuez pas au travail.

PENNY : Sheldon, on s'en va ça suffit !

SHELDON : Pourquoi ?

PENNY : Primo, on va être en retard pour la fête d'anniversaire, et deuxio, j'ai demandé à monsieur d'appeler la sécurité.

SHELDON : (contraint, à la cliente.) Bonne chance. (Il suit Penny, non sans quelques sarcasmes.) Oh, au fait. Un enfant de six ans pourrait pirater vos ordis.

PENNY : Tais-toi et avance !

SHELDON : 1 2 3 4 n'est pas un mot de passe fiable.

(Penny parvient finalement à le faire sortir.)

********

(Leonard vient voir l'infirmière de l'accueil, paniqué.)

LEONARD : Excusez-moi, mon ami fait une allergie aux cacahuètes !

INFIRMIERE : Ouais c'est ça. A d'autres.

LEONARD : Je vous assure !

INFIRMIERE : Ecoutez Monsieur, nous sommes débordés, alors je vous- (Howard arrive.) Oh ! Oh quel monstre ! (Howard a le visage extrêmement enflé et boursouflé, tellement qu'il ne voit plus rien. L'infirmière appelle au micro.) Code 4 ! J'ai besoin d'un chariot ! (Un infirmier arrive.) Occupez-vous de lui, vite !

(L'infirmier emmène Howard.)

********

(Leonard et Howard rentrent à l'appart'. Howard a dégonflé, reste les lèvres.)

LEONARD : On peut dire ce qu'on veut sur notre système de santé mais, quand ils craignent un procès, ils ne lésinent pas sur les examens.

HOWARD : Je ne pense pas que la coloscopie était vraiment nécessaire.

LEONARD : Avant que tu n'enfles comme un crapaud, j'étais persuadé que tu voulais m'éloigner de l'appartement pour qu'on me prépare une petite fête surprise.

HOWARD : Oh, c'est vrai, c'était ton anniversaire aujourd'hui ! J'ai oublié, ça m'est sorti de la tête, wow, quel horrible anniversaire, bon maintenant c'est fini alors on oublie.

LEONARD : Il y a une fête chez moi. Allez avoue.

HOWARD : Peut-être bien.

LEONARD : Howard ?

HOWARD : Tu es fâché ?

LEONARD : Fâché ? Moi ? Mais pourquoi ? Je suis très touché je, je sais que tu as risqué ta vie parce que tu tiens à moi.

HOWARD : Oui, je suis admirable.

LEONARD : D'accord. On y va ? Ma première fête d'anniversaire.

(Ils entrent, et trouvent Penny et Sheldon, allongés sur le canapé et sur le fauteuil, endormis, et Raj, bourré, en train de chanter.)

RAJ : Cool ! Tout le monde s'est tiré il y a une heure ! Surprise !

(Quelques instants plus tard, Penny montre une vidéo de la fête d'anniversaire de Leonard à laquelle il n'a pas pu assister. Sur la vidéo, c'est Raj qui parle. Il porte une jeune femme sur ses épaules et semble particulièrement éméché.)

RAJ : Salut Leonard ! Je sais pas où t'es, mais ta rave elle déchire ! Tout le monde est fracassé et euh... (la fille lui fait boire de l'alcool.) Oh regarde, y'a une nana qui enlève son soutif !

(La caméra tourne vers la fille en question.)

PENNY : C'est ma copine Carole. Il faut absolument que je la présente à Howard. (Elle rit à une facétie de Raj. Puis Leonard éteint le portable.) Je suis désolée que t'ais raté ta propre fête.

LEONARD : C'est pas grave.

PENNY : Joyeux anniversaire quand même.

(Elle l'embrasse, puis se lève. Hésitant, il finit par la suivre.)

LEONARD : P-p-Penny, c'est quand ton anniversaire ?

Fin de l'épisode.

Scene: The Cheesecake Factory. Raj and Sheldon are arm wrestling while playing tetris. There is a cacophony of cries such as “take him down” and “he’s got you, Sheldon.”

Penny: Hey, guys, guys, some of the other waitresses wanted me to ask you something.

Leonard: Oh, it’s called trestling.

Howard: It combines the physical strength of arm wrestling with the mental agility of tetris into the ultimate sport.

Penny: Yeah, that’s terrific, but what they wanted me to ask you was to cut it the hell out. (To someone off) Right come on guys, come on. (Singing while approaching another table) Happy birthday to you, happy birthday to you…

Sheldon: We might as well stop, it’s a stalemate. You’re beating me in tetris, but you’ve got the upper body strength of a Keebler Elf.

Raj: Keebler Elf? I’ve got your Keebler Elf right here. (Strains to push Sheldon’s arm down. Tries using both hands, still with no effect.) Okay, it’s a stalemate.

Penny: So Leonard, will we be seeing you on Saturday for your free birthday cheesecake?

Sheldon: He can’t eat cheesecake, he’s lactose intolerant.

Penny: Okay, he can have carrot cake.

Sheldon: What about the cream cheese frosting.

Penny: he can scrape it off.

Leonard: Forget about the cake, how did you know that my birthday is Saturday?

Penny: I did your horoscope, remember, I was going to do everybody’s until Sheldon went on one of his typical psychotic rants.

Sheldon: For the record, that psychotic rant was a concise summation of the research of Bertram Forer, who in 1948 proved conclusively through meticulously designed experiments, that astrology is nothing but pseudo scientific hokum.

Penny: Blah blah blah, a typical Taurus. So, seriously, are we going to see you Saturday?

Leonard: Oh, I don’t think so.

Penny: Why not?

Leonard: I don’t celebrate my birthday.

Penny: Shuddup, yeah you do.

Leonard: No, it’s no big deal, it’s just the way I was raised. My parents focussed on celebrating achievements, and being expelled from a birth canal was not considered one of them.

Penny: Uh, that’s so silly.

Sheldon: It’s actually based on very sound theories, his mother published a paper on it.

Penny: What was it called, “I hate my son and that’s why he can’t have cake?”

Sheldon: It was obviously effective, Leonard grew up to be an experimental physicist. Perhaps if she’d also denied him Christmas he’d be a little better at it.

Leonard: Thank you.

Howard: Well I love birthdays, waking up to Mom’s special French Toast breakfast, wearing the birthday king crown, playing laser tag with all my friends.

Penny: Yeah, see, that’s what kids should have.

Howard: Actually that was last year.

Penny: So you’ve really never had a birthday party?

Leonard: No. But it was okay. I mean, when I was little I’d think maybe my parents would change their mind, and surprise me with a party, like this one birthday I came home from my Cello lesson, and I saw a lot of strange cars parked out front, and when I got to the door I could hear people whispering, and I could smell German chocolate cake, which is my favourite.

Penny: And?

Leonard: Uh, it turns out my grandfather had died.  

Penny: Oh my God, that’s terrible.

Leonard: Oh, it was kind of like a birthday party. I got to see all my cousins and there was cake, so…7

Penny: That’s the saddest thing I’ve ever heard.

Howard: You think? Go ahead, tell her about your senior prom.

Credits sequence.

Scene: Leonard is exiting the apartment.

Howard (voice from inside): Make sure they remember no peanuts.

Leonard: Howard, every Thai restaurant in town knows you can’t eat peanuts. They see me coming they go “ah, no peanut boy!”

(Leonard exits down stairs. A moment later, Penny peeks out of her apartment, checks the coast is clear, and crosses the hall to the guys apartment. Knocks.)

Sheldon (answering): Hello Penny. Leonard just left.

Penny: I know. I want to talk to you.

Sheldon: What would we talk about? We’ve no overlapping areas of interest I’m aware of, and you know I don’t care for chit-chat.

Penny: Okay, can you just let me in.

Sheldon: Well alright, but I don’t see this as a promising endeavour.

Penny: Okay, here’s the deal, we are going to throw Leonard a kick-ass surprise party for his birthday on Saturday.

Sheldon: I hardly think so, Leonard made it very clear he doesn’t want a party.

Howard: Did someone say party?

Penny: He just doesn’t know he wants one because he’s never had one.

Howard: I suppose that’s possible, but for the record, I’ve never had a threesome and yet I still know I want one.

Penny: Howard, here’s the difference. The possibility exists that Leonard could have a birthday party before hell freezes over.

Howard: Fine. If I do have a threesome, you can’t be part of it. I’m just kidding, yes you can. Can you bring a friend?

Sheldon: I think a birthday party is a terrible idea. I envy Leonard for growing up without that anguish.

Penny: Anguish?

Sheldon: Year after year, I had to endure wearing conical hats while being forced into the crowded sweaty hell of bouncy castles, not to mention being blindfolded and spun towards a grotesque tailless donkey as the other children mocked my disorientation.

Penny: Okay, sweetie, I understand you have scars that no non-professional can heal, but nevertheless we are going to throw Leonard a birthday party.

Sheldon: Have I pointed out that I am extremely uncomfortable with dancing, loud music and most other forms of alcohol induced frivolity.

Penny: Nevertheless we are….

Sheldon: In addition I really don’t think that Leonard wants a…

Penny: Okay, here’s the deal, you either help me throw Leonard a birthday party or, so help me God, I will go into your bedroom and I will unbag all of your most valuable mint condition comic books. And on one of them, you won’t know which, I’ll draw a tiny happy face in ink.

Sheldon: You can’t do that, if you make a mark on a mint comic book it’s no longer mint.

Penny: Sheldon, do you understand the concept of blackmail?

Sheldon: Well of course I… oh! Yeah, I have an idea, let’s throw Leonard a kick ass birthday party.

Scene: Howard and Raj sneak up the stairwell carrying presents. Howard knocks on Penny’s door, a combination of two knocks, two knocks, one knock. Nothing happens. He tries again. Sheldon opens the door.

Sheldon: That’s not the secret knock. This is the secret knock. (He knocks two, one, two.)

Howard: What difference does it make?

Sheldon: The whole point of a secret knock is to establish a non-verbal signal to verify the identity of one’s co-conspirators.

Penny: Is that Raj and Howard?

Sheldon: Possibly, but unverified.

Howard: Can you just let us in.

Sheldon: Luckily for you this is not a nuclear reactor.

Penny: So, what did you get the birthday boy?

Howard: Well, Raj got him an awesome limited edition Dark Knight sculpture based on Alex Ross’s definitive Batman, and I got him this amazing autographed copy of the Feynman lectures on physics.

Penny: Nice. I got him a sweater.

Howard: Okay, well, he might like that, I’ve seen him… chilly.

Penny: Uh, Sheldon, I didn’t see your present.

Sheldon: That’s because I didn’t bring one.

Penny: Well why not?

Howard: Don’t ask.

Sheldon: The entire institution of gift giving makes no sense.

Howard: Too late.

Sheldon: Let’s say that I go out and I spend fifty dollars on you, it’s a laborious activity, because I have to imagine what you need, whereas you know what you need. Now I can simplify things, just give you the fifty dollars directly and, you could give me fifty dollars on my birthday, and so on until one of us dies leaving the other one old and fifty dollars richer. And I ask you, is it worth it?

Howard: Told you not to ask.

Penny: Well, Sheldon, you’re his friend. Friends give each other presents.

Sheldon: I accept your premise, I reject your conclusion.

Howard: Try telling him it’s a non-optional social convention.

Penny: What?

Howard: Just do it.

Penny: It’s a non-optional social convention.

Sheldon: Oh. Fair enough.

Howard: He came with a manual.

Sheldon: Question, how am I going to get Leonard a present before the party? I don’t drive, and the only things available within walking distance are a Thai restaurant and a gas station. I suppose I could wrap up an order of mee krob and a couple of lottery scratchers.

Penny: Okay, let’s do this, um, I will drive Sheldon to get a present, and Howard, you need to get rid of Leonard for about two hours.

Howard: No problem.

Penny: And then Raj, you bring the stuff across the hall and start setting up.

Howard (after Raj whispers in his ear): What if guests show up?

Penny: Entertain them.

Howard: What if they’re women?

Penny: Stare at them and make them feel uncomfortable.

Scene: The apartment. Leonard is playing an X-Box game.

Howard (entering): Hey!

Leonard: Hey.

Howard: How’s it going?

Leonard: Fine.

Howard: So, listen, the New Art is showing the revised definitive cut of Blade Runner.

Leonard: Seen it.

Howard: No, you’ve seen the 25th anniversary final cut. This one has eight seconds of previously unseen footage. They say it completely changes the tone of the film.

Leonard: Oh. Pass.

Howard: Come on, afterwards there’s a Q & A with Harrison Ford’s body double.

Leonard: Look, I am in the Halo battle of my life here, there’s this kid in Copenhagen, he has no immune system so all he does is sit in his bubble and play Halo 24/7.

Howard: Can’t you play him some other time?

Leonard: Not if you believe his doctors.

Howard: Oh my God, do you smell gas.

Leonard: No.

Howard: Yeah, no.

Scene: An electrical store.

Penny: Alright, you know they have DVDs over there.

Sheldon: Yes, but they have DVD burners over here. Leonard needs a DVD burner.

Penny: Sheldon, a gift shouldn’t be something someone needs, it should be something fun, you know, something they wouldn’t buy for themselves.

Sheldon: You mean, like a sweater?

Penny: Well, it’s a fun sweater, it’s got a bold geometric print.

Sheldon: Is it the geometry that makes it fun.

Penny: Okay, the point is, one of the ways we show we care about people is by putting thought and imagination into the gifts we give them.

Sheldon: Okay, I see, so not a DVD burner.

Penny: Exactly.

Sheldon: Something he wouldn’t buy for himself. Something fun. Something like… oh, an 802.11n wireless router.

Scene: The apartment.

Leonard: Here you go, Copenhagen boy, how about a taste of Hans Christian Hand Grenade. (Raj enters carrying party supplies. Howard waves him away while in the background Leonard is heard saying “oh, that did not feel good.”) Come on, come on, oh you clever little…. Come on, come on, take that!

Howard (picks up a granola bar from the table, breaks off half and puts it in his back pocket.): Oh-oh. (Louder) Oh-oh!

Leonard: What’s the matter?

Howard: This granola bar, there’s peanuts in it.

Leonard: Oh my God, why did you eat it?

Howard: I don’t know, it was just there.

Leonard: Well if I had a gun there, would you have shot yourself?

Howard: Don’t yell at me, I’ve got to go to the emergency room.

Leonard: Now?

Howard: No, after my tongue has swollen to the size of a brisket.

Leonard: Alright, um, just, uh, let me get my keys.

Howard: Oh God, oh God, oh God, oh…. (into phone after Leonard leaves room) The laundry is out of the hamper. (Looks exasperated) Okay Sheldon, what was it supposed to be? Fine, it’s out of the washer. I’ll call you when it’s in the dryer.

Leonard (running in): Alright, let’s go. (They exit, with Howard making croaking noises.)

Scene: The store. Sheldon is looking at two routers.

Sheldon: What do you think.

Penny (pointing randomly): Um, that one.

Sheldon: Because of the two additional Ethernet ports.

Penny: Sure.

Sheldon: He doesn’t need them, he’s already got a 640 connect switch

Penny: Oh, okay then this one.

Sheldon: Why?

Penny: I don’t know, the man on the box looks so happy.

Sheldon: Penny! If I’m going to buy Leonard a gift, I’m going to do it right. I refuse to let him experience the same childhood trauma I did.

Penny: Oh, I know I’m going to regret this but, what trauma?

Sheldon: On my twelfth birthday I really wanted a titanium centrifuge, so, you know, I could separate radioactive isotopes.

Penny: Of course.

Sheldon: Instead of a titanium centrifuge, my parents bought me… wow, this is hard. They got me… a motorised dirt bike.

Penny: No?

Sheldon: What twelve year old boy wants a motorised dirt bike?

Penny: All of them.

Sheldon: Really?

Penny: Yeah.

Sheldon: Huh?

Penny: Okay, so we’re getting this one?

Sheldon: Yeah, I suppose.

Penny: Okay, let’s go.

Random woman: Excuse me, do you know anything about this stuff?

Sheldon: I know everything about this stuff.

Woman: Okay, I have my own wholesale flower business, and I want to hook up my computer in the front entrance with the one in my refrigerated warehouse.

Penny: Here, buy this one. Look, it’s the one we’re getting, see, happy guy available.

Sheldon: No, no, no, no, she doesn’t want that, she needs a point to point peer network with a range extender.

Woman: Thank you.

Random guy: Which hard drive do I want, firewire or USB?

Sheldon: It depends on what Bus you have.

Guy: I drive a Chevy Cavalier.

Sheldon: Oh, dear lord.

Penny: Sheldon, we have to go.

Sheldon: Not now, Penny, this poor man needs me. (To woman approaching) You hold on, I’ll be right with you. What computer do you have, and please don’t say a white one?

Scene: The hospital. Howard runs in and up to the counter.

Howard: Excuse me.

Nurse: Fill this out, have a seat.

Howard: No, listen, see we’re throwing my friend a surprise party and I’m supposed to keep him out of his apartment for two hours.

Nurse: Uh-huh, fill this out and have a seat.

Howard: No, see, the only way I could get him to leave is to tell him I ate a peanut. Because I’m allergic to peanuts.

Nurse: Oh, well in that case fill this out and have a seat.

Howard: Look, all I need from you is to take me in the back and give me a band-aid so I can pretend I had a shot of epinephrine and they you tell my friend you need to keep me under observation for about an hour, hour and a half.

Nurse: Is that all you need?

Howard: Yes.

Nurse: Get out of my ER.

Howard: No, you don’t understand.

Nurse: Oh, I understand, but unfortunately this hospital is not equipped to treat stupid.

Howard: Okay, I get it, I know how the world works, how about if I were to introduce you (holding up a five dollar bill) to the man who freed your people.

Nurse, unless my people were freed by Benjamin Franklin and his five twin brothers you are wasting your time.

Leonard (running in): Hey, sorry I couldn’t find a parking spot, how are you doing.

Howard: Bad, very bad.

Leonard: Really, ‘cos you don’t look like you’re swelling up at all, maybe we should just pick up some benedryl at the drug store and go home.

Howard: We can’t go home.

Leonard: Why not?

Howard: Becauth (pretends tongue has swollen up) Becauth-th-th. Brissket, Brissket! Water, need water.

Leonard: Alright, I’ll be right back.

Howard (into phone): Penny, look, I’ve got a problem.

Penny (with Sheldon in background at the head of a large queue of customers): Yeah, well so do I, look you’ve got to stall Leonard a little longer.

Howard: I don’t think I can.

Penny: You have to, we all have to be there at the same time to yell “surprise!”

Howard: Okay, you have to understand something, we’re in a hospital right now.

Penny: Why, is Leonard okay.

Howard: Leonard’s fine. I’m fine, thanks for asking, by the way.

Penny: Okay, I don’t need your attitude, just hold him there a little longer.

Howard: Look, I’ve done my best but he wants to go home and I don’t know how to stop him.

Penny: Okay, how about this. You keep him there a little longer and when you get to the party I’ll point out which of my friends are easy.

Howard: Don’t toy with me, woman.

Penny: I’ve got a hot former fat girl with no self-esteem, I’ve got a girl who punishes her father by sleeping around and an alcoholic who’s two tequila shots away from letting you wear her like a hat.

Howard: Thy will be done. (Thinks. Reaches into back pocket, finds the half a granola bar from earlier. Looks down.) I’m doing this for you, little buddy. (Takes a bite.)

Scene: The store. Sheldon is on the in-store computer.

Sheldon: Okay, we don’t have that in stock, but I can special order it for you.

Penny (with shop assistant, points at Sheldon): Him.

Assistant: Excuse me, sir, you don’t work here.

Sheldon: Yes, well, apparently neither does anyone else.

Penny: Sheldon, we have to go.

Sheldon: Why?

Penny: Well, for one thing, we’re late for Leonard’s birthday party. And for another, I told him to call security.

Sheldon (to customer): Good luck. (To assistant) By the way, a six year-old could hack your computer system.

Penny: Keep walking.

Sheldon: Yeah, 1-2-3-4 is not a secure password.

Scene: The hospital.

Leonard: Excuse me, my friend is having an allergic reaction to peanuts.

Nurse: No he’s not.

Leonard: Yes he is.

Nurse: Look, sir we are very busy here and I just don’t… (sees Leonard whose face has swollen all over) holy crap!

Howard: Pees hep me!

Nurse: Code 4, I need a gurney, right away, right away.

Howard: Fank-u.

Scene: The stairwell.

Leonard: Say what you will about the healthcare system in this country, but when they’re afraid of lawsuits they sure test everything.

Howard: I really don’t think the colonoscopy was necessary.

Leonard: You know, before you got all swollen up, I actually thought you were trying to keep me out of the apartment so you could throw me a surprise party.

Howard: Oh, right, it’s your birthday, I had no idea it was your birthday, I completely forgot, wow, what a lousy way to spend a birthday, well it’s all over now.

Leonard: There is a party, isn’t there.

Howard: Maybe.

Leonard: Howard.

Howard: Are you mad?

Leonard: how could I be mad? You actually risked your life because you cared about me.

Howard: Yeah, that’s why I did it.

Leonard: Alright. Here we go. My first birthday party.

(Opens door. Raj is drunkenly singing True Colors very badly into a microphone with his shirt off and a bandana round his head while waving a beer bottle. Penny and Sheldon are asleep on the couch and armchair respectively.)

Raj: Dude! Everybody left an hour ago! Surprise!

Time shift. View of a mobile phone video screen. Raj has a woman sitting on his shoulders.

Raj: Okay Leonard, here I am at your birthday party, I don’t know where you are dude, but it’s really kick-ass. Everyone is very very drunk, and uh… (girl pours booze into his mouth) Oh look, there’s a girl taking her shirt off.

Penny: That’s my friend Carol. Remind me, I’ve got to introduce her to Howard.

Raj: Oh sweet Krishna, shake it, that-a rupee maker.

Penny: I’m so sorry you didn’t get your party.

Leonard: Oh, it’s okay.

Penny: Happy birthday anyways. (She kisses him full on the lips.)

Leonard: Hey Penny, when, uh, when’s your birthday?

Source : Big Bang Theory Transcript

Kikavu ?

Au total, 98 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

pilato 
16.08.2019 vers 03h

Juju1299 
12.08.2019 vers 00h

Kaleydu35 
23.01.2019 vers 20h

stella 
10.12.2018 vers 13h

chocoubl 
11.11.2018 vers 11h

everrose 
10.11.2018 vers 18h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Prix Nobel de Physique

Prix Nobel de Physique
Le mardi 8 octobre 2019 a eu lieu, à Stokholm, la remise du Prix Nobel de Physique. Ulf Danielsson,...

Saison 11 sur Netflix !

Saison 11 sur Netflix !
La série continue sur Netflix  A partir du 01 septembre 2019, la saison 11 de The Big Bang Theory...

HypnoAwards 2019

HypnoAwards 2019
Dans la catégorie Meilleure comédie du network, The Big Bang Theory ressort grande gagnante. Elle...

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant
Kaley Cuoco a créé sa société de productions, Yes, Norman Productions. Elle avait un droit d'option...

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn
Deux affiches promotionnelles de la série animée Harley Quinn, dans laquelle Kaley Cuoco double le...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

langedu74, 18.10.2019 à 18:35

HypnoClap : il reste 4 chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards ! Et toujours les jeux d'Halloween

pretty31, Avant-hier à 12:46

Plus que deux chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards sur HypnoClap

juju93, Avant-hier à 17:48

Encore 3 jours pour voter à la 3ème catégorie des L d'or (awards) de The L Word : personnage secondaire masculin. Oui nous avons aussi des hommes !

ophjus, Avant-hier à 19:50

Bonsoir, un nouveau sondage est sur le quartier Reign, pas besoin de connaître la série !

chrismaz66, Hier à 12:11

Bonjour, 2 nouveaux sondages Kaamelott et Torchwood, l'un des 2 est drôle ^^

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site