VOTE | 405 fans

#114 : La machine incroyable

 

Résumé : Penny arrive en retard au travail à cause de la livraison d'une réplique grandeur nature d'un accessoire du film "Time Machine" des années 60. Sheldon avoue faire la collection de ce genre d'objets. Penny lui fait prendre conscience qu'il faut qu'il abandonne certaines habitudes enfantines.

Popularité


4 - 4 votes

Titre VO
The Nerdvana Annihilation

Titre VF
La machine incroyable

Première diffusion
28.04.2008

Première diffusion en France
29.11.2008

Vidéos

Leonard achète une machine à remonter le temps

Leonard achète une machine à remonter le temps

  

Diffusions

Logo de la chaîne CBS

Etats-Unis (inédit)
Lundi 28.04.2008 à 20:00
8.16m / 3.1% (18-49)

Plus de détails


Scenario :Steven Molaro, Bill Prady & Stephen Engel
Réalisation :
Mark Cendrowski

Guests: Andrew Walker (Mike)

Nos quatre jeunes amis dégustent leur sandwich lorsque Leonard, surfant sur un site d'enchères tombe sur un accessoire du film "The Time Machine" des années 60. Leonard a enchéri sur Internet pour la miniature de la machine à remonter le temps mais étrangement, personne ne surenchérit et Leonard remporte la machine pour 800 dollars. Cela étant un peu cher, ils décident de partager le prix en quatre, et prendront chacun leur tour la miniature.

Malheureusement il s'avère qu'en fait l'objet n'est pas du tout une miniature mais la véritable machine du film, taille réelle. La première difficulté est de monter l'objet encombrant dans l'appartement, sachant que l'ascenseur est toujours en panne. Parvenus sur le palier, ils rencontrent Penny qui souhaite passer, mais est obligée de faire le tour par le toit. Une fois la machine dans l'appartement, les quatre amis s'amusent à simuler un voyage dans le temps.

Penny entre dans l'appartement très en colère car son détour lui a non seulement fait mal au genou et au ventre (car elle a dû manger dans une famille d'Arméniens) mais lui a fait également perdre une journée de salaire. Agacée par le comportement puéril de nos 4 jeunes garçons, elle quitte l'appartement en les traitant de pathétiques.

Leonard réalise alors qu'il ne pourra jamais plaire à des filles comme Penny en restant accro aux jeux-vidéo, aux comics et aux jouets. Il compte donc se débarrasser de tous ses objets de collection, et ses amis veulent les racheter à tout prix. Tandis que nos quatre amis sont prêts à se disputer sur le palier, Penny apparaît et fait comprendre à Leonard que ce qu'il aime fait de lui ce qu'il est. Leonard veut pourtant impressionner Penny et se dit prêt à se débarrasser de tout mais c'est à ce moment là que le petit ami de Penny apparait et fait prendre conscience à Leonard qui il est vraiment et décide de garder tout puis file prendre son tour sur la machine.

L'épisode se termine lorsque Sheldon fait un cauchemar. Il se projette en l'an 802701, et se croit dévoré par des monstres, les Morlocks. Croyant se réveiller, il veut se débarrasser de la machine et Leonard fait appeler des déménageurs qui sont eux aussi des Morlocks, mais il s'agissait encore d'un cauchemar...

(Howard, Sheldon et Raj déjeunent tandis que Leonard est occupé sur son ordinateur.)

SHELDON : Eh ben, ce sandwich est un véritable désastre. J'avais demandé de la dinde et du rosbeef, avec de la laitue et du fromage sur du pain complet.

RAJ : Qu'est-ce que t'as eu ?

SHELDON : De la dinde, du rosbeef, avec du fromage et la laitue sur du pain complet. (Raj et Howard le regardent sans comprendre.) Ce sont les bons ingrédients mais ils ne sont pas dans le bon ordre. Dans un sandwich digne de ce nom, c'est le fromage et pas la salade qu'on met sur le pain, parce qu'alors il devient tout ramolli. (Il examine son sandwich.) On dirait qu'ils l'ont fait passer dans un lave-vaisselle.

LEONARD : C'est pas vrai j'y crois pas...

SHELDON : Eh oui, c'est pourtant élémentaire !

LEONARD : Un type vend aux enchères la machine à explorer le temps en miniature du fameux film, et ça n'intéresse personne !

HOWARD : La machine du film "La Machine A Explorer Le Temps", c'est bien ça ?!

LEONARD : Non, la machine à explorer le temps du "Choix De Sophie".

(Les gars s'approchent de Leonard.)

RAJ : Une machine à remonter le temps, ça lui aurait fait du bien à Sophie. Vous l'avez vu ? C'est très dur.

HOWARD : Oh c'est cool !

RAJ : Oh, c'est que 800 dollars !

LEONARD : Oui. Ca c'est mon offre.

SHELDON : Tu es prêt à mettre 800 dollars ?!

LEONARD : Ah ben oui, après tout pourquoi pas ? Je pensais qu'elle partirait pour bien plus, je voulais simplement participer.

SHELDON : Il ne reste que 30 secondes avant la fin de la vente.

HOWARD : Tu les as les 800 dollars ?

LEONARD : Pas pour les claquer dans une petite machine.

HOWARD : Oh t'inquiètes, je sais comment ça marche. Souvent, les gens attendent la dernière seconde pour enchérir et ils font une super affaire.

RAJ : 15 secondes !

LEONARD : Les mecs, ça passe ou ça casse...

RAJ : 10...9...8...

LEONARD : Attention, suspense !

RAJ : 5 !

LEONARD : Suspense....

RAJ : 4 !

LEONARD : Suspense...

RAJ : 3 !

LEONARD : Suspense !

RAJ : 2 !

LEONARD : Oh suspense !

RAJ : 1 !

LEONARD : Oh !

RAJ : Félicitations, te voilà propriétaire de cette petite machine à explorer le temps !

HOWARD : T'en as de la chance !

SHELDON : Je me demande pourquoi personne n'en voulait. C'est un super souvenir de ce monument de la science-fiction.

LEONARD : Oui je sais, mais maintenant je suis ruiné.

HOWARD : Oh on a qu'à partager ! On met chacun 200 dollars et on la prendra chez nous à tour de rôle !

RAJ : Et plus de problèmes de temps avec cette machine. Je suis partant. (A Sheldon.) Et toi ?

SHELDON : Moi ? Bien sûr quelle question ! Mais je ne vois toujours pas pourquoi personne n'en voulait. (Ils reçoivent la fameuse machine à explorer le temps dans le hall de l'immeuble. Il se trouve que la miniature n'est pas si petite que ça.) Je comprend pourquoi personne n'en voulait.


THE BIG BANG THEORY


(Les quatres nerds sont toujours dans le couloir avec leur machine.)

RAJ : Tu es sûr qu'ils ont précisé qu'elle était en miniature ?

LEONARD : C'est ce que j'avais supposé. Qui vendrait une machine à explorer le temps pour seulement 800 dollars ?

SHELDON : Selon le diagramme de Vens, ce serait un individu qui se trouverait dans la situatiion suivante, "je ne veux plus de ma machine, et il me faut 800 dollars".

HOWARD : En même temps, on a fait une super affaire. Même avec le transport, ça nous revient à moins de 8 dollars le kilo.

RAJ : Le cocktail de crevettes c'est 12,50.

LEONARD : Mais comment va-t-on la monter chez nous ?

HOWARD : Dans l'ascenseur, à condition d'enlever le plateau circulaire.

LEONARD : Petit problème, l'ascenseur est en panne depuis deux ans.

SHELDON : Oui au fait, tu ne penses pas qu'il serait temps d'appeler quelqu'un ?

HOWARD : Mais enfin non, ce n'est pas nécessaire, j'ai une maitrise d'ingénierie. J'ai l'habitude de réparer les satellites à distance, et en plus je localise les pannes dans les navettes spatiales. Quand le robot Mars Rover déviait vers la gauche, j'ai effectué son redressement vers l'avant à plus de 90 millions de kilomètres de distance. (Il examine l'ascenseur, appuie sur le bouton d'appel et colle son oreille contre la porte. Rien ne se passe.) Ah oui, il est bien en panne.

********


(Ils montent la machine par les escaliers.)

LEONARD : Allez les gars, poussez !

HOWARD : Si je pousse plus fort, je vais accoucher de mon côlon !

RAJ : Je sens plus mes doigts, grouillez-vous !

SHELDON : Ca demande le même effort, quelque soit la vitesse, c'est de la physique élémentaire.

RAJ : Sheldon ?

SHELDON : Oui ?

RAJ : Si mes doigts fonctionnent à nouveau, je te jure que je vais me servir de mon majeur.

(Penny sort de son appartement.)

PENNY : Salut.

(Leonard et Sheldon, surpris, lâchent la machine qui tombe sur Howard et Raj.)

LEONARD : Oh, salut Penny ! (A Howard et Raj). Prenez une pause les gars.

PENNY : Qu'est-ce que vous faites ?

LEONARD : Rien de spécial. On monte un truc chez nous.

PENNY : Qu'est-ce que c'est ?

LEONARD : Oh rien euh... Une machine à explorer le temps.

PENNY : Euh génial, mais moi je dois aller bosser donc...

LEONARD : Oui mais, donne-nous quelques minutes.

PENNY : Désolée, j'ai pas le temps je suis drôlement en retard.

SHELDON : Ecoute, j'ai une solution très simple. Tu montes sur le toit, tu sautes sur l'immeuble suivant, il y a très peu d'espace mais ne regarde pas en bas si tu as le vertige, et prend la cage d'escalier.

PENNY : Tu plaisantes j'espère ?

SHELDON : Jamais quand il s'agit de vertige.

PENNY : (en regardant sa montre). C'est pas vrai... Ok je vous laisse, je monte sur le toit.

LEONARD : Hey ! Si tu attends qu'on mette la machine en marche, je peux te déposer au boulot hier. (Il rit, mais pas Penny.) Un voyage dans le temps... Je plaisante, laisse tomber.

(Elle monte rapidement.)

SHELDON : Même si elle a rien compris c'était assez marrant. (Il rit.)

LEONARD : Si on continuait ? Vous êtes prêts les gars ?

RAJ : Attend une minute ! Howard est allé vomir dehors.

********


(Ils ont finalement monté la machine jusque dans l'appartement de Sheldon et Leonard.)

SHELDON : Y'avait vraiment pas de quoi en faire un drame, ça fait drôlement bien dans cette pièce.

LEONARD : Ouais, c'est de loin le truc le plus cool que j'ai jamais eu !

SHELDON : C'est la vraie machine qui a propulsé l'acteur Rod Taylor de l'Angleterre victorienne, au futur apocalyptique et surréaliste, où la société s'est divisée en deux espèces distinctes. Les morlocks, qui vivent sous terre, et qui survivent en se régalant de la chair des délicats Elluas qui vivent sur Terre.

HOWARD : Y'a pas mieux pour draguer les nanas.

RAJ : Ca oui. Le gars qui est à côté de chez moi, il dit toujours, "j'ai un jacuzzi sur mon balcon, j'ai un jacuzzi sur mon balcon". Mais moi je vais lui répondre, "j'ai une machine à explorer le temps sur mon balcon. Alors arrête de faire ton malin avec ton maillot trop serré".

SHELDON : C'est vrai qu'on a dit que ce serait chacun notre tour, mais avouez que d'un point de vue pratique, ce serait plus intelligent qu'elle reste ici.

HOWARD : Il n'est pas question qu'elle reste ici ! Si je rencontre une fille et que je lui dis "viens voir ma machine à explorer le temps, mais elle est chez un copain", c'est complètement naze !

RAJ : Ouais, il a pas tort.

SHELDON : Bon alors, fixons quelques règles de base. D'abord, interdiction de porter des chaussures ou de manger à l'intérieur, ça ça va de soi. Mais je propose d'ajouter également de porter obligatoirement un caleçon à tout moment dans cette machine. (Avec un regard entendu à Howard, qui baisse la tête.)

LEONARD : C'est d'accord.

HOWARD : Ouais, moi j'aurais plutôt dis une serviette.

RAJ : Moi, je la veux sur mon balcon. On a qu'à la déplacer bi-mensuellement.

LEONARD : Oui, ça paraît juste.

SHELDON : Oh oh, attend : Bi-mensuellement c'est ambigu comme terme. Tu veux dire tout les deux mois, ou deux fois par mois ?

RAJ : Deux fois par mois.

SHELDON : C'est non.

RAJ : D'accord. Alors tout les mois.

SHELDON : Non.

(Raj soupire.)

LEONARD : Sheldon, je te trouve bien égoïste. On a partagé le coût, donc elle appartient à nous quatre. Allez, pousse-toi de là, je veux m'asseoir dans ma machine ! (Il coure pour s'asseoir dans la machine. Il l'allume, tout le monde pousse des cris de joie.) C'est partie ! Je vais la régler pour le 10 mars 1876.

HOWARD : Oui excellent choix. Alexander Graham Bell invente le téléphone et appelle son associé Watson.

SHELDON : Une petite minute, je veux voir ça moi aussi !

LEONARD : Quand ce sera ton tour.

SHELDON : Mais si on retourne tous à la même époque, il y aura bien trop de monde dans le labo de monsieur  Bell. Il va sûrement trouver ça bizarre.

RAJ : Et puis comme la machine reste au même endroit, tu seras en 1876 ici, à Pasadena.

HOWARD : Et même si tu pouvais aller à Boston, tu ferais quoi ? T'irais chez lui et tu dirais à sa femme, "oh madame Bell, j'admire votre époux, je peux le regarder inventer le téléphone ?".

RAJ : Sa femme était sourde. Elle entendra pas sonner.

SHELDON : Oh, j'ai une solution ! Va dans le futur, et trouve un dispositif d'invisibilité.

RAJ : Oh ! Très loin dans le futur !

SHELDON : Si je me souviens bien, le capitaine Kirk vole un dispositif d'invisibilité aux romuliens en l'année 5027. Ce qui correspond au 10 janvier 2328 avant l'époque de la fédération.

LEONARD : Ok, je vais régler le cadran pour le 10 janvier 2328. Attention, en route vers le futur ! (Il tire le levier, et les trois autres se mettent à s'agiter dans tout les sens, comme dans un film en avance rapide. Quand Leonard remet le levier en place, ils s'arrêtent dans leurs dernières positions.) C'est super marrant !

RAJ : C'est mon tour !

(Penny entre sans frapper, décoiffée, et blessée au genou.)

PENNY : Attendez ! (A Sheldon.) Je te signale que l'espace entre les bâtiments faisait un mètre de large, j'ai glissé et écorché mon genou.

LEONARD : Ca va mieux ?

PENNY : (s'approche de Leonard et rit nerveusement.) Deuxio, la porte de l'escalier de l'immeuble était fermée. Donc j'ai dû descendre par l'issue de secours qui s'arrête au second, alors j'ai dû me glisser à travers la fenêtre d'une charmante famille arménienne, et ils ont insisté pour que je reste déjeuner.

LEONARD : Ca a l'air assez sympa.

PENNY : J'ai eu droit à huit plats de moutons, et ils ont essayé de me fiancer à leur fils.

LEONARD : Je suis désolé.

PENNY : C'est pas fini. Quand je suis finalement arrivée au boulot, il m'avait remplacé. Ouais ! Génial. J'ai perdu une journée entière de travail à cause de cette... cette...

SHELDON : Machine à explorer le temps.

(Penny se retourne, furax, vers Sheldon qui n'en mène pas large.)

LEONARD : Les lampes clignotent et la roue tourne. Tu veux essayer ?

PENNY : Non ! Je veux pas essayer ! Mais c'est pas vrai ! Vous êtes des adultes non ?! Comment vous pouvez gâcher votre vie avec ces, ces stupides jouets, ces costumes, toutes ces BDs, et maintenant cette.... cette...

SHELDON : Encore une fois, machine à explorer le temps.

(Leonard fait signe à Sheldon de se taire.)

PENNY : C'est ridicule ! C'est pas une machine à explorer le temps, c'est un engin qu'Elton John pourrait conduire en Floride.

SHELDON : C'est dans le temps qu'elle se déplace. Et je ne vois pas ce qu'en ferait ce monsieur John en Floride.

(Nouveau regard noir de Penny en direction de Sheldon.)

PENNY : Pathétique ! Tous, vous êtes vraiment pathétiques !

(Penny sort en claquant la porte. Un instant de silence s'installe.)

RAJ : C'est mon tour !

(Raj s'installe dans la machine, accompagné des autres, sauf de Leonard, qui pense sérieusement aux dernières paroles de Penny.)

(Durant la nuit, Leonard est installé dans la machine, et pensif, allume et éteint machinalement les lumières de l'engin. Sheldon vient aux nouvelles dans le salon.)

SHELDON : Leonard, il est deux heures du matin.

LEONARD : Hmm. Et alors ?

SHELDON : Alors c'est mon tour. (Il s'approche de la machine.) Pourquoi est-ce que tu l'as réglée sur avant-hier ?

LEONARD : Parce que je veux retourner en arrière pour m'empêcher d'acheter cette machine.

SHELDON : Tu ne peux pas. Si tu t'empêchais d'acheter cette machine dans le passé, tu ne l'aurais pas à ta disposition dans le présent pour revenir en arrière, pour t'empêcher de l'acheter. Donc tu l'aurais encore. Tu vois ça, c'est une erreur typique de débutant.

LEONARD : Est-ce que je peux revenir en arrière pour t'empêcher de me l'expliquer ?

SHELDON : Même paradoxe. Si tu voulais remonter le temps pour m'assomer par exemple, tu n'aurais pas pu avoir cette conversation qui t'a énervé, au point de vouloir revenir en arrière pour m'assomer.

LEONARD : Et si je te mettais K.O là maintenant ?

SHELDON : Ca ne changerait pas le passé.

LEONARD : Mais par contre le présent serait beaucoup plus agréable.

SHELDON : Est-ce que quelque chose te perturbe ?

LEONARD : Comment as-tu eu cette idée ?

SHELDON : Grâce à un certain nombre d'éléments. D'abord l'heure tardive, ensuite j'ai l'impression que tu souffres d'une baisse d'énergie et tu es très irritable.

LEONARD : Oui, je suis perturbé !

SHELDON : Oh... Ces choses-là ne m'affectent pas en général. Tant mieux pour moi.

(Il s'apprête à retourner dans sa chambre.)

LEONARD : Tant mieux pour toi.

SHELDON : Oh, attend... Est-ce que tu as envie de parler de ce qui te perturbe ?

LEONARD : Je sais pas, peut-être.

SHELDON : Wow, je suis en pleine forme cette nuit !

(Il revient s'asseoir dans le salon.)

LEONARD : Tu vois, le truc c'est que... les filles comme Penny ne sortent pas avec des mecs qui ont des machines à explorer le temps.

SHELDON : Je ne suis pas d'accord. Ton incapacité de draguer Penny efficacement date de bien avant l'acquisition de cette machine. Ton échec est d'une évidence criante.

LEONARD : Merci de me le signaler.

SHELDON : J'ajouterai que ton analyse est fausse. N'oublie pas que dans le film, Rod Taylor séduit Yvette Mimu avec cette machine qu'on vient d'acheter. Et dans "Retour Vers Le Futur", Marty McFly s'est également amouraché de sa jeune mère qui était extrêmement belle.

LEONARD : Ca c'est de la fiction.

SHELDON : Bien entendu c'est de la fiction. Tu penses que je trouverais des exemples basés sur une machine à explorer le temps dans la vraie vie ? C'est absurde. (Il retourne se coucher.)

(Retour le jour de l'acquisition de la machine.)

LEONARD : Allez les gars, poussez !

HOWARD : Si je pousse plus fort, je vais accoucher de mon côlon !

(Penny sort.)

PENNY : Oh, salut.

(Sheldon et Leonard lâchent la machine sur Howard et Raj.)

LEONARD : Oh salut Penny ! (A Howard et Raj.) Prenez une pause les gars !

PENNY : Qu'est-ce que vous faites ?

LEONARD : On monte un truc chez nous... Une machine à explorer le temps.

PENNY : Génial, mais moi je dois aller bosser donc....

LEONARD : Pas de problème. (Il enlève ses lunettes, ouvre la cage d'ascenseur, s'aggrippe au câble et tend la main à Penny.) Viens avec moi.

(Penny lui prend la main.)

PENNY : Mais, et ta machine à explorer le temps ?

LEONARD : Il y a des choses plus importantes que des jouets dans la vie.

(Penny s'accroche au cou de Leonard, qui se suspend au câble.)

PENNY : Oh, j'ai peur !

LEONARD : T'inquiètes pas ma puce, je suis avec toi.

PENNY : Oh, Leonard !

(Elle l'embrasse, et il se laisse glisser le long du câble. Soudain, on voit Leonard, dans la machine, visiblement en train de rêver.)

LEONARD : (marmonne.) Oh, mon amour....

(Il se réveille, et voit Sheldon qui l'observe.)

SHELDON : C'est toujours mon tour.

********


(Leonard emballe ses jouets.)

SHELDON : Qu'est-ce que tu fais ?

LEONARD : Je rassemble tous mes objets de collection, je vais les vendre à la boutique de bandes-dessinées.

SHELDON : C'est absolument nécessaire ? Si tu as besoin d'argent, tu peux toujours vendre ton sang. Et ton sperme.

LEONARD : C'est pas une question d'argent.

(Raj et Howard arrivent avec le déjeuner.)

RAJ : On a de quoi manger.

HOWARD : Oui, c'est des sandwichs au saumon. Parfait pour les voyageurs dans le temps.

LEONARD : Génial. Quelqu'un veut acheter ma part de la machine ?

RAJ : Pourquoi ?

LEONARD : Parce que j'en veux plus.

HOWARD : Pourquoi ?

LEONARD : Oh, pour des raisons personnelles.

SHELDON : Eh bien moi, j'ai toutes les raisons de penser que ça a un rapport avec Penny.

LEONARD : Bon ! Vous achetez ma part, oui ou non ?

RAJ : Je te file 100 dollars. Comme ça j'en possèderai la moitié et je la mettrai sur mon balcon.

HOWARD : Quoi ?! Laisse tomber le balcon, je te donne 120 dollars, et je la mets dans mon garage.

LEONARD : Je te signale que je l'ai payée 200 dollars.

RAJ : Oh, tout le monde sait qu'une machine perd la moitié de sa valeur dès qu'on l'utilise.

SHELDON : Je te file 200 dollars et ce super engin ne bouge plus d'ici.

RAJ : 300 ! Et je te donne la maquette originale de 1979 du Faucon Millenium avec son et lumière.

LEONARD : Non ! C'est terminé. Plus de jouets. Plus de personnages, d'accessoires, de reproductions, de costumes, de robots ou de modificateurs de voix de Dark Vador, je largue tout, c'est fini.

HOWARD : Tu peux pas faire ça, regarde ce que tu as créé ! C'est le paradis des intellos !

RAJ : Tu me l'as jamais dis... T'as un modificateur de voix de Dark Vador !

LEONARD : pLus pour longtemps.

RAJ : Oh ! Je suis preums pour Flash Gordon.

HOWARD : Non, je le veux pour compléter ma collection de la Ligue des Justiciers !

RAJ : Tant pis j'étais premier.

HOWARD : Je ne joue pas à ce petit jeu.

RAJ : Moi si, t'avais qu'à le prendre avant moi.

SHELDON : On va quand même pas faire de la surenchère.

LEONARD : Non, pas question. Je vais tout vendre à Larry, à la boutique de BD.

RAJ : Pourquoi Larry ? C'est moi le premier !

HOWARD : Oui, on le sait que t'es premier !

LEONARD : Il me propose un bon prix pour toute ma collection.

SHELDON : Combien ? Je te donne la même chose.

RAJ : Et moi aussi ! Mais je rajoute 1000 roupies !

SHELDON : Quel est le taux de change ?

RAJ : Ca c'est pas tes oignons. (A Leonard.) C'est à prendre ou à laisser.

HOWARD : (au téléphone avec sa mère.) Maman, combien j'ai avec mes actions de ma Barmistva ? Merci. (Il raccroche. A Leonard.) Je te file 2600 dollars et deux arbres en Israël.

LEONARD : Laissez tomber. Si je la vend à l'un de vous, les deux autres vont m'en vouloir à mort.

SHELDON : Le problème est réglé si tu me la vends à moi.

(Ils suivent Leonard sur le palier.)

RAJ : Arrête Leonard. Pose cette boîte, on va discuter.

LEONARD : Désolé Raj, ma décision est prise.

(Sheldon se met en travers de son chemin et l'empêche de descendre l'escalier.)

SHELDON : Non ! Je ne te laisserai pas faire ça !

LEONARD : Sheldon, laisse-moi passer.

(Sheldon prend une épée en plastique.)

SHELDON : Non, nul ne passera.

LEONARD : Ok. (Il pose la boîte et prend un des objets.) C'était pas du tout prévu mais... J'ai ici le formidable personnage de Jordi Laforge de Star Trek, la Nouvelle Génération, en parfait état, sans sa visière, et dans son paquet d'origine. Si vous ne me laissez pas passer, je vais l'ouvrir.

(Les trois autres sont horrifiés.)

HOWARD : Non, non, non... Ok, reste cool mec. On est tes copains !

(Penny sort.)

PENNY : Mais qu'est-ce qu'il se passe ?

SHELDON : Tu n'es qu'une hypocrite !

PENNY : Quoi ?

SHELDON : La petite sainte nitouche qui joue à l'adulte ! Si j'entrais dans ton appartement là maintenant, je parie que je trouverai des petites peluches ! Tu ne fais pas par hasard la collection des nounours et des petits poneys ? Et qui est ce félin japonais qui gambade gentillement sur ton short ? Coucou chaton ! C'est quoi ton petit nom ?

PENNY : Je vois... (A Leonard.) Bon, écoute, si c'est à propos d'hier Leonard, je suis vraiment navrée de t'avoir offensé. J'étais vexée.

LEONARD : Non, tu avais raison.

PENNY : Non, pas du tout. T'es un type génial, et ce sont nos passions qui reflètent notre personnalité.

HOWARD : (à Raj.) Moi ma passion, c'est les grosses poitrines.

LEONARD : Mais, il est grand temps pour moi de me débarasser de tout ça tu sais. Il faut que j'évolue un peu.

PENNY : C'est vrai ?

LEONARD : Ouais. Mm-mm.

PENNY : Bravo, félicitations.

(Elle l'embrasse sur la joue.)

LEONARD : Merci.

PENNY : De rien.

LEONARD : Est-ce que tu veux.... un peu plus tard...

(Un homme, nommé Mike, arrive sur le palier.)

MIKE : (à Howard et Raj.) Excusez-moi. (Il voit Penny.) Oh Penny !

PENNY : Oh Mike !

MIKE : Alors t'es prête ?

PENNY : Ouais. Je vais vite me changer.

MIKE : Je te donne un coup de main ?

PENNY : (en riant.) Arrête, Mike ! (Aux nerds.) Aurevoir ! (Elle entre dans son appart avec Mike.)

LEONARD : C'est mon tour pour la machine !

(Il reprend sa boîte, coure dans son appart, suivi des trois autres, soulagés.)

(La nuit, Sheldon se retrouve dans une jungle sombre, le28 avril 802 701, après avoir utilisé la machine.)

SHELDON : Ca a marché ! Ca a vraiment marché ! Et ils disaient que j'étais malade, mais ça a marché ! (Soudain, des monstres aux cheveux blancs, yeux jaunes et grandes dents s'avancent vers lui.) Oh non ! Non, pas les morlocks ! Non, pas ces carnivores de morlocks ! Aaaaaaaaaaah ! Aaaaah au secours !

(Sheldon se réveille dans la machine, et dans l'appartement, en sursautant. Leonard accoure.)

LEONARD : Sheldon ? Ca va ?

SHELDON : Il va falloir basarder cette machine.

LEONARD : Oui, elle prend un peu trop de place dans le salon.

SHELDON : Oui, c'est exactement ça le problème.

LEONARD : Je suis tout à fait d'accord avec toi. J'ai engagé des gens pour nous aider à la déplacer, venez les gars !

(En guise de déménageurs, deux morlocks font leur entrée.)

SHELDON : Oh non quelle horreur ! Des morlocks ! C'est lui ! C'est lui bouffez-le ! (Sheldon hurle et se réveille en sursaut, mais cette fois dans son lit.) Leonaaaaaaaaaaaaaaaaaaaard !

Fin de l'épisode.

Scene: The apartment.

Sheldon: Well, this sandwich is an unmitigated disaster. I asked for turkey and roast beef with lettuce and swiss on wholewheat.

Raj: What did they give you?

Sheldon: Turkey and roast beef with swiss and lettuce on wholewheat. It’s the right ingredients but in the wrong order. In a proper sandwich the cheese is adjacent to the bread to create a moisture barrier against the lettuce. They might as well have dragged this thing through a car wash.

Leonard: I don’t believe it.

Sheldon: I know, it’s basic culinary science.

Leonard: Some guy is auctioning off a miniature time machine prop from the original film and no-one is bidding on it.

Howard: A time machine from the movie The Time Machine?

Leonard: No, a time machine from Sophie’s Choice.

Raj: Boy, Sophie could have used a time machine in that movie. Did you see it, it’s rough.

Howard: Oh, that’s cool.

Leonard: Uh-huh.

Raj: It’s only $800?

Leonard: Yeah. And that’s my bid.

Sheldon: You bid $800.

Leonard: It was a spur of the moment thing, I figured it would go for thousands and I just wanted to be a part of it.

Sheldon: There’s only 30 seconds left in the auction.

Howard: Do you have $800?

Leonard: Not to blow on a miniature time machine.

Howard: Don’t worry, the way these things work there’s people waiting ‘til the last second to bid, and then they swoop in and get it, it’s called sniping.

Raj: Fifteen seconds.

Leonard: Come on, snipers.

Raj: Ten, nine, eight…

Leonard: Where are your snipers?

Raj: Five.

Leonard: Snipe.

Raj: Four.

Leonard: Snipe.

Raj: Three.

Leonard: Snipe!

Raj: Two.

Leonard: SNIPE!

Raj: One.

Leonard: Aaaa-aw!

Raj: Congratulations, you are the proud owner of a miniature time machine.

Howard: You lucky duck.

Sheldon: I wonder why no-one else bid, this is a classic piece of sci-fi movie memorabilia.

Leonard: Yeah, I know, I still can’t afford it.

Howard: Why don’t we share it? We’ll each put in two hundred bucks and we’ll take turns having it in our homes.

Raj: A time share time machine? I’m in. Sheldon?

Sheldon: Need you ask? But I still don’t understand why no-one else bid.

Scene: The lobby. The guys stand around a full sized time machine.

Sheldon: I understand why no-one else bid.

Credits sequence

Scene: The same

Raj: Did the listing actually say miniature?

Leonard: I just assumed. Who sells a full sized time machine for $800?

Sheldon: In a venn diagram, that would be an individual located within the intersection of the sets “no longer want my time machine” and “need $800”.

Howard: It’s actually a tremendous bargain, even with shipping it works out to less than four dollars a pound.

Raj: Cocktain shrimp are $12.50.

Leonard: How are we going to get it upstairs?

Howard: If we take the dish off it might fit in the elevator.

Leonard: Yes but the elevator’s been broken for two years.

Sheldon: I’ve been meaning to ask you, do you think we should make a call about that?

Howard: Not necessary, I have a masters in engineering, I remotely repair satellites on a regular basis. I troubleshoot space shuttle payloads. When the Mars rover started pulling to the left I performed a front end alignment from 62 million miles away. (Presses lift button. Nothing happens.) No, that baby’s broken.

Scene: The stairwell, approaching the apartment door. Leonard and Sheldon are pulling the time machine up the last part of the stairs.

Leonard: Come on, guys, push.

Howard (off): If I push any harder I’m going to give birth to my colon.

Raj (off): I can’t feel my fingers, hurry up.

Sheldon: It’s the same amount of work no matter how fast you go, basic physics.

Raj: Sheldon?

Sheldon: Yeah.

Raj: If my fingers ever work again, I’ve got a job for the middle one.

Penny (coming out of her apartment): Oh, hey guys.

Leonard (letting go of time machine, as does Sheldon): Uh, hi Penny. (Raj and Howard are heard to scream as the time machine slides back down the stairs.) Take a break, guys!

Penny: What are you doing?

Leonard: Oh, just, you know, moving… something upstairs.

Penny: What is it?

Leonard: It’s… you know, time machine.

Penny: Yeah, okay, neat, but I really got to get to work, so….

Leonard: Uh, just give us a few minutes.

Penny: I don’t have a few minutes, I’m running really late.

Sheldon: Then I have a simple solution, go up to the roof, hop over to the next building, there’s a small gap, don’t look down if you’re subject to vertigo, and use their stairwell.

Penny: You’re joking, right?

Sheldon: Oh, I never joke when it comes to vertigo.

Penny: Damn, okay, I’ll just take the roof.

Leonard: Hey, if you wait for us to set up the time machine, I can drop you off at work yesterday. Time travel joke, it’s not… never mind.

Sheldon: For what it’s worth, I thought it was humorous.

Leonard: Let’s just do this. Guys, ready to push?

Raj: In a minute. Howard stepped outside to throw up.

Scene: The living room. The time machine is set up.

Sheldon: I don’t know what you were worried about. I think it really works in the room.

Leonard: Yeah. It is by far the coolest thing I have ever owned.

Sheldon: The exact time machine that carried actor Rod Taylor from Victorian England into the post-apocalyptic future, which society had splintered into two factions, the sub-terranean Morlocks, who survived by feasting on the flesh of the gentle surface dwelling Eloy.

Howard: Talk about your chick magnets.

Raj: Oh yeah. The guy who lives next to me is always like, I have a Jacuzzi on my balcony, I have a Jacuzzi on my balcony. But wait until I tell him, I’ve got a time machine on my balcony. Stuff that in your speedos, Jacuzzi Bob!

Sheldon: Gentlemen, I know we said we’d take turns, but I think you’d agree that practicality dictates it remain here.

Howard: You can’t just keep it here, what if I meet a girl and say, “you wanna come up and see my time machine, it’s at my friends house,” how lame is that?

Raj: He’s got a point.

Sheldon: Alright, I think we’re going to need some ground rules, in addition to the expected no shoes in the time machine and no eating in the time machine, I propose that we add pants must be worn at all times in the time machine.

Leonard: Seconded.

Howard: I was going to put down a towel.

Raj: I still want it on my balcony. I say we move it on a bi-monthly basis.

Leonard: That sounds fair.

Sheldon: Hold on. Bi-monthly is an ambiguous term, do you mean move it every other month, or twice a month?

Raj: Twice a month.

Sheldon: Then no.

Raj: Okay, every other month.

Sheldon: No.

Leonard: Sheldon, you can’t be selfish, we all paid for it, so it belongs to all of us. Now out of the way so I can sit in my time machine. (Sits and turns it on. The three lights on the front illuminate. All let out an “oh”.) Okay, I am setting the dials for March 10th, 1876.

Howard: Good choice, Alexander Graham Bell invents the telephone and calls out for Dr Watson.

Sheldon: Wait a minute, I’d want to see that too.

Leonard: So, when it’s your turn you can.

Sheldon: But if we all go back to the same point in time, Bell’s lab is going to get very crowded, he’ll know something’s up.

Raj: Also, since the time machine doesn’t move in space, you’ll end up in 1876 Pasadena.

Howard: And even if you can make it to Boston, what are you going to do, knock on the door and say to Mrs Bell, “hey Mrs Bell, big fan of your husband, can I come in and watch him invent the telephone?”

Raj: Mrs Bell was deaf, she’s not even going to hear you knock.

Sheldon: Oh, I have a solution, first go into the future and obtain a cloaking device.

Raj: Ooh, how far into the future?

Sheldon: If I remember correctly, Captain Kirk will steal a cloaking device from the Romulans on Stardate 5027.3, which will be January 10th 2328 by pre-federation reckoning.

Leonard: Okay, I am setting the dials for January 10th, 2328. Here we go into the future. (Pulls lever, the disk begins to spin. The other guys all run around the flat as if moving in fast motion.) That was fun.

Raj: My turn.

Penny (entering): Okay, first of all, what you call a gap was nearly three feet wide, I slipped and skinned my knee.

Leonard: Are you okay?

Penny: Zzz-zz-zz-zz! Second of all, the door to the stairwell of the other building was locked, so I had to go down the fire escape which ends on the third floor, forcing me to crawl through the window of a lovely Armenian family, who insisted I stay for lunch.

Leonard: That doesn’t sound too bad.

Penny: It was eight courses of lamb, and they tried to fix me up with their son.

Leonard: Sorry.

Penny: Not done. By the time I finally got to work, they’d given my shift away. Yeah, that’s right, I’ve lost an entire day’s pay thanks to this… this…

Sheldon: Time machine.

Leonard: The lights flash and the dish spins, you wanna try it?

Penny: No! I don’t want to try it, my God, you are grown men, how could you waste your lives with these stupid toys and costumes and comic books and… and now that… that…

Sheldon: Again, time machine.

Penny: Oh please, it’s not a time machine, if anything it looks like something Elton John would drive through the Everglades.

Sheldon: It only moves in time. It would be worse than useless in a swamp.

Penny: Pathetic. All of you, completely pathetic. (Storms out. A beat, and then…)

Raj: My turn!

Scene: Later that night, Leonard is sitting in the time machine, turning the lights on and off. Sheldon enters.

Sheldon: Leonard, it’s two in the morning.

Leonard: So?

Sheldon: So it’s my turn. Why did you set it for the day before yesterday?

Leonard: Because I want to go back and keep myself from getting a time machine.

Sheldon: You can’t. If you were to prevent yourself from buying it in the past, you would not have it available in the present to travel back and stop yourself from buying it, ergo you would still have it. This is a classic rookie time travel mistake.

Leonard: Can I go back and prevent you from explaining that to me?

Sheldon: Same paradox. If you were to travel back in time and, say, knock me unconscious, you would not then have the conversation that irritated you, motivating you to go back and knock me unconscious.

Leonard: What if I knocked you unconscious right now?

Sheldon: It won’t change the past.

Leonard: But it would make the present so much nicer.

Sheldon: Are you upset about something?

Leonard: What was your first clue?

Sheldon: Well, it was a number of things. First the late hour, then your demeanour seems very low energy, plus your irritability…

Leonard: Yes I’m upset.

Sheldon: Oh! I don’t usually pick up on those things. Good for me.

Leonard: Yeah, good for you.

Sheldon: Oh, wait. Did you want to talk about what’s bothering you?

Leonard: I don’t know. Maybe.

Sheldon: Wow, I’m on fire tonight.

Leonard: Uh, here’s the thing. Girls like Penny never end up with guys who own time machines.

Sheldon: I disagree. Your inability to successfully woo Penny long predates your acquisition of the time machine. That failure clearly stands on its own.

Leonard: Thanks for pointing it out.

Sheldon: In addition, your premise is flawed. In the original film, Rod Taylor got Yvette Mimeaux with that very time machine. In Back to the Future, Marty McFly got the opportunity to hook up with his extremely attractive young mother.

Leonard: Those are movies.

Sheldon: Well of course they’re movies. Were you expecting me to come up with an example involving a real life time machine? That’s absurd.

Scene: The stairwell. It is the previous day, and again Leonard and Sheldon are pulling the time machine up the stairs.

Leonard: Come on, guys, push.

Howard (off): If I push any harder I’m going to give birth to my colon.

Penny (coming out of her apartment): Oh, hey guys.

Leonard (letting go of time machine, as does Sheldon): Uh, hi Penny. (Raj and Howard are heard to scream as the time machine slides back down the stairs.) Take a break, guys!

Penny: What are you doing?

Leonard: Oh, just, you know, moving a… time machine.

Penny: Yeah, okay, neat, but I really got to get to work, so….

Leonard: No problem. (Removes glasses, pulls down out of order tape from lift doors, and forces them open.) Hang on. (Takes Penny in his arms as he holds onto the lift cable.)

Penny: But, what about your time machine.

Leonard: Some things are more important than toys. (She puts her arms around his neck as he dangles from the cable.)

Penny: Oh, I’m scared.

Leonard: Don’t worry baby, I’ve got you.

Penny: Oh, Leonard. (Kisses him as they descend from view. Leonard wakes up still sitting in the time machine.)

Sheldon: It’s still my turn.

Scene: The living room.

Sheldon: What are you doing?

Leonard: I’m packing up all my collectibles and taking them down to the comic book store to sell.

Sheldon: Well is that really necessary. If you need money you can always sell blood. And semen.

Leonard: It’s not about money.

Raj (entering): We brought food.

Howard: Lox and bagels, the breakfast of time travellers.

Leonard: Terrific, does anyone want to buy my share of the time machine?

Raj: Why?

Leonard: Because I don’t want it any more.

Howard: Why?

Leonard: Just… personal reasons.

Sheldon: My spidey-sense tells me this has something to do with Penny.

Leonard: Look, do you want to buy me out or not?

Raj: I’ll give you a hundred dollars, which will make me half owner, and we’ll put it on my balcony.

Howard: Screw his balcony, I’ll give you a hundred and twenty and we’ll put it in my garage.

Leonard: I paid two hundred dollars for my share.

Raj: Dude, everyone knows a time machine loses half its value the minute you drive it off the lot.

Sheldon: I’ll go for two hundred, that time machine stays right where it is.

Raj: Three hundred, and I’ll throw in my original 1979 Mattel Millenium Falcon with real light speed sound effects.

Leonard: No, no more toys or action figures or props or replicas or costumes or robots or Darth Vader voice changers, I’m getting rid of all of it.

Howard: You can’t do that, look what you’ve created here, it’s like nerdvana.

Raj: More importantly, you’ve a Darth Vader voice changer?

Leonard: Not for long.

Raj: Oh, I call dibs on the Golden Age Flash.

Howard: Hang on, I need that to complete my Justice Society of America collection.

Raj: Too bad, I called dibs.

Howard: Well you can’t just call dibs.

Raj: I can and I did, look up dibs on Wikipedia.

Sheldon: Dibs doesn’t apply in a bidding war.

Leonard: It’s not a bidding war, I’m selling it all to Larry down at the comic book store.

Raj: Why Larry? Did Larry call dibs?

Howard: Will you forget dibs!

Leonard: He offered me a fair price for the whole collection.

Sheldon: What’s the number, I’ll match it.

Raj: I’ll match it, plus a thousand rupees.

Sheldon: What’s the exchange rate.

Raj: None of your business. Take it or leave it.

Howard (on phone): Mom, my bar-mizvah bonds, how much do I got? Thanks. I can go twenty six hundred dollars and two trees in Israel.

Leonard: Forget it guys, if I sell to one of you, the other two are going to be really mad at me.

Sheldon: Who cares, as long as you pick me.

Raj: Okay, Leonard, put down the box, let’s talk.

Leonard: Sorry Raj, my mind is made up.

Sheldon (moving to block his path): No. I can’t let you do this.

Leonard: Sheldon, get out of my way.

Sheldon (brandishing toy sword from Leonard’s box): None shall pass.

Leonard: Okay. I did not want to do this but, I have here the rare mint condition production error Star Trek: The Next Generation Geordi LaForge, without his visor in the original packaging. If you do not get out of my way, I will open it.

Howard: Okay man, be cool, we’re all friends here.

Penny (coming out of her flat): What the hell’s going on?

Sheldon: You hypocrite!

Penny: What?

Sheldon: Little Miss “grown ups don’t play with toys”. If I were to go into that apartment right now, would I find Beanie Babies? Are you not an accumulator of Care Bears and My Little Ponies? And who is that Japanese feline I see frolicking on your shorts? Hello,Hello Kitty!

Penny: Okay, okay look, if this is about yesterday, Leonard, I am really sorry about what I said, I was just a bit upset.

Leonard: No, I needed to hear it.

Penny: No you didn’t. Look, you are a great guy, and it is things you love that make you who you are.

Howard: I guess that makes me large breasts.

Leonard: Still, I think it’s time for me to get rid of this stuff and… you know… move on with my life.

Penny: Really?

Leonard: Yeah.

Penny: Oh. Wow. Good for you. (Kisses his cheek.)

Leonard: Thanks. Hey, do you want to, I don’t know, later…

Good looking man coming up stairs: Excuse me. Hey, Penny!

Penny: Hi Mike.

Mike: Are you ready to go.

Penny: Yeah, I just have to change.

Mike: I’ll give you a hand.

Penny: Oh, stop it! Bye guys.

Leonard (after a long pause): My turn on the time machine.

Scene: A jungle. As the camera moves, the time machine becomes visible. Sheldon is sitting in it The disk stops spinning, and he looks around. The dials read APR 28 802,701.

Sheldon: It worked. It really worked. They said I was mad, but it worked. (Large hairy creatures with glowing eyes emerge from the forest and walk towards him menacingly.) Oh no, not Morlocks! Not flesh-eating Morlocks! He-e-e-e-e-e-e-elp! (With a yelp, he wakes up in the time machine in the living room.)

Leonard: Sheldon, are you okay?

Sheldon: We have to get rid of the time machine.

Leonard: It is a little big for the living room, isn’t it?

Sheldon: Yeah, that’s the problem, it’s too big.

Leonard: I’m glad you agree. I hired some guys to help us move it, come on in fellas. (A pair of Morlocks come through the door.)

Sheldon: Oh no, Morlocks? Eat him, eat him. Aaaaargh. (Sheldon wakes up in his own bed.) Leonard!!!!!!!!

Source : Big Bang Theory Transcript

Kikavu ?

Au total, 98 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

pilato 
16.08.2019 vers 03h

Juju1299 
10.08.2019 vers 14h

Kaleydu35 
23.01.2019 vers 20h

stella 
10.12.2018 vers 13h

chocoubl 
11.11.2018 vers 11h

everrose 
10.11.2018 vers 18h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Prix Nobel de Physique

Prix Nobel de Physique
Le mardi 8 octobre 2019 a eu lieu, à Stokholm, la remise du Prix Nobel de Physique. Ulf Danielsson,...

Saison 11 sur Netflix !

Saison 11 sur Netflix !
La série continue sur Netflix  A partir du 01 septembre 2019, la saison 11 de The Big Bang Theory...

HypnoAwards 2019

HypnoAwards 2019
Dans la catégorie Meilleure comédie du network, The Big Bang Theory ressort grande gagnante. Elle...

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant
Kaley Cuoco a créé sa société de productions, Yes, Norman Productions. Elle avait un droit d'option...

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn
Deux affiches promotionnelles de la série animée Harley Quinn, dans laquelle Kaley Cuoco double le...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

langedu74, 18.10.2019 à 18:35

HypnoClap : il reste 4 chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards ! Et toujours les jeux d'Halloween

pretty31, Avant-hier à 12:46

Plus que deux chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards sur HypnoClap

juju93, Avant-hier à 17:48

Encore 3 jours pour voter à la 3ème catégorie des L d'or (awards) de The L Word : personnage secondaire masculin. Oui nous avons aussi des hommes !

ophjus, Avant-hier à 19:50

Bonsoir, un nouveau sondage est sur le quartier Reign, pas besoin de connaître la série !

chrismaz66, Hier à 12:11

Bonjour, 2 nouveaux sondages Kaamelott et Torchwood, l'un des 2 est drôle ^^

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site