VOTE | 405 fans

#110 : La descente aux enfers du sujet Loobenfeld

Résumé : Leonard et Sheldon mentent chacun leur tour à Penny sur leur programme du soir, afin d'éviter d'assister à une réprésentation de Rent dans laquelle Penny se produit. Cependant, le mensonge de Sheldon s'avère de plus en plus compliqué à gérer.

 

Popularité


4.5 - 4 votes

Titre VO
The Loobenfeld Decay

Titre VF
La descente aux enfers du sujet Loobenfeld

Première diffusion
24.03.2008

Première diffusion en France
15.11.2008

Diffusions

Logo de la chaîne CBS

Etats-Unis (inédit)
Lundi 24.03.2008 à 20:00
8.62m / 3.4% (18-49)

Plus de détails

Scenario : Lee Aronsohn, Bill Prady & Chuck Lorre
Réalisation : Mark Cendrowski

Guests:  DJ Qualls (Toby Loobenfeld)

Leonard et Sheldon rentrent dans leur immeuble. Ils sont tous les 2 en plein débat sur les films Terminator. Alors qu'ils s'apprètent à monter les escaliers, ils entendent Penny chanter et semblent horrifiés par sa voix. Bien qu'ils essaient de monter, lorsqu'ils l'entendent approcher, les 2 garçons essaient de s'enfuir, en vain. La jeune femme les interpèle et leur annonce qu'elle a loupé son audition. Sheldon essaie de lui expliquer la raison seulement Leonard l'en empêche. Penny continue et leur dit que finalement un des rôles a été abandonné et qu'elle a été choisi pour le jouer. Elle en profite alors pour les inviter à l'unique représentation qu'elle fera. Cependant les garçons se défilent et Leonard raconte un gros mensonge pour ne pas y aller. Penny les salue pour rejoindre sa répétition et les garçons continuent de discuter dans le hall. Sheldon est surpris de voir que Leonard a menti à la belle mais avant de remonter il décide de récupérer ce qu'il a jeté à la poubelle.

Sheldon se rend devant la chambre de Leonard et le réveille péniblement en frappant à la porte. Malgré le refus de son colocataire, il insiste pour lui parler. En voyant le visage décontenancé de Leonard à l'ouverture de la porte, il décide de se défiler et se refugie dans la cuisine. Suivi de près par Leonard, il lui explique qu'il est mal à l'aise avec le fait d'avoir menti à Penny et qu'il aurait du soit lui dire la vérité soit accepter son invitation. Leonard justifie son mensonge en disant à son ami que parfois pour ne pas blesser les gens le mensonge est plus approprié dans ce genre de situation.

Quelques heures plus tard dans la nuit, Sheldon interrompt une nouvelle fois la nuit de Leonard. Le jeune homme est persuadé que la jeune fille découvrira leur mensonge. Alors qu'il tente de le prouver à Leonard, ce dernier lui claque la porte au nez.
 
Au petit matin, pas remis du mensonge fait par Leonard, Sheldon frappe toujours aussi péniblement mais à la porte de Penny cette fois-ci. A peine reveillée, elle lui ouvre la porte. Sheldon se confesse et avoue le mensonge de son ami. Seulement Penny ne semble pas contrariée outre mesure.

Quelques instant plus tard, Leonard se dispute avec Sheldon en apprenant qu'il a avoué la vérité à Penny. Seulement pour protéger Leonard, Sheldon a raconté un nouveau mensonge. Les deux jeunes hommes ne seront finalement pas disponibles pour la représentation de Penny car ils doivent venir en aide au cousin de Sheldon qui a un problème de drogue. Afin de ne pas faire d'impair, il explique alors tous les détails à Leonard. Mais ce dernier ne voit pas l'intérêt d'avoir à raconter un autre mensonge. Bien que Sheldon est persuadé que son histoire est plus réaliste, les détails sont bien trop compliqués pour Leonard.

Avant sa réprésentation, Penny passe voir les garçons afin de leur souhaiter bonne chance pour leur "symposium". Alors qu'elle étreint Leonard, Howard et Raj arrivent. Alors que la situation devient embarassante, Penny essaie d'empêcher un conflit entre les 4 amis. Une fois partie, Leonard tente d'expliquer aux garçons leur mensonge mais une chose en entrainant une autre, ils se retrouvent tous les 4 à partir pour Long Beach chercher un cousin qui n'existe pas.

Sheldon, toujours en train de cogiter, reveille une nouvelle fois Leonard en pleine nuit car il a de nouveaux doutes sur son mensonge soit disant parfait. Alors qu'il explique à Leonard ses raisons, Leonard s'énerve et lui demande de sortir. A peine passé la porte, Sheldon revient dans l'embrasure et dit à son ami qu'il ne serait pas autant dans l'embarras s'il n'avait pas menti au départ.

Au réveil, Leonard découvre que Sheldon a trouvé un "acteur" pour jouer le rôle de Leo. Et il est désespéré de voir que Sheldon va de plus en plus loin dans son mensonge. Penny vient prendre des nouvelles et Sheldon lui explique donc la situation. Il lui présente Leo et échanges quelques banalités. Ne voulant pas compliqué plus la situation, Leonard intervient auprès de Penny et lui demande comment s'est pas passé sa représentation. Les deux jeunes gens sont interrompus par "Leo" qui prend son rôle bien trop à coeur. Mais Leonard ne se laisse pas distraire et continue de discuter avec Penny. Lui qui a tout fait pour éviter d'écouter Penny chanter, la jeune femme lui propose de boire un café tout en regardant la vidéo de sa représentation. Pendant ce temps, Sheldon et "Leo" débattent toujours sur le passé de ce fameux "Leo".

Plus tard, Leo regarde la télé aux cotés de Penny et en profite pour la flatter afin d'avoir ses faveurs. Sheldon et Leonard l'observent de la cuisine.

(Leonard et Sheldon rentrent après avoir fait leurs achats du soir.)

LEONARD : Non je te dis ! Les Terminator à base de métal liquide ont été créés dans le futur par Skynet qui a été développé par Miles Daisen. Mais ce futur n'existe plus vu que Daisen a été refroidi dans Terminator 2.

SHELDON : Bon d'accord, question fondamentale. Supposons que les gentils Terminator étaient à la base de méchants Terminator conçus par Skynet, mais reprogrammés par le futur John Connor, pourquoi Skynet, une intelligence artificielle, s'amuserait à créer un robot femelle de 17 ans super canon qui tue tout le monde ?

LEONARD : Parce que Skynet est un vieux cochon ?

SHELDON : Les ordinateurs ne fantasment pas sur des adolescentes.

LEONARD : Mais il se sert de sa plastique impeccable-

SHELDON : Euh, trop tard Leonard, tu as perdu.

(Ils s'apprêtent à monter les escaliers, quand ils entendent un cri qui semble être un chant.)

PENNY : (chante.) Si on sortait ahou ! Ce soir ! (Les deux garçons se regardent puis s'apprêtent à remonter mais s'arrêtent de nouveau quand Penny reprend son chant.) Je dois sortir ce soir, ahou ! Ce soir !

LEONARD : Diantre, c'était quoi ?

SHELDON : Je n'en sais rien. Mais si les chats savaient chanter, ils auraient honte pour elle.

(Ils commencent à remonter, mais redescendent aussitôt quand Penny descend en chantant.)

PENNY : (chante.) On part en guoguette, la nuit sera choue-ette, prend ma m-(s'arrête de chanter quand elle voit Leonard et Sheldon.) Hey, attendez ! Salut les garçons, vous allez où ?

LEONARD : Quoi ? Eh bien nous allions... (regarde son courrier.) poster mes lettres et... (regarde le sac que porte Sheldon) jeter nos os de poulet.

(Leonard regarde Sheldon avec insistance, qui, bien malgré lui, finit par mettre le sac dans la poubelle.)

PENNY : Vous devinerez jamais ce qui m'arrive !

LEONARD : Je donne ma langue au chat.

SHELDON : Je hais les devinettes. En bon scientifique, je tire des conclusions basées sur l'observation et l'expérimentation. Cela dit, il se pourrait fort bien que tu te sois amusée à employer une figure de rhétorique ce qui enlève toute pertinence à ma réponse.

PENNY : (à Leonard.) Tu déconnes ?

LEONARD : Crois-le ou non mais il devient sociable. Qu'est-ce qu'il s'est passé ?

PENNY : Tu te souviens que j'avais raté mon audition pour la comédie musicale Rent et je savais pas pourquoi ?

SHELDON : J'ai une conclusion basée sur une observation et-

LEONARD : (à Sheldon.) Tais-toi. (A Penny.) Il a rien dit.

PENNY : La fille qui devait jouer Mimi a trouvé mieux et ils m'ont demandé de la remplacer !

LEONARD : Toutes mes félicitations, tu vas casser la baraque !

PENNY : Ils ont invité des directeurs de casting et les meilleurs agents, je joue une seule représentation mais, on ne sait jamais !

SHELDON : Oui, moi je sais déjà.

LEONARD : (à Sheldon.) Tu sais rien du tout. (A Penny.) Il sait rien du tout.

PENNY : C'est vendredi à 20 heures, vous viendrez ?

LEONARD & SHELDON : Non.

(Penny les regarde avec une mine déconfite.)

LEONARD : Parce que euh.... vendredi soir, nous devons assister à un symposium sur le positronium moléculaire.

SHELDON : Non, c'est jeudi prochain à 18 heures tapantes.

LEONARD : Non Sheldon, c'est vendredi, à 20 heures.

PENNY : Oh dommage. Bon je file, j'ai une répet, à plus ! (Elle s'en va.)

LEONARD : A plus !

PENNY : (chante.) Je dois sortir ahou ! Ce soir !

SHELDON : Tu viens de mentir à Penny ?

LEONARD : Oui j'avoue.

SHELDON : Et tu l'as fais de façon si naturelle. Respiration normale, pas de transpiration excessive.

LEONARD : Et alors ?

SHELDON : Mentir comme un arracheur de dents sans réaction physiologique est caractéristique d'un sociopathe violent.

LEONARD : Sheldon, tu t'inquiètes pour ta sécurité ?

SHELDON : Non. Si tu voulais me tuer, ça serait fait depuis longtemps, je suppose.

LEONARD : Excellente déduction.

(Il monte. Sheldon hésite un moment puis se décide à reprendre le sac dans la poubelle. Il souffle dessus et emboîte le pas de Leonard.)


THE BIG BANG THEORY


(Sheldon, en pleine nuit, va frapper à la porte de chambre de Leonard.)

SHELDON : (frappe) Leonard. (Frappe). Leonard. (Frappe). Leonard.

LEONARD : Quoi ?

SHELDON : Faut que je te parle, c'est urgent.

LEONARD : Il est 2 heures du matin !

SHELDON : C'est très important.

LEONARD : Permet-moi d'en douter. Et va te recoucher. (Sheldon ne bouge pas d'un pouce). T'es encore là ?

SHELDON : Oui.

(Leonard ouvre finalement sa porte.)

LEONARD : Quoi ?

SHELDON : T'as raison, ça peut attendre demain.

(Il part dans la cuisine, suivi par un Leonard agacé).

LEONARD : Quoi, quoi, quoi quoi ?

SHELDON : Oh laisse tomber. Je t'ai manifestement réveillé en plein sommeil paradoxal. Tu n'es pas en état de me répondre.

LEONARD : Sheldon, parle ou je t'étrangle.

SHELDON : Ca me met horriblement mal à l'aise d'être complice de ce mensonge.

LEONARD : Mais qu'est-ce que tu voulais que je lui dise ?

SHELDON : La vérité pure et simple.

LEONARD : Ca l'aurait blessée ou froissée.

SHELDON : C'est un paramètre à prendre en compte ?

LEONARD : Oui, ça t'étonne ?

SHELDON : Tu aurais pu accepter l'invitation dans ce cas.

LEONARD : Et je lui dis quoi après le spectacle ?

SHELDON : Oh eh bien, je suggère une phrase bateau du genre euh, "chanter est une vocation que tu devrais étouffer dans l'oeuf et un passe-temps ridicule, et si t'es pas d'accord, tu devrais passer un scanner pour localiser la tumeur qui appuie sur le centre cognitif de ton cerveau".

LEONARD : Impossible. Je serais plutôt du genre à lui dire "tu as été renversante, et j'ai hâte de t'entendre chanter à nouveau".

SHELDON : Pourquoi ?

LEONARD : Ecoute, c'est le protocole social. C'est ce qu'on est censé dire à une bonne copine qui est fière de chanter comme une casserole.

SHELDON : Ah bon, j'étais pas au courant.

LEONARD : Tu l'es maintenant.

SHELDON : D'accord. Leonard ?

LEONARD : Oui ?

SHELDON : Tu m'as scotché quand on a joué aux échecs, et j'ai hâte que l'on rejoue une partie. Sur ce bonne nuit.

(Il part se coucher.)

********


(Leonard dort quand Sheldon vient frapper à la porte.)

SHELDON : (frappe) Leonard. (Frappe) Leonard. (Frappe) Leonard. (Frappe) Leonard. (Frappe) Leonard. (Frappe) Leonard. (Frappe) Leonard. (Frappe) Leonard.

LEONARD : (en se levant) Ce serait tellement plus simple si j'étais un sociopathe violent. (Il ouvre). Quoi encore ?

SHELDON : J'ai analysé notre mensonge. Et tout me porte à croire que Penny va percer notre ruse.

LEONARD : Je t'écoute.

SHELDON : C'est simple. Si jamais elle se connecte sur www. socialephysique.org, barre activités, barre autres, et qu'elle clique sur "forums à venir" puis sur "séminaires", télécharge le calendrier pdf et cherche le séminaire sur le positronium moléculaire, babedibabidiboo, métaphoriquement, on a le nez qui s'allonge. (Leonard lui ferme la porte au nez). J'ai pas envie de ressembler à Pinocchio, qu'on se le dise ! (Il repart se coucher).

*******


(Sheldon rend visite à Penny.)

SHELDON : (frappe) Penny ! (Frappe) Penny ! (Frappe) Penny ! (Penny ouvre, ne lui laissant pas le temps de frapper une dernière fois.) Bonjour.

PENNY : Ca t'arrive de regarder ta montre ?

SHELDON : Bien sûr ! Elle est synchronisée sur l'horloge atomique de Boulder, Colorado. A un petit dixième de secondes près. (Sous le regard de Penny). Mais je me rend compte à l'instant même que tu m'as posé cette question pour la forme.

PENNY : Qu'est-ce que tu veux ?

SHELDON : Tu te souviens que Leonard t'a dis qu'on ne pouvait pas venir t'applaudir parce qu'on assistait à un symposium sur le positronium moléculaire ?

PENNY : Je me souviens du mot "symposium".

SHELDON : Bravo. Eh bien, il mentait.

PENNY : Euh... Attend... Quoi ?

SHELDON : Il a inventé cette histoire de symposium, et ça me met mal à l'aise.

PENNY : Et moi comment je me sens à ton avis ?

SHELDON : Fatiguée ? Ridicule ? Roo les devinettes, ça a jamais été mon point fort.

(Sheldon est ensuite rentré à l'appartement, expliquer à Leonard ce qu'il venait de faire.)

LEONARD : Quoi ?! Tu lui as dis que j'avais menti ? Mais pourquoi tu lui as dis que j'avais menti ?!

SHELDON : C'était pour t'aider !

LEONARD : Pour m'aider ? Y'a un truc que je saisis pas.

SHELDON : Elle aurait fini par comprendre que tu lui avais menti. Donc, j'ai dis que t'avais menti, pour me protéger.

LEONARD : Oh au secours, j'ai comme un poids sur l'estomac...

SHELDON : Hypoglycémie ? Indigestion ? Excuse-moi, les devinettes ça a jamais été mon point fort. Enfin bref. Maintenant, elle croit dur comme fer que vendredi soir on va gérer le problème de dépendance à la drogue de mon cousin Léopold !

LEONARD : Ton cousin Léopold ?

SHELDON : La plupart des gens l'appellent Lee ou Leo, c'est selon. Tu t'en souviendras, c'est important.

LEONARD : Pourquoi c'est important ?

SHELDON : Le soucis du détail Leonard ! Le succès ou l'échec d'un bon mensonge tient aux détails !

LEONARD : T'as vraiment un cousin qui s'appelle Léopold ?

SHELDON : Non, inventé de toutes pièces. Et t'es du genre à l'appeler Lee.

LEONARD : Je le crois pas.... Je suis un peu largué je t'avoue. Pourquoi remplacer un mensonge par un autre mensonge ?

SHELDON : Ben parce que le tiens est risible de transparence. Alors que le mien est délicieusement tordu. (Leonard le regarde d'un air incrédule). Pendant que tu dormais du sommeil du juste, j'ai tissé une toile indémélable.

LEONARD : Une toile indémélâble ?

SHELDON : Inextricable. Si elle va sur un moteur de recherche et tape "Léopold Houston", elle trouvera sur la page un blog décrivant sa descente dans l'enfer de la drogue, et elle verra qu'il cherche l'âme soeur sur harmonie.com.

LEONARD : Ok mais... Pourquoi est-ce que je participerais à l'opération de sauvetage du cousin Leo ?

SHELDON : Parce que ça se passe à Long Beach et que j'ai pas mon permis.

LEONARD : On va aller à Long Beach ?

SHELDON : Bien sûr  que non ! Y'a pas d'opération de sauvetage du cousin Leo vu qu'il n'existe pas, concentre-toi !

LEONARD : Oh pitié....

SHELDON : On quitte l'appartement vendredi soir, et on revient à l'aube épuisé psychologiquement d'avoir parlementé toute la nuit pour qu'il se fasse sevrer à l'hôpital !

LEONARD : Donc il a déjà fait une cure auparavant ?

SHELDON : Oui. Il faudra dire qu'il a rechuté si jamais Penny nous propose à nouveau de venir l'écouter chanter.

LEONARD : Mais maintenant elle sait que j'ai menti !

SHELDON : Oui, pour une noble cause ! Pour m'éviter l'embarras de devoir avouer à tout le monde que j'ai un cousin qui se défonce. C'est embarrassant comme situation, non ?

LEONARD : J'en sais rien.... Et en plus je dois mémoriser toutes ces données !

SHELDON : Pas la peine, j'ai gardé le meilleur pour la fin ! J'ai dis à Penny que tu serais terriblement gêné si tu apprenais qu'elle savait que tu as menti. Et donc elle fera semblant de croire que le premier mensonge est toujours opérationnel.

LEONARD : Donc, si je décode correctement, elle fait semblant de croire qu'on va à un symposium à Pasadena, alors qu'en fait elle est persuadée qu'on va voler au secours de ton drogué de cousin à Long Beach ?

SHELDON : Du cousu main indémélâble.

(Leonard ouvre à Penny qui s'apprête à partir pour sa représentation.)

LEONARD : Oh bonsoir Penny !

PENNY : Bonsoir !

LEONARD : On s'est fait toute belle pour le grand soir, tu es superbe !

PENNY : (flattée). Merci ! Je passais en coup de vent pour, vous souhaiter bonne chance pour.... (coup d'oeil à Sheldon) votre symposium.

LEONARD : Oh. C'est très gentil.

PENNY : Je t'admire tu sais ! La plupart des gens laisseraient leur ami y aller seul mais pas toi, non non, t'es le genre de type qui... qui soutient ses amis proches quand les... malheureux doivent se farcir un symposium.

(Leonard jette un oeil à Sheldon, gêné. Sheldon semble fier de lui.)

LEONARD : Je ne sais pas quoi dire...

PENNY : Leonard, t'es une vraie crème ! (Elle le prend dans ses bras.)

LEONARD : Oh !

(Howard et Raj rappliquent.)

HOWARD : Oh super, un câlin collectif !

(Il s'apprête à rejoindre Penny et Leonard dans la mêlée.)

PENNY : (arrête Howard). Hin hin.

HOWARD : (recule). Bon. Quoi de neuf ?

SHELDON : Eh bien Penny va monter sur les planches ce soir, et jouer dans une comédie musicale. Spectacle que nous raterons hélàs, vu que nous allons à un symposium sur le positronium moléculaire, présidé par le professeur Emile Farman Farmian.

HOWARD : Quoi ? Farman Farmian donne une conférence et vous oubliez intentionnellement de nous en parler ?!

LEONARD : Non ! Je suis vraiment désolé-

HOWARD : Non, tu nous as brisé les particules !

LEONARD : (avec un ton appuyé à Sheldon). Je ne sais pas quoi dire.

HOWARD : Wow.

LEONARD : Oh Howard écoute-

HOWARD : Non, non, non, non, c'est votre faucon millénaire, toi et Chewbacca vous faites ce que vous voulez ! Moi et la princesse Leia ici présente, on s'occupera autrement !(Raj prend une moue offusquée. Howard se tourne vers lui). Bon allez. (Il s'apprête à partir).

PENNY : Howard attend ! Une minute. Sheldon. Il faut tout leur dire.

SHELDON : Bon si tu y tiens. Ca ne me pose aucun problème.

PENNY : Il n'y a pas de symposium. Leonard m'a menti. Vas-y Leonard.

LEONARD : (pris de cours.) Euh.... Je sais pas quoi dire....

PENNY : Ne dis rien. (A Howard et Raj). Leonard va aider Sheldon à résoudre une crise familiale délicate et il a inventé cette histoire de symposium avec le professeur Farman Farmian....

SHELDON : Bravo Penny !

PENNY : (rit). Parce que Sheldon a honte de la brebis galeuse qui ternie l'image de la famille, ce qui est idiot, parce que toutes les familles américaines ont un proche planqué dans un garage qui s'amuse à sniffer de la colle !

(Raj chuchote à l'oreille de Howard.)

HOWARD : Je suis largué moi aussi, y'a un truc qui m'échappe.

PENNY : Je vous la fais courte. Sheldon a un cousin qui s'est enfuie du centre de désintox'. Il est dans un motel à Long Beach, et toute la famille vole à son secours. Leonard va conduire Sheldon sur place et lui remonter le moral parce que ce garçon est une crème. (Elle le resserre dans ses bras).

LEONARD : Un câlin, chouette....

PENNY : Je file, bonne chance les garçons.

LEONARD : Merci Penny, et merde pour ce soir !

SHELDON : Merde pour ce soir !

(Penny s'en va.)

HOWARD : On met le cap sur Long Beach ?

LEONARD : Non, non, non, on va pas à Long Beach.

RAJ : Pourquoi ?

LEONARD : Parce que Sheldon n'a pas de cousin toxico caché dans un motel.

RAJ : Oh. Dommage. J'ai toujours voulu aller à Long Beach.

SHELDON : C'est très chic et très snob. Et le Queen Mary est à quai toute l'année. Le plus grand paquebot du monde, est à présent un hôtel restaurant qui propose des soirées meurtres entre amis, étonamment captivantes.

RAJ : Je suis partant.

HOWARD : Moi aussi.

RAJ : (en partant en courant). Je m'asseois devant !

SHELDON : (en suivant Raj et Howard). Oh non, non, non, non, pas question ! Leonard est malade s'il est pas devant, et même quand il est devant, il vomit parfois !

(Leonard se retrouve seul dans l'appartement et finit par se rendre compte que les autres sont partis.)

LEONARD : Attendez moi ! On va vraiment à Long Beach ?

(Il sort).

********


(Après une folle soirée à Long Beach, Leonard dort. Quand Sheldon vient frapper à la porte de sa chambre.)

SHELDON : (frappe) Leonard. (Frappe) Leonard. (Frappe) Leonard.

LEONARD : Vas te recoucher Sheldon, le meurtrier était l'officier de pont, que ça te semble logique ou non.

(Sheldon entre et allume la lumière.)

SHELDON : Cette énigme est le cadet de nos soucis. J'ai fais des recherches sur la dépendance. Ses aspects biochimiques et comportementaux. Et il y a un problème avec la version actuelle de notre mensonge.

LEONARD : Quoi ? Elle a gobé ce que tu lui as raconté, fin de l'histoire !

(Il se retourne, l'oreiller sur la tête. Sheldon se met de son côté.)

SHELDON : C'est là où tu te trompes. La dépendance est une lutte de tout les instants, mais au-delà de ça, j'ai réalisé que le Leo que j'ai écris n'aurait jamais accepté l'idée de se faire sevrer.

LEONARD : Pourquoi ?

SHELDON : Parce que c'est le fils cadet de la famille.

LEONARD : (en se retournant de nouveau.) Ton Leo n'existe pas, c'est quoi ce délire ?!

(Sheldon le rejoind de l'autre côté.)

SHELDON : Tu n'as pas lu sa biographie à ce que je vois. Essaie de comprendre, Leo est la quintessence même du fils cadet, issu d'un foyer brisé. Psychologiquement parlant, l'attention qu'il obtient grâce à sa rébellion, même s'il s 'autodétruit, est émotionnellement plus jouissive que l'aide d'un centre de désintox' !

LEONARD : Je crois que j'ai la solution !

SHELDON : Génial, dis toujours.

LEONARD : Tu sors d'ici !

SHELDON : Parfait. (Il sort. Puis revient quelques secondes après.) Je suis un gentleman par essence. Mais laisse-moi te rappeler que nous sommes dans cette situation rocambolesque à cause de ta fourberie totalement inadéquate. Et je me tue à minimiser tes bourdes ! (Leonard lui lance quelque chose, Sheldon ferme rapidement la porte.) On en reparlera demain.

(Le lendemain, Leonard se lève, et trouve un homme, Toby Loobenfeld, en train de déjeuner dans la cuisine.)

LEONARD : Qui es-tu ?

TOBY : Je suis Leopold, le cousin de Sheldon.

LEONARD : Oh non ! (Essaie de retrouver son calme). Sheldon n'a pas de cousin qui s'appelle Leopold.

TOBY : Il faut croire que si. (Il lit une feuille.) Je viens d'avoir 26 ans. J'ai vu le jour et j'habite à Denton au Texas. Mon père était dans la marine, j'ai donc passé mon enfance dans des bases militaires à travers le monde. Je me suis souvent senti comme un pariat, et j'étais comme un petit électron libre. C'est probablement pour ça que j'ai plongé dans l'enfer de la came.

(Sheldon apparaît.)

SHELDON : Non, pas d'impro, on vient d'en discuter en long et en large ! Tu es la quintessence du fils cadet. Ta dépendance est liée à ton besoin inassouvi d'attention.

TOBY : Sheldon, t'es en train de te vautrer, c'est de la psychologie de bas étage !

SHELDON : Pour ton info, mes conclusions sont basées sur de solides recherches, donc tu t'en tiens au profil que je t'ai pondu.

LEONARD : Sheldon ?

SHELDON : Oh ! Pardon. Laisse-moi te présenter Toby Loobenfeld. Il est assistant au laboratoire de physique des particules. Mais à l'université, il a aussi fait du théâtre en amateur.

TOBY : Une double spécialisation en quelque sorte. Théâtre et physique. Devinez vers laquelle mes bourges de parents ont poussé le petit surdoué ?

LEONARD : On a compris. Sheldon, pourquoi ?

SHELDON : En y réfléchissant bien, Leo ne serait jamais allé en désintox'. Par contre, il est tout à fait plausible que nous l'ayons convaincu de quitter le motel, et de reprendre des forces chez nous.

(Leonard s'appuie sur le comptoir, complètement abasourdi).

TOBY : Sheldon ! J'ai une idée brillantissime ! Quand j'avais 14 ans, j'ai été abusé sexuellement aux Philippines, par un aumônier au pied bot !

SHELDON : Non. On s'en tient au profil du fils cadet qui a une prédisposition génétique à une sous-production de sérotonine.

TOBY : Super ! Et comment je vais faire pour jouer cette prédisposition ?

SHELDON : Tout est dans le non-dit, c'est pas sorcier ! (On frappe, Sheldon part ouvrir.) Et essaye d'être convaincant ! (Il ouvre, laissant entrer Penny.) Bonjour Penny !

PENNY : Comment s'est passée votre expédition ?

SHELDON : Malheureusement on n'a pas réussi à le convaincre de retourner à l'hopitâl.

PENNY : Ca m'aurait étonnée qu'il accepte de se faire soigner.

(Sheldon se tourne vers Leonard pour lui lancer un regard de "je te l'avais dis".)

SHELDON : Mais, on l'a convaincu de ne pas rester dans le motel. Viens lui dire bonjour. (Penny entre.) Leo ? Voici Penny. Notre voisine et amie.

PENNY : Salut Leo. Alors comment tu te sens ?

TOBY : (très théâtral.) Je vais te poser une question Penny. Tu t'es déjà réveillée dans un motel pourri plein de punaises, allongé dans ton propre vomi, à côté d'une prostituée transexuelle ?

PENNY : (gênée.) Non.

TOBY : Alors ne me demande surtout pas comment je me sens.

LEONARD : Et ben voilà, c'était Leo. (Il éloigne Penny de la cuisine.) Au fait euh.... Raconte. Comment s'est passé ton spectacle hier soir ?

PENNY : Oh, c'était pas trop mal, y'avait pas beaucoup de gens mais, je pense que ça leur a plu à tout les deux.

LEONARD : Il n'y avait que deux personnes ?

PENNY : Ben, à la fin.... oui.

TOBY : Je vous maudis aumônier Harrigan !

(Il se met la main devant la bouche, tandis que Sheldon lève les bras de consternation.)

PENNY : Euh, pardon ?

TOBY : (se lève, toujours de façon très théâtrale.) Les Philippines. 1992. Je vous plante le décor, base navale Sulik Bay, un adolescent bascule dans l'âge adulte. Ses seuls compagnons de jeu, des chiens perdus sans collier, et des moustiques porteurs de malaria. Désespéré et solitaire, il se tourne vers le seul homme qui lui a promis de lui présenter un dieu aimant et miséricordieux ! Mais au lieu de tenir sa promesse, cet aumônier militaire fourre sa langue au goût prononcé de gin dans sa gorge virginale ! (Sheldon est exaspéré, Leonard ne sait plus où se mettre.) Quel autre choix avait-il que de boire, de se shouter et de sniffer de la colle pour oublier sa honte ?!

SHELDON : (chuchote.) Et n'oublie pas sa sous-production de sérotonine.

TOBY : Il n'y a aucune preuve tangible.

SHELDON : Il y a eu des études.

TOBY : Pas avalisées en double aveugle !

SHELDON : Pour des études comparatives, il faut un groupe de contrôle type.

LEONARD : Bon, on va les laisser en tête-à-tête hein ! Un camé en état de manque, c'est un spectacle désolant. (Il fait sortir Penny.)

PENNY : Ouais, t'as raison. Oh, tu veux venir chez moi boire un café ?

LEONARD : Excellente idée.

PENNY : J'ai une vidéo de mon unique représentation, tu veux la voir ?

LEONARD : Pourquoi je refuserai de la voir ?

PENNY : Tout compte fait, je suis ravie que tu sois pas venue, je pourrais t'observer en train de m'observer !

LEONARD : Ouais !

PENNY : Ouais !

LEONARD : Fantastique ! Tout finit par s'arranger.

(Ils sortent tandis que Sheldon et Toby continuent de débattre.)

TOBY : Mais en même temps, il adorait la compagnie de cet aumônier ! L'absence du père, ça vous marque à vie !

SHELDON : Tes parents ont pris la bonne décision. (Il part dans sa chambre.)

TOBY : Je peux pas bosser dans ces conditions !

(Un soir, toujours dans son rôle de Leopold, Toby regarde un film romantique avec Penny.)

TOBY : C'est merveilleux. Etre assis dans un canapé et regarder la télé avec une femme. Sans être défoncé, bourré ou décalqué, sans se demander s'il y  a un homme là dessous.

PENNY : Leo, t'es un garçon adorable, sensible, et très drôle. Tu vas t'en sortir.

TOBY : Chaque chose en son temps Penny. (Il pose sa tête sur l'épaule de Penny.) Chaque chose en son temps.

(Sheldon et Leonard observent la scène. Leonard est dépité.)

LEONARD : Combien de temps est-ce qu'il va rester chez nous ?

SHELDON : On ne va pas le virer, c'est un drogué sans domicile fixe ! Faut que je t'apprenne l'art du mensonge.

Fin de l'épisode.

Scene: The downstairs lobby.

Leonard: See, the liquid metal Terminators were created in the future by Skynet, and Skynet was developed by Miles Dyson, but that future no longer exists, due to Dyson’s death in Terminator 2.

Sheldon: Okay, then riddle me this. Assuming all the good Terminators were originally evil Terminators created by Skynet but then reprogrammed by the future John Connor, why would Skynet, an artificial computer intelligence, bother to create a petite hot 17 year-old killer robot?

Leonard: Skynet is kinky? I don’t know.

Sheldon: Artificial intelligences do not have teen fetishes.

Leonard: Alright, oh wait, they use it to in…

Sheldon: (Buzzing noise), too late, I win.

Penny (voice off, singing, quite tunelessly): Let’s go-oh-oh Ou-oooo-ut tonight. I have to go-oh-oh-oh ou-ooooo-ut tonight.

Leonard: What the hell is that?

Sheldon: I don’t know, but if cats could sing, they’d hate it too. (The continue up the stairs and disappear from view).

Penny (still singing off): You wanna prowl, be my night owl, (Leonard and Sheldon reappear, running down the stairs) we’ll take my… (appearing) Hey guys, hi! Where you going?

Leonard: What? Oh we just had to… mail some letters and (seeing Sheldon has large bag in hand and bin is nearby) throw away some chicken. (Sheldon very reluctantly does.)

Penny: You’ll never guess what just happened.

Leonard: Oh, I give up.

Sheldon: I don’t guess. As a scientist I reach conclusions based on observation and experimentation, although as I’m saying this it occurs to me you may have been employing a rhetorical device rendering my response moot.

Penny: What was that?

Leonard: Believe it or not, personal growth. What happened?

Penny: Alright, remember when I auditioned for that workshop production of Rent, but I didn’t get it and I couldn’t figure out why?

Sheldon: I have a conclusion based on an observation.

Leonard: No you don’t. No he doesn’t.

Penny: Well, the girl they picked to play Mimi, she dropped out and they asked me to replace her.

Leonard: Oh, congratulations, what a lucky break.

Penny: It’s not a big deal, just a one night showcase, but they invite a lot of casting people and agents so, you never know.

Sheldon: I think I know.

Leonard: No you don’t. He doesn’t.

Penny: It’s this Friday at eight, you guys want to come?

Together: No.

Leonard: Because…. uh, Friday, we are attending a symposium on molecular positronium.

Sheldon: I think that’s a week from Tuesday at six.

Leonard: No, it’s this Friday, at eight.

Penny: Oh, too bad, well, I got to get to rehearsal, see you guys.

Leonard: See you. (Penny exits singing)

Sheldon: You just lied to Penny.

Leonard: Yes, I did.

Sheldon: And you did it so casually, no rapid breathing, no increase in perspiration.

Leonard: So?

Sheldon: So, lack of a physiological response while lying is characteristic of a violent sociopath.

Leonard: Sheldon, are you worried about your safety.

Sheldon: No, I imagine if you were going to kill me you’d have done it a long time ago.

Leonard: That’s very true.

Leonard exits. Sheldon looks worried for a moment, then retrieves the chicken from the bin and follows.

Credits sequence

Scene: Outside Leonard’s bedroom.

Sheldon: (Knock, knock, knock, knock) Leonard, (Knock, knock, knock, knock) Leonard, (Knock, knock, knock, knock) Leonard…

Leonard: What?

Sheldon: I need to speak to you.

Leonard: It’s two o’clock in the morning

Sheldon: It’s important.

Leonard: I highly doubt that. Go away. (Long pause). Are you still out there?

Sheldon: Yes.

Leonard (opening door): What?

Sheldon: You’re right, it can wait until morning.

Leonard (following Sheldon into living room): What, what, what, what, what?

Sheldon: Never mind. I clearly woke you up in the middle of a REM cycle, you’re in no state to talk.

Leonard: Sheldon, what is it?

Sheldon: I’m uncomfortable having been included in your lie to Penny.

Leonard: What was I supposed to say.

Sheldon: You could have told her the truth.

Leonard: That would have hurt her feelings.

Sheldon: Is that a relevant factor?

Leonard: Yes.

Sheldon: Then I suppose you could have agreed to go.

Leonard: And what would I have said afterwards?

Sheldon: I would suggest something to the effect of, singing is neither an appropriate vocation nor avocation for you, and if you disagree, I’d recommend you have a CAT scan, to look for a tumour pressing on the cognitive processing centre of your brain.

Leonard: I couldn’t say that, I would have to say, you were terrific and I can’t wait to hear you sing again.

Sheldon: Why?

Leonard: It’s the social protocol, it’s what you do when you have a friend who’s proud of something they really suck at.

Sheldon: I was not aware of that.

Leonard: Well now you are.

Sheldon: Oh, alright. Leonard.

Leonard: Yes.

Sheldon: When we played chess earlier, you were terrific and I can’t wait to play you again. Goodnight.

Scene: Leonard’s bedroom.

Sheldon: (Knock, knock, knock, knock) Leonard, (Knock, knock, knock, knock) Leonard, (Knock, knock, knock, knock) Leonard, (Knock, knock, knock, knock) Leonard, (Knock, knock, knock, knock)…..

Leonard: Oooaw. This would be so much easier if I were a violent sociopath. (Opening door) What?

Sheldon: I was analysing our lie, and I believe we’re in danger of Penny seeing through the ruse.

Leonard: How?

Sheldon: Simple. If she were to log on to www.socalphysicsgroup.org/activities/other, click on upcoming events, scroll down to seminars, download the pdf schedule, and look for the seminar on molecular positronium, well then, bippidy-boppidy-boo, our pants are metaphorically on fire.

Leonard closes door.

Sheldon: Well, sir, my trousers will not be igniting today.

Scene: Outside Penny’s door.

Sheldon: (Knock, knock, knock, knock) Penny, (Knock, knock, knock, knock) Penny, (Knock, knock, knock, knock) Penny, (door opens) Good morning.

Penny: Do you have any idea what time it is?

Sheldon: Of course I do. My watch is linked to the atomic clock in Boulder, Colorado. It’s accurate to one tenth of a second. But as I’m saying this it occurs to me that once again your question may have been rhetorical.

Penny: What do you want?

Sheldon: Remember how Leonard told you we couldn’t come to your performance because we were attending a symposium on molecular positronium?

Penny: I remember symposium.

Sheldon: Yes, well, he lied.

Penny: Wait, what?

Sheldon: He lied, and I’m feeling very uncomfortable about it.

Penny: Well imagine how I’m feeling.

Sheldon: Hungry? Tired? I’m sorry this really isn’t my strong suit.

Scene: The living room.

Leonard: You told her I lied, why would you tell her I lied?

Sheldon: To help you.

Leonard: I’m sorry, I’m not seeing the help.

Sheldon: She was going to see through your lie eventually, so I told her that you were lying to protect me.

Leonard: Oh, I’m getting a bad feeling.

Sheldon: Hunger? Indigestion, I’m sorry I’m really not very good at this. Anyway, Penny now believes that on Friday night, we’re going to participate in my cousin Leopold’s drug intervention.

Leonard: Your cousin Leopold?

Sheldon: Yea, who most people call Leo, but he also answers to Lee, remember that, it’s important.

Leonard: What’s important?

Sheldon: Details, Leonard, the success or failure of our deceitful enterprise turns on details.

Leonard: Do you have a cousin Leopold.

Sheldon: No, I made him up. I think you’d call him Lee.

Leonard: I don’t get it, I already told her a lie, why replace it with a different lie?

Sheldon: Well, first of all, your lie was laughably transparent, where mine is exquisitely convoluted. While you were sleeping I was weaving an un-unravelable web.

Leonard: Un-unravelable?

Sheldon: Yes, if she googles Leopold Houston she’ll find a facebook page, an online blog depicting his descent into drug use, and a desperate yet hopeful listing on e-harmony.com.

Leonard: Okay, why would I go to a drug intervention for your cousing.

Sheldon: Ah, because it’s in Long Beach, and I don’t drive.

Leonard: We’re going to Long Beach?

Sheldon: No, of course not, there’s no cousin Leo, there’s no intervention, focus Leonard.

Leonard: Oh, come on!

Sheldon: We just leave the house on Friday night, and we return in the wee hours emotionally wrung out from the work of convincing Leo to go back into rehab.

Leonard: So he goes back into rehab?

Sheldon: Yes, but, he can relapse if Penny ever invites us to go hear her sing again.

Leonard: You still told her I lied.

Sheldon: For a noble purpose, to spare me the social embarrassment of having a drug-addled first cousin, which I’m assuming is embarrassing, yes?

Leonard: I don’t know. How am I supposed to remember all of this.

Sheldon: That’s the best part, you don’t have to, see I told Penny that you would be embarrassed, if you knew that she found out that you had lied, so she’s agreed to operate as if the original lie was still in force.

Leonard: So she’s expecting me to lie about going to a symposium in Pasadena, when in actuality we’re pretending to go to a drug intervention in Long Beach?

Sheldon: Un-unravelable.

Scene: The apartment.

Leonard (opening door): Oh hey Penny, wow, look at you, all ready for your showcase, you look great.

Penny: Thanks. I just wanted to come by and wish you guys luck with your symposium.

Leonard: Oh, well, thankyou.

Penny: You know, I got to tell you, a lot of friends would let their friend go alone, but that’s not who you are, you are the kind of guy who stands by a friend when… when he has a symposium to go to.

Leonard: I don’t know what to say.

Penny: It’s okay, Leonard (hugs him.)

Leonard: Oh, okay, alright, good.

Howard (arriving): Oh boy, group hug.

Penny: Uh-huh!

Howard: Uh-huh?

Penny: Uh-huh!

Howard: Okay. So what’s up?

Sheldon: Well, uh, Penny is on her way to perform in a one night showcase production of Rent, which we are unable to attend because we are going to a symposium on molecular positronium, given by Dr Emile Farminfarmian.

Howard: Wait a minute, Farminfarmian is speaking and you’re Bogarding the symposium.

Leonard: Howard, I’m sorry… we’re… we’re

Howard: No, no, you’re quark-blocking us.

Leonard: I don’t know what to say.

Howard: Wow.

Leonard: Howard, listen…

Howard: No, it’s okay, it’s your Millenium Falcon, you and Chewbacca do whatever you want to do. Me and Princess Leia here will find some other way to spend the evening.

Penny: Howard, wait. Sheldon, I think we should tell them.

Sheldon: Okay, sure. I don’t see a problem with that.

Penny: There’s no symposium, Leonard lied to me, isn’t that right Leonard.

Leonard: Well… I don’t know what to say.

Penny: It’s okay, I do, look, Leonard is helping Sheldon through a family crisis, he made up the whole story about the symposium with Dr Farmin..farm…ian

Sheldon: Good for you.

Penny: Hah, yeah! Because he didn’t want Sheldon to be embarrassed, and there is nothing to be embarrassed okay, every family in America has a relative holed up in a garage somewhere huffing paint thinner.

Howard (after Raj whispers in his ear): No, I’m lost too, I think she skipped a step.

Penny: No, look, Sheldon’s cousin Leo escaped rehab, and he’s in a Motel 8 at Long Beach, the whole family’s going out for an intervention. Leonard is driving Sheldon down there to help him through this because he’s such a good man.

Leonard: Oh, another hug, thank you.

Penny: Alright you guys, good luck.

Leonard: Thanks Penny.

Howard: Yeah, uh, break a leg.

Sheldon: Break a leg. (She leaves)

Howard: So, road trip to Long Beach.

Leonard: No, we’re not going to Long Beach.

Raj: Why not?

Leonard: Because Sheldon doesn’t have a drug addicted cousin Leopold.

Raj: Oh, too bad. I’ve always wanted to go to Long Beach.

Sheldon: It’s a very nice community. The Queen Mary is docked there, once the largest ocean liner in the world, it’s now a hotel and restaurant where they host a surprisingly gripping murder mystery dinner.

Raj: Sounds fun.

Howard: I’m game.

Raj: Shotgun.

Sheldon: No, no, no, Leonard gets nauseous unless he sits in front, and even then it’s iffy.

Leonard: Wait, are we really going to Long Beach?

Scene: Leonard’s bedroom. The bedside table is piled with Queen Mary memorabilia.

 Sheldon: (Knock, knock, knock, knock) Leonard, (Knock, knock, knock, knock) Leonard, (Knock, knock, knock, knock) Leonard…

Leonard: Let it go, Sheldon, the murderer was the first mate whether it makes sense to you or not.

Sheldon: No, that’s the least of our worries. I’ve been doing some research on addiction, both the biochemical and behavioural aspects, and I think there’s a problem with the current version of our lie.

Leonard: What are you talking about, it’s fine, she bought it, it’s over.

Sheldon: Sadly, it’s not. Substance abuse is a lifelong struggle, but beyond that I have realised that the Leo I described would not have agreed to go to rehab.

Leonard: Why not?

Sheldon: Because Leo is a middle child.

Leonard: There is no Leo, how can you say that?

Sheldon: You didn’t read the bio, did you? He’s not just a middle child, he’s the quintessential middle child, from a broken home to boot. Psychologically speaking, the attention he gets by rebelling even to the point of self-destruction is more emotionally valuable than the help he would get at rehab.

Leonard: I’ve got a solution.

Sheldon: Great, what is it?

Leonard: Get out.

Sheldon: Fine. (He leaves. A moment later he comes back.) I’ve hesitated to point this out, but I must now remind you that we are in our current predicament because of your initial and totally inadequate deceit. I’m just trying to clean up after your mess. (Leonard throws a glass ornament at him. He just manages to shut the door in time.) We’ll talk in the morning.

Scene: The living room. Leonard enters in his dressing gown. There is a strange man eating cereal at the kitchen table.

Strange man: Morning.

Leonard: Who are you?

Man: I am Sheldon’s cousin Leo.

Leonard: Oh, God! Sheldon does not have a cousin Leo.

Man: Au contraire. I’m 26 years old, I’m originally from (reads off crib notes) Denton, Texas, but I was a Navy brat so I was brought up on a variety of military bases around the world, as a result I’ve often felt like an outsider, never really fitting in, which is probably the reason for my substance abuse problem.

Sheldon: Excuse me, we just went over this. As the quintessential middle child, your addiction is rooted in your unmet need for attention.

Man: Oh, Sheldon, are we really going to go with pop psychology.

Sheldon: For your information, this is all based on solid research, stick with the character profile I wrote for you.

Leonard: Sheldon?

Sheldon: I’m sorry, Leonard, this is Toby Loobenfeld, he’s a research assistant in the particle physics lab, but he also minored in theatre at MIT.

Toby: It was more of a double major actually. Theatre and physics. You can guess which one my bourgeois parents pushed me towards.

Leonard: Yeah, I got it, Sheldon, why?

Sheldon: Well, you see, while Leo would not have gone into rehab, it is completely plausible that we would have talked him into leaving the motel, and coming home with us.

Leonard: Oh…!

Toby: Sheldon, how about this as my motivation. When I was fourteen years old I was abused in the Philippines by a club footed Navy chaplain.

Sheldon: No. We’re going with middle child, and a generic predisposition to inadequate serotonin production.

Toby: Swell, how do I play genetic predisposition?

Sheldon: Subtextually, of course. (There is a knock on the door.) Just have fun with it. (Opening door.) Morning Penny.

Penny: Hi. How did the intervention go.

Sheldon: Unfortunately, we weren’t able to convince him to go to rehab.

Penny: Well, based on what you told me, I’m not surprised.

Sheldon: But we did convince him to leave the motel. Come say hello. Leo, this is Penny, our friend and neighbour.

Penny: Hi Leo, how are you feeling?

Toby: Let me ask you something, Penny. Have you ever woken up in a fleabag motel, covered in your own vomit, next to a transsexual prostitute?

Penny: No.

Toby: Then don’t ask me how I’m feeling.

Leonard: Well, that’s Leo. Hey, um, why don’t you tell me about your showcase last night?

Penny: Oh, it was okay I guess, wasn’t a big turn out but they both really seemed to like it.

Leonard: There were only two people there?

Penny: By the end. Yeah.

Toby: Damn you, Chaplain Horrigan!

Penny: I’m… I’m sorry.

Toby: The Philippines. 1992. The Subic Bay Naval Station. A young boy on the cusp of manhood. His only companions mongrel dogs and malarial mosquitos. Desperate and alone he reached out to a man who promised to introduce him to a merciful, loving God, but who instead introduced him to a gin pickled tongue shoved down his adolescent throat. What choice did he have but to drink, shoot and snort his pain away.

Sheldon: Don’t forget his genetic predisposition towards addiction.

Toby: That’s never been proven.

Sheldon: There have been studies.

Toby: Not double blind studies.

Sheldon: How could there be a double blind study, who would be the control group.

Leonard: As you can see, detoxing can get pretty ugly, let’s give them some privacy.

Penny: Yeah. Hey, do you want to come over to my place, have coffee?

Leonard: Sounds good.

Penny: I have a video of me singing last night, do you want to see it?

Leonard: Gee, why wouldn’t I?

Penny: This is even better than you coming to the showcase, because now I get to watch you watch me.

Leonard: Yeah! Funny how things work out.

Toby: And that he loved the companionship and the wisdom that his own father failed to provide.

Sheldon: Your parents made the right decision.

Toby: I cannot work like this!

Scene: The apartment. Penny is on the sofa with Toby. They are watching TV.

Toby: This is amazing. Just sitting on a couch, watching TV with a woman. Not being drunk, or high, or… or… wondering if you’re a dude down there.

Penny: Leo, you are a very sweet, really funny guy. You’re gonna do okay.

Toby: One day at a time, Penny, one day at a time.

Leonard: How long is he going to stay here.

Sheldon: He’s a homeless drug addict, Leonard, where is he going to go? Boy, you have a lot to learn about lying.

Source : Big Bang Theory Transcript

Kikavu ?

Au total, 103 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

pilato 
15.08.2019 vers 13h

Juju1299 
05.08.2019 vers 00h

Ali3nBrain 
18.07.2019 vers 22h

Kaleydu35 
23.01.2019 vers 20h

labelette 
27.12.2018 vers 13h

stella 
22.11.2018 vers 13h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Prix Nobel de Physique

Prix Nobel de Physique
Le mardi 8 octobre 2019 a eu lieu, à Stokholm, la remise du Prix Nobel de Physique. Ulf Danielsson,...

Saison 11 sur Netflix !

Saison 11 sur Netflix !
La série continue sur Netflix  A partir du 01 septembre 2019, la saison 11 de The Big Bang Theory...

HypnoAwards 2019

HypnoAwards 2019
Dans la catégorie Meilleure comédie du network, The Big Bang Theory ressort grande gagnante. Elle...

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant
Kaley Cuoco a créé sa société de productions, Yes, Norman Productions. Elle avait un droit d'option...

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn
Deux affiches promotionnelles de la série animée Harley Quinn, dans laquelle Kaley Cuoco double le...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

langedu74, 18.10.2019 à 18:35

HypnoClap : il reste 4 chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards ! Et toujours les jeux d'Halloween

pretty31, Avant-hier à 12:46

Plus que deux chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards sur HypnoClap

juju93, Avant-hier à 17:48

Encore 3 jours pour voter à la 3ème catégorie des L d'or (awards) de The L Word : personnage secondaire masculin. Oui nous avons aussi des hommes !

ophjus, Avant-hier à 19:50

Bonsoir, un nouveau sondage est sur le quartier Reign, pas besoin de connaître la série !

chrismaz66, Hier à 12:11

Bonjour, 2 nouveaux sondages Kaamelott et Torchwood, l'un des 2 est drôle ^^

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site