VOTE | 405 fans

#109 : La polarisation Cooper-Hofstadter

Résumé : Sheldon et Leonard son invités à intervenir lors d'une conférence scientifique, mais Sheldon ne veut pas franchement partager son savoir avec les étudiants. Les deux physiciens se disputent, et l'intervention de Penny ne fait qu'envenimer les choses.

Popularité


4.25 - 4 votes

Titre VO
The Cooper-Hofstadter Polarization

Titre VF
La polarisation Cooper-Hofstadter

Première diffusion
17.03.2008

Première diffusion en France
15.11.2008

Diffusions

Logo de la chaîne CBS

Etats-Unis (inédit)
Lundi 17.03.2008 à 20:00
8.93m / 3.6% (18-49)

Plus de détails

Scenario : David Goetsch, Bill Prady, Chuck Lorre, Stephen Engel & Lee Aronsohn
Réalisation : Joel Murray

Guests : Talbott Chin (Le Leonard chinois), Howard Chan (le Sheldon chinois)

Nos 4 Geeks sont tous présents dans le salon de Leonard et Sheldon en pleine expérience. Ils se rejouissent tous les 4 de leur réussite sur fond de musique, plus précisément l'odyssée de l'espace. Penny entre dans l'appartement leur demande de baisser le son, mais Leonard l'empeche de sortir afin de lui expliquer ce qu'ils viennent de faire. Comme à son habitude, Penny ne comprend pas et tente de partir. Les garçons lui expliquent alors qu'ils envoient des signaux de leur ordinateur et qu'ils peuvent controler tout ce qu'il y a dans la pièce comme la lampe, ou encore les voitures télécommandées qui s'approchent de Penny. Le jeune femme s'enfuie lorsque que Sheldon lui fait remarquer qu'elle devrait porter un pantalon.

Alors qu'ils rangent tous le materiel sorti pour leur expérience, ils énumèrent chacun leur tour ce qu'ils aimeraient qu'on fasse de leur corps. Mais pendant la conversation, Leonard découvre une lettre que Sheldon a jeté intentionnellement dans la poubelle. Il s'agit d'une lettre de l'institut de la Physique Expérimentale qui souhaite que Leonard et Sheldon présentent leur rapport sur les propriétés des supersolides lors du colloque sur le Condensant de Bose-Einstein. Sheldon explique qu'il ne voit pas l'interêt de présenter ce rapport devant des inconnus qui ne reconnaitront pas son génie seulement Leonard n'admet pas qu'il ne l'ai pas prévenu.
Les 2 jeunes se disputent afin de savoir si oui ou non ils vont y aller.

Penny est dans le dressing de Leonard afin de lui trouver un ensemble convenable pour participer au colloque. La belle demande à Leonard s'il est toujours en froid avec Sheldon, ce que le jeune homme confirme. Elle lui fait jeter quelques chemises atroces et lui trouve un pantalon correct à mettre. Pendant qu'il l'essaie, Penny lui demande s'il ne peut pas faire un effort pour que que Sheldon l'accompagne. Mais le jeune homme refuse, lui expliquant que les scientifiques ne font pas de compromis et surtout que Sheldon est dingue. Ne voyant rien de correct, Elle se resigne à lui faire mettre son vieux costume en velours marron.

Penny descend les escaliers afin d'aller chercher son courrier. Elle croise alors Sheldon dans l'entrée, et lance la conversation en faisant un peu d'humour, que Sheldon ne comprend évidemment pas. Il lui suggère alors de remonter dans leur appartement en silence. Seulement Penny ne peut s'empecher de lui parler de Leonard et tente de savoir s'il est affecté par leur dispute. Toujours avec son esprit décalé par rapport à Penny, Sheldon lui dit qu'il n'a pas réussi à aller aux toilettes ce matin. Elle lui demande alors de se reconcilier avec Leonard mais la conversation tourne court et Penny fait gaffe sur gaffe. Et cela a pour effet de mettre Sheldon dans tous ses etats et donc d'en vouloir encore plus à Leonard.

Sheldon vaque à ses occupations sur son ordinateur, pendant que Leonard lui fait part qu'il se rend au colloque sans lui. Mais Sheldon lui en veut toujours de ce qu'il a dit. Penny entre, et vient chercher Leonard afin de l'accompagner. Leonard tente une dernière fois de le convaincre de venir mais Sheldon lui repond en faisant comme s'il essayait de lui exploser la tête par la pensée avec les deux mains sur les tempes.

Leonard est dans un couloir avec Penny et Raj, il semble nerveux. Howard lui conseille qu'avec quelques blagues ca devrait détendre l'atmosphère. Cependant lorsqu'il raconte une histoire seule Penny ne comprend pas mais fait semblant de la connaitre.

Leonard est devant tout le public et termine sa présentation. Les lumières sont rallumées et on découvre Penny endormie sur l'épaule d'Howard. Ravi, le jeune  en profite pour prendre une photo. Leonard incite le publie à poser des question et on y reconnait Sheldon déguisé d'un sweet noir à capuche. Il tente de destabiliser Leonard et se disputent devant tout le monde. Pour se défendre, Sheldon met à nouveau des mains sur les temps en tente de faire exploser la tête de Leonard. Howard, de son coté, filme toute la scène. Afin de le faire s'arrêter, Leonard frappe Sheldon, mais le jeune homme continue. Les 2 geeks finissent par se battre.

De retour dans leur appartement, Sheldon essaie de s'expliquer avec son collocataire et lui presente ses excuses. Mais Howard et Raj entrent dans l'appartement pour leur montrer la vidéo de leur lutte sur Youtube. Ils regardent ensemble la vidéo quand Penny entre énervée dans l'appartement. Howard aurait mis la photo de Penny sur son Facebook indiquant que c'est sa petite amie. Et c'est avec beaucoup d'humour que Penny imite Sheldon et tente d'exploser la tete d'Howard.
L'episode finit sur une scène montrant 2 geeks asiatiques en train de regarder la vidéo de Leonard et Sheldon...

(Howard, Sheldon, Leonard et Raj font une expérience. Leonard installe un capteur connecté à l'ordinateur de Howard sur la lampe du salon.)

LEONARD : Et voilà. J'ai mis le récepteur en marche, ça y est.

HOWARD : (sur l'ordi.) Très bien messieurs. Je m'apprête à envoyer un signal depuis ce portable vers notre fournisseur d'accès, et ce signal va parcourir des fibres optiques à la vitesse de la lumière jusqu'à San Francisco. Et puis un satellite sur orbite géosynchrone le déviera vers Lisbonne ou des routeurs le transferrerons via des câbles de communication sous-marins à Halifax, en Nouvelle-Ecosse. Et grâce au relais hertzien, il passera à nouveau par notre fournisseur d'accès pour atteindre cette objet communément appelé... (il clique. La lampe s'allume.)... lampe.

(Ils éclatent tous de joie.)

SHELDON : Vous avez vu mon bras ? J'ai la chaire de poule !

HOWARD : Je vais mettre en route la chaîne stéréo.

RAJ : Vas-y, on est prêt !

(Howard clique. La chaîne se met en route, provoquant l'extase chez les garçons. Penny entre et les surprend en pleine transe.)

PENNY : Salut les garçons !

(Surpris, ils s'arrêtent tous.)

HOWARD : Oh ! Tiens, salut.

PENNY : Dites, c'est un peu fort.

HOWARD : Pas de problèmes, je baisse le son. (En cliquant.) San Francisco, Lisbonne, Halifax... et voilà.

(Le son se baisse.)

PENNY : C'est gentil, merci. (Elle s'apprête à partir.)

LEONARD : Non, attend, Penny ! (Elle revient.) Tu réalises ce qu'on vient de faire ?

PENNY : Oui, vous avez baissé le son via votre portable.

SHELDON : Euh non, on a baissé le son en envoyant un signal qui a parcouru le monde via le réseau internet.

PENNY : Oh. Vous savez, dans les grandes surfaces, ils vendent des télécommandes universelles pas chères.

LEONARD : Euh non. Attend, tu vas comprendre. Howard, active la connexion en réseau, vas-y.

HOWARD : D'accord, connexion en réseau activée.

(Rien ne se passe.)

PENNY : Ca m'en bouche un coin, bon je vous laisse. (Elle va de nouveau partir.)

LEONARD : Non, non, attend, attend ! (Elle revient. La lampe se met à clignoter, les garçons s'exclament de joie.) T'as vu ça ?

PENNY : Non.

(La lampe continue de clignoter. Ainsi que toutes les ampoules de l'appartement.)

SHELDON : Oh ! Y'a une personne qui, depuis la province du Saichuan, arrive à allumer et éteindre toutes les lumières chez nous !

PENNY : Oh, comme c'est pratique ! Euh, j'ai une question. Pourquoi ?

TOUS ENSEMBLE : Parce qu'on le peut !

(Les voitures télécommandées commencent à se déplacer toutes seules.)

SHELDON : Oh ! Ils commandent nos petites voitures !

(Les voitures se dirigent vers Penny.)

PENNY : C'est quoi ces petits machins sur les capots ?

LEONARD : Des  webcams. Dis bonjour à la caméra !

(Penny fait coucou aux voitures, tandis que Howard regarde d'où viennent les signaux.)

HOWARD : Euh, le tout-terrain turquoise reçoit des ordres depuis Austin au Texas, et le bleu sombre est piloté à distance depuis la banlieue de Tel-Aviv !

(La voiture de sport rouge se rapproche de Penny.)

SHELDON : (à Penny.) A ta place, j'enfilerai un pantalon.

PENNY : Pourquoi ? (Elle comprend.) Eh oh ! Ca suffit maintenant ! Laissez-moi tranquille ! (Elle rentre chez elle en courant.)

LEONARD : Qui contrôle la voiture rouge ?

HOWARD : Oh, ça c'est moi.


THE BIG BANG THEORY


(Ils rangent leurs affaires informatiques.)

SHELDON : Quand il ne restera de nous qu'un cerveau dans un bocal de formol, on repensera à ces huit dernières heures et on dira "quelle perte de temps".

RAJ : Je veux pas de bocal. Je veux qu'on mette mon cerveau dans un androïde. Et qui fera deux mètres cinquante de muscles.

HOWARD : Je ferais pareil que toi, mais même avec un corps artificiel, je ferais en sorte de rester juif. (Les autres le regardent.) Je l'ai promis à ma mère.

RAJ : Ca doit être faisable. On doit pouvoir circoncire ton pénis d'androïde. Mais il faudra que ton rabbin le négocie avec ton fabriquant.

SHELDON : Et il faudra aussi que tu te mettes en veille tout les samedis.

LEONARD : (en sortant une lettre de la corbeille.) Sheldon, que fais cette lettre dans la poubelle ?

SHELDON : Eh bien, il y a deux possibilités. Soit la poubelle s'est formée tout autour de la lettre, soit on suit le principe du rasoir jetable, et on en déduit que quelqu'un l'a jetée.

LEONARD : Ca vient de l'institut de physique expérimentale, et ils veulent qu'on présente nos travaux sur les supers solides lors d'un séminaire ayant pour thème, les condensats de Bosenstein ! Tu te rends compte ?

SHELDON : Je sais. Je l'ai lu avant de la jeter.

LEONARD : D'accord. Je vais revenir sur ma question et te la formuler autrement. Pourquoi as-tu jeté cette lettre ?

SHELDON : Tout simplement, parce que je ne vois pas l'intérêt d'aller dans un hôtel à Pasadena, et de faire mon discours devant de parfaits inconnus, qui seront bien incapables de reconnaître le vrai génie quand il sera face à eux. Ce qui se produirait, si je venais.

HOWARD : Tu devrais y réfléchir, parce que les séminaires sur Bosenstein sont devenus légendaires pour leurs fêtes.

LEONARD : On s'en balance des fêtes.

HOWARD : On s'en balance ? (A Raj.) Quel coincé celui-là.

LEONARD : (à Sheldon.) Est-ce que j'aurais reçu d'autres honneurs sans le savoir ? Non, parce que si ça se trouve, le facteur a déposé un Prix Nobel à mon nom.

SHELDON : Ne prend pas mal ce que je vais te dire mais, le jour où tu recevras un Prix Nobel, moi je ferais des recherches sur la manière dont les pompoms influencent la vitesse des tapis volants.

RAJ : (rit.) Pour que ça devienne une injure, il suffit de glisser les mots "ta mère" !

HOWARD : (rit.) J'en ai une. Hey Leonard, la méthodologie de recherche de ta mère est nulle !

LEONARD : La ferme Howard. Sheldon, il faut qu'on y aille !

SHELDON : Non, pas obligé. Il faut qu'on se nourrisse pour vivre, qu'on fasse nos besoins, qu'on inspire de l'oxygène pour préserver nos cellules. Tout le reste est facultatif.

LEONARD : D'accord, je vais te le dire autrement. Moi j'y vais.

SHELDON : Non, c'est moi le directeur de recherche.

LEONARD : Oh, je t'en prie ! On a convenu que ce serait toi, uniquement parce qu'on a suivi l'ordre alphabétique !

SHELDON : Oui, c'est ce que je t'ai fais croire, parce que j'ai voulu t'épargner l'humiliation de reconnaître que c'était mon idée. Et je ne voudrais pas enfoncer le clou, mais j'ai fais ça pour te faire plaisir. Ne me remercie pas.

LEONARD : Je te signale que c'est moi qui ai conçu l'expérimentation qui valide notre hypothèse.

SHELDON : Elle n'a pas besoin d'être validée.

LEONARD : Quoi ? Parce que selon toi, la communauté scientifique doit te croire sur parole ?!

SHELDON : Elle n'est pas obligée, mais elle devrait.

LEONARD : Ca suffit. Tant pis pour toi, moi je vais aller à la conférence, présenter notre découverte.

SHELDON : Je t'interdis de faire ça !

LEONARD : Quoi ? Tu me l'interdis ?

SHELDON : Si je ne récolte pas les lauriers pour nos travaux, personne ne les aura.

LEONARD : Ah, tu vois ! Tu as admis que c'était nos travaux !

SHELDON : Non, c'était pour te faire plaisir une fois de plus. Et pas besoin de me remercier. (Il part dans sa chambre.)

HOWARD : Et prend-toi ça dans les dents !

*******


(Leonard demande à Penny de l'aide pour s'habiller pour le séminaire.)

PENNY : (fouille dans l'armoire de Leonard.) Alors ? Sheldon et toi vous ne vous adressez toujours pas la parole ?

LEONARD : Non seulement il refuse de me parler, mais en plus il me scrute comme s'il essayait de faire exploser mon crâne rien que par la pensée. (Penny le regarde.) On se croirait dans ce film de science-fiction, Scanner. Tu sais, (en mimant le geste.) Bzzzz... poum !... Laisse tomber. Et qu'est-ce que tu penses de ceci ? (Il prend un costume dans l'armoire.) Ca montre que j'ai beau être un scientifique, je peux aussi être rigolo.

PENNY : (rit.) Oh, j'ignorais que ça se faisait encore, les costumes pour hommes en velours !

LEONARD : Non, c'est pour ça que je l'ai gardé justement.

PENNY : D'accord, je te le met là, et on va voir ce que t'as d'autre.
(Elle accroche le costume à la porte.) Alors, prend ça, et ça, et aussi ça, et celle-ci. (Elle lui donne plusieurs chemises.)

LEONARD : Tu tiens vraiment à ce que j'essaie toutes ces fringues ?

PENNY : Je tiens vraiment à ce que tu les jettes. Et les refiles pas aux bonnes oeuvres, ça n'aiderait personne. (Elle sort ensuite une maquette.) C'est quoi ce truc ?

LEONARD : Oh, ça ?  C'est une reproduction de la ville de Condor.

PENNY : Hin hin.

LEONARD : Je vais t'expliquer. En fait, la ville de Condor était la capitale de la planète Krypton. Elle a été miniaturisée par Brainiac avant que Krypton explose, puis Superman l'a sauvée.

PENNY : Oh ! Elle revient de loin alors ! (Elle repose la maquette.)

LEONARD : (à lui-même.) De toutes façons, les filles ne peuvent pas comprendre.

PENNY : (lui tend un pantalon.) Tiens. T'as qu'à enfiler ça pendant que je te trouve une veste et une chemise.

LEONARD : D'accord, je reviens. (Il s'apprête à partir.)

PENNY : Où tu vas ? Change-toi ici.

LEONARD : Ici ?

PENNY : Oh, on est timide ?

LEONARD : Non, je suis pas timide.

PENNY : (recommence à fouiller.) Je regarde pas.

LEONARD : Je sais que tu vas pas regarder, y'a rien à voir. Enfin quoique-

PENNY : Enfile ce pantalon !

LEONARD : Tout de suite.

PENNY : Et Sheldon et toi, vous pouvez pas trouver un compromis, pour ce machin de séminaire ?

LEONARD : Euh non ! Les scientifiques ne font pas de compromis. Notre esprit synthétise les données qu'il reçoit, et en tire des raisonnements irréfutables. Il faut ajouter à cela que Sheldon est un peu toc-toc.

PENNY : (sort une combinaison.) Bon sang, c'est quoi ce truc ?

LEONARD : Oh, attention ! C'est ma combinaison spatiale de Battlestar Galactica.

PENNY : Oh ! Pourquoi tu l'as pas mise à Halloween ?

LEONARD : Parce que ce n'est pas un déguisement, c'est une combinaison spatiale.

PENNY : (repart dans le placard.) Bon. Allez, on continue. (Sort une chemise.) Oh ! Une chemise avec des motifs indiens !

LEONARD : Oui, ça va avec mon costume.

PENNY : Euh, si tu veux dire par là qu'ils vont finir au même endroit, allons-y. (Elle jette la chemise sur le lit, avec les autres chemises. Elle sort une cravate.) Oh, j'ai trouvé qu'une cravate, c'est normal ?

LEONARD : Effectivement, je n'en ai qu'une seule, mais peut-être as-tu remarqué ceci... (Il la retourne.) Tu vois ? Elle est réversible.

PENNY : Oh.

LEONARD : Du coup ça m'en fait deux.

PENNY : Nan, à mon avis ça t'en fait même pas une. (Elle range la cravate.) Alors c'est tout ce que t'as comme fringues ?

LEONARD : Ben oui. Depuis le secondaire.

PENNY : Ah oui, et comment ça se fait ?

LEONARD : Ca a été la fin de ma croissance.

PENNY : Bon et ben. Tu vas devoir mettre ton costume en velours.

LEONARD : Super.

PENNY : Ouais. (Leonard prend la chemise aux motifs indiens.) Je t'ai dis non, repose-la.

*******


(Penny descend chercher son courrier, et trouve Sheldon à sa boîte aux lettres.)

PENNY : Salut Sheldon !

SHELDON : Bonjour Penny.

PENNY : Les nouvelles sont bonnes ?

SHELDON : C'est juste le nouveau numéro de Physique des Particules Appliquées.

PENNY : Oh, c'est curieux que t'ais déjà reçu le tien et pas moi ! (Sheldon la regarde étrangement.) C'était une plaisanterie. (Sheldon rit.) Eh ouais ! Applaudissez bien fort la reine de la bonne blague !

SHELDON : Penny, ne te sens pas obligée de faire d'autres trucs bizarres, ça ne me dérange absolument pas de monter l'escalier avec toi en silence.

PENNY : Oh mais moi non plus. Je dis plus rien. (Ils commencent à monter.) Motus et bouche cousue. (Ils continuent leur ascension.) Ca va, toi et Leonard ?

SHELDON : Oh j'en étais sûr....

PENNY : C'était qu'un petit malentendu, hein ?

SHELDON : Un petit malentendu tu crois ? Entre Galilée et le Pape il y avait un petit malentendu.

PENNY : Tu sais, j'ai discuté avec Leonard ce matin, et il avait l'air vraiment contrarié.

SHELDON : Ah.

PENNY : Et toi ça te fait quoi ?

SHELDON : Je ne saisis pas le sens de ta question.

PENNY : Je te demande si c'est dur pour toi d'être fâché avec ton meilleur ami.

SHELDON : Oh. Je n'avais pas vu ça sous cet angle. Je me demande si je n'éprouve pas en ce moment même les effets physiologiques du tourment émotionnel qui agite mon subconscient.

PENNY : Qui agite quoi ?

SHELDON : J'étais constipé ce matin.

PENNY : (rit.) Vous devriez avoir une discussion, je suis persuadée que vous pouvez régler ça.

SHELDON : Ce serait toujours mieux que mon plan.

PENNY : C'est quoi ?

SHELDON : Prendre un bon laxatif.

PENNY : Ecoute, tu dois absolument ouvrir le dialogue. Leonard te considère comme un ami et, il m'a même dit que si tu n'avais pas eu cette petite idée, il n'aurait jamais pu mener à bien cette expérimentation.

(Sheldon, qui allait ouvrir son appartement, se retourne.)

SHELDON : Tu as bien dis "une petite idée" ?

PENNY : Oui, enfin il a essayé de m'expliquer, mais j'ai pas tout compris et-

SHELDON : Oui, ça ça ne m'étonne pas. C'est lui qui a dit "une petite idée" ?

PENNY : Eh bien, non. En fait, je veux dire, il a pas tout à fait dit ça comme ça-

SHELDON : Et quels sont les termes exacts qu'il a utilisé ?

PENNY : Euh, on s'en fout des termes qu'il a utilisé, le plus important c'est la manière dont il-

SHELDON : Qu'est-ce qu'il a dit ?

PENNY : Que c'était un coup de chance.

(Leonard sort de l'appartement à ce moment là.)

LEONARD : Tiens, Sheldon ! J'ai réfléchi et je me suis dis, plutôt qu'on se fasse la tête-

SHELDON : Ne m'adresse plus jamais la parole ! (Il rentre et claque la porte.)

LEONARD : Quoi ?

(Leonard regarde Penny, qui se contente de faire signe que Sheldon est fou, et rentre rapidement chez elle.)

(Le jour J. Leonard s'apprête à partir tandis que Sheldon est occupé sur son ordinateur.)

LEONARD : Ca y est, je vais au séminaire.

SHELDON : Alors amuse-toi bien en présentant mon "coup de chance".

LEONARD : Arrête Sheldon, j'ai pas voulu dire ça !

SHELDON : Alors pourquoi tu l'as dis ?

LEONARD : J'en sais rien, ça m'a échappé.

SHELDON : C'était pour impressionner Penny ?

LEONARD : Non ! Pas du tout ! (Sheldon lui lance un regard noir.) Enfin un peu.

SHELDON : Et alors ? Ca a marché au moins ?

(Penny entre.)

PENNY : Tu es prêt Leonard ?

SHELDON : Libido 1. Vérité 0.

LEONARD : D'accord, je te le répète une dernière fois. On a travaillé ensemble, alors présentons nos travaux ensemble !

SHELDON : Et moi aussi je te le répète une dernière fois, c'est snob, indigne, et surtout tu me casses les pieds.

LEONARD : (dépité, à Penny.) Allons-y.

PENNY : Bonne soirée Sheldon.

SHELDON : Aurevoir Penny. (Leonard le regarde une dernière fois avant de fermer la porte. Sheldon refait le coup du scanner, et Leonard ferme la porte.) Un de ces jours, pshhhhh ! (En mimant la tête qui explose.)

********


(Dans les couloirs, avant d'entrer au séminaire. Penny arrange la cravate de Leonard.)

PENNY : Ca y est.

LEONARD : Tu as raison. Ce côté est mieux.

PENNY : J'ai pas dis que ça serait mieux, j'ai dis que ça serait moins... moucheté.

(Howard les rejoint.)

HOWARD : Les gars, je viens de voir la salle, il y a au moins 25 personnes là-dedans.

LEONARD : Tu veux rire ?!

PENNY : Ah bon, c'est tout ?

LEONARD : C'est tout ?! Pour un séminaire sur la physique des particules, c'est Woodstock !

PENNY : Ah bon ? Ben alors, c'est cool.

LEONARD : Je pensais pas qu'il y aurait autant de monde, du coup j'ai le trac.

HOWARD : Ca va aller, t'as qu'à commencer par une blague !

LEONARD : Ah oui ? Une blague ? (Réfléchit.) Ah j'en ai une ! Euh, vous êtes prêts ? Alors voilà... C'est l'histoire d'un fermier, qui a un élevage de poules. Mais aucune d'entre elles ne donnent d'oeufs. Alors du coup, il fait appel à un physicien, vous me suivez ? Et ce physicien, après avoir fait tout un tas de calculs, lui dit alors, heum, "j'ai bien une solution mais, ça ne marche qu'avec des poules sphériques et un aspirateur!". (Il rit, ainsi qu'Howard et Raj. Seule Penny reste stoïque.) Elle est bonne hein ?

(Ils constatent que Penny ne rit pas.)

PENNY : Oh... Je la connaissais déjà, c'est pour ça.

HOWARD : On y va ?

LEONARD : Oui.

HOWARD : Oh, joli costume.

LEONARD : Il est classe hein ?

(Ils rentrent dans la salle du séminaire.)

PENNY : (en les suivant.) J'aurais dû venir avec ma voiture.

(Le séminaire se déroule bien.)

LEONARD : Donc, pour conclure, ces données prouvent que lorsque la température avoisine le zéro absolu, le moment d'inertie change, et le solide devient super-solide ce qui, comme vous pouvez le voir, était un état de la matière inconnu jusqu'à présent. (La salle applaudit, les lumières se rallument. Penny est endormie sur l'épaule d'Howard qui en profite pour la prendre en photo avec son téléphone.) Merci. Vous avez des questions ?

(Une voix familière retentit.)

SHELDON : Oui ! C'est quoi ce charabia ?

LEONARD : Une autre question ?

(Sheldon se lève et enlève sa capuche et ses lunettes.)

SHELDON : Professeur Sheldon Cooper. C'est moi le directeur de recherche de cette thèse scientifique. (La salle ne réagit pas.) Merci beaucoup. (Il se rend sur scène et s'adresse à Leonard.) Vous, Monsieur ! Vous avez délibérément omis d'évoquer le fait qu'un jour, alors que j'étais au parc, j'ai vu des enfants sur un manège qui tournait. Et ça m'a fait réfléchir sur le moment d'inertie d'un gaz tel que l'hélium à une température avoisinant le zéro absolu.

LEONARD : Je ne l'ai pas omis, c'est une anecdote, et non pas de la science !

SHELDON : Oh ! Alors ça veut dire que vous réduisez la pomme qui est tombée sur la tête de Newton à une simple anecdote ?

LEONARD : Tu n'es pas Isaac Newton.

SHELDON : Oh non, en effet. Moi, je n'ai pas besoin d'une pomme pour comprendre les lois de la gravité.

LEONARD : Mais c'est fou ce que tu peux être arrogant quand tu t'y mets !

SHELDON : Vous continuez à me mésestimer mon cher.

LEONARD : Ecoute, si tu n'as pas aimé mon discours, ne viens pas te plaindre ! Tu n'avais qu'à le faire avec moi !

SHELDON : Je te l'ai répété je ne sais combien de fois ! Je n'ai pas besoin de l'appréciation d'esprits inférieurs ! (Au public.) Sans vous offenser.

LEONARD : Ah oui ? Alors, pourquoi tu es venu ?

SHELDON : Je savais que tu ferais un bide.

LEONARD : Non euh, j'ai pas fais de bide !

SHELDON : Oh, je t'en prie ! Je veux bien reconnaître que ta blague sur les poules était drôle-

LEONARD : Merci.

SHELDON : Mais après, ça a été la débandade.

LEONARD : Bon, ça suffit ! J'en ai assez de ce ton condescendant ! Peut-être que je n'ai pas intégré la fac de sciences à l'âge de 11 ans comme toi, peut-être que je n'ai obtenu mon doctorat qu'à 24 ans au lieu de 16, mais tu n'es pas la seule personne à être plus intelligente que le reste de cet auditoire ! (A la salle.) Sans vous offenser ! (A Sheldon.) Et euh, et apparemment je ne suis pas le seul à souffrir d'un manque de confiance en moi, et à avoir un ego avide de reconnaissance !

SHELDON : Alors tu reconnais ton égotisme ?

LEONARD : Oui, si tu veux ! (A la salle.) Je m'appelle Leonard Hofstader et j'ai toujours été la déception de mes parents, alors je me rattrape auprès d'inconnus comme vous. (En montrant Sheldon.) Mais lui est encore pire !

SHELDON : Oh ! Très bien  tu l'auras voulu ! (Il refait le coup du scanner.)

LEONARD : Oh, arrête avec ça ! (Penny est bien réveillée. Howard filme la scène.) Tu n'arriveras pas à faire exploser ma tête par la pensée !

SHELDON : Je tente la rupture d'anévrisme !

LEONARD : Mais arrête avec ça ! (Il tape Sheldon.)

SHELDON : Oh, il m'a frappé ! (A la salle.) Vous êtes tous témoins !

LEONARD : T'as voulu me faire exploser !

SHELDON : Et alors ? Ca a marché ?

LEONARD : Evidemment que non, bon sang ! Ca tourne pas rond dans ta tête ?!

SHELDON : (coup du scanner.) Je vais recommencer ! Je conseille aux gens du premier rang de changer de place, ça va gicler !

LEONARD : C'est n'importe quoi ! (Il le retape pour qu'il enlève ses mains de sa tête.) Arrête ! (Sheldon se repositionne, Leonard le tape de nouveau.) Ca suffit ! (Ils finissent par se battre.)

PENNY : (à Howard.) Les séminaires scientifiques, ça se passe toujours comme ça ?

HOWARD : Bien plus souvent qu'on ne le croit.

(Sheldon et Leonard se battent au sol.)

SHELDON : Je vais te faire une prise vulcaine !

LEONARD : Excuse-toi !

(Leonard, penaud est assis sur son fauteuil. Sheldon entre. Le froid s'installe.)

SHELDON : Tu aurais pu me proposer de me ramener.

LEONARD : Estime-toi heureux que je ne t'ai pas roulé dessus.

SHELDON : Je ne vois pas pourquoi tu m'en veux à ce point ! Tu m'as supplié de venir, je suis venu, mais Monsieur n'est jamais content !

LEONARD : Mais oui ! C'est moi le problème, c'est moi qu'ais besoin de me faire soigner !

SHELDON : C'est pas terrible pour des excuses, mais je les accepte.

(Sheldon s'apprête à aller dans sa chambre.)

LEONARD : Hey, attend une minute ! (Sheldon se retourne.) Toi, tu ne te remets pas du tout en question ?

SHELDON : Très bien. Excuse-moi d'avoir tenté de te faire exploser la tête. Ce n'était ni le lieu ni le moment.

(Howard et Raj entrent.)

HOWARD : Il faut que vous voyez ça !

RAJ : Quelqu'un a tout filmé avec son téléphone et l'a balancé sur internet !

(Ils se rassemblent tous autour de l'ordinateur.)

LEONARD : Quoi ?!

SHELDON : Qui a fait une chose pareille ?

HOWARD : Ca doit être moi. Oh, ils l'ont mis en page d'accueil, ça  alors !

(Ils revoient la bataille entre Leonard et Sheldon. On entrevoit rapidement la tête de Raj.)

LEONARD : Oh mince... Ce costume est si moche que ça ?

SHELDON : Roooo... On s'en fiche de ton costume. Regarde comme je m'agite, on dirait un flamant rose sous excitant !

(Penny entre.)

PENNY : Howard ? Je peux savoir pourquoi tu as mis sur ton site internet une photo de moi endormie sur ton épaule, avec ce commentaire "moi et ma petite amie" ?

HOWARD : Oh ça y est, elle va encore me faire une scène.

(Penny fait le coup du scanner.)

(Quelque part en Chine. Deux ados chinois regardent la vidéo de Sheldon et Leonard en train de se battre.)

CHINOIS 1 : Quels gros nazes, crois-moi.

CHINOIS 2 : Oui, de vrais petits américains.

(Ils rient. Les lumières commencent à clignoter.)

CHINOIS 1 : Qui a fait ça ?

CHINOIS 2  : Quelqu'un de Pasadena, en Californie nommé... Wolowizard.

CHINOIS 1  : Wolowizard ? (Ensemble, en se tapant dans la main.) C'est trop fort !

Fin de l'épisode.

Scene: The apartment, Leonard is attaching something to a lamp.

Leonard: Okay, the X10s are online.

Howard: Gentlemen, I am now about to send a signal from this laptop through our local ISP, racing down fibre-optic cable at the speed of light to San Francisco, bouncing off a satellite in geosynchronous orbit to Lisbon, Portugal, where the data packets will be handed off to submerged transatlantic cables terminating in Halifax, Nova-Scotia, and transferred across the continent via microwave relays back to our ISP and the X10 receiver attached to this (clicks mouse, lamp switches on) lamp. (The others cheer and clap).

Sheldon: Look at me, look at me, I’ve got goosebumps.

Howard: Are we ready on the stereo?

Raj: Go for stereo.

(Howard clicks mouse again. Also Sprach Zarathustra begins to play. At the climactic notes, the four jump in the air and begin pretend conducting or jumping about in time to the music.)

Penny (entering): Hey guys.

All (calming down, embarrassed): Hello.

Penny: It’s a little loud.

Howard: No problem, turning it down. (Using mouse again) San Francisco, Lisbon, Halifax (the music gets quieter) et voila.

Penny: Okay, thanks.

Leonard: Hang on, hang on, do you not realise what we just did.

Penny: Yeah, you turned your stereo down with your laptop.

Sheldon: No, we turned our stereo down by sending a signal around the world via the internet.

Penny: Oh. You know you can just get one of those universal remotes at Radio Shack, they’re really cheap.

Leonard: No, no, no, you don’t get it, um, Howard, enable public access.

Howard: Public access enabled. (They all stare around for a moment in silence.)

Penny: Boy, that’s brilliant, but I’ll see you.

Leonard: No, hang on, hang on. (The lamp goes off and on again.) See!

Penny: No.

Sheldon: Someone in Sezchuan province, China is using his computer to turn our lights on and off.

Penny: Huh, well that’s handy. Um, here’s a question, why?

All together: Because we can. (There is a loud noise)

Sheldon: They found the remote controlled cars.

Penny: Well, wait, wait, what’s on top of them.

Leonard: Wireless webcams, wave hello.

Howard: The monster truck is out of Austin, Texas, and the blue Viper is being operated from suburban Tel Aviv.

Sheldon: You may want to put on slacks.

Penny: What? (Seeing red car is trying to get between her legs) Ew, stop it, no, leave me alone.

Leonard: Who’s running the red Corvette?

Howard: That would be me.

Credits sequence

Scene: The same, clearing up.

Sheldon: You know, in the future, when we’re disembodied brains in jars, we’re going to look back on this as eight hours well wasted.

Raj: I don’t want to be in a jar. I want my brain in an android body. Eight feet tall and ripped.

Howard: I’m with you. I just have to make sure if I’m a synthetic human I’d still be Jewish. I promised my mother.

Raj: I suppose you could have your android penis circumcised. But that’s something your Rabbi would have to discuss with the manufacturers.

Sheldon: Not to mention you’d have to power down on Saturdays.

Leonard: Sheldon, why is this letter in the trash?

Sheldon: Well, there’s always the possibility that a trash can spontaneously formed around the letter, but Occam’s Razor would suggest that someone threw it out.

Leonard: It’s from the Institute for Experimental Physics. They want us to present our paper on the properties of super solids at the topical conference on Bowes-Einstein condensates.

Sheldon: I know. I read it before I threw it out.

Leonard: Okay… if I may drill down to the bedrock of my question, why did you throw it out.

Sheldon: Because I have no interest in standing in the Rose Room of the Pasadena Marriott in front of a group of judgemental strangers, who wouldn’t recognise true genius if it were standing in front of them giving a speech. Which, if I were there, it would be.

Howard: I don’t know, Sheldon, those topical conferences on Bowes-Einstein condensates parties are legendary.

Leonard: Forget the parties.

Howard: Forget the parties? What a nerd.

Leonard: Are there any other honours I’ve gotten that I don’t know about? Did UPS drop off a Nobel Prize with my name on it?

Sheldon: Leonard, please don’t take this the wrong way, but the day you win a Nobel Prize, is the day I begin my research on the drag co-efficient of tassles on flying carpets.

Raj: Hoo-hoo-hoo. The only thing missing from that insult was “yo mamma.”

Howard: I’ve got one, hey Leonard, your mamma’s research methodology is so flawed….

Leonard: Shut up, Howard. Sheldon, we have to do this.

Sheldon: No we don’t. We have to take in nourishment, expel waste, and inhale enough oxygen to keep ourselves from dying, everything else is optional.

Leonard: Okay, let me put it this way, I’m doing it.

Sheldon: You can’t. I’m the lead author.

Leonard: Oh, come on. The only reason you’re the lead author is because we went alphabetically.

Sheldon: I let you think we went alphabetically to spare you the humiliation of dealing with the fact that it was my idea. Not to put too fine a point on it, but I was throwing you a bone. You’re welcome.

Leonard: Excuse me, I designed the experiment that proved the hypothesis.

Sheldon: It doesn’t need proving.

Leonard: So the entire scientific community is just supposed to take your word?

Sheldon: They’re not supposed to, but they should.

Leonard: Alright, I don’t care what you say, I’m going to the conference and I’m presenting our findings.

Sheldon: And I forbid it.

Leonard: You forbid it?

Sheldon: If I’m not taking credit for our work then nobody is.

Leonard: Oh, you admit that it’s our work.

Sheldon: No, once again, I’m throwing you a bone. And once again, you are welcome.

Leonard: Ah!

Howard: Oh no he dit’nt!

Scene: Leonard’s bedroom. Penny is looking through his closet.

Penny: So, how’s it going with Sheldon, are you guys still not talking to each other?

Leonard: Not only is he still not talking to me, but there’s this thing he does where he stares at you and tries to get your brain to explode. You know, like in the classic sci-fi movie Scanners? (Put’s fingers to head) You know, bzzz-pchew! Never mind. How about this one. It says, “I know my physics, but I’m still a fun guy!”

Penny: Oh, hey, I didn’t know they still made corduroy suits!

Leonard: They don’t, that’s why I saved this one.

Penny: Okay, well, let’s just see what else you have. Okay, here, take this, and this, and this, and these.

Leonard: Is this all stuff you want me to try on?

Penny: No, this is stuff I want you to throw out.

Leonard: Oh.

Penny: Seriously, don’t even give it to charity, you won’t be helping anyone. What’s this.

Leonard: Oh, that’s the bottled city of Kandor.

Penny: Uh-huh.

Leonard: You see, Kandor was the capital city of the planet Krypton, it was miniaturised by Brainiac before Krypton exploded and then rescued by Superman.

Penny: Oh, nice.

Leonard: It’s a lot cooler when girls aren’t looking at it.

Penny: Here, why don’t you put these on while I find a shirt and sport-coat to match.

Leonard: Great, be right back.

Penny: Well, where you going, just put them on.

Leonard: Here?

Penny: Oh, are you shy?

Leonard: No, I’m not shy.

Penny: Don’t worry, I won’t look.

Leonard: I know you won’t look, why would you look, there’s nothing to see, well, not nothing….

Penny: Sweetie, put the pants on.

Leonard: Putting them on.

Penny: So, you know, isn’t there maybe some way you and Sheldon could compromise on this whole presentation thing.

Leonard: No. No. Scientists do not compromise. Our minds are trained to synthesise facts and come to inarguable conclusions. Not to mention, Sheldon is batcrap crazy.

Penny: What is this?

Leonard: Oh, careful. That’s my original series Battlestar Galactica flight suit.

Penny: Oh, why didn’t you wear it at Halloween?

Leonard: Because it’s not a costume, it’s a flight suit.

Penny: Okay, alright, moving on, oh, wow, a paisley shirt.

Leonard: Uh-huh, it goes with my corduroy suit.

Penny: If you mean it should end up in the same place then, I agree. Is this your… your only tie?

Leonard: Ah. Technically yes, but, if you’ll notice, it’s reversible. So it works as two.

Penny: Oh, sweetie, I don’t think it even works as one. Is this all your clothes?

Leonard: Yeah. Everything since the eighth grade.

Penny: The… the eighth grade?

Leonard: My last growth spurt.

Penny: Okay, well, I guess we’re back to the corduroy suit.

Leonard: Great.

Penny: Yup. (Leonard picks up paisley shirt) I said no, put it down.

Scene: The ground floor hallway.

Penny: Hey Sheldon!

Sheldon (unlocking his mailbox): Hello Penny.  

Penny: Get anything good?

Sheldon: Uh, just the latest copy of Applied Particle Physics Quarterly.

Penny: Oh, you know, that is so weird that yours came and mine didn’t. (Sheldon looks confused). It was a joke. (Sheldon gives a fake laugh.) Yup, tip your waitresses, I’m here all week.

Sheldon: Penny, just to save you from further awkwardness know that I’m perfectly comfortable with the two of us climbing the stairs in silence.

Penny: Oh yeah, me too. Zip it, lock it. (The begin to climb) Put it in your pocket. So you and Leonard…

Sheldon: Oh dear God!

Penny: Little misunderstanding, huh.

Sheldon: A little misunder…. Galileo and the Pope had a little misunderstanding.

Penny: Anyway, I was talking to Leonard this morning and I think he feels really bad about it.

Sheldon: Huh.

Penny: Well how do you feel?

Sheldon: I don’t understand the question.

Penny: Well I’m just asking if it’s difficult to be fighting with your best friend.

Sheldon: Oh. I hadn’t thought about it like that. I wonder if I’ve been experiencing physiological manifestations of some sort of unconscious emotional turmoil.

Penny: Wait… what?

Sheldon: I couldn’t poop this morning.

Penny: You should just talk to him, I’m sure you guys can work this out.

Sheldon: It’s certainly preferable to my plan.

Penny: Which was?

Sheldon: A powerful laxative.

Penny: Okay, so you absolutely should talk to him, look, I know Leonard values you as a friend, and he told me himself that without your little idea there’s no way he could have come up with this whole experiment thing.

Sheldon: Excuse me, little idea?

Penny: Yeah, I mean he tried to explain it to me, I didn’t really understand it but…

Sheldon: Of course you didn’t, he said little idea?

Penny: Uh, well no, no, not in… not in those words.

Sheldon: In what words then, exactly

Penny: Um, gee, the exact words aren’t written… it’s more the spirit in which it’s

Sheldon: What did he say?

Penny: You had a lucky hunch.

Leonard (coming out of apartment): Hey, Sheldon, I’ve been thinking, instead of arguing about this why don’t….

Sheldon: Don’t you ever speak to me again.

Leonard: What… (Sheldon goes into apartment and slams the door).

Penny: Uh, he… (makes “he’s screwy” hand movements, turns to go).

Scene: The apartment. Leonard is dressed in the corduroy suit.

Leonard: Okay, I’m leaving for the conference.

Sheldon: Have fun presenting my lucky hunch.

Leonard: Sheldon I didn’t mean it like that.

Sheldon: Then why did you say it.

Leonard: I don’t know, I wasn’t choosing my…

Sheldon: Were you trying to impress Penny?

Leonard: No, no not at all. A little bit.

Sheldon: How’d that work out for you?

Penny (entering): Leonard, ready to go?

Sheldon: Libido 1, truth zero.

Leonard: Okay, I’m going to ask you one more time, we did the work together, lets present the paper together.

Sheldon: And I’m telling you for the last time it’s pandering, it’s undignified and bite me.

Leonard: Let’s go.

Penny: Bye Sheldon.

Sheldon: Goodbye Penny. (Places fingers to head to try to make Leonard’s brain explode. Leonard leaves.) Oooh, one of these days, Pkshhhh!

Scene: A corridor at the conference. Penny is attaching Leonard’s name tag.

Penny: There you go.

Leonard: You’re right, this side does look better.

Penny: No, no, I didn’t say better, I said less stained.

Howard: I just checked the house, there’s probably twenty, twenty-five people in there.

Leonard: You’re kidding.

Penny: Is that all?

Leonard: All? In particle physics, twenty five is Woodstock.

Penny: Oh, well, then good!

Leonard: I wasn’t expecting such a crowd, I’m a little nervous.

Howard: It’s okay, just open with a joke, you’ll be fine.

Leonard: A joke. Okay. How about this, um, okay, uh there’s this farmer, and he has these chickens, but they won’t lay any eggs. So, he calls a physicist to help. The physicist then does some calculations, and he says, um, I have a solution, but it only works with spherical chickens in a vacuum. (Raj and Howard laugh.) Right?

Penny: Oh, sorry, I’ve just, I’ve heard it before.

Howard: Let’s roll. Hey, nice suit.

Leonard: It’s a classic, right?

Penny: I really should have brought my own car.

Scene: Leonard is presenting.

Leonard: So, in conclusion, the data show that at temperatures approaching absolute zero, the moment of inertia changes, and the solid becomes a super-solid, which clearly appears to be a previously unknown state of matter. (Applause) Thank you. (Penny is asleep on Howard’s shoulder. Howard is taking a photograph with his camera phone.) Are there any questions?

Voice: Yeah. What the hell was that?

Leonard: Any other questions?

Sheldon (who previously spoke, now removing his hood and dark glasses): Doctor Sheldon Cooper here, I am the lead author of this particular paper. (No reaction.) Thank you. And you, sir, you have completely skipped over the part where I was walking through the park, and I saw these children on a merry-go-round, which started me thinking about the moment of inertia in gasses like helium at temperatures approaching absolute zero.

Leonard: I didn’t skip it, it’s just an anecdote. It’s not science.

Sheldon: Oh, I see, was the apple falling on Newton’s head, was that just an anecdote?

Leonard: You are not Isaac Newton.

Sheldon: No, no that’s true, gravity would have been apparent to me without the apple.

Leonard: You cannot possibly be that arrogant.

Sheldon: You continue to underestimate me, my good man.

Leonard: Look, if you weren’t happy with my presentation then maybe you should have given it with me.

Sheldon: As I have explained repeatedly, unlike you, I don’t need validation from lesser minds. No offence.

Leonard: Really, so why did you come?

Sheldon: Because I knew you’d screw this up.

Leonard: I didn’t screw it up.

Sheldon: Oh, please. I admit, that spherical chicken joke, that was hilarious. But it was straight downhill from there.

Leonard: I’ve had enough of your condescension. Maybe I didn’t go to college when I was eleven like you, maybe I got my doctorate at 24 instead of 16, but you are not the only person who is smarter than everyone else in this room. No offense. And I am clearly not the only person who is tormented by insecurity and has an ego in need of constant validation.

Sheldon: So you admit that you’re an egotist?

Leonard: Yes. (To audience) My name is Dr Leonard Hofstadter, and I could never please my parents so I need to get all my self-esteem from strangers like you. But he’s worse.

Sheldon: Okay, that is it. (Tries to explode brain again.)

Leonard: You cannot blow up my head with your mind.

Sheldon: Then I’ll settle for an aneurysm.

Leonard (knocking his hands down): Stop it.

Sheldon: You hit me. You saw him, he hit me.

Leonard: You were trying to blow up my head.

Sheldon: So it was working.

Leonard: It wasn’t, it was not, you are a nutcase.

Sheldon: Oh we’ll see about that (tries again), heads up you people in the front row, this is a splash zone.

Leonard: Stop, stop it, quit it. (The start to fight.)

Penny: Is this usually how these physics things go?

Howard: More often than you’d think.

Leonard (getting Sheldon on floor): Vulcan nerve pinch!

Scene: The apartment.

Sheldon: You could have offered me a ride home.

Leonard: You’re lucky I didn’t run you over.

Sheldon: I really don’t understand what you’re so unhappy about, you begged me to come, I came, there’s just no pleasing you.

Leonard: You’re right, I’m the problem, I’m the one that needs help.

Sheldon: Well that’s not much of an apology, but I’ll take it.

Leonard: Excuse me. Is there anything you’d like to apologise for?

Sheldon: Yes. I’m sorry I tried to blow up your head. It was uncalled for.

Howard (entering with Raj): You won’t believe this.

Raj: Somebody got the whole thing on a cell phone and put it on youtube.

Leonard: What?

Sheldon: Now, who would do that?

Howard: That would be me. Hey, check it out, it’s a featured video. (The watch).

Leonard: Oh jeez. Is this suit really look that bad?

Sheldon: Forget your suit, look at my arms waving, I’m like a flamingo on Ritalin.

Penny (entering): Howard, would you like to explain to me why your facebook page has a picture of me sleeping on your shoulder captioned “Me and my Girlfriend?”

Howard: Uh-oh, here comes “the talk.”

Penny tries to make Howard’s brain explode.

Scene: Captioned “Somewhere in China”, two Chinese students watch the video on their computer.

Student one (in captions): What losers.

Student two: Yeah. Gigantic American geeks. (The lights flicker)

Student one:  Who’s doing that?

Student two: Someone from Pasadena, California named… “Wolowizard.”

Together: Awesome!

Source : Big Bang Theory Transcript

Kikavu ?

Au total, 102 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

pilato 
15.08.2019 vers 13h

Juju1299 
05.08.2019 vers 00h

Ali3nBrain 
18.07.2019 vers 22h

Kaleydu35 
23.01.2019 vers 20h

labelette 
27.12.2018 vers 13h

stella 
20.11.2018 vers 12h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Prix Nobel de Physique

Prix Nobel de Physique
Le mardi 8 octobre 2019 a eu lieu, à Stokholm, la remise du Prix Nobel de Physique. Ulf Danielsson,...

Saison 11 sur Netflix !

Saison 11 sur Netflix !
La série continue sur Netflix  A partir du 01 septembre 2019, la saison 11 de The Big Bang Theory...

HypnoAwards 2019

HypnoAwards 2019
Dans la catégorie Meilleure comédie du network, The Big Bang Theory ressort grande gagnante. Elle...

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant
Kaley Cuoco a créé sa société de productions, Yes, Norman Productions. Elle avait un droit d'option...

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn
Deux affiches promotionnelles de la série animée Harley Quinn, dans laquelle Kaley Cuoco double le...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

langedu74, 18.10.2019 à 18:35

HypnoClap : il reste 4 chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards ! Et toujours les jeux d'Halloween

pretty31, Avant-hier à 12:46

Plus que deux chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards sur HypnoClap

juju93, Avant-hier à 17:48

Encore 3 jours pour voter à la 3ème catégorie des L d'or (awards) de The L Word : personnage secondaire masculin. Oui nous avons aussi des hommes !

ophjus, Avant-hier à 19:50

Bonsoir, un nouveau sondage est sur le quartier Reign, pas besoin de connaître la série !

chrismaz66, Hier à 12:11

Bonjour, 2 nouveaux sondages Kaamelott et Torchwood, l'un des 2 est drôle ^^

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site