VOTE | 409 fans

The Big Bang Theory
#107 : Le paradoxe du ravioli chinois

 

Résumé : Alors que Wolowitz décroche un rendez-vous avec une amie de Penny, le soir de Halo (jeu vidéo), la jeune femme se trouve obligée de prendre sa place dans l'équipe des joueurs pour ne pas les laisser avec un co-équipier en moins.

 

Popularité


4 - 4 votes

Titre VO
The Dumpling Paradox

Titre VF
Le paradoxe du ravioli chinois

Première diffusion
05.11.2007

Première diffusion en France
08.11.2008

Diffusions

Logo de la chaîne CBS

Etats-Unis (inédit)
Lundi 05.11.2007 à 20:30
9.37m / 3.7% (18-49)

Plus de détails

Scenario : Bill Prady, Jennifer Glickman, Lee Aronsohn & Chuck Lorre Réalisation : Mark Cendrowski

Guests: Carol Ann Susi (Mme Wolovitz), James Hong (Chen), Brooke d'Orsay (Chris

Une soirée jeux vidéos se prépare ce soir dans l'appartement de Sheldon et Leonard. Pendant que Raj, Howard et Leonard s'amusent avec le nouveau téléphone d'Howard, Sheldon fini les branchements de la console et demande aux garçons de le rejoindre tout de suite afin de commencer enfin. ALors qu'ils règlent certains détails, ils sont interrompus par un visiteur. Leonard invite Penny à entrer et Howard en profite pour lui sortir encore une de ces phrases ridicules. La belle demande à Leonard si elle peut se réfugier dans leur appartement car une amie est de passage et elle ne tient pas à rester avec elle. Howard en profite pour se faufiler dans l'appartement de Penny.

Sheldon remet à nouveau les pendules à l'heure et réclame sa partie de jeux vidéos. Mais sans Howard ils ne peuvent plus jouer par équipe, Penny se propose alors de le remplacer. Seulement Sheldon ne le voit pas de cette manière et explique pourquoi elle ne peut pas jouer. La belle en profite pour prendre une manette et tuer un des joueurs, qui n'est autre que celui de Sheldon. La partie continue et Penny avec Leonard battent tous les records et mettent une raclée à Sheldon et Raj. Ils s'aperçoivent très vite que Sheldon est très mauvais joueur.
Vexé, il part et Penny en profite pour rentrer. Seulement la belle revient immédiatement expliquant aux garçons que Christy et Howard vraiment très occupés dans sa chambre. Leonard lui propose le canapé mais encore une fois Sheldon n'est pas d'accord. Penny s'intalle et le jeune homme trouve encore à redire sur le choix d'orientation de la belle sur le canapé. Tous couchés, Raj se retrouve dans le noir dans la cuisine.

Au petit matin, Sheldon se prépare son petit déjeuner. Au moment où il essaie de se s'assoir à sa place sur le canapé, Leonard intervient pour l'en empêcher et éviter à Penny d'avoir la tête écrasée. C'est alors qu'Howard réapparait habillé d'une robe de chambre de Penny et tout guilleret. Il en profite pour se vanter de ses exploits ce qui à pour effet de dégouter Penny. Christy les rejoint ensuite dans l'appartement et Penny lui demande quand elle compte partir. Sheldon retrouve le sourire lorsque tout le monde trouve son compte, Christy va chez Howard et Penny retrouve son appartement. Howard est aux anges et ne prends pas garde des avertissements de Leonard et Penny.

Le soir même, les garçons sont dans leur resto chinois habituel, mais Sheldon se plaint du fait qu'Howard ne soit pas là et chamboule ses habitudes. Le serveur vient prendre commande mais ils n'arrivent pas à se mettre d'accord.

Une fois rentrés, les garçons frappent à porte de Penny et l'invite à une nouvelle soirée Halo. C'est même Sheldon qui lui demande malheureusement la belle a d'autres projets. Les 3 jeunes hommes se retrouvent sur le palier à se disputer jusqu'à ce que Sheldon décide d'appeler Howard afin de rétablir leurs habitudes.

Le petit groupe se retrouve maintenant devant la maison d'Howard et sont témoins d'une dispute entre les femmes de ce dernier. Howard les rejoint et au vue de la situation accepte immédiatement de s'éclipser avec ses amis.

L'équilibre est donc retrouvé et le groupe joue enfin une partie à 4. Seulement ils sont tellement absorbés par leur jeu qu'ils ne s'apercoivent pas que Penny et ses amies entrent dans l'appartement et les observent...

(Dans l'appartement. Sheldon est occupé à faire des branchements à la télé, tandis que Howard montre les nouvelles fonctionnalités de son téléphone à Raj et Leonard).

HOWARD : Regardez c'est trop cool ! (A son téléphone). Appelle Leonard Hofstader.

TELEPHONE : Tu as bien dit "appelle Morgane la nymphomane" ?

HOWARD : Non, non. Je veux que tu contactes Leonard Hofstader.

TELEPHONE : Je vais te mettre en relation avec la synagogue de Tel-Aviv.

HOWARD : Non j-

LEONARD : Attend, laisse-moi essayer. (Il prend le téléphone). Appelle Mac Flono. Mac Flounilou. (Raj et lui rient).

TELEPHONE : Je te passe, Rajesh Koothrappali.

(Le téléphone de Rajesh sonne).

RAJESH : Oh ! Très impressionnant ! Mais un tantinet raciste.

SHELDON : Quand vous aurez fini avec votre joujou défectueux, on pourrait peut-être faire une petite partie. On devait commencer à 20 heures et il est, oh ! 20h06.

(Les garçons s'installent).

LEONARD : On y va ! Ne perdons pas de temps.

SHELDON : D'abord on décide si on décompte ces six minutes de perdues du temps de jeu, de la pause pipi, ou de la pause pizza.

RAJ : C'est simple, on sucre deux minutes partout.

HOWARD : S'il ya des anchois sur la pizza, on touche pas à la pause pipi.

(Quelqu'un frappe).

SHELDON : Oh c'est pas vrai ? Qui ose nous déranger ?

(Leonard part ouvrir).

LEONARD : Oh Penny ! Entre, je t'en prie !

PENNY : (en entrant). Salut les garçons !

HOWARD : (se lève). Si tu tombes sur un penny, réjouis-toi ta journée sera bénie.

PENNY : Dans tes rêves. (A Leonard). Je peux rester avec vous cette nuit ?

LEONARD : Bien sûr ! T'as un soucis ?

PENNY : Oui, il y a une fille que j'ai connu dans le Nebraska, Kristie. Elle m'appelle et me demande "dis, c'est comment la Californie ?", et je lui répond, "c'est le Paradis ! Vu que c'est pas le Nebraska" et elle, à peine gênée, elle fait sa valise et elle débarque chez moi.

SHELDON : (agite sa manette). Oh oh ! Il est 20h08 !

LEONARD : Shhhh !

PENNY : Je t'explique. Elle est arrivée, elle a investi mon appart, et depuis elle a pas arrêté de me parler des mecs qu'elle s'est tapée à Omaha, soit tout les mâles hétéros d'Omaha, et pour couronner le tout, elle lave tout ses sous-vêtements dans l'évier de ma salle de bain !

HOWARD : Wow wow wow, c'est le genre de filles à faire tremper ses strings toute la nuit ? Comme une soupe aphrodisiaque ?

PENNY : (regarde Howard puis se tourne vers Leonard). Faut vraiment qu'il se fasse soigner.

LEONARD : Tout à fait. (Il fait signe à Howard de se rasseoir). Pourquoi tu la laisses s'installer chez toi si tu ne la supportes pas ?

PENNY : Ben elle était fiancée avec mon cousin, tout en couchant avec mon frère, donc elle un peu de la famille.

SHELDON : Veuillez me pardonner mon accès de mauvaise humeur mais, pourquoi jouer à un jeu vidéo débile quand on peut fantasmer sur les strings de la traînée d'Omaha ?

LEONARD : Roh, je doute que Kristie soit une traînée.

PENNY : Ah si, c'est une traînée ! C'est vrai, elle a absolument aucune morale, aucune pudeur, un jour je l'ai surprise à quatre pa- où est Howard ?

(Ils entendent la voix d'Howard, qui rend visite à Kristie).

HOWARD : Bonjour mademoiselle, vous êtes nouvelle dans le coin à ce qu'il paraît ?

SHELDON : Saperlipopette il est fichu !


THE BIG BANG THEORY


(Tandis que la musique a été mise à fond dans l'appartement de Penny, cette dernière, Leonard, Sheldon et Raj scrutent la porte de l'appartement).

PENNY : Oh, j'arrive pas à croire qu'elle ait laissé entrer Howard dans mon appartement.

SHELDON : J'arrive pas à croire non plus que des gens payent pour qu'on leur fasse leur horoscope et qu'à 20h13 on ne soit toujours pas devant nos consoles.

LEONARD : (en rentrant dans son appart'). C'est bon, on va jouer à un contre un jusqu'à ce qu'il revienne.

SHELDON : A un contre-un ? Mais c'est une aberration, on a toujours joué en équipe ! Non pas question ! "Un-contre-un".

LEONARD : (en parlant de Raj). Faudrait qu'on coupe notre copain ici présent en deux, si on veut jouer en équipe.

RAJ : (à Leonard). Bien sûr, coupons l'indien en deux, dans son pays ils se reproduisent comme des lapins.

PENNY : Hey, je peux être le quatrième joueur !

LEONARD : Bonne idée !

SHELDON : Oh que non ! La roue était une excellente idée. La relativité était une théorie géniale. Intégrer une fille dans l'équipe est un concept qui craint.

PENNY : Ah oui et pourquoi ?

SHELDON : Pourquoi ? Oh, Penny, Penny, Penny...

PENNY : Oh quoi, quoi, quoi ?

SHELDON : Ce jeu est une simulation de combat nécessitant un apprentissage poussé. (Tandis qu'il parle, Penny prend la manette). Il y a une myriade d'armes, de véhicules, de stratégies à maîtriser. Sans parler d'une trame de fond complexe.

(Une explosion dans le jeu se fait entendre).

PENNY : Oh cool ! C'est la tête de qui que je viens d'exploser ?

SHELDON : C'est la mienne.

PENNY : Ok j'ai capté, je vise et je te dégomme.

(Sheldon lance un regard à Leonard).

LEONARD : (à Sheldon). On n'a pas le choix, c'est toi qui veut jouer en équipe.

SHELDON : Oui, mais celui qui l'aura comme partenaire sera désavantagé par son manque d'expérience, sans parler du f-

(Deuxième explosion).

PENNY : Ouais, je t'ai encore fait sauté la cervelle !

(Leonard rit).

SHELDON : (à Penny). Je te ferais remarquer que ce n'est pas très fair-play de tirer sur une personne qui se remet de ses blessures, il faut lui donner une chance -(troisième explosion)- oh c'est pas vrai ! (Il reprend sa manette. Quelques minutes plus tard, en pleine partie. Sheldon fait équipe avec Raj, tandis que Penny s'est associée à Leonard.) Raj, Raj, elle m'a coincé, couvre-moi !

PENNY : Je vais te dessouder gros nul !

LEONARD : (amusé). Du calme Penny, tu t'enflammes !

PENNY : Oui et Sheldon est en feu ! (Elle rit).

SHELDON : (lâche sa manette et se lève). Bon, on arrête tout de suite, je suis catégorique, Penny triche ! On ne peut pas être aussi séduisante et exceller à un jeu vidéo ! (Il s'en va dans sa chambre.)

PENNY : Attend Sheldon, t'as oublié un truc, s'il te plaît reviens !

SHELDON : (fait demi-tour.) Quoi ?

PENNY : Je vais te balancer une grenade. (Elle appuie sur sa manette et une autre explosion retentit. Leonard et elle rient.) Ouais, je l'ai réduis en bouillie c'est cool !

SHELDON : Ne compte plus sur mon aide pour réparer ton ordi, Penny. (Il s'en va en colère dans sa chambre.)

PENNY : C'est un mauvais perdant, et il a un caractère de cochon.

LEONARD : Si ça peut te rassurer, c'est aussi un très mauvais gagnant.

PENNY : (se lève.) Eh ben ! Je me suis éclatée.

LEONARD : Tu sais Penny euh, on fait une bonne équipe, on pourrait faire des compétitions et travailler en tandem.

PENNY : Tu sais, y'a une vie en dehors des jeux vidéos.

LEONARD : Ouais c'est ça. Parle pour toi.

PENNY : Bonne nuit Leonard.

LEONARD : Bonne nuit.

PENNY : Et j'adore ta conversation Raj. (Elle sort.)

RAJ : Qu'est-ce qu'elle a bien voulu dire par là ?

LEONARD : Cette femme est une énigme.

SHELDON : (revenant dans le salon.) Je tiens à te rappeler qu'il y a une certaine éthique à respecter dans le jeu Penny et-

LEONARD : Elle est partie Sheldon.

SHELDON : Oh. Sans même dire aurevoir ?

(Penny rentre alors dans l'appartement.)

PENNY : Les garçons ? J'ai un problème.

SHELDON : C'est le syndrome du canal carpien, et c'est bien fait pour ta pomme.

LEONARD : Que se passe-t-il ?

PENNY : Et bien... Howard et Kristie... sont en train de faire l'amour dans ma chambre.

LEONARD : T'es sûre ?

PENNY : J'ai grandi dans une ferme. Vu leurs beuglements, soit ils s'envoient en l'air, soit Howard est coincé dans une trayeuse. Est-ce que je peux dormir chez vous cette nuit ?

LEONARD : Non ! Enfin si, t'as le choix, le canapé ou mon lit. Oh, j'ai acheté une paire d'oreillers hypoallergéniques.

PENNY : Je dors dans le salon.

SHELDON : Pas si vite. Leonard, je peux te parler ?

(Leonard rejoind Sheldon dans le coin cuisine.)

LEONARD : Je devine que ça te pose un problème.

SHELDON : Par où je commence ?

LEONARD : Dépêche-toi de cracher ta bile. Je t'écoute.

SHELDON : Tout d'abord, ici ce n'est pas une pension de famille, si je pouvais payer le loyer tout seul, je te sommerai de partir.

LEONARD : Ton sens de l'amitié me va droit au coeur. Quoi d'autre ?

SHELDON : Eh bien. Nos rations de survie en cas de séisme sont prévues pour deux jours.

LEONARD : Et alors ?

SHELDON : Et alors, si nous sommes coincés ici tout les trois en cas de séisme, nous serons venus à bout de nos vivres demain après-midi.

LEONARD : Donc, tu sous-entends que si Penny reste, on risque de s'adonner au cannibalisme ?

SHELDON : L'être humain est capable du pire quand il a faim.

LEONARD : (se tourne vers Penny.) Penny, si tu promets de ne pas nous manger tout cru pendant notre sommeil, tu peux dormir ici.

PENNY : (rit.) Quoi ?

SHELDON : C'est ce qu'on appelle un raisonnement par l'absurde. (Devant le regard d'incompréhension de Penny.) Un artifice facile, où on déforme l'argument d'une tierce personne, pour en critiquer le résultat, (se tourne vers Leonard) et je n'apprécie pas beaucoup ça.

LEONARD : (à Penny.) Je vais te passer une couverture, et un coussin.

PENNY : Merci.

SHELDON : Etant donné que je n'ai pas droit au chapitre dans cette maison, parlons du planning matinal. J'occupe la salle de bain de 7h à 7h20. Prévois tes ablutions et tes besoins naturels en conséquence.

PENNY : Comment peut-on planifier ses besoins naturels ?

SHELDON : Plus aucun liquide après 23h pile.

(Leonard installe un coussin et une couverture sur le canapé.)

LEONARD : Et voilà !

PENNY : Merci Leonard.

(Penny s'installe.)

SHELDON : Hmm. T'as tout faux.

PENNY : Vas-y je t'écoute.

SHELDON : Ta tête doit être de l'autre côté.

PENNY : Pourquoi ?

SHELDON : C'est un fait reconnu universellement. Un lit, même temporaire, est toujours orienté de façon à avoir la tête loin de la porte. Cela date, bien évidemment, du temps où il fallait se protéger contre les maraudeurs.

PENNY : Je cours le risque.

SHELDON : Bon.

PENNY : Autre chose tant que t'y es ?

SHELDON : Oh j'y pense. Si tu utilises ma brosse à dents, je saute par la fenêtre. Et surtout ne viens pas à mes funérailles, passe une bonne nuit. (Il s'en va.)

LEONARD : (à Penny.) Oublie tout ça.

PENNY : C'est déjà fait.

LEONARD : Pour ton info, sa brosse à dents est la rouge dans le verre en plexiglasse, sous la lampe UV.

PENNY : D'accord.

LEONARD : Bon. Dors bien !

PENNY : Merci !

(Elle fait son lit, et Leonard est toujours là.)

LEONARD : C'est drôle de dire "dors bien", hein ? C'est une expression intéressante. Elle date de l'époque où on suspendait des matelas avec des cordes, car on pensait que les rêves érotiques.... (Penny le regarde.) Dors bien. (Il s'en va.)

(Penny s'allonge, tandis que Leonard a éteint les lumières. Personne n'a remarqué que Raj était toujours là, dans la cuisine, en train de se faire un sandwich. Il sort discrètement, mais Penny entend la porte se fermer. Elle essaie d'oublier, mais finalement change l'oreiller de côté.)

*******


(Le lendemain. Sheldon se prépare son petit-déjeuner, et s'apprête à aller s'installer sur le canapé. Il est bien obligé de faire avec Penny, profondément endormie. Il va pour s'asseoir au bord de sa place, quand Leonard se lève à son tour.)

LEONARD : Qu'est-ce que tu fais ?

SHELDON : Tout les samedis depuis que je vis dans cet appartement, je me lève à 6h15, me verse un bol de céréales, y ajoute un nuage de lait demi-écrémé, je m'asseois dans ce coin du canapé, j'allume la télévision et regarde Doctor Who.

LEONARD : Faut que tu la laisses dormir.

SHELDON : (regarde Penny, puis se tourne vers Leonard.) Tout les samedis depuis que je vis dans cet appartement, je me lève à 6h15, me verse un bol de céréales, y a-

LEONARD : Je sais j'ai entendu, mais tu as une télé dans ta chambre, alors prend ton petit-déjeuner au lit !

SHELDON : Je ne suis pas un invalide, ni une femme qui se fait chouchouter le jour de la fête des mères.

PENNY : (se réveille.) Quelle heure il est ? Qu'est-ce qu'il se passe ?

LEONARD : Il est presque 6h30.

PENNY : J'ai dormi toute la journée ?!

LEONARD : Non, il est 6h30 du matin.

PENNY : Mais c'est quoi votre problème ? (Elle se rallonge.)

SHELDON : Et voilà ! Ces céréales ont perdu toute leur intégrité moléculaire, elles ne sont plus qu'un infâme magma de blé.

(Soudain, Howard fait son entrée, simplement vêtu d'un peignoire violet.)

HOWARD : Hola, que tal amigos ?

PENNY : (se lève.) Vous avez une dent contre les gens qui dorment ? (Elle remarque Howard.) Ce ne serait pas ma robe de chambre ?

HOWARD : Oh ! Oui. T'inquiètes, je vais la nettoyer.

PENNY : Inutile. Je te la donne de bon coeur. Où est Kristie ?

HOWARD : Sous la douche. (Il s'asseoit auprès de Penny.) Oh, au fait, ton loufa est génial, il se glisse là où le mien ne s'est jamais... aventuré.

PENNY : T'as utilisé mon gant exfoliant ?

HOWARD : Eh bien, pour tout t'avouer, on l'a utilisé tout les deux. (Aux garçons.) Je l'ai exfoliée dans les moindres recoins !

PENNY : Ok, cadeau, tu peux le garder.

HOWARD : Au fait, on s'est amusé comme des grands fous avec ta collection d'ours en peluche.

(On entend la voix de Kristie de l'autre côté de la porte.)

KRISTIE : Howard ?

HOWARD : Je suis là, mon adorée !

(Kristie entre.)

KRISTIE : Ma petite bête de sexe est toute ragaillardie.

(Howard imite un train, Kristie l'embrasse.)

SHELDON : (à Leonard.) Je ne regarderai plus jamais les trains à vapeur de la même façon.

(Kristie se décolle de Howard, et s'intéresse aux deux autres.)

KRISTIE : Salut ! Moi c'est Kristie.

LEONARD : Le-Leonard.

SHELDON : Bonjour, Sheldon.

KRISTIE : (à Sheldon.) Howard m'a parlé de toi. T'es du genre coincé.

(Sheldon laisse échapper un soupir de dédain.)

PENNY : Euh, alors Kristie, c'est quoi tes plans ?

KRISTIE : Eh bien, Howard va m'emmener faire du shopping à Beverly Hills.

PENNY : Génial. Celà dit faudrait peut-être que tu te mettes à chercher un appart', c'est pas que je déteste ta compagnie mais on est... un peu à l'étroit.

LEONARD : Penny, tu sais que tu es la bienvenue chez nous.

SHELDON : Oh super, on s'est transformé en bed and breakfast.

HOWARD : Vous permettez que je vous suggère une meilleur solution ? (A Kristie.) Pourquoi est-ce que tu ne t'installerais pas chez moi ?

LEONARD : (à Howard.) Tu oublies que tu vis chez ta mère.

HOWARD : Non, non non Leonard ! C'est ma mère qui vit avec moi.

SHELDON : Bon , c'est réglé. Kristie va s'installer chez Howard, Penny retourne dans son appartement, et moi je vais regarder les  24 dernières minutes de Doctor Who. (Il s'installe dans son canapé et allume la télé.) Je ne vous raccompagne pas, vous savez où est la porte.

LEONARD : Sheldon, tu ne peux t'ériger en dicateur-

SHELDON : Plus un mot, tout le monde dégage !

HOWARD : (en sortant avec Kristie.) Alors chérie, ça te dit de déposer ta valise à la casa Wolowitz ?

KRISTIE : C'est une cantine mexicaine branchée ?

HOWARD : Oh désolé trésor, j'ai oublié de te dire que mon nom de famille est Wolowitz.

KRISTIE : (rit.) Oh c'est trop chou ! (Aux autres.) Mon premier juif !

SHELDON : J'imagine qu'il n'y a pas beaucoup de pigeons casher dans le Nebraska.

KRISTIE : (à Howard.) Mais, on va quand même faire les boutiques ?

HOWARD : Tout ce que tu veux beauté.

KRISTIE : Ok, je vais chercher mon sac !

(Elle sort en courant et en riant.)

HOWARD : Quand le clonage humain sera au point, j'en veux une douzaine comme elle !

LEONARD : Howard, j'ai la sensation qu'elle te manipule.

HOWARD : Et alors ? Hier soir j'ai pleuré, quand elle a enlevé son chemisier !

PENNY : Ecoute Howard, je la connais ! Elle s'enverrait en l'air avec le premier venu pour peu qu'il lui achète des fringues.

HOWARD : C'est vrai ?

PENNY : Oui.

HOWARD : Et alors ? Si vous voulez bien m'excuser, j'ai des chèques cadeaux de Bar-Mitshva à dépenser. (Il s'en va.)

(Le soir venu. Sheldon, Leonard, et Raj sont au restaurant chinois. Ils consultent leurs cartes des menus.)

SHELDON : (referme sa carte.) Oubliez la carte, on ne peut pas faire ça sans Wolowitz.

LEONARD : On ne peut pas manger dans un restaurant chinois sans Wolowitz ?

SHELDON : Je vais vous expliquer ce qui cloche. Nous commandons toujours des raviolis de porc à la vapeur, du poulet général Tso, du boeuf au brocolis, des crevettes sauce huître, et des nouilles aux légumes. Tu vois où est le problème ?

LEONARD : Non, je vois pas.

SHELDON : Notre commande comprend quatre raviolis à la vapeur, quatre plats principaux qu'on partage entre quatre personnes. (Il montre le siège vide à côté de lui.)

LEONARD : On commandera trois plats, où est le problème ?

SHELDON : Bon. Mais quel plat on élimine ? Et le ravioli en trop, qui le mange ?

RAJ : Il suffit de le partager en trois.

SHELDON : Ca ne ressemblera plus à un ravioli ! Si on le coupe, ça deviendra un petit sandwich pas très ragoûtant.

(Le serveur arrive.)

SERVEUR : Vous avez choisi ? (Voit le siège vide.) Où est passé l'arrogant petit gringalet qui croit savoir parler le mandarin ?

SHELDON : Il fait passer ses besoins avant le bien de la collectivité. (Aux autres en parlant du serveur.) De là où il vient, c'est passible de la peine de mort.

SERVEUR : J'ai vu le jour à Sacramento.

(Sheldon se cache.)

LEONARD : (au serveur.) Une portion de raviolis, mais mettez-en trois au lieu de quatre.

SERVEUR : Pas de remplacement.

LEONARD : Ce n'est pas un remplacement, c'est une diminution.

SERVEUR : D'accord. Pas de diminution.

LEONARD : Bon. Euh, apportez-nous trois portions de raviolis, ça fait douze raviolis donc, quatre chacun.

RAJ : Là ça marche.

SHELDON : Non ! Si on se bourre de raviolis à la vapeur, faut éliminer un plat.

SERVEUR : Pas d'élimination.

LEONARD : (à Sheldon.) Si on arrive pas à tout finir, on embarquera les restes.

SHELDON : On les partagera comment ? Oublie, sans Wolowitz, c'est mission impossible.

LEONARD : Wolowitz est avec sa copine ! Si tu m'avais laissé inviter Penny, tu aurais casé ton quatrième ravioli.

SHELDON : Quand elle mange chinois, elle utilise une fourchette et elle trempe son nem dans le ketchup.

LEONARD : Personne n'a commandé de nems ce soir, je te signale.

SHELDON : C'est ce qu'elle commanderait si elle était venue.

RAJ : Vous pourriez accélérer ?! Des enfants crèvent de faim en Inde, et l'indien à cette table aussi !

LEONARD : J'ai une idée. Pourquoi on mangerait pas indien pour changer ?

RAJ : Roooooh ....

SERVEUR : Vous êtes sympathiques. Je vous propose ceci. Je vous apporte quatre raviolis, je trébuche en approchant de la table, parce que quelqu'un m'a bousculé, l'un des raviolis tombe par terre, ni vu, ni connu.

(Leonard regarde Sheldon en attente de son approbation.)

SHELDON : Quelle idée saugrenue !

(Le serveur s'en va en maugréant en mandarin.)

RAJ : Et si on prenait de la soupe ?

LEONARD : Oh oui ! Si on se partageait une soupe ?

SHELDON : Et pourquoi pas des boulettes ?

(Leonard soupire.)

********


(Leonard, Sheldon et Raj frappent à la porte de Penny.)

LEONARD : (frappe.) On y va ?

(Penny, habillée pour sortir, ouvre.)

PENNY : Oh ! Salut, quoi de neuf ?

SHELDON : Soirée jeux vidéos.

PENNY : Ah ouais ? Génial. Et alors ?

LEONARD : Eh bien, vu que Wolowitz traîne avec ta copine Kristie jours et nuits, on pensait-

PENNY : Si elle était ma copine, elle n'aurait pas forniqué sur mes ours en peluche.

LEONARD : D'accord. Enfin bref. Vu que Wolowitz est très occupé ces temps-ci, nous avons une proposition à te soumettre. (A Sheldon.) Sheldon.

SHELDON : Oui. (Il éclaircit sa gorge, Raj lui tape dans le dos.) Penny. Nous aimerions beaucoup que pour nos soirées jeux vidéos, tu sois la quatrième membre de notre équipe. Je crois qu'il est inutile de te dire que c'est un immense honneur que nous t'accordons là.

PENNY : Oh, vous êtes trop bons, mais ce soir je sors danser avec une copine.

SHELDON : Non, ce soir tu es bookée pour la soirée jeux vidéos.

PENNY : Pas question, pour Penny c'est soirée danse !

SHELDON : Tu vas danser tout les mercredis ?

PENNY : Non.

SHELDON : Eh bien dans ce cas, tu zappes.

PENNY : Bon, je veux bien jouer avec vous demain soir.

SHELDON :  Mais c'est ce soir ou jamais ! (A Leonard et à Raj.) J'ai l'impression de parler à un mur.

PENNY : Si tu continues Sheldon, je sens que ça va très mal se finir.

(Sheldon s'éloigne d'elle.)

LEONARD : Sheldon, tu dérapes là, on a pourtant répété.

SHELDON : Oui, mais fallait me dire que cette fille était irrationnelle.

PENNY : Assez bavardé. Je vous laisse. Bonne chance ! (Elle s'en va.)

LEONARD : C'est bête, on aurait dû lui demander si on pouvait venir danser avec elle.

SHELDON : D'accord. En supposant qu'on sache danser, ce qui n'est pas le cas, nous sommes trois et elles, elles sont deux.

LEONARD : Et alors ?

SHELDON : C'est exactement le même dilemme que dans le resto chinois. Je t'assure, partager un ravioli chinois en trois est un jeu d'enfant, comparé à trois hommes, essayant de danser, avec 67 % d'une femme.

LEONARD : Au secours ! Pitié Sheldon, tu nous rends dingues ! Je vais me mettre en colère je le sens !

SHELDON : Ta colère n'est pas dirigée contre moi, t'es fâché avec les maths !

LEONARD : Tu me tapes sur le système, je t'assure !

RAJ : On touche le fond, rien n'est plus comme avant !

(Sheldon prend son téléphone.)

LEONARD : T'appelles qui ?

SHELDON : Le seul homme qui puisse ramener un semblant d'équilibre dans notre univers.

(Il tombe sur le répondeur de Howard.)

REPONDEUR : Je me présente, Howard Wolowitz. (Puis la voix de Kristie se fait entendre.) Et moi, c'est Kristie Van Der Belt. ( Puis de nouveau la voix d'Howard.) Je ne décrocherai pas, parce qu'on est en plein coït ! (La voix de Kristie.) Tu vas pas laisser ça sur ta messagerie ?! (Voix d'Howard.) Mais non, c'est une blague, c'est pour les faire saliver ! (Puis un bip retentit.)

*********


(Leonard, Sheldon et Raj se rendent chez Howard.)

LEONARD : (à Sheldon.) T'es sûr de ce que tu fais ? Tu vas vraiment lui demander de choisir entre une partie de jambes en l'air, et une soirée jeux vidéos ?

SHELDON : Non, je vais lui demander d'oublier le sexe, et de prendre son pied avec un jeu vidéo. Pour autant que je sache, le sexe n'induit pas de graphiques haute définition, et des armes super performantes.

LEONARD : Oui le sexe, c'est juste des contacts humains, des orgasmes, de la nudité.

SHELDON : C'est ce que je disais.

(Il allait frapper quand la voix de Kristie retentit à l'intérieur.)

KRISTIE : Vous pourriez peut-être enlever ce plastique du canapé de temps à autre !

MERE D'HOWARD : Pour que tu le salisses en faisant des cochonneries avec mon Howard ?

HOWARD : On est détendu ! On... on pourrait vous entendre !

MERE & KRISTIE : La ferme Howard !

HOWARD : Bon, je vous laisse bavarder, je vais faire un tour en scooter.

KRISTIE : Vous êtes contente de vous ?! Vous faites fuir votre propre fils !

(La dispute continue, Howard sort et tombe sur ses copains.)

HOWARD : Oh salut ! Qu'est-ce que vous faites ici ?

SHELDON : C'est la soirée jeux vidéos.

(La dispute continue.)

MERE : C'est pas un homme, c'est une lavette ! Et ne prend pas ce ton avec moi, sale profiteuse !

KRISTIE : Pardon ?!

MERE : T'as bien entendu ! Et je te préviens, tu cours après le mauvais pigeon ! Tant qu'il t'a pas viré de sa vie, mon Howard est rayé de mon testament !

KRISTIE : J'ai des centaines de mecs qui se traînent à mes pieds, je me barre !

MERE : C'est ça, vas t'en sale traînée !  Retourne à Sodome et Gomorre !

HOWARD : Soirée jeux vidéos ? Cool !

(Leonard rit, et les quatres garçons s'apprêtent à partir.)

RAJ : Je croyais que c'était la traînée d'Omaha ?

SHELDON : Shhhhhhh !

(De retour à l'appart, en pleine partie de jeux vidéos.)

HOWARD : Sheldon explose-le, tu l'as dans ton viseur, il recharge sa carabine plasma !

SHELDON : Désolé je suis planqué, je peux pas tirer !

LEONARD : (à Raj.) Vas-y, refroidis Sheldon !

RAJ : Où est-il ? Il est invisible !

SHELDON : C'est parce que je suis bien planqué patate !

LEONARD : (à Raj.) Commence à balancer tes grenades !

RAJ : (grogne.) A plus de grenades !

(Penny entre, accompagnée de trois copines.)

PENNY : Hey, salut les mecs ! On en a eu marre de danser, alors on est venue faire l'amour avec vous.

(Les gars ne semblent pas l'avoir entendue.)

LEONARD : Vas-y Raj, grimpe-lui dessus !

SHELDON : On avait dit pas dessus !

RAJ : Y'a aucune règle en enfer !

HOWARD : Oh salopard, je suis blessé ! La trousse de médocs vite !

PENNY : (à ses copines.) Je vous l'avais dit ! (Elles s'en vont, sans que les gars ne le remarquent.)

LEONARD : Attention sniper ! Prend ton lance-roquette !

RAJ : Tout ce qu'il me reste c'est un lanceur et j'ai plus une seule munition !

SHELDON : Et maintenant t'as plus de vies ! (Le jeu s'arrête. A Leonard.) T'as appuyé sur pause ?

LEONARD : Je, j'ai cru entendre... des voix.

RAJ : Quoi ?

LEONARD : Nan j'ai dû rêver. On y retourne !

(Le jeu reprend.)

Fin de l'épisode.

Scene: The apartment, the living room.

Howard: Watch this, it’s really cool. Call Leonard Hofstadter.

Howard’s phone: Did you say, call Helen Boxleitner?

Howard: No. Call Leonard Hofstadter.

Howard’s phone: Did you say, call Temple Beth Sader.

Howard: No.

Leonard: Here, let me try. Call McFlono McFloonyloo. Heh-heh.

Howard’s phone: Calling Rajesh Koothrappali. (Raj’s phone rings).

Raj: Oh, that’s very impressive. And a little racist.

Sheldon: If we’re all through playing mock the flawed technology, can we get on with Halo night, we were supposed to start at eight, it is now 8:06.

Leonard: So? We’ll start now.

Sheldon: Yes, first we have to decide if those lost six minutes will be coming out of game time, bathroom time or the pizza break.

Raj: We can split it two, two and two.

Howard: If we’re having anchovies on the pizza we can’t take it out of bathroom time. (There is a knock on the door.)

Sheldon: Oh, what fresh hell is this?

Leonard (opening door): Hey Penny, come on in.

Penny: Hey guys.

Howard: See a Penny, pick her up, and all the day you’ll have good luck.

Penny: No you won’t. Uh, can I hide out here for a while.

Leonard: Sure. What’s going on.

Penny: Well, there’s this girl I know from back in Nebraska, Christie, well anyway she called me up and she’s like “Hey, how’s California,” and I’m like “Awesome” ‘cos, you know, it’s not Nebraska, and the next thing I know she’s invited herself out here to stay with me.

Sheldon: 8:08.

Penny: Anyway, she got here today, and she’s just been in my apartment, yakkety-yakking about every guy she’s slept with in Omaha, which is basically every guy in Omaha, and washing the sluttiest collection of underwear you have ever seen in my bathroom sink.

Howard: Well, is she doing it one thong at a time, or does she just throw it all in, like some sort of erotic bouillabaisse.

Penny: He really needs to dial it down.

Leonard: So, if you don’t like this Christie, why are you letting her stay?

Penny: Well, she was engaged to my cousin while she was sleeping with my brother, so she’s kind of family.

Sheldon: You know, I apologise for my earlier outburst, who needs Halo when we can be regaled with the delightfully folksy tale of the whore of Omaha?

Leonard: Oh, I don’t think she’s a whore.

Penny: No, yeah she’s definitely a whore. I mean, she has absolutely no standards, this one time, she was at… where’s Howard?

Howard (voice off): Bonjour mademoiselle, I understand you’re new in town.

Sheldon: Oh good grief.

Credit Sequence

Scene: Penny, Sheldon, Raj and Leonard stand in the apartment doorway. Romantic music plays from Penny’s apartment door.

Penny: Ugh, I cannot believe Christie let Howard into my apartment.    

Sheldon: And I cannot believe people pay for horoscopes, but on a more serious note it’s 8:13 and we’re still not playing Halo.

Leonard: Okay, fine, we’ll just play one on one until he gets back.

Sheldon: One on one? We don’t play one on one, we play teams, not one on one. One on one!

Leonard: Well the only way we can play teams at this point is if we cut Raj in half.

Raj: Oh, sure, cut the foreigner in half, there’s a billion more where he came from.

Penny: Hey, if you guys need a fourth, I’ll play.

Leonard: Great idea.

Sheldon: Uh, no. The wheel was a great idea. Relativity was a great idea. This is a notion, and a rather sucky one at that.

Penny: Why?

Sheldon: Why? Oh, Penny, Penny, Penny.

Penny: Oh, what, what, what?

Sheldon: This is a complex battle simulation with a steep learning curve, there are myriad weapons, vehicles and strategies to master, not to mention an extremely intricate back-story.

Penny (picking up a controller, there is the sound of an explosion from the television): Oh cool, whose head did I just blow off?

Sheldon: Mine.

Penny: Okay, I got this, lock and load boys.

Leonard: It’s the only way we can play teams.

Sheldon: Yes, but whoever’s her partner will be hamstrung by her lack of experience and not to mention that fact that sh…. (another explosion)

Penny: Ha-ha, there goes your head again.

Sheldon: Okay, this isn’t at all good sportsmanship to shoot somebody who’s just respawned, you need to give them a chance to (explosion) now come on!

Time shift

Sheldon: Raj, Raj, she’s got me cornered, cover me.

Penny: Cover this, suckers. Ha-ha-ha!

Leonard: Penny, you are on fire.

Penny: Yeah, so is Sheldon.

Sheldon: Okay, that’s it, I don’t know how, but she is cheating. No-one can be that attractive and be this skilled at a video game.

Penny: Wait, wait, Sheldon, come back, you forgot something.

Sheldon: What?

Penny: This plasma grenade. (Explosion.) Ha! Look, it’s raining you!

Sheldon: You laugh now, you just wait until you need tech support.

Penny: Gosh, he’s kind of a sore loser, isn’t he?

Leonard: Well, to be fair, he is also a rather unpleasant winner.

Penny: Well, it’s been fun.

Leonard: You know, Penny, we make such a good team, maybe we could enter a couple of Halo tournaments sometime.

Penny: Or we could just have a life.

Leonard: I guess for you that’s an option.

Penny: Good night, Leonard.

Leonard: Good night.

Penny: As usual, nice talking to you Raj (leaves.)

Raj: What do you suppose she meant by that?

Leonard: She’s an enigma, Raj.

Sheldon: And another thing, there’s a certain ethic to the game, Penny, a well estab…

Leonard: She’s gone, Sheldon.

Sheldon: Well she could have said goodbye.

Penny (entering again): Okay, I have a problem.

Sheldon: It’s called carpal tunnel syndrome, and quite frankly you deserve it.

Leonard: What’s wrong?

Penny: Um, well, Howard and Christie are… kind of… hooking up in my bedroom.

Leonard: Are you sure?

Penny: Look, I grew up on a farm, okay, from what I heard they’re either having sex or Howard’s caught in a milking machine. Do you mind if I stay here tonight?

Leonard: No, take the couch, or my bed, I just got new pillows, hypo-allergenics.

Penny: Uh, the couch is good.

Sheldon: Hold that thought, Leonard, a moment.

Leonard: Let me guess, you have a problem with this.

Sheldon: Where do I begin?

Leonard: It’s up to you, crazy person’s choice.

Sheldon: Well first, we don’t have house guests, frankly if I could afford the rent I’d ask you to leave.

Leonard: Your friendship means a lot to me as well, what else?

Sheldon: Well, our earthquake supplies, we have a two day, two man kit.

Leonard: So?

Sheldon: So, if there is an earthquake and the three of us are trapped here, we could be out of food by tomorrow afternoon.

Leonard: I’m sorry, are you suggesting that if we let Penny stay we might succumb to cannibalism?

Sheldon: No-one ever thinks it will happen until it does.

Leonard: Penny, if you promise not to chew the flesh off our bones while we sleep, you can stay.

Penny: Hu.. what?

Sheldon: He’s engaging in reductio-ad-absurdum. It’s the logical fallacy of extending someone’s argument to ridiculous proportions and then criticising the result, and I do not appreciate it.

Leonard: I’ll get you a blanket and a pillow.

Sheldon: Okay, well since I’m obviously being ignored here, let’s go over the morning schedule, I use the bathroom from 7 to 7:20, plan your ablutions and bodily functions accordingly.

Penny: How am I supposed to plan my bodily functions?

Sheldon: I suggest no liquids after 11pm.

Leonard: Here you go.

Penny: Thanks Leonard. (Arranges pillows on left of couch.)

Sheldon: Hmmph, wrong.

Penny: I’m listening.

Sheldon: Your head goes on the other end.

Penny: Why?

Sheldon: It’s culturally universal, a bed, even a temporary bed, is always oriented with the headboard away from the door. It serves the ancient imperative of protecting oneself against marauders.

Penny: I’ll risk it.

Sheldon: Hm!

Penny: Anything else I should know.

Sheldon: Yes. If you use my toothbrush I’ll jump out that window. Please don’t come to my funeral. Have a good night.

Leonard: Sorry about that.

Penny: That’s okay.

Leonard: FYI, his toothbrush is the red one in the plexiglass case under the UV light.

Penny: Got it.

Leonard: Well, sleep tight.

Penny: Thanks.

Leonard: Funny expression, sleep tight. It refers to the early construction of beds which featured a mattress suspended on interlocking ropes which would occasionally… sleep tight.

(Penny turns off light and lies down on couch. Across the room, Raj is still in the kitchen, eating a sandwich. Realising everyone has forgotten about him, he quietly lets himself out. Penny hears the door close, looks worried, then moves her head to the other end of the couch.)

Scene: The following morning. Sheldon is in the kitchen making breakfast. He crosses to the couch, sees Penny sleeping there, looks lost. He is about to sit down on Penny when Leonard enters.

Leonard: What are you doing?

Sheldon: Every Saturday since we have lived in this apartment, I have awakened at 6:15, poured myself a bowl of cereal, added a quarter cup of 2% milk, sat on this end of this couch, turned on BBC America and watched Doctor Who.

Leonard: Penny’s still sleeping.

Sheldon: Every Saturday since we have lived in this apartment, I have awakened at 6:15, poured myself a bowl of cereal….

Leonard: I know, I know, look, you have a TV in your room, why don’t you just have breakfast in bed?

Sheldon: Because I am neither an invalid nor a woman celebrating Mother’s Day.

Penny: Uh, what time is it?

Leonard: Almost 6:30.

Penny: I slept all day?

Leonard: Oh, no, it’s 6:30 in the morning.

Penny: What the hell is your problem?

Sheldon: Okay, this cereal has lost all its molecular integrity, I now have a bowl of shredded wheat paste.

Howard (entering): Ola, nerd-migos.

Penny: Why do you people hate sleep? Are you wearing my robe?

Howard: Oh, yeah, sorry, I’ll have it cleaned.

Penny: That’s okay, keep it. Where’s Christie.

Howard: In the shower. Oh, by the way, where did you get that loofah mitt, yours reaches places that mine just won’t.

Penny: Y-you used my loofah?

Howard: More precisely we used your loofah. I exfoliated her brains out!

Penny: You can keep that too.

Howard: Ah, well then we’ll probably need to talk about your stuffed bear collection.

Christie (voice off): Howard?

Howard: In here my lady.

Christie (entering): Mmmm, there’s my little engine that could.

Howard: chka-chka-chka-chka-chka-chka-chka (they kiss).

Sheldon: Well there’s one beloved children’s book I’ll never read again.

Christie: Hi, Christie.

Leonard: Leonard.

Sheldon: I’m Sheldon.

Christie: Right, you’re Howard’s entourage.

Penny: Uh, so Christie, what are your plans?

Christie: Oh, well, Howard said he’d take me shopping in Beverley Hills.

Penny: Yeah, no, I meant plans to find some place to live. Other than with me, not that I don’t love having you, but it’s… a little crowded.

Leonard: Penny, you’re always welcome to stay with us.

Sheldon: Oh, terrific, now we’re running a cute little B&B.

Howard: Let me offer a little outside the box thinking here, why doesn’t Christie stay with me.

Leonard: For one thing you live with your mother.

Howard: I do not, my mother lives with me.

Sheldon: Well then, it’s all settled, Christie will stay with Howard, Penny can go back to her apartment, and I’ll watch the last 24 minutes of Doctor Who, although at this point it’s more like Doctor Why Bother.

Leonard: Sheldon you just can’t dictate…

Sheldon: No more talking, everybody go.

Howard: So, what do you say, you wanna repair to Castle Wolowitz?

Christie: What is that, like a Mexican deli?

Howard: I’m sorry, I should have mentioned this earlier, my last name is Wolowitz.

Christie: Oh, that’s so cool. My first Jew!

Sheldon: I imagine there aren’t many kosher corn-huskers.

Christie: But you’re still taking me shopping, right?

Howard: Anything you want.

Christie: Okay, I’ll go pack my stuff.

Howard: When they perfect human cloning I’m going to order twelve of those.

Leonard: Howard, can’t you see she’s using you?

Howard: Who cares, last night she pulled off her blouse and I wept!

Penny: Look, Howard, I know her, okay, she’ll have sex with anyone as long as they keep buying her things.

Howard: Really?

Penny: Yeah.

Howard: Yay! If you’ll excuse me, I have some Bar-Mizvah bonds to cash.

Scene: A Chinese restaurant.

Sheldon: I’m sorry, we cannot do this without Wolowitz.

Leonard: We can’t order Chinese food without Wolowitz?

Sheldon: Let me walk you through it, our standard is, the steamed dumpling appetizer, General So’s chicken, beef with broccoli, shrimp with lobster sauce and vegetable lo-main. Do you see the problem?

Leonard: I see a problem.

Sheldon: Our entire order is predicated on four dumplings and four entrees divided among four people.

Leonard: So, we’ll just order three entrees.

Sheldon: Fine, what do you want to eliminate, and who gets the extra dumpling.

Raj: We could cut it into thirds.

Sheldon: Then it is no longer a dumpling, once you cut it open it is at best a very small open faced sandwich.

Waiter: Hi fellas. Oh, where’s your annoying little friend who thinks he speaks Mandarin?

Sheldon: He’s putting his needs ahead of the collective good. (Pointing at waiter) Where he comes from, that’s punishable by death.

Waiter: I come from Sacramento.

Leonard: Can we get an order of dumplings, but with three instead of four.

Waiter: No substitutions.

Leonard: This isn’t a substitution, it’s a reduction.

Waiter: Okay, no reductions.

Leonard: Fine, bring us three orders of dumplings, that’s twelve, we’ll each have four.

Raj: That works.

Sheldon: No, if we fill up on dumplings we’ll need to eliminate another entree.

Waiter: No eliminations.

Leonard: If we have extra, we’ll just take the leftovers home.

Sheldon: And divide it how, I’m telling you we cannot do this without Wolowitz.

Leonard: Wolowitz is with his new girlfriend, if you had let me invite Penny then you would have had your fourth.

Sheldon: Have you seen Penny eat Chinese food, she uses a fork, and she double dips her egg rolls.

Leonard: We don’t order egg rolls.

Sheldon: Exactly, but we’d have to if she was here.

Raj: Can we please make a decision, not only are there children starving in India, there’s an Indian starving right here.

Leonard: Here’s an idea, why don’t we just go out for Indian food.

Sheldon: No.

Raj: Uurgh.

Waiter: You are nice boys. Tell you what I’m going to do. I’m going to bring you the four dumplings. When I’m walking over to the table, maybe I get bumped, one of the dumplings falls to the floor, no-one has to know.

Sheldon: I’ll know.

Waiter: (wanders away cursing in Mandarin.)

Raj: How about soup?

Leonard: Yeah, we can always divide soup.

Sheldon: What about the won-tons?

Scene: Outside Penny’s door. Leonard knocks.

Penny (answering): Oh, hey guys, what’s up?

Sheldon: It’s Halo night.

Penny: Yeah. Okay. So?

Leonard: Well, with Wolowitz spending all of his time with your friend Christie,

Penny: She’s not my friend. Friends do not get their friends care bears all sweaty.

Leonard: Right, anyway, uh, with Wolowitz occupied elsewhere, we had something we wanted to ask you. Sheldon?

Sheldon: Yes. Penny, we would very much appreciate it if you would be the fourth member of our Halo team. I don’t think I need to tell you what an honour this is.

Penny: Oh, that’s so sweet. But I’m going out dancing with a girlfriend.

Sheldon: You can’t go out, it’s Halo night.

Penny: Well, for Penny it’s dancing night.

Sheldon: You go dancing every Wednesday.

Penny: No.

Sheldon:  Then it’s not dancing night.

Penny: Look, why don’t I play with you guys tomorrow?

Sheldon: Tonight is Halo night, it’s like talking to a wall.

Penny: Alright, now Sheldon, you and I are about to have a problem.

Leonard: Sheldon, remember, we role-played this.

Sheldon: Yes, but you didn’t portray her as completely irrational.

Penny: Alright fellas, I gotta go. Good luck.

Leonard: Maybe we should have asked if we could go dancing with her and her girlfriend.

Sheldon: Okay, assuming we could dance, which we can’t, there are three of us and two of them.

Leonard: So?

Sheldon: It’s the Chinese restaurant all over again. I assure you that cutting a dumpling in thirds is child’s play compared with three men, each attempting to dance with 67% of a woman.

Leonard: Aaah, for God’s sake, Sheldon, you are driving me crazy.

Sheldon: Your anger’s not with me, sir, but with basic mathematics.

Leonard: No, I’m pretty sure my anger’s with you.

Raj: What’s happening to us? We’re falling apart.

Leonard: Who are you calling?

Sheldon: The only man who can restore any semblance of balance to our universe.

Howard (voice):  Hi this is Howard Wolowitz.

Christie (voice): And this is Christie Van Der Bell.

Howard (voice): We can’t get to the phone right now because we’re having sex.

Christie (voice): You’re not going to put that on your message are you?

Howard (voice): No, I’m just kidding, I’ll re-record it. (beep)

Scene: Outside Howard’s house.

Leonard: Sheldon, think this through, you’re going to ask Howard to choose between sex and Halo.

Sheldon: No, I’m going to ask him to choose between sex and Halo 3. As far as I know, sex has not been upgraded to include high-def graphics and enhanced weapon systems.

Leonard: You’re right, all sex has is nudity, orgasms and human contact.

Sheldon: My point.

Christie (voice from within): I’m just saying, you can take the damned plastic off the couch once in a while.

Howard’s Mother (voice): Why, so you and Howard can hump on it?

Howard (voice): Ladies, ladies, I’m sure there’s a middle ground.

Christie and Howard’s Mother together: Shut up Howard.

Howard (voice): You girl’s talk, I’m going to take my scooter out for a little spin.

Christie (voice as Howard emerges through door): Are you happy, you drove your own son out of the house.

Howard’s Mother (voice): Why don’t you stop butting in where you don’t belong.

Howard: What are you guys doing here?

Sheldon: It’s Halo night.

Howard’s Mother (voice): He’s not a man, he’s a putz, and don’t you take that tone with me, you gold digger.

Christie (voice): What did you call me?

Howard’s Mother (voice): You heard me, and I’ll tell you something else, you’re barking up the wrong tree, cos as long as you’re around, Howard is out of the will.

Christie: (voice): You know what, I got better offers, I’m out of here.

Howard’s Mother (voice): That’s right, go back to Babylon, you whore.

Howard: So, Halo night, huh?

Raj: I thought she was the whore of Omaha?

Sheldon: Shhh!

Scene: The apartment, Halo night.

Howard: Sheldon, you got him in your sights, fire, he’s charging his plasma rifle.

Sheldon: I can’t shoot now, I’m cloaking.

Leonard: Now, Raj, kill Sheldon.

Raj: I can’t see him.

Sheldon: That’s why the call it cloaking, dead man.

Leonard: Well then start throwing grenades.

Raj: I’m all out.

Penny (entering with three other sexy women): Hi guys, my friends and I got tired of dancing, so we came over to have sex with you.

Leonard: That will do, Raj, straight for the tank.

Sheldon: We said no tanks.

Raj: There are no rules in hell!

Howard: Son of a bitch, medpack, I need a medpack!

Penny: Told yah! (They leave).

Leonard: There’s a sniper, use your rocket launcher.

Raj: All I’ve got is a needler, and I’m all out of ammo.

Sheldon: And now you’re out of life. Why did you hit pause?

Leonard: I thought I heard something.

Raj: What?

Leonard: No, never mind, alright, go.

Source : Big Bang Theory Transcript

Kikavu ?

Au total, 85 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

laeti5 
09.02.2018 vers 23h

LaFriteFan 
04.02.2018 vers 17h

324B21 
03.02.2018 vers 19h

melllou 
07.01.2018 vers 16h

friends76 
05.01.2018 vers 12h

Kalyanna 
01.01.2018 vers 13h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Bannière de l'animation HypnoTrésor

Ne manque pas...

Découvre la carte Creepy de Todd, un Wraith issu de la série Stargate Atlantis, dans notre collection d'HypnoCards.
En vitrine | Les Wraiths (Creepy)

Vote pour les HypnoAwards 2018 jusqu'au 26 août !
Jusqu'au 26/08 | Votez nombreux !

Activité récente
Dernières audiences
Logo de la chaîne CBS

Young Sheldon, S01E22 (inédit)
Jeudi 10 mai à 20:30
12.44m / 2.2% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

The Big Bang Theory, S11E24 (inédit)
Jeudi 10 mai à 20:00
15.51m / 2.9% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

Young Sheldon, S01E21 (inédit)
Jeudi 3 mai à 20:30
11.67m / 1.9% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

The Big Bang Theory, S11E23 (inédit)
Jeudi 3 mai à 20:00
12.93m / 2.4% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

Young Sheldon, S01E20 (inédit)
Jeudi 26 avril à 20:30
11.15m / 1.8% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

The Big Bang Theory, S11E22 (inédit)
Jeudi 26 avril à 20:00
11.79m / 2.0% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Fox News | Article Kaley Cuoco

Fox News | Article Kaley Cuoco
Le site Fox News nous propose un article sur 7 choses que nous ne savons pas sur Kaley...

Step Up's 14th Annual Inspiration Awards | Kaley Cuoco

Step Up's 14th Annual Inspiration Awards | Kaley Cuoco
Kaley Cuoco a participé aux awards Inspiration organisés par Step Up.  Ces awards se sont déroulés...

TBBT - 13 saisons, voire plus ???

TBBT - 13 saisons, voire plus ???
La série "The Big Bang Theory" a actuellement 11 saisons, mais il se pourrait bien qu'elle perdure...

Cosmopolitan | Kaley Cuoco - Cover

Cosmopolitan | Kaley Cuoco - Cover
Kaley Cuoco est en couverture du magazine Cosmopolitan pour le mois de mai.  Vous pouvez découvrir...

AnniversaireS !

AnniversaireS !
Aujourd'hui 30 avril 2018, nous fêtons l'anniversaire de 2 acteurs de la série, Johnny...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Téléchargement
Partenaires premium
HypnoRooms

mnoandco, Hier à 07:24

Venez voter pour votre rôle préféré de l'actrice. Merci!

pretty31, Hier à 16:33

Nouveaux jeux pour se détendre un peu cet été dans les forums d'HypnoClap

pretty31, Hier à 16:33

on vous attend

CastleBeck, Aujourd'hui à 06:42

Le quartier Lethal Weapon compte sur vos votes, d'ici dimanche, pour la 3e catégorie des Awards sur le quartier. Merci.

juju93, Aujourd'hui à 20:38

Plus personne pour voter au 3ème quart de finale du tournoi de chant de The L Word ? Pas besoin de connaître la série !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site