VOTE | 405 fans

#105 : Le postulat du hamburger

Résumé : Craignant de perdre trop de temps à chasser Penny en vain, Leonard finit par conclure avec Leslie. Pendant ce temps, Sheldon s'inquiète de changer sa routine avec son hamburger.

 

Popularité


4.14 - 7 votes

Titre VO
The Hamburger Postulate

Titre VF
Le postulat du hamburger

Première diffusion
22.10.2007

Première diffusion en France
01.11.2008

Vidéos

Le groupe au Cheesecake Factory

Le groupe au Cheesecake Factory

  

Diffusions

Logo de la chaîne CBS

Etats-Unis (inédit)
Lundi 22.10.2007 à 20:30
8.81m / 3.5% (18-49)

Plus de détails

Scenario : Steven Molaro, Jennifer Glickman & David Goetsch
Réalisation : Andrew D.Wyman

Les 4 garçons sont assis autour d'une table du CheeseCake Factory dans lequel Penny travaille. Ils jouent à la bataille avec tout ce qu'ils ont pu trouver, salière, poivrière,... Penny les oblige à passer leur commande pour ne pas être mis dehors par le boss du resto. Comme à son habitude, Howard drague Penny sans succès vu la façon dont il se fait rembarrer et Sheldon râle de ne pas être dans son resto habituel. Leslie fait une petite apparition pour proposer à Leonard de remplacer le violoncelliste de son quatuor, ce qu'il accepte immédiatement. Alors qu'elle cloue une nouvelle fois le bec d'Howard, Penny questionne Leonard au sujet de Leslie.

De retour à l'appartement, Leonard s'interroge pour comprendre ce que le commentaire de Penny peut bien signifier. Seulement Sheldon est loin d'être d'une grande aide.

Le quatuor repête dans l'appartement de Leonard. Alors qu'ils jouent, Leslie fait un commentaire très explicite ce qui perturbe ce dernier. Une fois les musiciens partis, Leslie explique à Leonard qu'elle est ouverte à toutes relations intimes avec lui. D'abord destabilisé, Leonard saute sur l'occasion et ils filent ensemble dans la chambre.

Sheldon se précipite chez Penny afin d'avoir son avis. Penny ne le comprends pas immédiatemment jusqu'à ce qu'il l'amène devant la porte de son colocataire. Elle lui explique alors la signification d'une cravate accrochée sur une poignée mais gênés ils rejoignent le salon. Penny s'apprête à rentrer chez elle au moment où Sheldon lui demande ce qu'il doit faire. A présent seul dans l'appartement, Sheldon prend l'initiative de téléphoner à Leonard et lui fait comprendre que son message a bien été reçu.

Au petit matin, Leonard se reveille aux cotés de Leslie satisfait, quand à Sheldon, il se reveille sur le canapé. En allant déjeuner il panique quand il s'aperçoit que quelqu'un à touché à son tableau et cette personne n'est autre que Leslie. S'en suivent de nombreux sarcasmes de la part de la jeune fille au point même de rendre Sheldon muet.

En partant au travail, Leonard croise Penny dans les escaliers. La jolie blonde questionne le jeune homme et le félicite. Mais une nouvelle fois, il se torture la tête pour comprendre le sens caché des paroles de la belle. Cependant il s'arrête aussitôt en se rejouissant de sa relation avec Leslie même si Sheldon ne partage pas son avis.

Dans le labo, le nouveau couple discute et le jeune devient plus entreprenant. Malheureusement Leslie essaie de lui expliquer gentiment que cela ne se reproduira pas de si tôt. En partant Leonard croise Raj et Howard qui le congratulent pour ses exploits.

En fin de journée, Sheldon et Leonard dînent de nouveau au CheeseCake Factory. Sheldon déclare avoir trouvé enfin le resto du mardi mais cela ne réjouit guère Penny en l'apprenant. La belle reporte son attention sur Leonard afin de prendre des nouvelles des amoureux. De nouvelles interrogations s'enchainent dans la tête de Leonard après les dires de Penny. Mais une nouvelle fois, Sheldon n'aide en rien son ami...

(Au Cheesecake Factory. Sheldon, Leonard, Raj et Howard jouent avec des flacons et boîtes de condiments).

SHELDON : Ok... Je déplace ma division d'infanterie... Renforcée par un bataillon d'orques du Seigneur des Anneaux.. On encercle les volontaires du Tennessee et les Nordistes, une fois encore on gagne la bataille de Gettysburg !

HOWARD : (à Sheldon). Pas si vite ! Je te rappelle que les Sudistes ont encore deux divisions d'infanterie, plus Superman et Godzilla !

LEONARD : (à Howard). Tu oublies que les orques ont des pouvoirs magiques, qui vont avoir raison de Superman, sans compter que Godzilla s'est fait refroidir par la cavalerie de l'Illinois et Hulk.

RAJ : (à Howard) Pourquoi ne pas envoyer Robertd Edward Lee à la charge avec Shiva et Ganesh ?

(Penny passe prendre leur commande).

PENNY : Vous avez fait votre choix ?

HOWARD : Une seconde. (A Raj). Shiva et Ganesh ?! Les dieux hindous contre toute l'armée de l'Union ?!

LEONARD : Tu oublies les orques !

PENNY : (amusée). C'est bon je reviens. (Elle s'en va en cuisine).

RAJ : Excuse-moi. Ganesh surmonte tout les obstacles, et Shiva est un destructeur. Une fois le brouillard levé Abraham parlera hindi et boira des lassies à la rose.

(Penny revient les voir).

PENNY : Vous commandez ou vous prenez la porte, dixit mon patron.

(Ils prennent leurs cartes de menus).

HOWARD : Que conseillerais-tu à un homme affamé qui a transpiré toute la matinée en soulevant des haltères en fonte ?

PENNY : Une bonne douche.

HOWARD : Bon alors une assiette diététique pour moi.

PENNY : D'accord c'est noté, et pour toi Sheldon ?

SHELDON : Je ne sais pas ce qui est bon, on n'a jamais mangé dans cet endroit.

PENNY : Tout est délicieux.

SHELDON : C'est statistiquement improbable.

LEONARD : (à Sheldon). Prend un hamburger ! Tu adores les hamburgers.

SHELDON : J'aime les hamburgers là où je les mange d'habitude, tu ne peux pas en déduire que je vais les aimer ici.

LEONARD : C'est vrai t'as raison. (A Penny). Il prend un hamburger.

PENNY : Lequel ? Le Classique, le Démoniaque, le Cannibal, le Coréen, le Double-Suisse ?

SHELDON : (à Leonard). Je suggère qu'on aille chez Big Boy. Ils n'ont qu'un seul hamburger. Le Big Boy.

PENNY : Le Cannibal ressemble au Big Boy.

SHELDON : Euh, excuse-moi, mais dans un monde où existe déjà le Big Boy, pourquoi je me contenterai d'une pâle copie du Big Boy ?

PENNY: (perd patience). Parce qu'ici tu n'es pas chez Big Boy.

SHELDON : Bon d'accord, je prend le Cannibal.

LEONARD : Pareil.

SHELDON : Chez Big Boy au moins les serveuses sont aimables.

(Leslie Winkle fait son entrée).

LESLIE : Salut Leonard ! Salut les gars !

LEONARD : Salut Leslie !

HOWARD : Salut !

LESLIE : Ah c'est votre cantine ?

SHELDON : Non, c'est un accident de parcours, une aberration.

LEONARD : Leslie je te présente Penny, elle habite sur le même palier que nous.

HOWARD : Et sa beauté evanescente illumine notre quotidien.

PENNY : Howard, tu arrêtes tout de suite.

LEONARD : (à Penny). Leslie et moi, on travaille dans le même labo à la fac.

PENNY : (à Leslie). Oh, wow, une fille scientifique ?

LESLIE : Quand on n'a pas de nichons on fait jouer ses neurones. (A Leonard). Je suis contente de te voir. Le quatuor du département de physique cherche un nouveau violoncelliste.

LEONARD : Y'a un soucis avec Elliot Wong ?

LESLIE : Il a été muté au labo des ondes énergétiques, il a eu une petite mésaventure et maintenant tout le monde le fuit comme la peste. Tu es partant ?

LEONARD : Oui, pourquoi pas ?

LESLIE : Génial, alors on vient répéter chez toi mardi.

LEONARD : Pourquoi chez moi ?

LESLIE : Le département des énergies a classé le labo zone sinistrée. (A Penny) Ravie de t'avoir connue.

(Elle s'en va).

PENNY : Moi de même. (A Leonard). Leonard, je savais pas que tu jouais du violoncelle !

LEONARD : Eh oui, mes parents estimaient que de m'avoir affublé du prénom de Leonard et de m'avoir fait sauté des classes ne m'avait pas armé pour la vie.

HOWARD : (à Penny). Si tu aimes la musique, il s'avère que je suis une boîte à rythme humaine.

PENNY : Ah oui ? (Howard fait une petite démonstration de beat box). J'aime pas ce genre de musiques. (A Leonard). Je trouve ton amie très sympa, y'a quelque chose entre vous ?

LEONARD : Leslie ? Non voyons, elle ? Tu veux rire !

SHELDON : Il a essayé de sortir avec elle mais ça a été un échec cuisant.

LEONARD : Merci Sheldon.

SHELDON : Oh excuse moi, c'était censé être un secret ?

(Leonard lui lance un regard noir).

PENNY : Oh c'est dommage vous feriez un joli couple ! (Elle part).

RAJ : C'est un comble.

HOWARD : Qu'est-ce qu'il se passe ?

RAJ : Elle a pas pris ma commande !

HOWARD : Comment elle aurait pu ? T'es trop névrosé pour lui parler.

RAJ : Peu importe. J'en tiendrai compte pour son pourboire.

*******


(Leonard et Sheldon rentrent chez eux).

LEONARD : Elle voulait dire quoi par "vous feriez un joli couple" ?

SHELDON : Et bien je suppose qu'elle voulait dire que vous feriez un couple que certains qualifieraient de joli. Une autre possibilité un peu tirée par les cheveux serait que vous tombiez amoureux l'un de l'autre. Et que vous convoliez en juste noce, Monsieur et Madame Goldfarb, le couple du siècle.

LEONARD : Si Penny avait ignoré que Leslie m'a repoussé, cela voudrait dire sans aucune ambiguité qu'elle Penny, pense que je devrais demander à Leslie de sortir avec moi, ça sous-entendrait qu'elle ne tient pas à ce que je lui demande de sortir avec moi, mais elle est au courant que j'ai dragué Leslie et que Leslie m'a repoussé donc, elle Penny, a peut-être envie de me consoler. "C'est dommage, vous auriez fait un joli couple". Mais en réalité elle se dit "chouette ! Leonard est libre comme l'air".

SHELDON : Tu ne connais pas ta chance.

LEONARD : Comment ça ?

SHELDON : Tu parles à l'un des trois hommes vivant en Occident capable de suivre le cours de ta pensée.

LEONARD : T'en penses quoi alors ?

SHELDON : Je t'écoute ! Ca ne veut pas dire que ça m'intéresse.


THE BIG BANG THEORY


(Leonard, Leslie et le quatuor sont en pleine répétition).

LESLIE : (à Leonard). J'admire beaucoup ton doigté.

LEONARD : Merci.

LESLIE : Je te permettrai peut-être de titiller mon instrument. (Leonard la regarde, se demandant ce qu'elle a bien pu vouloir dire. La répétition s'achève, les autres s'en vont). Merci, c'était super.

HOMME : Merci.

FILLE : A la semaine prochaine.

(Ils 'en vont).

LEONARD : C'était génial Leslie, merci d'avoir pensé à moi.

LESLIE : Je t'en prie. Si tu te sens en forme on pourrait répéter l'introduction.

LEONARD : Oh je suis en forme !

(Ils commencent à répéter l'intro).

LESLIE : Au cas où ça t'aurait échappé, cette prétendue répétition est un prétexte pour te faire comprendre que je suis sexuellement disponible.

(Leonard en fait tomber son archer et sa partition).

LEONARD : C'est vrai ?

LESLIE : Oui, je suis fin prête !

LEONARD : Mais j'étais convaincu que je ne t'intéressais pas.

LESLIE : C'était avant que je te vois manipuler le magnifique engin lové entre tes cuisses.

LEONARD : Tu parles de mon violoncelle ?

LESLIE : Je parle surtout de ton obscure objet du désir. Je te fais du rentre-dedans.

LEONARD : Sans blague.

LESLIE : J'assume, je suis une femme passionnée et une impulsive. Ca te branche ?

LEONARD : Euh c'est-à-dire qu....

LESLIE : C'est à cause de la serveuse ?

LEONARD : Penny ? Quoi Penny ?

LESLIE : Quand tu la regardais, tes pupilles se dilataient, ce qui, sauf si tu es accroc à la drogue est un signe d'attraction sexuelle.

LEONARD : Eh bien je... j'ai mangé un pain au pavot pour le petit-dej', ce qui peut rendre un test urinaire positif aux opiacés, mais certainement pas dilater mes pupilles donc, évitons de parler de Penny, s'il te plaît.

LESLIE : Tu en pinces pour la serveuse ?

LEONARD : Non ! Tu te trompes, le courant ne passe pas entre Penny et moi.

LESLIE : Donc tu serais éventuellement dispo pour faire l'amour ?

LEONARD : Ouais... Ouais je suis dispo.

LESLIE : Cool !

LEONARD : Ouais, c'est cool.... Tu veux attaquer tout de suite ?

LESLIE : Et si on finissait ce passage d'abord ?

LEONARD : Ok. Des préliminaires musicaux, super.

(Ils recommencent à jouer, croisent leurs regards et jouent de plus en plus vite, puis s'arrêtent subitement).

LEONARD : C'est bon, je suis opérationnel !

LESLIE : Moi aussi !

(Ils se précipitent dans la chambre de Leonard).

*******


(Sheldon sort de son appartement précipitamment et frappe nerveusement à la porte de Penny. Elle ouvre).

PENNY : Oh Sheldon ! Un problème ?

SHELDON : J'ai besoin de ton opinion en matière de sémiologie.

PENNY : Je te demande pardon ?

SHELDON : La sémiologie ou étude des signes et des symboles, est une branche de philosophie liée à la linguistique.

PENNY : Ok beau gosse, je sais que tu te donnes du mal pour clarifier les choses, mais tu n'y arrives pas.

SHELDON : Suis-moi s'il te plaît. (Il emmène Penny devant la porte de chambre de Leonard. Une cravate est accrochée à la poignée, tandis que de la musique fonctionne fortement à l'intérieur). Alors ?

PENNY : Alors quoi ?

SHELDON : Qu'est-ce que ça signifie ?

PENNY : Oh je t'en prie, t'es allé à la fac non ?

SHELDON : Oui, mais j'avais onze ans.

PENNY : Ok, une cravate accrochée sur une poignée de porte signifie qu'on ne veut surtout pas être dérangé parce qu'on... on est en pleine action.

SHELDON : Tu crois que Leonard est au lit avec une fille ?

PENNY : Ben, si c'est pas le cas, soit il a perdu son porte-cravate, soit il est fan de Bryan Adams.

(Dans la chambre, la voix de Leslie se fait entendre).

LESLIE : Oh Leonard, mon superbe étalon !

PENNY : On devrait pas rester là Sheldon.

(Ils retournent dans le salon).

SHELDON : C'est extrêmement gênant.

PENNY : Ne me dis pas que Leonard n'a jamais ramené de filles chez vous ?

SHELDON : Ca lui est arrivé mais, d'habitude on planifie la saison des amours un peu à l'avance. La dernière fois j'en ai profité pour faire une croisière dans l'Arctique pour voir une éclipse solaire.

PENNY : Je le crois pas, t'as dû quitter le pays parce que ton coloc' s'envoyait en l'air ?!

SHELDON : Les dates coïncidaient, il a pas eu besoin de me virer.

PENNY : Dis. Tu sais qui est là dedans ?

SHELDON : Ah ben Leonard c'est sûr. (Il trouve l'étui du violoncelle). Et il froisse les draps avec Leslie Winkle ou avec un gangster des années 30.

PENNY  : Tant mieux pour lui. Je suis ravie pour Leonard... Je te laisse bonne nuit.

(Elle s'apprête à partir).

SHELDON : Non, t'en vas pas !

PENNY : Qu'est-ce qu'il se passe encore ?

SHELDON : Je ne connais pas le protocole en vigueur ! Est-ce que je reste, est-ce que je m'éclipse ? Dois-je leur servir une boisson fraîche pour les requinquer ?

PENNY : Tu t'adresses à la mauvaise personne Sheldon. D'habitude, je suis de l'autre côté de la cravate. (Elle s'en va).

SHELDON : Au secours. (Il s'asseoit sur le canapé. Puis il prend son téléphone, et la musique s'arrête dans la chambre). Allo Leonard ? C'est moi. Sheldon. Je suis dans le salon. Je voulais juste te dire que j'ai vu la cravate, message reçu cinq sur cinq. C'est normal je comprend, oui. T'inquiètes, fais à ton aise. Et transmet mes amitiés à Leslie. (Il raccroche, et tente de se mettre à l'aise, mais il ne parvient pas à rester en place).

(Le lendemain. Leonard se réveille, met ses lunettes, et sourit à la vue de Leslie à ses côtés, encore profondément endormie. De son côté, Sheldon se réveille sur le canapé.)

SHELDON : (se réveille en sursaut). Big Boy ! (Il remarque le violoncelle au dessus de sa tête, et se lève). Quelle nuit ! (Il s'apprête à aller dans la salle de bain mais se rétracte. Puis il passe devant son tableau et s'arrête). Quelqu'un a touché à mon tableau. (Il regarde son tableau). Oh Seigneur, mon tableau ! Leonard !  Leonard !

(Leonard arrive en courant.)

LEONARD : Oui  !  Qu'est-ce qu'il se passe ?

SHELDON : Mes équations ! Quelqu'un a modifié mes équations !

LEONARD : Tu es sûr ?

SHELDON : Mais évidemment que je suis sûr, regarde ! La fonction bêta de la chromodynamique quantique ! Les signes ont été changés ! Ooooh !

LEONARD : Ah oui ! Mais regarde, j'ai l'impression que ton problème a été résolu.

SHELDON : Roh c'est quoi ce délire ?! Enfin t'as perdu l'esprit ? Regarde, tu constateras que- le problème est résolu en effet...

(Leslie arrive.)

LESLIE : C'était enfantin.

SHELDON : C'est toi qui as trouvé la solution ?

LESLIE : Oui ! L'erreur m'a sauté aux yeux en allant boire un verre d'eau. J'ai rectifié et là on voit que les quarks sont asymptotiquement libérés à haute énergie. Bien joué hein ?

SHELDON : Oh, oh... "Bien joué" ?!

LESLIE : (à Leonard, en lui tapant sur l'épaule). Bon, je dois filer au labo. Merci t'as assuré.

LEONARD : Merci à toi ! A plus !

SHELDON : Oh oh oh une minute ! Une mise au point s'impose.

LESLIE : Quoi ?

SHELDON : Qui t'a autorisé à toucher à mon tableau ?

LESLIE : Personne.

SHELDON : Est-ce que je vais chez toi tripoter ton tableau ?

LESLIE : Il n'y a pas d'équations incorrectes sur mon tableau.

SHELDON : Oh alors c'est vraiment, mais c'est vraiment....

LESLIE : Je suis pressée, quand tu auras trouvé un adjectif, envoie-moi un sms.

(Sheldon regarde son tableau).

SHELDON : Oh "indélicat" ! (Il prend son portable). C'est l'adjectif que je cherchais, "indélicat".

*******


(Leonard sort, tandis que Penny remonte de la buanderie.)

LEONARD : Tu auras beau passer la journée devant ton tableau, c'est elle qui avait raison.

SHELDON : Je suis en train de méditer, tu permets ?

PENNY : Oh salut Leonard !

LEONARD : (se retourne). Salut !

PENNY : Alors ? Comment tu te sens, raconte ?

LEONARD : Plutôt détendu.

PENNY : Quoi plutôt détendu ? Je pensais que tu serais sur un petit nuage.

LEONARD : Mais je me sens bien, mais il n'y a pas d'échelle pour décrire les fluctuations de cette sensation. Pourquoi cette question ?

PENNY : Mon petit doigt me dit que la belle Leslie et toi vous avez conclu hier soir.

(Leonard hoche la tête).

LEONARD : (impatient). Sheldon !

SHELDON : J'arrive !

PENNY : Alors, elle te plaît ? C'est sérieux entre vous ?

LEONARD : Et bien je... je t'avouerai que je suis un peu perdu, ce sont deux questions différentes mais je... (A Sheldon). Sheldon, tu viens ?

SHELDON : (en sortant). Tu es effroyablement tendu pour un homme qui vient d'avoir des rapports sexuels.

PENNY : Ok, on se verra plus tard mais je suis vraiment ravie pour toi Leonard.

(Elle rentre chez elle.)

LEONARD : Merci. (A Sheldon). A ton avis, comment je dois l'interpréter ? (Ils descendent). Elle est ravie parce que je sors avec une fille, ou parce qu'elle pense que je suis heureux ? C'est vrai que si tu tiens à quelqu'un, tu ne veux que son bonheur, même si l'étalage de son bonheur tout neuf te brise le coeur quelque part ! Et , bien que cette personne, c'est-à-dire moi, nage dans le bonheur, elle se rend compte que je ne suis plus disponible pour elle.

SHELDON : Tu réalises que je devrais peut-être partager le Prix Nobel avec ton coup d'un soir ?

LEONARD : Tu sais quoi ? Je me rend compte que je suis un idiot. Je me fiche de ce que pense Penny ! Leslie est une fille formidable, elle est séduisante, on s'apprécie, elle est vraiment intelligente !

SHELDON : Elle n'est pas si intelligente que ça.

LEONARD : Elle a corrigé ton équation.

SHELDON : Un coup de bol.

LEONARD : Tu crois pas à la chance.

SHELDON : Il n'empêche qu'elle a quand même eu du bol.

LEONARD : Quoiqu'il en soit, moi j'ai la chance d'avoir une vraie relation avec Leslie. Je ne vais pas la gâcher pour un hypothétique bonheur avec une femme, qui veut ou ne veut pas que je sois heureux avec une femme qui me rend heureux en ce moment même !

SHELDON : Leonard ?

LEONARD : Oui ?

SHELDON : Je t'écoute mais ça ne m'intéresse toujours pas.

*******


(Au labo, Leslie prépare une expérience avec une banane. Leonard vient la rejoindre.)

LEONARD : Bonjour Leslie !

LESLIE : Attention Leonard. (Elle lui donne une paire de lunettes de protection). Azote liquide à moins 187 degrés.

LEONARD : Brrrrr !  (Leslie sort la banane du bain d'azote et la brise avec un marteau). Pourquoi tu aplatis cette pauvre banane cryogénéisée ?

LESLIE : Parce que j'ai un bol de céréales et pas de couteau.

LEONARD : Ah ! (Il enlace Leslie.) Tu m'as manquée. Coucou !

LESLIE : Je peux savoir ce que tu fais ?

LEONARD : Je rétablis un peu d'intimité. Tu veux qu'on s'éclipse dans la salle de radiation et qu'on se décontamine sous la douche ?

LESLIE : Oh hum... Pourquoi est-ce qu'on a couché ensemble, à ton avis ?

LEONARD : Je sais pas trop, mais je suis sur le point de découvrir ce que la banane a ressenti. (Il la libère de son étreinte.)

LESLIE : Ecoute Leonard. Nous ne sommes pas des neuroscientifiques, mais nous comprenons la biochimie du sexe. La dopamine dans nos cerveaux est libérée par les synapses provoquant le plaisir. Relie le cerveau d'un rat à des électrodes, et il appuiera sur le bouton à orgasme jusqu'à crever de faim.

LEONARD : Je ferais pareil.

LESLIE : La seule différence entre nous et les rats, c'est qu'on ne peut relier une électrode à notre hypothalamus, c'est là que tu interviens.

LEONARD : Ravi d'avoir réussi à te faire grimper au plafond. Qu'est-ce qu'il se passe maintenant ?

LESLIE : (en mangeant ses céréales). Moi j'ai eu ma dose d'orgasmes, je peux tenir jusqu'au Nouvel An !

LEONARD : Oh. D'accord. Merci.

LESLIE : Merci à toi.

LEONARD : (en s'en allant). T'as des projets pour le Nouvel An ?

LESLIE : Je ne supporte pas les mecs possessifs.

LEONARD : (d'un signe de la main.) Désolé. (Il sort et croise Howard et Raj).

HOWARD : Qui vois-je à l'horizon ? C'est le docteur Etalon !

LEONARD  : Docteur qui ?

HOWARD : La blogosphère ne parle que de toi et de Leslie Winkle en train de jouer à une Kleine Bang-Bang Music !

LEONARD : Comment on s'est retrouvé sur internet ?

HOWARD : Devine Don Juan !

LEONARD : Qui est-ce qui vous a mis au courant ?

RAJ : Notre petit doigt nous l'a dis. Apparemment tu es un superbe étalon.

LEONARD : Je dirais que ce qualificatif est justifié.

(Au Cheesecake Factory. Leonard et Sheldon dégustent des hamburgers.)

SHELDON : Hmmm... Je reconnais que j'ai mal jugé ce restaurant.

LEONARD : Sans blague.

SHELDON : Je voudrais pas m'avancer mais je crois bien que j'ai trouvé mon nouveau hamburger du mardi.

LEONARD : A mon avis l'ancien hamburger va en avoir le coeur brisé.

SHELDON : J'ai réfléchi. J'ai décidé de manger un Big Boy le jeudi, et de laisser tomber Soup Plantation.

LEONARD : T'es sûr ?

SHELDON : Oui, ce nom stupide m'a toujours perturbé. "Soup Plantation". On fait pas pousser la soupe.

(Penny arrive.)

PENNY : On se régale ? Tout se passe bien ?

SHELDON : C'est délicieux ! Tu peux te réjouir ! Je prévois de venir ici tout les mardis soirs dans un avenir proche.

PENNY : C'est vrai ? Oh chouette !

SHELDON : A qui dois-je m'adresser pour qu'on me réserve cette table tout les mardis ?

PENNY : Euh j'en sais rien, à un psychiatre peut-être bien. (Leonard rit, et Sheldon lui lance un regard de reproche). Au fait Leonard, tu files toujours le parfait amour avec Leslie ?

LEONARD : Oh ! Je vais être franc avec toi, je ne crois pas que ça va marcher.

PENNY : Oh, comme c'est dommage. Mais ne te fais aucun soucis, je parie que tu trouveras un jour chaussure à ton pied. (Elle s'en va, en dissimulant un sourire de satisfaction).

LEONARD : (à Sheldon). Qu'est-ce qu'elle a voulu dire par là ? Encore une de ces phrases passe-partout ou serait-ce une subtile demande d'attention ?

SHELDON : Tu sais en quoi ce hamburger surpasse celui du Big Boy ? Celui-ci est un hamburger simple, alors que le Big Boy est double ! Et le rapport pain/viande/condiment est bien plus satisfaisant.

LEONARD : Est-ce que tu m'écoutes au moins ?

SHELDON : Mais oui je t'écoute, bla bla, tu aimes Penny, mais c'est sans espoir, bla bla bla bla.

LEONARD : Ok c'est noté. Pour ta gouverne, on fait pousser des légumes pour faire une soupe.

(Sheldon le réalise.)

Fin de l'épisode.

Scene: The Cheesecake Factory

Sheldon: Alright, I’m moving my infantry division, augmented by a battalion of Orcs from Lord of the Rings, we flank the Tennessee Volunteers, and the North once again wins the Battle of Gettysburg.

Howard: Not so fast, remember the South still has two infantry divisions, plus Superman and Godzilla.

Leonard: No, no, no, no, Orcs are magic, Superman is vulnerable to magic, not to mention, you already lost Godzilla to the Illinois Cavalry and Hulk.

Raj: Why don’t you just have Robert E. Lee charge the line with Shiva and Ganesh.

Penny: Hi, you guys ready to order?

Howard: Hang on, honey. Shiva and Ganesh? The Hindu Gods against the entire Union army?

Leonard: And Orcs!

Penny: I’ll be back.

Raj: Excuse me, Ganesh is the remover of obstacles, and Shiva is the destroyer. When the smoke clears, Abraham Lincoln will be speaking Hindi and drinking mint juleps.

Penny: Alright, my boss says you either have to order, or leave and never come back.

Howard: What do you recommend for someone who worked up a man-sized appetite from a morning of weight training and cardio-funk?

Penny: A shower.

Howard: I’ll take the heart smart platter.

Penny: Alright, thank you, and Sheldon.

Sheldon: We don’t eat here, I don’t know what’s good.

Penny: Well, it’s all good.

Sheldon: Statistically unlikely.

Leonard: Just get a hamburger, you like hamburgers.

Sheldon: I like the hamburgers where we usually have hamburgers, you can’t make the assumption that I’ll like the hamburgers here.

Leonard: I’m sorry. Give him a hamburger.

Penny: Uh, which one, the Classic Burger, the Ranch House Burger, the Barbecue Burger or the Kobe burger?

Sheldon: Can’t we just go to Big Boy? They only have one burger. The Big Boy.

Penny: The Barbecue Burger is like the Big Boy.

Sheldon: Excuse me, in a world that already includes the Big Boy, why would I settle for something like a Big Boy?

Penny: Because you are not at Big Boy!

Sheldon: Fine, I’ll have the Barbecue Burger.

Leonard: Make it two.

Sheldon: Waitresses don’t yell at you at Big Boy.

Lesley (entering): Hey Leonard, hi guys.

Leonard: Hey Lesley.

Lesley: I didn’t know you ate here.

Sheldon: We don’t. This is a disturbing aberration.

Leonard: Lesley, this is Penny, she lives across the hall from Sheldon and me.

Howard: And walks in quiet beauty like the night.

Penny: Howard, I’ve asked you not to do that.

Leonard: Lesley and I do research together at the University.

Penny: Oh, wow, a girl scientist.

Lesley: Yep, come for the breasts, stay for the brains. So, I’m glad I ran into you, the physics department string quartet needs a new cellist.

Leonard: What happened to Elliot Wong?

Lesley: He switched over to high energy radiation research, had a little mishap, and now the other guys are uncomfortable sitting next to him. So, are you in?

Leonard: Yeah, sure, why not.

Lesley: Great, we rehearse on Tuesdays at your place.

Leonard: Why at my place?

Lesley: Yeah, the department of energy said our regular space is kind of a hot zone. Nice meeting you.

Penny: Yeah, you too. Leonard, I didn’t know you played the cello?

Leonard: Yeah, my parents felt that naming me Leonard and putting me in advanced placement classes wasn’t getting me beaten up enough.

Howard: If you’re into music, I happen to be a human beatbox.

Penny: Really? (Howard performs some of the worst beatboxing imaginable.) I’m actually not that into music. So hey, your friend’s really cute, anything going on with you two.

Leonard: Lesley? No, no-oh, what are you kidding?

Sheldon: He asked her out once, it was an embarrassing failure.

Leonard: Thank you Sheldon.

Sheldon: Oh, I’m sorry, was that supposed to be a secret?

Penny: Oh, that’s too bad, you guys would make a cute couple.

Raj: Oh dear.

Howard: What’s the matter?

Raj: She didn’t take my order.

Howard: How can she take your order when you’re too neurotic to talk to her.

Raj: Nevertheless, this will be reflected in her tip.

Scene: The stairwell of the apartment building.

Leonard: What did Penny mean, you’d make a cute couple?

Sheldon: Well I assume she meant that the two of you together would constitute a couple that others might consider cute. An alternate, and somewhat less likely interpretation, is that you could manufacture one. As in, oh look, Leonard and Lesley made Mr and Mrs Goldfarb, aren’t they adorable.

Leonard: If Penny didn’t know that Lesley had already turned me down then that would unambiguously mean that she, Penny, thought that I should her, Lesley, out, indicating that she, Penny, had no interest in me asking her, Penny, out. But because she did know that I had asked Lesley out and that she, Lesley, had turned me down then she, Penny, could be offering consolation. That’s too bad, you would have made a cute couple. But while thinking, good, Leonard remains available.

Sheldon: You’re a lucky man, Leonard.

Leonard: How so?

Sheldon: You’re talking to one of the three men in the Western hemisphere capable of following that train of thought.

Leonard: Well, what do you think.

Sheldon: I said I could follow it, I didn’t say I cared.

Credit sequence.

Scene: The apartment living room. The string quartet are practising.

Lesley: I admire your fingering.

Leonard: Thank you.

Lesley: Maybe some time you can try that on my instrument.

Time jump

Lesley: Goodnight guys, good job.

Male string quartettist: Thanks.

Female string quartettist: See you next week.

Leonard: That was fun, Lesley, thanks for including me.

Lesley: You’re welcome. If you’re up for it we could practise that middle section again.

Leonard: Uh, sure, why not.

Lesley: Just so we’re clear, you understand that me hanging back to practise with you is a pretext for letting you know that I’m sexually available.

Leonard: Really?

Lesley: Yeah, I’m good to go.

Leonard: I thought you weren’t interested in me.

Lesley: That was before I saw you handling that beautiful piece of wood between your legs.

Leonard: You mean my cello?

Lesley: No, I mean the obvious crude double entendre. I’m seducing you.

Leonard: No kidding?

Lesley: What can I say, I’m a passionate and impulsive woman. So how about it?

Leonard: Gee, uh…

Lesley: Is it the waitress?

Leonard: Penny? What about her?

Lesley: Well, I thought I saw your pupils dilate when you looked at her, which, unless you’re a heroin addict, points to sexual attraction.

Leonard: Well, I did have a poppy seed bagel for breakfast, which could give a positive urine test for opiates but certainly not dilate my pupils, so I guess there’s no point in bringing it up.

Lesley: You and the waitress then?

Leonard: No. No, there’s nothing going on between Penny and me.

Lesley: So, you’re open to a sexual relationship?

Leonard: Yeah. Yeah, I guess I am.

Lesley: Good.

Leonard: Yeah, yeah it is good. Did you want to start now?

Lesley: Why don’t we finish the section first.

Leonard: Oh. Okay. A little musical foreplay. Terrific.

(They play, gradually going faster and faster.)

Leonard: I’m good, I’m good to go.

Lesley: Me too. (Exit in direction of bedrooms.)

Scene: The hallway, Sheldon scuttles out of apartment door and crosses to Penny’s. Knocks on it urgently.

Penny (opening door): Oh, hey Sheldon, what’s going on?

Sheldon: I need your opinion on a matter of semiotics.

Penny: I’m sorry?

Sheldon: Semiotics. The study of signs and symbols, it’s a branch of philosophy related to linguistics.

Penny: Okay, sweetie, I know you think you’re explaining yourself, but you’re really not.

Sheldon: Just come with me.

Jump to the pair of them standing outside Leonard’s bedroom door. Bryan Adams “Have You Ever Loved A Woman” is emerging. There is a tie on the bedroom door.

Sheldon: Well?

Penny: Well what?

Sheldon: What does it mean?

Penny: Oh, come on, you went to college.

Sheldon: Yes, but I was eleven.

Penny: Alright, look, a tie on the doorknob usually means someone doesn’t want to be disturbed because they’re, you know, getting busy.

Sheldon: So you’re saying Leonard has a girl in there.

Penny: Well, either that or he’s lost his tie rack and gotten really into Bryan Adams.

Lesley (voice off): Oh Leonard, you magnificent beast.

Penny: We really shouldn’t be standing here.

Sheldon (entering living room): This is very awkward.

Penny: Oh, come on, you know, Leonard’s had girls over before, right?

Sheldon: Oh, yes, but there’s usually planning, courtship and advance notice. Last time I was able to book a cruise to the Arctic to see a solar eclipse.

Penny: Wait, you had to leave the state because your roommate was having sex?

Sheldon: I didn’t have to, the dates just happened to coincide.

Penny: So, do you know who’s in there?

Sheldon: Well, there’s Leonard. (Picking up violin case) And he’s either with Lesley Winkle or a 1930’s gangster.

Penny: Hmmm. Good for him. Good for Leonard. Okay, night.

Sheldon: No, no, wait, hold on.

Penny: What’s the matter?

Sheldon: I don’t know what the protocol is here. Do I stay, do I leave? Do I wait to greet them with a refreshing beverage?

Penny: Gee, Sheldon, you’re asking the wrong girl. I’m usually on the other side of the tie.

(Sheldon looks lost for a moment. The pulls out his mobile phone and dials.)

Sheldon: Hi, Leonard. It’s me, Sheldon. In the living room. I just, I wanted you to know I saw the tie. Message received. You’re welcome. You carry on. Give my best to Lesley.

Scene: In Leonard’s Bedroom. Leonard wakes up next to Lesley, puts on glasses and grins.

Scene: Living room, Sheldon is sleeping on the sofa, with his head on Lesley’s Violin case.

Sheldon: Big boy! (Wakes up, looks at watch, wraps self in blanket, walks towards kitchen) Someone touched my board. Oh God, my board. Leonard! Leonard!

Leonard (entering): Hey, what’s the matter?

Sheldon: My equations, someone’s tampered with my equations.

Leonard: Are you sure?

Sheldon: Of course I’m sure. Look at the beta-function of quantum chrono-dynamics, the sign’s been changed.

Leonard: Oh yeah. But doesn’t that fix the problem you’ve been having?

Sheldon: Are you insane? Are you out of your mind? Are you…. hey look, that fixes the problem I’ve been having.

Lesley (entering): You’re welcome.

Sheldon: You did this?

Lesley: Yeah, I noticed it when I got up to get a glass of water, so I fixed it, now you can show that quarks are asymptotically free at high energies. Pretty cool, huh?

Sheldon: Cool?

Lesley: Listen, I got to hit the lab. Thanks for a great night.

Leonard: Thank you, I’ll see you at work.

Sheldon: Uh-duh, hold on, hold on!

Lesley: What?

Sheldon: Who told you you could touch my board?

Lesley: No-one.

Sheldon: I don’t come into your house and touch your board.

Lesley: There are no incorrect equations on my board.

Sheldon: Oh, that is so… so…

Lesley: I’m sorry, I’ve got to run, if you come up with an adjective, text me. (Leaves).

Sheldon: Inconsiderate, that is the adjective, inconsiderate.

Scene: The hallway.

Leonard (exiting the apartment): You can stare at your board all day Sheldon, she’s still going to be right.

Sheldon (inside): I’m not staring, I’m mulling.

Penny: Oh, hey Leonard.

Leonard: Oh, hi.

Penny: So, how’s it going?

Leonard: Pretty good.

Penny: Just pretty good, I’d think you were doing very good.

Leonard: Pretty, very, there’s really no objective scale for delineating variations of good, why do you ask?

Penny: Well, a little bird told me that you and Lesley hooked up last night.

Leonard: Sheldon!

Sheldon: I’m coming.

Penny: So, is it serious, do you like her?

Leonard: Wuh, I don’t…. th-th-th-that’s really two different questions, uh, I’m not…. Sheldon, we have to go!

Sheldon: Boy, you’re wound awfully tight for a man who just had sexual intercourse.

Penny: Alright, well, I’ll talk to you later, but, I am so happy for you Leonard.

Leonard: Thank you. What did she mean, she’s happy for me? Is she happy because I’m seeing someone, or is she happy because she thinks that I’m happy, because anyone who cared for someone would want them to be happy, even if the reason for their happiness made the first person unhappy. You know, because the second person, though happy, is now romantically unavailable to the first person.

Sheldon: Do you realise I may have to share a Nobel Prize with your booty call?

Leonard: You know what, I’m being ridiculous. But who cares what Penny thinks, Lesley is a terrific girl, she’s attractive, we like each other, she’s extremely intelligent.

Sheldon: She’s not that intelligent.

Leonard: She fixed your equation.

Sheldon: She got lucky.

Leonard: You don’t believe in luck.

Sheldon: I don’t have to believe in it for her to be lucky.

Leonard: Regardless, I have a chance at a real relationship with Lesley, I’m not going to pass that up for some hypothetical future happiness with a woman who may or may not want me to be happy with a woman who is currently making me happy.

Sheldon: Leonard?

Leonard: Yeah.

Sheldon: I still don’t care.

Scene: Leonard and Lesley’s lab.

Leonard: Hey, Lesley.

Lesley: Careful  Leonard, liquid nitrogen, 320 degrees below zero.

Leonard: Brrrr. Why are you smashing a flash frozen banana.

Lesley: Because I’ve got a bowl of Cheerios and I couldn’t find a knife.

Leonard: So anyway (puts arms around her) Hello.

Lesley: Uh, what are you doing?

Leonard: Just extending the intimacy. Do you want to slip over to the radiation lab and share a decontamination shower?

Lesley: Okay, uh, what exactly do you think’s going on between us?

Leonard: I’m not sure, but I think I’m about to discover how the banana felt.

Lesley: Listen, Leonard, neither of us are neuroscientists but we both understand the biochemistry of sex, I mean, dopamine in our brains is released across synapses causing pleasure. You stick electrodes in a rat’s brain, give him an orgasm button, he’ll push that thing until he starves to death. 

Leonard: Who wouldn’t?

Lesley: Well, the only difference between us and a rat is that you can’t stick an electrode in our hypothalamus. That’s where you come in.

Leonard: Yeah, well, I’m just glad to be a part of it. So what happens now?

Lesley: Well, I don’t know about your sex drive, but I’m probably good till New Years.

Leonard: Oh. Okay. Thank you.

Lesley: Thank you!

Leonard: You want to make plans for New Years.

Lesley: Woah, Leonard, please, you’re smothering me.

Leonard (leaving): Sorry.

Howard: Hey, look, it’s Doctor Stud!

Leonard: Doctor what?

Howard: The blogosphere is a-buzzing with news of you and Lesley Winkle making eine kleine bang-bang music.

Leonard: Wha… how did it get on the internet?

Howard: I put it there.

Leonard: Well, how did you know about it?

Raj: A little bird told us. Apparently you are a magnificent beast.

Leonard: Well, that part’s true!

Scene: The Cheesecake Factory.

Sheldon: You know, I think I may have misjudged this restaurant.

Leonard: No kidding.

Sheldon: I won’t go out on a limb, but I think we may be looking at my new Tuesday hamburger.

Leonard: Your old Tuesday hamburger will be so broken hearted.

Sheldon: Way ahead of you. I was thinking of moving Big Boy to Thursdays, and just dropping Soup Plantation.

Leonard: Really?

Sheldon: Yeah, the name always confused me anyway, Soup Plantation. You can’t grow soup.

Penny: So, how’s everything.

Sheldon: Terrific, you’ll be happy to know that I plan to come here every Tuesday night for the foreseeable future.

Penny: Really, oh yay!

Sheldon: Who do I speak to about permanently reserving this table?

Penny: Um, I don’t know, a psychiatrist? So hey, how are things with you and Lesley?

Leonard: Oh, to be honest, I don’t think it’s going to work out.

Penny: Oh, oh that’s too bad. Well hey, don’t worry, I’m sure there is someone out there who is just right for you. (Walks away smiling).

Leonard: Well what did she mean by that? Was that just a generic platitude or was that a subtle bid for attention?

Sheldon: You know why this hamburger surpasses the Big Boy? This is a single decker hamburger whereas the Big Boy is a double decker. This has a much more satisfying meat to bun to condiment ratio.

Leonard: Are you even listening to me?

Sheldon: Of course I’m listening. Blah blah, hopeless Penny delusion, blah blah blah.

Leonard: Okay then. You know, you can grow the ingredients for soup. (Sheldon nods).

Source : Big Bang Theory Transcript

Kikavu ?

Au total, 105 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

pilato 
14.08.2019 vers 02h

Juju1299 
04.08.2019 vers 17h

Ali3nBrain 
17.07.2019 vers 13h

Kaleydu35 
23.01.2019 vers 20h

labelette 
23.12.2018 vers 09h

stella 
20.11.2018 vers 12h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Prix Nobel de Physique

Prix Nobel de Physique
Le mardi 8 octobre 2019 a eu lieu, à Stokholm, la remise du Prix Nobel de Physique. Ulf Danielsson,...

Saison 11 sur Netflix !

Saison 11 sur Netflix !
La série continue sur Netflix  A partir du 01 septembre 2019, la saison 11 de The Big Bang Theory...

HypnoAwards 2019

HypnoAwards 2019
Dans la catégorie Meilleure comédie du network, The Big Bang Theory ressort grande gagnante. Elle...

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant
Kaley Cuoco a créé sa société de productions, Yes, Norman Productions. Elle avait un droit d'option...

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn
Deux affiches promotionnelles de la série animée Harley Quinn, dans laquelle Kaley Cuoco double le...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

langedu74, 18.10.2019 à 18:35

HypnoClap : il reste 4 chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards ! Et toujours les jeux d'Halloween

pretty31, Avant-hier à 12:46

Plus que deux chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards sur HypnoClap

juju93, Avant-hier à 17:48

Encore 3 jours pour voter à la 3ème catégorie des L d'or (awards) de The L Word : personnage secondaire masculin. Oui nous avons aussi des hommes !

ophjus, Avant-hier à 19:50

Bonsoir, un nouveau sondage est sur le quartier Reign, pas besoin de connaître la série !

chrismaz66, Hier à 12:11

Bonjour, 2 nouveaux sondages Kaamelott et Torchwood, l'un des 2 est drôle ^^

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site