VOTE | 402 fans

#101 : La Nouvelle Voisine des surdoués

Résumé : Deux chercheurs en physique, colocataires, rencontrent leur nouvelle voisine, Penny. Ils apprennent très vite que malgré leur grande intelligence dans le domaine scientifique, Penny sait beaucoup plus de choses qu'eux sur la vie réelle.

Popularité


4.2 - 10 votes

Titre VO
Pilot

Titre VF
La Nouvelle Voisine des surdoués

Première diffusion
24.09.2007

Première diffusion en France
18.10.2008

Vidéos

Penny prend la place de Sheldon... (VO)

Penny prend la place de Sheldon... (VO)

  

Leonard et Sheldon rencontrent Penny (VO)

Leonard et Sheldon rencontrent Penny (VO)

  

Leonard et Sheldon font connaissance avec Penny (VO)

Leonard et Sheldon font connaissance avec Penny (VO)

  

Diffusions

Logo de la chaîne CBS

Etats-Unis (inédit)
Lundi 24.09.2007 à 20:30
9.52m / 3.7% (18-49)

Plus de détails

Scenario : Chuck Lorre & Bill Prady 
Réalisation :
James Burrows

Guests: Brian Patrick Wade (Kurt), Vernee Watson-Johnson (Althea)

Sheldon et Leonard sont dans une banque de sperme afin de gagner de l'argent pour améliorer leur bande passante sur internet. Au moment de rremplir les formulaires administratifs, Sheldon se pose des questions sur les capacités intellectuelles des futures progénitures et craint une mutation, il entraîne donc Leonard à sortir de la pièce en toute discrétion.

Sheldon et Leonard repartent chez eux, une fois arrivés à leur étage, ils aperçoivent une jeune femme emménageant sur le même pallier, ils font donc connaissance avec Penny de façon assez étrange. Leonard suggère à Sheldon de l'inviter et de l'intégrer pour qu'elle se sente à l'aise plus rapidement, Sheldon n'est pas convaincu et préfère se limiter à ses relations sur myspace.

Ils retournent néanmoins chez Penny pour lui proposer un dîner, Leonard finit par lui parler du transit intestinal mais contre toute attente, Penny accepte l'invitation. Elle découvre alors l'univers très scientifique de ses nouveaux voisins. S'en suit une discussion très détaillée sur le pourquoi Penny ne doit pas s'asseoir sur la place attitrée de Sheldon, après un long moment d'hésitation, ie-dernier finit par trouver une autre place.

Penny se met à parler d'elle pendant que Sheldon balance des infos très flatteuses concernant Leonard. Penny est donc serveuse au Cheesecake Factory, elle écrit également un scénario racontant la vie d'une jeune femme qui décide  de devenir actrice mais qui travaille comme serveuse en attendant de percer. Penny leur raconte que sa vie était plutôt sympa jusqu'à ce qu'elle tombe amoureuse d'un crétin avec qui elle a vécu 4 ans et qui l'a trompée. Elle fond en larme et leur dit que rien ne va, que sa douche ne marche pas ... Leonard s'empresse alors de lui proposer la leur.

Sheldon demande à Leonard quelles sont ses intentions et qu'elle ne couchera de toute façon pas avec lui, il lui répond qu'il essaie juste d'être un bon voisin même si Penny est très attirante.

Howard et Raj débarquent à ce moment là tout excités, Leonard essaie de s'en débarasser car Penny est toujours là, elle arrive alors en serviette dans le salon et subit la drague de Howard.

Leonard montre à Penny comment changer le jet d'eau pour transformer le bain en douche. Alors qu'elle se trouve sous la douche, elle dit à Leonard qu'elle aimerait lui demander quelque chose mais qu'elle n'ose pas car on demande pas ça quand on connait peu la personne

Plus tard, Sheldon et Leonard sont en voiture et vont récupérer la télé de Penny chez son ex. Pendant ce temps, Penny fait connaissance avec Howard et Raj, ce dernier restant muet tout du long car il ne parle pas aux femmes.
Sheldon et Leonard arrivent à l'appartement de l'ex de Penny et ressortent ... sans pantalon. ils rentrent chez eux pendant que les garçons montrent un jeu à Penny sur PC. Penny se sent mal lorsqu'elles voient les garçons revenir sans pantalon, elle les invitent donc à manger.

Ils se retrouvent à 5 dans la voiture et grâce à Sheldon passent un temps infini à choisir un restaurant.

(Sheldon Cooper et Leonard Hofstader sont en chemin pour un centre de dons de sperme.)


SHELDON : Si un photon est émis vers un écran percé de deux fentes, et que chaque fente est observée, il ne passera pas par les deux fentes. S'il n'est pas observé il passera. Cela dit, s'il est observé après avoir traversé l'écran mais avant qu'il atteigne sa cible, il n'aura pas traversé les deux fentes.


LEONARD : Je sais. Où tu veux en venir ?


(Ils entrent dans la salle d'attente.)


SHELDON : Nulle part, mais c'est pas une mauvaise idée pour un t-shirt.


(Ils s'approchent de la secrétaire médicale, occupée à faire des mots croisés.)

LEONARD : Excusez-moi.


SECRETAIRE : Une seconde.


(Impatient, Leonard se penche sur le magazine.)


LEONARD : (en montrant à la secrétaire) Alors là, vous avez la mer Egée. En dessous c'est Nabokov et puis de l'autre côté c'est Myriam. Juste en dessous - poussez votre doigt- phylum, ce qui nous donne évidemment, Port-au-Prince. (La secrétaire le regarde d'un air perplexe.) Oui, Papa Doc, la capitale d'Haiti, Port-au-Prince.... C'est une île.


SECRETAIRE : Je peux vous aider ?


LEONARD : Oui. (Il jette un regard à Sheldon qui acquiesce). Euh... C'est ici, la banque du sperme des surdoués ?


SECRETAIRE : Si vous posez la question, vous n'êtes pas si doué que ça.


SHELDON : Oui, oui, oui, je crois que c'est bien ici.


SECRETAIRE : (leur tend des formulaires.) Remplissez ça.


LEONARD : Merci. On en a pour une minute.


(Ils vont s'asseoir.)


SECRETAIRE : Prenez votre temps. J'ai pas encore terminé mes mots croisés. (Regarde son magazine.) Oh, quoi que.


(Leonard commence à remplir son formulaire tandis que Sheldon hésite.)


SHELDON : Leonard, ça me met mal à l'aise tout d'un coup.


LEONARD : Tu rigoles ou quoi ? T'es presque un pro.


SHELDON : Non, franchement, c'est de l'arnaque. On n'a aucune garantie que notre sperme donnera naissance à des enfants hyper brillants, réfléchis un peu. J'ai une soeur qui a le même A.D.N que moi, et qui est hôtesse dans un fast-food !


LEONARD : Sheldon, c'est toi qui a eu cette idée. Tu m'as dis que c'était pour qu'on puisse s'acheter une ligne internet T1 fonctionnelle.


SHELDON : Oui c'est vrai, j'aimerai pouvoir faire des téléchargements plus rapides. Mais il y a une pauvre femme qui va mettre tous ses espoirs dans mon sperme. Imagine si elle se retrouve avec un rejeton qui ne saura pas s'il doit utiliser une intégrale ou une différentielle pour calculer la superficie sous une courbe.


LEONARD : Je suis sûr qu'elle l'aimera quand même.


SHELDON : Moi je pourrais pas.


(Leonard préfère ne pas insister.)


LEONARD : Bon. Qu'est-ce qu'on fait maintenant ?


SHELDON : Moi je me tire d'ici.


LEONARD : Ok.


SHELDON : Quelle est la procédure pour annuler ?


LEONARD : Je ne sais pas, je ne suis jamais revenu sur une promesse de don de sperme.


(Sheldon regarde autour de lui.)


SHELDON : On a qu'à partir sans rien dire.


LEONARD : Oui.


(Ils regardent la secrétaire qui semble occupée et posent discrètement leurs formulaires sur la table basse. Ils se lèvent et se dirigent à pas de loups vers la porte.)


SECRETAIRE : Aurevoir.


LEONARD & SHELDON : Aurevoir !


LEONARD : Merci beaucoup !

********


(Leonard et Sheldon montent les escaliers de leur immeuble.)


SHELDON : Tu m'en veux encore pour la banque du sperme ?


LEONARD : Non...


(Un silence s'installe. Mais Sheldon est trop bavard.)


SHELDON : Tu veux savoir un truc intéressant sur les escaliers ?


LEONARD : Pas vraiment.


SHELDON : Si la hauteur d'une marche dépasse celle des autres, même de deux millimètres, la plupart des gens trébuchent.


LEONARD : (agacé.) J'en ai rien à cirer. (Il réagit à l'anecdote). Deux millimètres ? Non mais c'est n'importe quoi !


SHELDON : Non c'est vrai, j'ai fais une série de tests quand j'avais douze ans. Et mon père s'est cassé la clavicule.


LEONARD : Ah c'est pour ça que tu t'es retrouvé en pension ?


SHELDON : Non. Ca c'était à cause de mes travaux sur les lasers.


(Ils arrivent à leur appartement. Sheldon s'apprête à ouvrir quand Leonard remarque que la porte d'en face est ouverte. Une sublime jeune femme blonde, du nom de Penny, y écoute de la musique.)


LEONARD : Une nouvelle voisine ?


SHELDON : Ca m'en a tout l'air.


LEONARD : Ca fait un drôle de changement après le vieux qu'on avait.


SHELDON : Le travesti avec ses problèmes d'acné et qui pesait une tonne ? Oui, ça c'est sûr.


(Penny se retourne et remarque la présence des deux colocataires.)


PENNY : Oh, bonjour !


LEONARD : Bonjour !


SHELDON : Bonjour !


LEONARD : Bonjour !


SHELDON : Bonjour.


PENNY : Ca va ?


LEONARD : On veut surtout pas vous déranger, on habite en face.


PENNY : (d'un air attendri) Oh, c'est génial !


LEONARD : Oh euh... Mais on vit pas ensemble hein, comment dire euh... On vit ensemble mais... séparés. On est hétéro, chacun sa chambre.


SHELDON : Oui.


PENNY : Oh d'accord je vois. Eh bien, je me présente, Penny.


LEONARD : Ah. Leonard, (en montrant Sheldon), Sheldon.


PENNY : Salut !


LEONARD : Salut !


SHELDON : Salut.


PENNY : Salut !


LEONARD : Salut ! (Il cherche quoi dire.) Bien euh... Bienvenue dans l'immeuble !


PENNY : Oh c'est gentil !  J'espère qu'on prendra un café un de ces quatre !


LEONARD : Oh oui !


SHELDON : Ouais.


PENNY : Ouais !


LEONARD : Oui.


SHELDON : Ouais.


LEONARD : Bon euh, à plus !


PENNY : A plus !


SHELDON : A plus.


LEONARD : A plus ! (Penny ferme la porte. Sheldon va ouvrir l'appartement.) On aurait peut-être dû l'inviter à déjeuner.


SHELDON : Non, on va regarder la saison 2 de Battlestar Galactica ! (Il ouvre.)


LEONARD : On a déjà vu la saison 2 en dvd.


SHELDON : Mais pas avec les commentaires.


(Ils entrent dans leur appartement.)


LEONARD : C'est très important d'avoir de bons voisins ! Invitons-la chez nous pour la mettre à l'aise.


SHELDON : On n'a jamais invité Louis, enfin je veux dire Louise, chez nous.


LEONARD : Eh bien justement, on aurait dû le faire. Elargissons notre cercle d'amis.


SHELDON : Moi je l'ai déjà largement élargi mon cercle. J'ai 212 amis sur mon site internet.


LEONARD : Ouais, mais t'en as jamais rencontré aucun.


SHELDON : Et ben c'est ça qui est magnifique.


(En se dirigeant vers le couloir.)


LEONARD : Je vais l'inviter chez nous, on va bien manger et puis... on discutera.


SHELDON : Quoi ?! Mais, on ne discute jamais, sauf en ligne ! (Il suit Leonard dans le couloir.)


LEONARD : Tu verras, c'est pas difficile ! Tu n'auras quà écouter ce qu'elle te dit et ensuite, tu lui répondras de manière intelligente ! (Il frappe à la porte de Penny.)


SHELDON : A quoi ça sert ?


(Penny ouvre.)


LEONARD : Salut ! Encore nous !


PENNY : Salut !


SHELDON : Salut.


LEONARD : Salut.


PENNY : (amusée.) Salut.


LEONARD : Comment dire... On va manger indien aujourd'hui... (il lui montre un paquet). Et euh... déménager c'est drôlement fatiguant, et j'ai remarqué un truc, quand je suis stressé, un bon repas en bonne compagnie ça me réconforte tout de suite ! En plus, le curry est un laxatif naturel et vous savez sûrement que, un côlon bien nettoyé, ça fait une chose en moins à penser !


(Penny ne semble pas comprendre, tandis que Sheldon est perplexe.)


SHELDON : (à Leonard). Je suis pas expert en la matière mais, dans le contexte d'une invitation à déjeuner, vaut mieux s'abstenir de parler de transit intestinal.


PENNY : Oh, oh ! Vous voulez m'inviter à déjeuner ?


LEONARD : Euh... Oui c'est ça !


PENNY : Oh c'est trop gentil, avec grand plaisir !


LEONARD : Super !


PENNY : (en sortant de son appartement.) Au fait ! Qu'est-ce que vous faites pour vous amuser ?


(Ils se dirigent vers l'appartement de Sheldon et Leonard.)


SHELDON : Aujourd'hui on a essayé de se masturber pour de l'argent.


(Leonard se tourne vers lui, lui lançant un regard pour qu'il se taise.)


THE BIG BANG THEORY


(Leonard, Sheldon et Penny sont dans l'appartement des deux garçons.)


LEONARD : Soyez la bienvenue, faites comme chez vous.


PENNY : Oh, merci.


LEONARD : Mais je vous en prie.


SHELDON : (tout bas à Leonard). "Mais je vous en prie".


(Penny s'approche du tableau de Sheldon.)


PENNY : Oh là là, c'est du sérieux ! Leonard, c'est vous qui avez écrit ça ?


(Sheldon s'approche du tableau).


SHELDON : Non, non ! C'est moi.


PENNY : Wow !


SHELDON : C'est pas très difficile. C'est de la mécanique quantique, plus une de mes théories que j'ai rajouté en bas. Ces équations là, c'est pour m'amuser. J'ai réinventé l'approximation de Bourne-Oppenheimer.


PENNY : Ah oui, vous êtes du genre super doué en maths, vous êtes un génie, c'est ça ?


SHELDON : Tout à fait.


PENNY : Alors là je suis impressionnée !


(Leonard, près de son propre tableau.)


LEONARD : Regardez, moi aussi j'ai un beau tableau.


(Penny s'approche de Leonard et de son tableau.)


PENNY : Oh dis donc, la vache !


SHELDON : Si vous utilisez le mot "vache" comme un terme plus civilisé que toutes ces choses que les étudiants gribouillent dans les toilettes pour hommes au M.I.T, vous avez raison.


LEONARD : Quoi ?


SHELDON : Quoi "quoi" ? (En montrant le tableau de Leonard). T'as jamais vu cette différentielle sous la phrase "j'ai le coeur brisé" ?


LEONARD : En tout cas moi j'ai pas inventé 26 dimensions juste pour me faire mousser auprès des autres.


SHELDON : Je ne les ai pas inventé puisqu'elles existent !


LEONARD : Dans quel univers ?


SHELDON : Dans tout les univers, précisément.


PENNY : (assise sur le canapé à la place de Sheldon.) Eh, est-ce que je peux commencer ? (Elle montre la nourriture du doigt.)


SHELDON : Ah Penny ?


PENNY : Oui ?


SHELDON : Là, c'est là où je m'asseois.


PENNY : Mettez-vous à côté de moi.


SHELDON : Non, je veux m'asseoir là.


PENNY : Qu'est-ce que ça change ?


SHELDON : Qu'est-ce que ça change ?


LEONARD : (rejoint son fauteuil.) C'est reparti.


SHELDON : En hiver cette place est suffisamment proche du radiateur, du coup elle est bien chaude, sans causer pour autant un phénomène de transpiration. Et en été c'est pratique, parce qu'elle est dans l'axe d'une petite brise provoquée par l'ouverture de nos fenêtres. Elle est en face de la télévision sans être tout à fait à angle droit, ce qui décourage la conversation, mais ça ne cause pas d'erreur de paralaxe, je pourrais continuer longtemps mais... Je crois que je me suis fait comprendre.


PENNY : Euh, vous voulez que je bouge ?


SHELDON : Et bien-


LEONARD : Va t'asseoir ailleurs.


SHELDON : Ah bon... Très bien.


(Il cherche où s'asseoir, tourne en rond, jusqu'à ce que Leonard mette fin à la situation.)


LEONARD : Sheldon, assis !


(Sheldon s'asseoit finalement à l'autre bout du canapé.)


SHELDON : (faussement soulagé). Aaaaah.


(Ils se servent à manger.)


LEONARD : On est bien comme ça. On ne reçoit pas beaucoup de monde chez nous.


SHELDON : Non c'est faux, Koothrappali et Wolowitz viennent tout le temps.


LEONARD : Je sais mais...


SHELDON : (à Penny). Mardi soir on a joué au Scrabble jusqu'à une heure du matin.


LEONARD : Ca je m'en souviens bien.


SHELDON : (à Leonard). Je déteste que tu dises qu'on ne reçoit personne-


LEONARD : Je suis désolé-


SHELDON : Ca donne une image négative-


LEONARD : (hausse le ton.) J'ai dit "je suis désolé" !


PENNY : Alors comme ça, vous jouez au Scrabble ?


LEONARD : Oui. Il faut bien s'amuser un peu. C'est facile à ranger. (Penny sourit). Bon assez parlé de nous, on veut en savoir plus sur vous.


PENNY : Euh moi ? Ok. Je suis Sagittaire, ce qui vous donne sûrement beaucoup d'informations.


SHELDON : Oui, ça nous indique clairement que vous cautionnez l'idée de cette culture populaire que la position du Soleil par rapport à des constellations situées de façon aléatoire dans le ciel, au moment de votre naissance, affecte votre personnalité.


PENNY : Qu'est-ce que je cautionne ?


LEONARD : Je crois qu'il a voulu dire... que Sagittaire, on n'y aurait pas pensé tout de suite.


PENNY : Oh ! Oui, y'a plein de gens qui pensent que je suis d'un signe d'eau. (Sheldon regarde Leonard d'un air agacé, mais celui-ci lui fait signe de ne rien dire.) Voyons quoi d'autre ? Oh ! Je suis végétarienne. Sauf pour le poisson, et de temps en temps un steak, j'adore les steaks ! Voilà.


SHELDON : Moui, c'est intéressant. Leonard ne digère pas le maïs.


(Leonard tourne la tête, embarassé.)


LEONARD : Au fait, est-ce que vous avez aussi un job ?


PENNY : Oh oui. Je suis serveuse au Cheesecake Factory.


LEONARD : Ah ! J'adore le cheesecake.


SHELDON :  Tu supportes pas le lactose !


LEONARD : Aborder ce sujet n'est pas une bonne idée.


PENNY : Ah et j'oubliais, j'écris aussi un scénario en ce moment, c'est sur une fille très sensible qui arrive à Los Angeles mais qui vient du Nebraska pour être actrice et qui finalement se retrouve serveuse au Cheesecake Factory.


LEONARD : Donc c'est basé sur votre vie ?


PENNY : Non moi je suis d'Omaha.


LEONARD : Ah oui, oui oui. (Sheldon est perplexe.) Eh bien, si c'était un film, j'irais le voir !


PENNY : Ce serait bien ! Et voyons, quoi d'autre ? C'est tout. Je vous ai tout dit. C'est l'histoire de ma vie.


LEONARD : Elle semble merveilleuse.


PENNY : (souriante depuis le début, une expression de tristesse couvre son visage). Oui j'étais heureuse. Jusqu'à ce que je tombe amoureuse d'un crétin. (Elle se met à pleurer).


SHELDON : (tout bas à Leonard). Qu'est-ce qu'il se passe ?


LEONARD : (chuchote à Sheldon). Qu'est-ce que j'en sais ?


PENNY : (en pleurant). Vous vous rendez compte, quatre ans avec lui ! Quatre ans de ma vie, ça a été aussi long que le lycée !


SHELDON : Vous avez passé quatre ans au lycée vous ?


(Leonard lui fait signe de se taire.)


PENNY : C'est dingue, comment j'ai pu lui faire confiance ?


(Elle se lève pour prendre des essuies-tout, et Sheldon en profite pour reprendre sa place.)


LEONARD : (tout bas à Sheldon.) Je devrais aller lui parler ? Je sens que je devrais aller lui parler.


SHELDON : Toi ? Surtout pas, ce serait pire.


(Penny se retourne vers eux.)


PENNY : Vous savez ce qu'il y a de plus terrible ? Même si je le déteste, c'est un menteur, un ingrat... Je suis toujours amoureuse de lui ! C'est vraiment dingue non ?


SHELDON : Oui.


(Leonard jette un regard vers Sheldon et se tourne de nouveau vers Penny.)


LEONARD : Oh mais non, c'est pas dingue du tout, simplement... c'est paradoxal ! Les paradoxes, y'en a plein dans la nature ! Prenons la lumière. Selon les traveux de Huygens, la lumière est une onde, comme l'a montré l'expérience des deux fentes, cependant, selon le grand Albert Einstein, la lumière peut aussi se comporter comme une particule. (La réaction de Penny ne change pas.) Bon d'accord, je l'ai pas aidé mais c'est pas pire !


PENNY : Excusez-moi, ça va pas très fort en ce moment. Et par dessus le marché en plus de ce fichu déménagement, y'a ma douche qui marche pas.


LEONARD : La nôtre fonctionne.


PENNY : Ca vous embêterait pas si je pouvais l'utiliser ?


SHELDON : Si.


LEONARD : Non.


SHELDON : (à Leonard). Non ?


LEONARD : (à Sheldon). Non !


SHELDON : (à Penny). Non !


LEONARD : (à Penny). Elle est juste derrière. (Il lui montre le couloir.)


PENNY : D'accord, merci. Vous êtes vraiment très mignons.


(Elle part à la salle de bains, et ferme la porte, tandis que les deux garçons la suivent du regard.)


SHELDON : Moi j'attends avec intérêt la suite des évènements.


(Il part dans la cuisine, suivit par Leonard.)


LEONARD : Comment ça ?


SHELDON : Ben ça fait un moment qu'une femme ne s'est pas mise à poil dans notre appartement.


LEONARD : C'est pas vrai. Tu te souviens, à Thanksgiving, ma grand-mère qu'a Alzheimer elle s'est déshabillée devant nous !


SHELDON : Bon d'accord. Mais ça fait un moment qu'une femme ne s'est pas mise à poil dans notre appartement sans qu'on hurle "au secours".


LEONARD : Mais le pire c'est quand elle a découpé la dinde.


SHELDON : (il s'ouvre une bouteille.) Dis donc, où tu veux en venir exactement avec cette fille ?


LEONARD : Qu'est-ce que tu veux dire ?


SHELDON  : Rêve pas, elle ne va sûrement pas coucher avec toi.


LEONARD : Mais je n'ai pas la moindre intention de coucher avec elle.


SHELDON : Ah bon. Ben comme ça tu seras pas déçu.


LEONARD : Mais, qu'est-ce qui te fait dire qu'elle ne couchera pas avec moi ? Je suis un homme et elle c'est une femme.


SHELDON : Oh oui, c'est vrai. Mais vous n'êtes pas de la même espèce.


LEONARD : Je ne formule aucune hypothèse sur le sujet, j'essaie seulement d'être un bon voisin.


(Sheldon retourne s'asseoir, tandis que Leonard s'appuie contre une poutre.)


SHELDON : Oh oui bien sûr !


LEONARD : Mais si une relation charnelle devait naître entre nous deux, je ne dirais probablement pas non. (Il regarde en direction de la salle de bain.) Pas trop longtemps quand même. (Il s'approche du canapé.)


SHELDON : Tu ne crois pas que tu risques de perdre toutes tes chances quand elle va s'apercevoir que ton shampoing porte le nom ridicule de Luke Skywalker ?


LEONARD : C'est Dark Vador mon shampoing. (On frappe à la porte.) Luke Skywalker c'est mon démêlant.


(Il ouvre. Howard Wolowitz et Rajesh Koothrappali entrent.)


HOWARD : (en montrant un CD-rom.) Il faut que tu vois ça !


RAJ : C'est fantastique ! C'est phénoménal !


LEONARD : C'est- c'est quoi ?


HOWARD : C'est une conférence de Stephen Hawking au M.I.T de 1974.


LEONARD : C'est pas le bon moment.


HOWARD : (en faisant vibrer ses lèvres avec son doigt.) C'est avant qu'il ait une sinistre voix de synthèse.


(Howard s'installe sur le canapé, tandis que Sheldon sert une bouteille d'eau à Raj.)


LEONARD : Génial, mais il faut partir.


RAJ : Pourquoi ?


LEONARD : Parce que c'est pas le bon moment !


SHELDON : Leonard a invité une femme chez nous.


HOWARD : Ah oui, c'est ta grand-mère qui a redébarqué ?


LEONARD :  Non ce n'est pas une femme âgée, c'est notre nouvelle voisine.


HOWARD : (soudainement). Tu rigoles ? Y'a une nana ici ?


LEONARD : Hin-hin.


HOWARD : Et tu veux qu'on dégage parce que tu espères un coït ?


LEONARD : J'ai jamais dis que j'espérais un coït.


HOWARD : Elle serait partante pour un coït ?


LEONARD : Je t'en prie ! Arrête de dire "coït".


SHELDON : Techniquement, vaut mieux dire "coït interrompu".


(Raj acquiesce. Penny sort de la salle de bain, portant juste une serviette sur elle.)


PENNY : Dites ! Comment faut faire pour passer du bain à la douche ? (Elle se rend compte que Leonard et Sheldon ne sont plus seuls). Oh, pardon. Bonjour !


HOWARD : Enchanté, mademoiselle ! Howard Wolowitz. Je travaille au département de physique appliquée, vous avez peut-être entendu parler de mon appareil ? Qui est en orbite autour de Jupiter et qui prend des photos numériques à grande résolution ?


PENNY : Penny ! Je bosse au Cheesecake Factory.


LEONARD : Je vais vous expliquer pour la douche.


PENNY : D'accord.


(Ils partent ensemble vers la salle de bain.)


HOWARD : "Lekolo douch."


PENNY : Hein ? Comment ? Qu'est-ce que vous dites ?


HOWARD : C'est du hollandais, je peux dire "bonne douche" en six langues différentes.


(Penny hoche de la tête.)


LEONARD : Garde ça pour ton blog Howard.


(Penny le suit à la salle de bain.)


HOWARD : "Singatang Wajaho."


(Dans la salle de bain. Leonard active la pomme de douche.)


LEONARD : Voilà, c'est bon. Ca coince un peu, désolé.


PENNY : (en montant dans la baignoire et en fermant le rideau de douche.) C'est rien merci.


LEONARD : Je vous en prie. Ah vous y allez directement ? D'accord. (Il s'apprête à sortir.)


PENNY : Leonard !


LEONARD : Le shampoing est à Sheldon !


PENNY : Oh ? Ah bon ! (Elle jette sa serviette par-dessus le rideau.) Je peux vous demander un petit service ?


LEONARD : Un petit service ? Je serais extrêmement honoré de vous rendre un petit service.


PENNY : Vous pouvez dire non !


LEONARD : Oh, je vais probablement dire "oui".


PENNY : Mais, c'est pas le genre de choses qu'on demande à un garçon qu'on vient de rencontrer.


LEONARD : Wow.


(Quelques instants plus tard. Leonard est en voiture avec Sheldon.)


SHELDON : Il serait judicieux d'examiner le rapport de cause à effet.


LEONARD : Pourquoi ?


SHELDON : En premier lieu, une très belle fille se déshabille dans notre salle de bain et juste après, on traverse la moitié de la ville pour récupérer un poste de télé, chez l'ex-petit ami de la dénommée Penny. Question, dans quel type d' univers existerait-il  un rapport rationnel entre ces deux faits précis ?


LEONARD : Elle m'a demandé de lui rendre un petit service.


SHELDON : Oh oui, c'est sans doute la cause proximale de notre virée. Mais nous savons tout les deux qu'elle ne prend tout son sens qu'en contraste avec une cause distale.


LEONARD : Laquelle ?


SHELDON : Tu penses avec ton pénis.


LEONARD : C'est biologiquement impossible ! Et tu n'étais pas forcé de m'accompagner !


SHELDON : Oh c'est ça ! J'aurais dû rester à la maison pour voir Wolowitz draguer Penny en russe, en arabe et en persan. Pourquoi elle va pas la chercher elle-même sa télé ?


LEONARD : Tu sais bien comment ça se passe quand on se sépare !


SHELDON : Non je sais pas ! Et toi non plus.


LEONARD : Moi ?! J'ai rompu avec Joyce Kim !


SHELDON : T'as pas rompu avec elle, elle est passée à l'ennemi en Corée du Nord !


LEONARD : Parce qu'elle avait le coeur brisé. (Sous le regard de Sheldon.) La situation de Penny est bien moins compliquée, apparemment il y a un petit désaccord entre elle et son ex-petit copain concernant leur poste de télé. Elle voulait surtout éviter de se disputer avec lui.


SHELDON : Alors c'est nous qui allons nous faire tabasser ?


LEONARD : Non, non, ça va, ça va très bien se passer ! On est deux nous, enfin, de quoi t'as peur ?


SHELDON : A nous deux, on peut même pas porter une télé !


(Dans l'appartement de Sheldon et Leonard. Raj mange et Penny essaie d'entamer la conversation.)


PENNY : Donc vous travaillez avec Leonard et Sheldon à l'Université ? (Raj tourne la tête pour ne pas la regarder, et ne répond rien.) Pardon, vous ne parlez pas notre langue ?


HOWARD : (revient avec deux briquettes de jus de fruits). Oh si il la parle, mais il ne s'adresse pas aux femmes.


PENNY : Ah bon ? Pourquoi ?


HOWARD : C'est un intello coincé. (Il tend une briquette à Penny). Un petit jus d'orange ?


(De leurs côtés, Leonard et Sheldon arrivent devant l'immeuble de l'ex de Penny. Leonard appuie sur le bouton de l'interphone de l'appart de l'ex.)


LEONARD : (à Sheldon.) C'est moi qui parle.


EX : Ouais ?


LEONARD : Euh, c'est Leonard et Sheldon.


SHELDON : Bonjour !


LEONARD : (chuchote). Mais arrête !


EX : Vraiment.


LEONARD : Euh on vient chercher la télé de Penny.


EX : Foutez le camp !


SHELDON : D'accord, merci beaucoup.


(Il s'apprête à partir mais Leonard le rattrape par le bras.)


LEONARD : Mais on va pas baisser les bras comme ça !


SHELDON : Sa télé est dans cet immeuble, on nous refuse l'accès à cet immeuble, donc c'est terminé.


LEONARD : Dis donc mon pote ! Si je baissais les bras à la première anicroche, j'aurais jamais été capable d'identifier les empreintes de la théorie des cordes dans les conséquences du Big Bang !


SHELDON : Je te présente mes excuses. C'est quoi ton plan ? (Leonard s'approche des portes et tirent dessus.) C'est un grand privilège de voir ton cerveau au travail.


LEONARD : Oh mais arrête. A nous deux on a un Q.I de 360, on va bientôt trouver une solution pour entrer dans cet immeuble pourri.


(Deux petites filles avec des gâteaux à vendre appuient sur tout les boutons en même temps et ouvrent la porte.)


SHELDON : A ton avis elles ont combien de Q.I ?


LEONARD : Rattrape la porte ! (Ils se précipitent dans l'immeuble. Ils arrivent ensuite devant l'appartement de l'ex.) C'est là. (Leonard frappe.) C'est moi qui parle.


SHELDON : Bonne idée, moi je serais monsieur muscles.


(L'ex, barraqué, ouvre.)


EX : Ouais ?


LEONARD : (moins confiant). Je suis Leonard et lui c'est Sheldon.


SHELDON : On se connaît par interphone.


EX : Comment vous êtes entrés dans l'immeuble ?


LEONARD : Euh... On est des scientifiques.


SHELDON : (à l'oreille de Leonard). Dis-lui combien on a de Q.I. (Quelques minutes plus tard, ils ressortent de l'immeuble, sans leurs pantalons). Leonard.


LEONARD : Quoi ?


SHELDON : C'était ma mère qui m'avait offert ce pantalon.


LEONARD : Je suis désolé.


SHELDON : Oui ben c'est toi qui va l'appeler.

*******


(Sheldon et Leonard rejoignent leur appartement.)


LEONARD : Franchement, je m'en veux de t'avoir mêlé à cette histoire.


SHELDON : Oh c'est pas grave. C'est pas la première fois que je perd mon pantalon et ce sera pas la dernière.


LEONARD : T'avais deviné ma vraie motivation. J'avoue que je me suis dit que j'avais une chance de sortir avec Penny et qu'un jour ça pourrait se concrétiser au lit.


SHELDON : Remarque, on est déjà en caleçon.


LEONARD : Mais au moins j'ai retenu la leçon. Cette fille est trop bien pour moi, je l'oublie et je me consacre à mon boulot. Un jour je remporterai le Prix Nobel et je mourrai tout seul.


SHELDON : Dis pas des trucs pareils, tu vas pas mourir tout seul !


LEONARD : Oh merci mon vieux. T'es un bon copain.


SHELDON : Mais t'auras sûrement pas le Prix Nobel.


(Dans l'appart'. Howard et Raj sont occupés sur l'ordi, observés par Penny.)


HOWARD : C'est un de mes endroits préférés pour me relaxer après une mission. (On voit l'écran de l'ordinateur nous montrant qu'il joue à World Of Warcraft). Ils ont une bière maison super.


PENNY : Ah ! Cool le tigre.


HOWARD : Ouais, je l'ai depuis le niveau 10. Il s'appelle Bouton. Mais, si vous aviez aussi votre personnage, on pourrait faire une petite partie tout les deux.


PENNY : Ca m'a l'air très intéressant.


HOWARD : Vous allez y penser ?


PENNY : Oh, me connaissant je vais pas arrêter d'y penser.


RAJ : (se penche vers Howard). Oui, ça c'est bien joué.


(Leonard et Sheldon entrent.)


LEONARD  : Nous voilà.


PENNY : Oh ! Mon Dieu, qu'est-ce qu'il s'est passé ?


LEONARD : Ben, votre ex-petit copain vous salue bien, quant à notre accoutrement je crois qu'il n'y a pas besoin d'explications.


PENNY : C'est horrible, je suis vraiment désolée ! Je me suis dit que si vous y alliez à ma place il vous recevrait bien !


LEONARD : Oui, ça c'est un argument qui tient la route.


SHELDON : "Oui ça c'est un argument qui tient la route", mais qu'est-ce qu'il te prend de dire ça ?


PENNY : Je vous remercie du fond du coeur de m'avoir rendu un si grand service. (Elle les sert chacun leur tour dans ses bras). Oh, vous êtes tellement mignons ! Mais euh... vous devriez vous rhabiller, je vais chercher mon sac, je vous invite tout les deux à dîner.


LEONARD : Oh génial !


SHELDON : Merci.


PENNY : Ouais, de rien.


(Elle sort et va dans son appart'.)


SHELDON : (à Leonard). T'es toujours aussi fou d'elle ?


LEONARD : Nos bébés seront super beaux et surdoués.


SHELDON : Seulement dans tes rêves mon cher.


(Dans la voiture, avec Howard, Raj', Penny, Sheldon et Leonard.)


LEONARD : Ca vous va un resto thaïlandais ?


PENNY : Oui !


SHELDON : C'est hors de question, on a eu de l'indien au déjeuner.


PENNY : Et alors ?


SHELDON : Les deux sont à base de curry.


PENNY : Et alors ?


SHELDON : Sur un plan gastronomique c'est redondant. (A Leonard). Je crois qu'on va être obligé de lui expliquer beaucoup de choses.


PENNY : (à Raj'). T'as une idée Raj ?


(Il ne répond évidemment pas.)


HOWARD : (à Leonard). Oh euh, prend Lake Street, et continue tout droit, je connais un super petit sushi bar, et y'a un karaoké.


PENNY : Ouais, ce serait marrant.


HOWARD : (chante). Ma poupée, ma douce laisse-moi.. Oh ma poupée, ma douce laisse-moi... Sinon...


SHELDON : (à Leonard).  Je n'ai aucune idée de ce que va devenir le monde mais, par rapport aux gens qui sont dans cette voiture, t'es un véritable dragueur.


(Leonard sourit, Penny rit tandis que Howard continue de chanter).

Fin de l'épisode.

Scene: A corridor at a sperm bank.

Sheldon: So if a photon is directed through a plane with two slits in it and either slit is observed it will not go through both slits. If it’s unobserved it will, however, if it’s observed after it’s left the plane but before it hits its target, it will not have gone through both slits.

Leonard: Agreed, what’s your point?

Sheldon: There’s no point, I just think it’s a good idea for a tee-shirt.

Leonard (to receptionist): Excuse me?

Receptionist (pondering a crossword): Hang on.

(Long pause)

Leonard: One across is Aegean, eight down is Nabakov, twenty-six across is MCM, fourteen down is… move your finger… phylum, which makes fourteen across Port-au-Prince. See, Papa Doc’s capital idea, that’s Port-au-Prince. Haiti.

Receptionist: Can I help you?

Leonard: Yes. Um, is this the… High IQ sperm bank?

Receptionist: If you have to ask, maybe you shouldn’t be here.

Sheldon: I think this is the place.

Receptionist: Fill these out.

Leonard: Thank-you. We’ll be right back.

Receptionist: Oh, take your time. I’ll just finish my crossword puzzle. Oh wait.

(They sit and begin to fill in forms).

Sheldon: Leonard, I don’t think I can do this.

Leonard: What, are you kidding? You’re a semi-pro.

Sheldon: No. We are committing genetic fraud. There’s no guarantee that our sperm is going to generate high IQ offspring, think about that. I have a sister with the same basic DNA mix who hostesses at Fuddruckers.

Leonard: Sheldon, this was your idea. A little extra money to get fractional T1 bandwidth in the apartment.

Sheldon: I know, and I do yearn for faster downloads, but there’s some poor woman is going to pin her hopes on my sperm, what if she winds up with a toddler who doesn’t know if he should use an integral or a differential to solve the area under a curve.

Leonard: I’m sure she’ll still love him.

Sheldon: I wouldn’t.

Leonard: Well, what do you want to do?

Sheldon: I want to leave.

Leonard: Okay.

Sheldon: What’s the protocol for leaving?

Leonard: I don’t know, I’ve never reneged on a proffer of sperm before.

Sheldon: Let’s try just walking out.

Leonard: Okay.

(They slowly put down their forms, get up, and head towards the door.)

Receptionist (not looking up): Bye.

Together: Bye-bye/see you.

Scene: The stairs of the apartment building.

Sheldon: Are you still mad about the sperm bank?

Leonard: No.

Sheldon: You want to hear an interesting thing about stairs?

Leonard: Not really.

Sheldon: If the height of a single step is off by as little as two millimetres, people will trip.

Leonard: I don’t care. Two millimetres? That doesn’t seem right.

Sheldon: No, it’s true, I did a series of experiments when I was twelve, my father broke his clavicle.

Leonard: Is that why they sent you to boarding school?

Sheldon: No, that was the result of my work with lasers.

(Leonard spots Penny in the doorway of the apartment opposite. He is immediately interested.)

Leonard: New neighbour?

Sheldon: Evidently.

Leonard: Significant improvement over the old neighbour.

Sheldon: Two hundred pound transvestite with a skin condition, yes she is.

Penny (noticing them for the first time): Oh, hi!

Leonard: Hi.

Sheldon: Hi.

Leonard: Hi.

Sheldon: Hi.

Penny: Hi?

Leonard: We don’t mean to interrupt, we live across the hall.

Penny: Oh, that’s nice.

Leonard: Oh… uh… no… we don’t live together… um… we live together but in separate, heterosexual bedrooms.

Penny: Oh, okay, well, guess I’m your new neighbour, Penny.

Leonard: Leonard, (pointing) Sheldon.

Penny: Hi.

Leonard: Hi.

Sheldon: Hi.

Penny: Hi.

Leonard: Hi. Well… uh… oh, welcome to the building.

Penny: Thankyou, maybe we can have coffee sometime.

Leonard: Oh, great.

Penny: Great.

Sheldon: Great.

Leonard: Great. Well, bye.

Penny: Bye.

Sheldon: Bye.

Leonard: Bye.

(Penny closes door.)

Leonard: Should we have invited her for lunch?

Sheldon: No. We’re going to start Season Two of Battlestar Galactica.

Leonard: We already watched the Season Two DVDs.

Sheldon: Not with commentary.

Leonard: I think we should be good neighbours, invite her over, make her feel welcome.

Sheldon: We never invited Louis-slash-Louise over.

Leonard: Well, then that was wrong of us. We need to widen our circle.

Sheldon: I have a very wide circle. I have 212 friends on myspace.

Leonard: Yes, and you’ve never met one of them.

Sheldon: That’s the beauty of it.

Leonard: I’m going to invite her over. We’ll have a nice meal and chat.

Sheldon: Chat? We don’t chat. At least not offline.

Leonard: Well it’s not difficult, you just listen to what she says and then you say something appropriate in response.

(He knocks on Penny’s door).

Sheldon: To what end?

(Penny opens door).

Leonard: Hi. Again.

Penny: Hi.

Sheldon: Hi.

Leonard: Hi.

Penny: Hi.

Leonard: Anyway, um. We brought home Indian food. And, um. I know that moving can be stressful, and I find that when I’m undergoing stress, that good food and company can have a comforting effect. Also, curry is a natural laxative, and I don’t have to that, uh, a clean colon is just… one less thing to worry about.

Sheldon: Leonard, I’m not expert here but I believe in the context of a luncheon invitation, you might want to skip the reference to bowel movements.

Penny: Oh, you’re inviting me over to eat?

Leonard: Uh, yes.

Penny: Oh, that’s so nice, I’d love to.

Leonard: Great.

Penny: So, what do you guys do for fun around here?

Sheldon: Well, today we tried masturbating for money.

Credits sequence.

Scene: Sheldon and Leonard’s apartment.

Leonard: Okay, well, make yourself at home.

Penny: Okay, thankyou.

Leonard: You’re very welcome.

(Sheldon pulls a face).

Penny (looking at whiteboard): This looks like some serious stuff, Leonard, did you do this?

Sheldon: Actually that’s my work.

Penny: Wow.

Sheldon: Yeah, well, it’s just some quantum mechanics, a little string theory doodling around the edges. That part there, that’s just a joke, it’s a spoof of the Bourne-Oppenheimer approximation.

Penny: So you’re like, one of those, beautiful mind genius guys.

Sheldon: Yeah.

Penny: This is really impressive.

Leonard: I have a board. If you like boards, this is my board.

Penny: Holy smokes.

Sheldon: If by holy smokes you mean a derivative restatement of the kind of stuff you can find scribbled on the wall of any men’s room at MIT, sure.

Leonard: What?

Sheldon: Oh, come on. Who hasn’t seen this differential below “here I sit broken hearted?”

Leonard: At least I didn’t have to invent twenty-six dimensions just to make the math come out.

Sheldon: I didn’t invent, they’re there.

Leonard: In what universe?

Sheldon: In all of them, that is the point.

Penny: Uh, do you guys mind if I start?

Sheldon: Um, Penny, that’s where I sit.

Penny: So, sit next to me.

Sheldon: No, I sit there.

Penny: What’s the difference?

Sheldon: What’s the difference?

Leonard: Here we go.

Sheldon: In the winter that seat is close enough to the radiator to remain warm, and yet not so close as to cause perspiration. In the summer it’s directly in the path of a cross breeze created by open windows there, and there. It faces the television at an angle that is neither direct, thus discouraging conversation, nor so far wide to create a parallax distortion, I could go on, but I think I’ve made my point.

Penny: Do you want me to move?

Sheldon: Well….

Leonard (to Sheldon): Just sit somewhere else.

Sheldon (after hesitation): Fine. (Wanders in circles, looking lost.)

Leonard: Sheldon, sit! (he does).

Sheldon (fake voice): Aaah!

Leonard: Well this is nice. We don’t have a lot of company over.

Sheldon: That’s not true. Koothrapali and Wolowitz come over all the time.

Leonard: Yes I now, but…

Sheldon: Tuesday night we played Klingon boggle until one in the morning.

Leonard: Yes, I remember.

Sheldon: I resent you saying we don’t have company.

Leonard: I’m sorry.

Sheldon: That is an antisocial implication.

Leonard: I said I’m sorry.

Penny: So… Klingon boggle?

Leonard: Yeah, it’s like regular boggle but, in Klingon. That’s probably enough about us, tell us about you.

Penny: Um, me, okay, I’m Sagittarius, which probably tells you way more than you need to know.

Sheldon: Yes, it tells us that you participate in the mass cultural delusion that the Sun’s apparent position relative to arbitrarily defined constellations and the time of your birth somehow effects your personality.

Penny: Participate in the what?

Leonard: I think what Sheldon’s trying to say, is that Sagittarius wouldn’t have been our first guess.

Penny: Oh, yeah, a lot of people think I’m a water sign. Okay, let’s see, what else, oh, I’m a vegetarian, oh, except for fish, and the occasional steak, I love steak.

Sheldon: That’s interesting. Leonard can’t process corn.

Leonard: Wu-uh, do you have some sort of a job?

Penny: Oh, yeah, I’m a waitress at the Cheesecake Factory.

Leonard: Oh, okay. I love cheesecake.

Sheldon: You’re lactose intolerant.

Leonard: I don’t eat it, I just think it’s a good idea.

Penny: Oh, anyways, I’m also writing a screenplay. It’s about this sensitive girl who comes to L.A. from Lincoln Nebraska to be an actress, and winds up a waitress at the Cheesecake Factory.

Leonard: So it’s based on your life?

Penny: No, I’m from Omaha.

Leonard: Well, if that was a movie I would go see it.

Penny: I know, right? Okay, let’s see, what else? Um, that’s about it. That’s the story of Penny.

Leonard: Well it sounds wonderful.

Penny: It was. Until I fell in love with a jerk. (Bursts into tears).

Sheldon (mouths): What’s happening.

Leonard (mouths back): I don’t know.

Penny: Oh God, you know, four years I lived with him, four years, that’s like as long as High School.

Sheldon: It took you four years to get through High School?

Leonard: Don’t.

Penny: I just, I can’t believe I trusted him (Jumps up and runs to kitchen. Sheldon immediately jumps into her seat.)

Leonard: Should I say something? I feel like I should say something.

Sheldon: You? No, you’ll only make it worse.

Penny: You want to know the most pathetic part? Even though I hate his lying, cheating guts, I still love him. Is that crazy?

Sheldon: Yes.

Leonard: No, it’s not crazy it’s, uh, it’s a paradox. And paradoxes are part of nature, think about light. Now if you look at Huygens, light is a wave, as confirmed by the double slit experiments, but then, along comes Albert Einstein and discovers that light behaves like particles too. (Penny just looks at him. To Sheldon) Well, I didn’t make it worse.

Penny: Oh, I’m so sorry, I’m such a mess, and on top of everything else I’m all gross from moving and my stupid shower doesn’t even work.

Leonard: Our shower works.

Penny: Really? Would it be totally weird if I used it?

Sheldon: Yes.

Leonard: No.

Sheldon: No?

Leonard: No.

Sheldon: No.

Leonard: It’s right down the hall.

Penny: Thanks. You guys are really sweet. (She leaves in direction of bathroom.)

Sheldon: Well this is an interesting development.

Leonard: How so?

Sheldon: It has been some time since we’ve had a woman take her clothes off in our apartment.

Leonard: That’s not true, remember at Thanksgiving my grandmother with Alzheimer’s had that episode.

Sheldon: Point taken. It has been some time since we’ve had a woman take her clothes off after which we didn’t want to rip our eyes out.

Leonard: The worst part was watching her carve that turkey.

Sheldon: So, what exactly are you trying to accomplish here?

Leonard: Excuse me?

Sheldon: That woman in there’s not going to have sex with you.

Leonard: Well I’m not trying to have sex with her.

Sheldon: Oh, good. Then you won’t be disappointed.

Leonard: What makes you think she wouldn’t have sex with me, I’m a male and she’s a female?

Sheldon: Yes, but not of the same species.

Leonard: I’m not going to engage in hypotheticals here, I’m just trying to be a good neighbour.

Sheldon: Oh, of course.

Leonard: That’s not to say that if a carnal relationship were to develop that I wouldn’t participate. However briefly.

Sheldon: Do you think this possibility will be helped or hindered when she discovers your Luke Skywalker no-more-tears shampoo?

Leonard: It’s Darth Vader shampoo. (There is a knock on the door.) Luke Skywalker’s the conditioner. (Opens door. Enter Howard and Raj.)

Howard: Wait till you see this.

Raj: It’s fantastic. Unbelievable.

Leonard: See what?

Howard (putting a DVD in the machine): It’s a Stephen Hawking lecture from MIT in 1974.

Leonard: This is not a good time.

Howard (putting on a Stephen Hawking voice): It’s before he became a creepy computer voice:.

Leonard: That’s great, you guys have to go.

Raj: Why?

Leonard: It’s just not a good time.

Sheldon: Leonard has a lady over.

Howard: Yeah, right, your grandmother back in town?

Leonard: No. And she’s not a lady, she’s just a new neighbour.

Howard: Hang on, there really is a lady here?

Leonard: Uh-huh.

Howard: And you want us out because you’re anticipating coitus?

Leonard: I’m not anticipating coitus.

Howard: So she’s available for coitus?

 Leonard: Can we please stop saying coitus?

Sheldon: Technically that would be coitus interruptus.

Penny (entering wrapped in a towel): Hey, is there a trick to getting it to switch from tub to shower. Oh. Hi, sorry. Hello!

Howard: Enchante Madamoiselle. Howard Wolowitz, Cal-Tech department of Applied Physics. You may be familiar with some of my work, it’s currently orbiting Jupiter’s largest moon taking high-resolution digital photographs.

Penny: Penny. I work at the Cheesecake Factory.

Leonard: Come on, I’ll show you the trick with the shower.

Howard: Bon douche.

Penny: I’m sorry?

Howard: It’s French for good shower. It’s a sentiment I can express in six languages.

Leonard: Save it for your blog, Howard.

Howard: See-ka-tong-guay-jow.

Scene: In the bathroom.

Leonard (fiddling with the water outlet): Uh, there it goes, it sticks, I’m sorry.

Penny (stepping into shower): Okay. Thanks.    

Leonard: You’re welcome, oh, you’re going to step right, okay, I’ll….

Penny: Hey, Leonard?

Leonard: The hair products are Sheldon’s.

Penny: Um, okay. Can I ask you a favour.

Leonard: A favour? Sure, you can ask me a favour, I would do you a favour for you.

Penny: It’s okay if you say no.

Leonard: Oh, I’ll probably say yes.

Penny: It’s just not the kind of thing you ask a guy you’ve just met.

Leonard: Wow.

Scene: Leonard and Sheldon, Inside Leonard’s car

Sheldon: I really think we should examine the chain of causality here.

Leonard: Must we?

Sheldon: Event A. A beautiful woman stands naked in our shower. Event B. We drive half way across town to retrieve a television set from the aforementioned woman’s ex-boyfriend. Query, on what plane of existence is there even a semi-rational link between these events?

Leonard: She asked me to do her a favour, Sheldon.

Sheldon: Ah, yes, well that may be the proximal cause of our journey, but we both know it only exists in contradistinction to the higher level distal cause.

Leonard: Which is?

Sheldon: You think with your penis.

Leonard: That’s a biological impossibility and you didn’t have to come.

Sheldon: Oh, right, yes, I could have stayed behind and watched Wolowitz try to hit on Penny in Russian, Arabic and Farsi. Why can’t she get her own TV.

Leonard: Come on, you know how it is with break-ups.

Sheldon: No I don’t. And neither do you.

Leonard: Wuh… I… I broke up with Joyce Kim.

Sheldon: You did not break up with Joyce Kim, she defected to North Korea.

Leonard: To mend her broken heart. This situation is much less complicated. There’s some kind of dispute between Penny and her ex-boyfriend as to who gets custody of the TV. She just wanted to avoid having a scene with him.

Sheldon: So we get to have a scene with him?

Leonard: No, Sheldon, there’s not going to be a scene. There’s two of us and one of him.

Sheldon: Leonard, the two of us can’t even carry a TV.

Scene: Back at the apartment.

Penny (to Raj): So, you guys work with Leonard and Sheldon at the University?

(Raj looks at her, looks back at his food, takes a mouthful).

Penny: Uh, I’m sorry, do you speak English?

Howard: Oh, he speaks English, he just can’t speak to women.

Penny: Really, why?

Howard: He’s kind of a nerd. Juice box?

Scene: Outside Penny’s old apartment building.

Leonard (pushes buzzer): I’ll do the talking.

Voice from buzzer: Yeah.

Leonard: Hi, I’m Leonard, this is Sheldon.

Sheldon: Hello.

Leonard: What did I just…. Uh, we’re here to pick up Penny’s TV.

Voice: Get lost.

Sheldon: Okay, thanks for your time.

Leonard: We’re not going to give up just like that.

Sheldon: Leonard, the TV is in the building, we’ve been denied access to the building, ergo we are done.

Leonard: Excuse me, if I were to give up at the first little hitch I never would have been able to identify the fingerprints of string theory in the aftermath of the big bang.

Sheldon: My apologies. What’s your plan.

(Leonard starts rattling the doors violently.)

Sheldon: It’s just a privilege to watch your mind at work.

Leonard: Come on, we have a combined IQ of 360, we should be able to figure out how to get into a stupid building.

(Two girl scouts arrive carrying bags of cookies. One runs her hand down the intercom, pushing all the buttons. The door is buzzed open.)

Sheldon: What do you think their combined IQ is?

Leonard: Just grab the door.

Scene: Outside Penny’s ex-boyfriend’s apartment.

Leonard: This is it. (Knocks.) I’ll do the talking.

Sheldon: Good thinking, I’ll just be the muscle.

(Door opens. Enormous man is stood there.)

Enormous man: Yeah?

Leonard: I’m Leonard, this is Sheldon.

Sheldon: From the intercom.

Man: How the hell did you get in the building?

Leonard: Oh. We’re scientists.

Sheldon: Tell him about our IQ.

Scene: Outside the apartment building. Leonard and Sheldon exit. They are not wearing trousers.

Sheldon: Leonard.

Leonard: What?

Sheldon: My mom bought me those pants.

Leonard: I’m sorry.

Sheldon: You’re going to have to call her.

Scene: On the stairs of Sheldon and Leonard’s building.

Leonard: Sheldon, I’m so sorry I dragged you through this.

Sheldon: It’s okay. It wasn’t my first pantsing, and it won’t be my last.

Leonard: And you were right about my motives, I was hoping to establish a relationship with Penny that might have some day led to sex.

Sheldon: Well you got me out of my pants.

Leonard: Anyway, I’ve learned my lesson. She’s out of my league, I’m done with her, I’ve got my work, one day I’ll win the Nobel Prize and then I’ll die alone.

Sheldon: Don’t think like that, you’re not going to die alone.

Leonard: Thank you Sheldon, you’re a good friend.

Sheldon: And you’re certainly not going to win a Nobel Prize.

Scene: Inside Sheldon and Leonard’s apartment.

Howard (on laptop): This is one of my favourite places to kick back after a quest, they have a great house ale.

Penny: Wow, cool tiger.

Howard: Yeah, I’ve had him since level ten. His name is Buttons. Anyway, if you had your own game character we could hang out, maybe go on a quest.

Penny: Uh, sounds interesting.

Howard: So you’ll think about it?

Penny: Oh, I don’t think I’ll be able to stop thinking about it.

Raj: Smooth.

Leonard (entering with Sheldon): We’re home.

Penny: Oh, my God, what happened?

Leonard: Well, your ex-boyfriend sends his regards and I think the rest is fairly self-explanatory.

Penny: I’m so sorry, I really thought if you guys went instead of me he wouldn’t be such an ass.

Leonard: No, it was a valid hypothesis.

Sheldon: That was a valid hypothesis? What is happening to you?

Penny (hugging them both): Really, thank you so much for going and trying you’re, uh, you’re so terrific. Why don’t you put some clothes on, I’ll get my purse and dinner is on me, okay?

Leonard: Really? Great.

Sheldon: Thank you. (Penny leaves.) You’re not done with her, are you?

Leonard: Our babies will be smart and beautiful.

Sheldon: Not to mention imaginary.

Scene: All five in Leonard’s car.

Leonard: Is Thai food okay with you Penny?

Penny: Sure.

Sheldon: We can’t have Thai food, we had Indian for lunch.

Penny: So?

Sheldon: They’re both curry based cuisines.

Penny: So?

Sheldon: They would be gastronomically redundant. I can see we’re going to have to spell out everything for this girl.

Penny: Any ideas Raj? (He just looks at her with a worried expression.)

Howard: Turn left on Lake Street and head up to Colorado. I know a wonderful little sushi bar that has karaoke.

Penny: That sounds like fun.

Howard (sings): Baby, baby don’t get hooked on me. Uh, baby, baby don’t get hooked on me.

Sheldon (to Leonard): I don’t know what your odds are in the world as a whole, but as far as the population of this car goes, you’re a veritable Mack Daddy.

(Leonard grins. Fade out as Howard continues to sing.)

Source : Big Bang Theory Transcript

Kikavu ?

Au total, 100 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Kaleydu35 
23.01.2019 vers 20h

labelette 
23.12.2018 vers 09h

stella 
12.11.2018 vers 12h

chocoubl 
11.11.2018 vers 11h

everrose 
10.11.2018 vers 18h

s1988 
01.09.2018 vers 11h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Le quartier The Bold Type est ouvert sur Hypnoweb !
Nouveau quartier ! | The Bold Type

Découvre le 10ème numéro de notre magazine HypnoMag avec une interview exclusive de l'actrice Lisa O'Hare.
HypnoMag | Découvre le numéro 10 !

Activité récente
Dernières audiences
Logo de la chaîne CBS

12.24 : Clap de fin ! (inédit)
Jeudi 16 mai à 20:30
18.52m / 3.2% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

12.23 : Le constant change (inédit)
Jeudi 16 mai à 20:00
18.52m / 3.2% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

12.22 : Coup de foudre à Beverly Hill (inédit)
Jeudi 9 mai à 20:00
12.59m / 2.0% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

12.21 : Les Preuves du plagiat (inédit)
Jeudi 2 mai à 20:00
12.48m / 1.9% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

12.20 : Leonard se rebelle (inédit)
Jeudi 25 avril à 20:00
11.84m / 1.8% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant

Kaley Cuoco dans la nouvelle série The Flight Attendant
Kaley Cuoco a créé sa société de productions, Yes, Norman Productions. Elle avait un droit d'option...

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn

Kaley Cuoco | Diffusion + affiches de la série Harley Quinn
Deux affiches promotionnelles de la série animée Harley Quinn, dans laquelle Kaley Cuoco double le...

The Big Bang Theory sur Netflix !

The Big Bang Theory sur Netflix !
Excellente nouvelle pour les fans de la série ! A partir du 01 juillet 2019, les épisodes de la 1ère...

Johnny Galecki bientôt père !

Johnny Galecki bientôt père !
L'interprète de Léonard, Johnny Galecki, a annoncé via les réseaux sociaux une heureuse nouvelle :...

La fin approche, les acteurs laissent leurs empreintes

La fin approche, les acteurs laissent leurs empreintes
Préparez vos mouchoirs, la fin de The Big Bang Theory sera diffusée le 16 mai 2019. Après avoir...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

mnoandco, Hier à 19:41

Il est encore temps de voter au sondage Blacklist afin de départager 5 créations de qualités. Merci

Fiona51092, Hier à 21:56

New sondage sur le quartier Shadowhunters.Qu'avez-vous pensez du final de la série ?

ophjus, Aujourd'hui à 09:13

3 animations et 3 jeux vous attendent sur The Bold Type !

mnoandco, Aujourd'hui à 13:13

L'animation wallpapers New Amsterdam/Doctor Who cherche encore quelques participants pour pimenter le concours.

mnoandco, Aujourd'hui à 13:13

Toutes les instructions sur l'un ou l'autre des quartiers et pas besoin de connaître les séries. Merci !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site