VOTE | 407 fans

#407 : L’Insuffisante Excuse

Résumé : Les réponses de Sheldon lors d'une entrevue avec le FBI mets l'habilitation de Wolowitz en danger.

Popularité


5 - 3 votes

Titre VO
The Apology Insufficiency

Titre VF
L’Insuffisante Excuse

Première diffusion
04.11.2010

Première diffusion en France
04.05.2011

Vidéos

Plus de détails

Scenario: Chuck Lorre, Lee Aronsohn, Maria Ferrari - Réalisation: Mark Cendrowski
Guests:
Eliza Dushku (Angela), Dr. Neil deGrasse Tyson (Lui-même)

A la cafétéria de Cal-Tech, Leonard apprend à ses amis qu'il a décidé de changer de tactique avec les femmes. Il est décidé à assumer sa virilité d'homme et à montrer qu'il a confiance en lui. Il teste sa nouvelle technique de drague sur Rajesh, qui se montre un peu trop réceptif. Puis Howard les rejoind et leur apprend qu'il fait partie de l'équipe chargée de la construction d'un nouveau laser spacial, et dans le cadre de ces expérimentations, le FBI viendra interroger le groupe sur Howard. Rajesh se montre réticent, et avoue avoir peur que de par ses origines indiennes, il ne se fasse expulser du pays. Sheldon se lève, et quitte la table, vexé de n'avoir pas pu amener son propre sujet de conversation.

Raj' est tranquillement assis dans son canapé, en train de lire Twilight, quand quelqu'un frappe à la porte. Il ouvre, et se trouve en face d'une magnifique jeune femme, l'agent du FBI Page, qui vient lui poser des questions sur Howard. Il la fait entrer, mais ne pouvant pas parler, il cherche de l'alcool, et en trouve finalement dans le baba au rhum. Il répond ensuite au questionnaire de l'agent Page, mais est plus occupé à justifier sa présence légale au sein des USA.

Ensuite, l'agent Page se rend au labo pour interroger Leonard. Mais plutôt que de se concentrer sur les questions qu'elle lui pose, Leonard décide de tester sa nouvelle technique de séduction sur elle. Elle lui fait comprendre qu'elle est mariée, aussi Leonard, gêné, redevient lui-même.

Le soir venu, l'agent Page rend visite à Sheldon dans l'appartement. Sheldon se prête au jeu avec réticence au départ, peu enclin à parler au FBI qui lui a refusé les analyses d'excréments retrouvés devant sa porte, mais finalement, il est celui qui répond le mieux aux questions de l'agent. Un peu trop même, puisque dans sa démonstration de l'irresponsabilité de Howard, il laisse échapper le moment où Howard a fait crashé le Mars Rover, un robot appartenant à la NASA et valant des millions de dollars. Satisfaite, l'agent Page quitte l'appartement, sans que Sheldon ne comprenne qu'il vient de faire une énorme gaffe.

Le lendemain, à la cafétéria, Howard débarque, furieux, et apprend à ses amis qu'il ne fait plus partie de l'équipe participant à la construction du laser spacial géant, par leur faute. Leonard et Rajesh avouent s'être mal comporté avec l'agent Page, même si le véritable coupable est Sheldon. Celui-ci ne dit rien, mais il baisse la tête, honteux.

Sheldon rêve. Un rêve dans lequel il est atteint d'insomnie, à cause des informations qu'il a prodigué à l'agent Page, et qui ont coûté la place d'Howard au sein de l'équipe d'ingénieurs. C'est Leonard qui joue le rôle de sa conscience.

Le lendemain, Sheldon rend visite à l'agent Page, afin de retirer ses déclarations. Mais comme il n'a pas menti, elle lui dit qu'il est impossible de les retirer. Aussi Sheldon commence une élogieuse récitation de qualités concernant Howard, espérant que ce soit suffisant pour susciter l'indulgence de l'agent. Malheureusement, ça ne fonctionne pas. Dans une dernière tentative de sauver l'honneur d'Howard, Sheldon laisse échapper que Leonard a manqué de donner des informations capitales à une espionne nord-coréenne. Heureusement pour Leonard, il s'arrête avant que l'agent Page n'ait quoique ce soit à noter.

A Cal-Tech, Sheldon croise Raj dans les couloirs, qui parle avec le Dr. Tyson. Sheldon en profite pour lui dire à quel point il est déçu du fait que Pluton n'est désormais plus considérée comme une planète, puis il se rend à la cafétéria, afin de parler à Howard. Il s'excuse et avoue tout, mais Howard n'est pas prêt à passer l'éponge, et s'en va.

Sheldon rend visite à Penny, au bar du Cheesecake Factory. Il lui demande conseil, et profite pour essayer de boire, en vain. Penny lui explique que parfois, les erreurs que l'on commet ne peuvent être réparées. Malgré tout, Sheldon s'obstine, afin de se débarasser de son sentiment de culpabilité, et il trouve alors la solution : reprogrammer Howard.

Le lendemain, Sheldon arrive à la cafétéria, avec un sac, et l'intention de reprogrammer Howard. Comme cette solution ne fonctionne pas, il tend le sac à Howard, qui en sort un coussin de canapé. Sheldon lui explique qu'il lui offre sa place sur le canapé, en guise d'excuses. Touché, Howard lui pardonne, ce qui émeut Rajesh.

A l'appartement, tandis qu'ils passent la soirée tous ensemble, Howard profite de son cadeau. Mais Sheldon, n'y tenant plus, tient à récupérer sa place, et échange avec Howard. Penny et Leonard ont parié sur le temps que tiendrait Sheldon avant de faire cette réclamation, et c'est Penny qui gagne.

            SCENE : Le restaurant universitaire.

Leonard : Non, sérieusement, je pense que j’ai enfin compris mon problème avec les femmes.

Sheldon : Le capibara est le plus grand membre de la famille des rongeurs.

Leonard : Quel est le rapport avec moi et les femmes ?

Sheldon : Rien. C’était une tentative désespérée d’introduire un sujet de remplacement dans la conversation.

Leonard : Mon problème est que je n’inspire pas confiance. J’ai donc décidé que la prochaine fois que je rencontre une femme, il serait intéressant, plutôt que de se retenir et d’être prudent, d’assumer un rôle plein d’assurance.

Raj : Oh, ouais ? Et ça donne quoi ?

Leonard : Salut. Je suis Leonard. Et vous êtes belle. Vous étincelez et bourdonnez comme l’électricité. Je viens vous cherchez à 20 :00, vous faire passer une nuit que vous n’oublierez jamais.

Raj : Où allons-nous ?

Howard : Bonnes nouvelles. Ca y est, je fais parti de l’équipe pour le satellite de surveillance laser du nouveau Département de la Défense.

Sheldon : Excusez-moi. Si nous changeons de sujet, je crois que je suis prem’s, avec le capibara, un rongeur de la taille d’un bébé hippopotame.

Leonard : Félicitations, Howard.

Howard : Merci. Ecoutez, je dois passer une habilitation de sécurité, donc vous serez peut être auditionnés par le FBI.

Raj : Whoa, whoa, whoa ! Je ne veux pas parler au FBI.

Leonard : Pourquoi pas ?

Raj : Je suis basané et je parle avec un accent.

Howard : Ils ne font qu’une vérification de mes antécédents.

Raj : Je m’en fiche, ils vont trouver une raison pour me donner un billet aller simple pour Gandhi-ville. Soit dit en passant, quand je dis ça, ce n’est pas agressif.

Leonard : Ne sois pas ridicule, Raj. Tu es ici légalement.

Raj : Personne ne s’en soucie. Savez-vous combien de temps cela a pris pour que je puise passer la sécurité dans les aéroports sans avoir eu une coloscopie ?

Sheldon : Vous savez, j’essaye vraiment de rendre nos heures de repas éducatives et informatives, mais votre insistance pour parler de votre propre vie me fait obstacle à chaque fois.

Leonard : Bien, Sheldon, parles-nous de ton rongeur géant.

Sheldon : Non, vous gaspillez votre temps avec moi, et le moment est maintenant passé. Régalez-vous de votre déception, autant que le capibara se régale de ses propres déchets.

 

Générique.

 

                SCENE : L’appartement de Raj.

Raj : Oh, Bella, vous ne voyez pas ? Edward vous repousse, parce qu’il vous aime. J’arrive.

Femme : Dr Koothrappali ? Je suis l’agent spécial Page du FBI. Puis-je entrer ? Je voudrais vous parler de Howard Wolowitz. Oh, je vous remercie. Bon. Depuis combien de temps connaissez-vous M. Wolowitz ?

Raj : Gâteau au rhum ?

Page : Non, merci. Et au sujet de M. Wolowitz …

Raj : Sept ans.

Page : Je vois.

Raj : Je suis dans ce pays légalement, vous savez.

Page : Je suis sûre que vous l’êtes. Maintenant, à votre connaissance, M. Wolowitz a déjà commis un crime ?

Raj : Bien sûr que non. Je suis ici avec un visa H-1B, qui signifie que je ne peut pas être associé d'aucune façon à la criminalité ou des activités criminelles. Et je ne suis pas.

Page : Bien. A votre connaissance, M. Wolowitz a des contacts extérieurs ?

Raj : Non, juste moi. Oh, ça y est. Ca sent la fouille interne.

Page : Excusez-moi ?

Raj : S’il vous plaît ne me renvoyez pas en Inde, c’est tellement bondé ! C’est comme si l’ensemble du pays était un Comic-Con sans fin, sauf que tout le monde porte le même costume, mec indien.

Page : Dr Koothrappali, je ne suis pas …

Raj : J’aime ce pays. Le baseball, la liberté, l’obésité morbide qui se répand ! De la Californie à l’île de New York ! Je suis un vrai Yankee mon pote !

Page : Dr Koothrappali, s’il vous plaît.

Raj : C’est mon pays à moi … la liberté, c’est vraiment super.

 

                SCENE : Le laboratoire de Leonard.

Leonard : Quand Howard a déclaré que le FBI essaierais de me contacter, je m’attendais à Mulder. Content de voir que j’ai Scully.

Page : Qui ?

Leonard : Mulder et Scully. X-Files. « La vérité est ailleurs ». Désolé. Euh, oui, que vouliez vous savoir ?

Page : Vous travaillez avec M. Wolowitz ici à l’université, c’est exact ?

Leonard : Oui. Bien sûr, nous sommes dans différents départements. Il est ingénieur et je suis un physicien expérimental. Vous savez, un de ces gars qui examine les blocs élémentaires de la création et dit : Bonjour, fabricant de l’univers, je vois ce que vous avez fait là, c’est bien.

Page : Bien. Maintenant, comment qualifieriez-vous votre relation avec M. Wolowitz ?

Leonard : Bonne. C’est une bonne relation. Bien entendu, la plupart de mes relations sont bonnes. Probablement parce que je manifeste une grande confiance. Les gens sont attirés, vous savez ? Confiance en soi, pas transpirer.

Page : Savez-vous si M. Wolowitz est membre d’un groupe ?

Leonard : Vous êtes belle, vous le savez ? Vous étincelez et bourdonnez comme l’électricité. Je viens vous chercher à 20 :00, vous faire passer une nuit que vous n’oublierez jamais.

Page : Ca sonne bien.

Leonard : Vraiment ?

Page : Ouais. Est-ce que mon mari des forces spéciales d’1m90 peut venir avec nous ?

Leonard : Est-ce que … Oh, je n’ai pas vu la bague sans mes lunettes, alors … Regardez ça, je commence à transpirer.

 

                SCENE : L’appartement de Leonard et Sheldon.

Leonard : Tu veux y aller ?

Sheldon : Pas particulièrement.

Leonard : Tu pourrais y aller ?

Sheldon : Je suppose que je pourrais si on me demandait.

Leonard : Aurais-tu l’amabilité d’y aller ?

Sheldon : Bien sûr. Pourquoi as-tu besoin de compliquer les choses ?

Page : Dr Cooper ?

Sheldon : Oui.

Page : Je suis l’agent spécial Page du FBI.

Sheldon : Vous dites que vous êtes l’agent spécial Page du FBI.

Page : Voici mon badge.

Sheldon : Et voici ma carte de membre de la Ligue des Justiciers. Mais cela ne prouve pas que je suis Batman.

Page : Je veux juste vous poser quelques questions au sujet de Howard Wolowitz.

Sheldon : Oh, d’accord. Je doute que quiconque risquerait de sévères peines pour se faire passer pour un agent fédéral juste pour poser des questions sur un ingénieur de bas étages, avec un complexe d’Œdipe non résolu.

Page : Je vous remercie.

Sheldon : De mémoire, j’appuie entièrement le FBI dans la mission qui est exprimée grâce à leur devise … ?

Page : Fidélité, courage, intégrité.

Sheldon : Bien. Parlons boulot. Il y a 18 ans, j’ai envoyé des échantillons à votre laboratoire, d’un sac d’excréments qui avait été enflammé sur mon porche … Pour les empreintes digitales et une analyse de l’ADN. Pourquoi n’ai-je toujours pas de réponse ?

Page : Eh bien, le laboratoire du FBI a du pain sur la planche.

Sheldon : C’est un petit réconfort pour une nation qui essaye de gratter ses semelles brûlées.

Page : Cela vous dérange si nous reparlions de M. Wolowitz maintenant ?

Sheldon : Un peu, mais continuer.

Page : Je vous remercie. Pouvez-vous le caractériser comme responsable ?

Sheldon : Je vais répondre à cette question avec une aide visuelle. C’est mon coffret Blu-Ray intégral de la trilogie Le Seigneur des Anneaux que m’a emprunté M. Wolowitz, en endommageant le boîtier plastique du disque numéro trois … et puis il me l’a rendu, en espérant que je ne remarquerais rien. Diriez-vous que cela est responsable ?

Page : C’est vraiment pas le genre de chose qui nous intéresse.

Sheldon : Vous m’avez entendu dire Blu-Ray ?

Page : Oui.

Sheldon : Très bien. Seriez-vous intéressé, en sachant que M. Wolowitz s’est faufilé sur mon compte World of Warcraft et a changé le nom d’un démoniste niveau 80 en Smeldor au lieu de Sheldor ?

Page : J’ai bien peur que non. y a-t-il autre chose ?

Sheldon : « Y a-t-il autre chose » ? Où aimeriez-vous commencer ? Il refuse de payer ses amendes quand il est en retard avec les livres que je lui prête. Il a écrasé le robot martien en tentant d’impressionner une femme. Il m’a recommandé d’aller voir le troisième volet de Matrix parce qu’il était, je le cite, « aussi bon que le premier ». Si ce n’est pas irresponsable, je ne sais pas ce que c’est.

Page : Le robot martien ?

Sheldon : Ai-je dit le robot martien ?

Page : Vous l’avez.

Sheldon : Cela a était en fait un exemple mal choisi, car il n’avait rien à voir avec moi.

Page : Oui, eh bien, parlons de ce sujet là.

Sheldon : Je ne veux pas. Non pas que ma répugnance pour discuter du sujet doit être interprétée comme la preuve de la culpabilité d’Howard Wolowitz dans la destruction des biens très onéreux du gouvernement.

Page : Je vous remercie, Dr Cooper. Je pense avoir tout ce qu’il me faut.

Sheldon : Oh, très bien. J’avais peur que vous vous focalisiez sur cet incident du robot martien.

 

                SCENE : Le restaurant universitaire.

Howard : Hey, les copains. Devinez qui n’a pas eu l’habilitation de sécurité pour travailler sur le laser spatial géant ?

Leonard : Qu’est-il arrivé ?

Howard : Apparemment, le retour des interviews n’est pas bon. Les gars, vous ne savez rien à ce sujet ?

Raj : Eh bien, en fait, j’étais peut-être un peu pompette quand je lui ai parlé.

Leonard : Et j’ai peut-être frappé sur elle un peu.

Raj : J’ai peut-être projeté du gâteau au rhum sur ses chaussures.

Howard : Je vois. Eh bien, il est bon de savoir, que quand j’ai besoin de vous les gars, je peux toujours compter sur vous pour pas assurer et tout gâcher.

Leonard : Je me sens mal.

Raj : Ah, moi aussi.

Leonard : Pour vous dire la vérité, j’ai pensé que si quelqu’un allait balancer des choses sur Howard, ce serait Sheldon.

Sheldon : Eh bien, vos attentes ont été corrompues. Ah ah.

 

                SCENE : L’appartement de §Leonard et Sheldon.

Leonard : Que fais-tu ?

Sheldon : Le sommeil me fuit, Leonard.

Leonard : Vraiment ? Peut-être que le sommeil t’as rencontré.

Sheldon : Une moquerie ? C’est tout ce que tu as à offrir ?

Leonard : Je suis désolé. Pourquoi ne pas dormir ?

Sheldon : Qui sait ? Je n’ai pas regardé de films d’horreur, récemment. Je ne suis plus obsédé par pourquoi la masse prédite du vide quantique a peu d’effet sur l’expansion de l’univers. Et cela fait des semaines que j’ai pris cette gorgée accidentelle de Red Bull.

Leonard : Est-il arrivé quelque chose aujourd’hui qui te déranges ?

Sheldon : Eh bien, j’ai mentionné l’incident du robot martien à cet agent du FBI et cela a probablement coûter à Howard son habilitation de sécurité.

Leonard : Quoi ?

Sheldon : Mais pourquoi cela devrait-il me poursuivre ?

Leonard : Parce que tu te sens coupable ?

Sheldon : Intéressant. Tu dis donc que mon insomnie est causée par une mauvaise conscience.

Leonard : En fait, tu n’as pas d’insomnie. Tu es en train de dormir.

Sheldon : Excuse-moi ?

Leonard : Tu fais un rêve de culpabilité.

Sheldon : As-tu des preuves pour appuyer cette hypothèse ?

Leonard : Que dirais-tu de Gorn assis sur le canapé ?

Sheldon : Cala semble assez concluant. Non, Gorn, non. ca c’est ma place.

 

                SCENE : Le bureau de Page.

Sheldon : Merci d’avoir accepté de me voir, agent Page.

Page : Merci pour avoir déposé une plainte à mon supérieur, Dr Cooper. Je comprends vous voulez vous rétracter sur votre déclaration au sujet d’Howard Wolowitz.

Sheldon : Oui.

Page : Votre déclaration était fausse ?

Sheldon : Non.

Page : Dans ce cas, je crains que vous ne puissiez pas la retirer.

Sheldon : Je suis désolé. Je ne me souviens pas que vous aillez dis « juré craché ».

Page : Y a-t-il autre chose ?

Sheldon : Oui. Je tiens à offrir une déclaration élogieuse à propos d’Howard et les nombreuses et excellentes qualités, que je crois, feront pencher la balance en sa faveur. Howard Joel Wolowitz. H pour honnêteté, qu’il a beaucoup. O, pour remarquable, dont il est l’exemple. W pour l’esprit, dont il ne manque pas pour ses blagues. A pour artistique, sa capacité …

Page : Je suis désolée. M. Cooper, le dossier est déjà clos.

Sheldon : Mais j’ai encore R et D à faire.

Page : Il est clos.

Sheldon : Je ne comprends pas pourquoi vous vous acharnez sur mon ami, Howard, alors qu’il y a des menaces beaucoup plus graves pour la sécurité. Par exemple, la première fois que j’ai rencontré Leonard, il était sur le point de divulguer des secrets sur des roquettes à un espion nord-coréen, et aucun agent n’a enquêté la dessus.

Page : Vous parlez de Leonard Hofstadter ?

Sheldon : Non, d’un autre Leonard. Il est… chinois, cheveux roux, six doigts. Au revoir.

 

                   SCENE : L’université.

Sheldon : Raj. As-tu vu Howard ?

Raj : Je pense qu’il est en train de déjeuner. Euh, Sheldon, je voudrais te présenter à Neil DeGrasse Tyson du Hayden Planétarium à New York.

Sheldon : Je connais bien le Dr Tyson. Il est responsable de la rétrogradation de Pluton du statut de planète. J’ai aimé Pluton. Ergo, je ne vous aime pas.

Dr Tyson : Mais en fait, je n’ai pas rétrogradé Pluton. Cela a été un vote de l’Union Internationale d’Astronomie.

Sheldon : Si les « si » et les « mais » étaient des bonbons et des noix, nous serions tous joyeux à Noël. Pensez-y, Dr Tyson.

Dr Tyson : Est-ce le gars dont vous me parliez ?

Raj : Oh, ouais.

Sheldon : Howard. La personne en cause pour ne pas avoir eu ton habilitation de sécurité, c’est moi.

Howard : Toi ?

Sheldon : Oui, mais avant de te fâcher, je veux que tu saches que je suis allé au FBI pour revenir sur ma déclaration.

Howard : Et ils étaient d’accord ?

Sheldon : Non, tout ce que j’ai fait, c’est empirer les choses. En tout cas, j’ai été criblé de culpabilité, ce qui a fait que Gorn a infecté mon sommeil paradoxal. Donc, je suis ici maintenant pour te dire que je suis désolé.

Howard : Tu te moques de moi ? Tu m’as fais perdre deux années de carrière, et tu penses que cela va aller avec « je suis désolé » ?

Sheldon : Oui. J’ai suivi le protocole social. J’ai essayé de réparer mes torts, et quand je n’ai pas réussi à le faire, j’ai prononcé des excuses sincères. Maintenant, tu dois dire, excuses acceptées et je t’offre un tape m’en cinq unique.

Howard : Tes excuses ne sont pas acceptées.

Sheldon : Tu me fais une blague. C’est ça, n’est-ce pas ?

Howard : Laisse-moi tranquille, Sheldon.

Dr Tyson : Dr Cooper, je voulais que vous sachiez que je suis désolé pour le rôle que j’ai joué dans la matière de Pluton.

Sheldon : Oh, taisez-vous.

 

                   SCENE : Le Cheesecake Factory.

Penny : Sheldon ?

Sheldon: Salut.

Penny: Qu’est-ce que tu fais ici?

Sheldon : J’ai des problèmes, Penny. Je viens les déverser à l’oreille attentive du barman local.

Penny : Tu sais, ils ont un bar vraiment sympa plus loin à l’Olive Garden.

Sheldon : Je n’aime pas l’Olive Garden. Ils me traitent comme un membre de leur famille.

Penny : Très bien, Sheldon. Que puis-je faire pour toi ?

Sheldon : Alcool.

Penny : Tu pourrais être un peu plus précis ?

Sheldon : Alcool éthylique. 40 millilitres.

Penny : Je suis désolée, chéri. Je ne connais pas les millilitres.

Sheldon : Ah ! Pauvre président James « Jimmy » Carter. Il a lancé l’Amérique au système métrique mais a simplement abandonné. Il se demande pourquoi il a été président qu’un semestre.

Penny : Ca fait environ 40 millilitres ?

Sheldon : Plus ou moins.

Penny : Bien. Maintenant, où en étions-nous ?

Sheldon : Je crois que tu étais sur le point de me demander de choisir un cocktail. Heureusement, grâce aux alcooliques doués en informatique, il y a une application pour ça. Voyons voir. Harvey Wallbanger. Euh. Sex on the beach. Je ne pense pas. Rob Roy, Silk Slipper, Mad Hatter. Ooh ! Je voudrais un Rosewater Ricky.

Penny : Un quoi ?

Sheldon : Tu as besoin de cerises au brandy dénoyautées, de gin, d’eau de rose, de quelques gouttes d’Angostura et de rhum ambré. Premièrement, écraser les cerises avec le sucre, puis les arroser avec le rhum et quelques gouttes d’Angostura. Faire flamber le rhum caramel …

Penny : Et voilà, un Rosewater Ricky.

Sheldon : Ce n’est pas à ça qu’il ressemble sur l’image.

Penny : Oh, tu sais, tous les barmans le font différemment. Pourquoi ne pas faire un essai.

Sheldon : D’accord. Au système métrique. Je ne sens pas les cerises.

Penny : D’accord. Sheldon, qu’est-ce qu’il se passe ?

Sheldon : J’ai fait du tort à Howard, et il n’accepte pas mes excuses.

Penny : Oh, c’est vrai. Oui, Leonard me l’a dit. Désolée, chéri.

Sheldon : Penny, tu fais face à l’échec quotidiennement. Comment gères-tu ?

Penny : Je bois.

Sheldon : A boire. Non. Oh, si seulement il y avait une façon de forcer Howard à accepter mes excuses afin que je puisse échapper à ces miasmes de la culpabilité.

Penny : Tu sais, parfois les choses se passent, et il n’y a rien que tu puisses faire à ce sujet. Par exemple, Lisa Peterson ne m’a pas parlé depuis la terminale, parce que peu importe comment tu présentes tes excuses, tu ne peux pas revenir en arrière et voler le petit ami de quelqu’un.

Sheldon : Je vois. Tu es en train de me dire que je suis face à un scénario impossible de la Starfleet Académie : le Kobayashi Maru.

Penny : Exactement. Parfois, tu ne peux pas gagner.

Sheldon : Le capitaine Kirk a gagné.

Penny : Kirk a triché.

Sheldon : Impressionnant que tu saches ça. Difficile à croire que je suis en train d’avoir cette conversation avec toi.

Penny : Juste là avec toi.

Sheldon : Kirk a battu Kobayashi Maru en reprogrammant le simulateur. C’est ça !

Penny : Quoi ?

Sheldon : Je vais reprogrammer Howard.

Penny : Quoi ? Sheldon, tu ne peux pas reprogrammer les gens.

Sheldon : Non, tu ne peux pas reprogrammer les gens. A James Tibère Kirk.

 

                   SCENE : Le restaurant universitaire.

Sheldon : Bonjour à tous.

Leonard : Bonjour.

Raj : Hey.

Sheldon : Howard, tu te sens mieux à propos de moi aujourd’hui, n’est-ce pas ?

Howard : Pas vraiment.

Sheldon : Si, tu l’es. J’utilise la programmation neurolinguistique, afin de modifier tes pensées habituelles.

Howard : Oh. Va-t’en, Sheldon.

Sheldon: Il y a un e-book de 9,95 $ dans les égouts.

Raj : Qu’est-ce qu’il y a dans le sac ?

Sheldon : C’est pour Howard.

Howard : Oh, Sheldon, tu ne peux pas résoudre ce problème avec des cadeaux.

Sheldon : Cependant, je t’ai blessé, et que tu me pardonnes ou non, je veux te donner ça.

Howard : Tu me donnes un coussin de canapé ?

Sheldon : Non. Le coussin est purement symbolique. Je te donne ma place sur le canapé.

Howard : Mais tu aimes cet endroit.

Sheldon : Non. J’aime ma mère. Mes sentiments pour ma place sont beaucoup plus importants. Il est le lieu singulier dans l’espace autour duquel tourne mon univers tout entier. Et maintenant, c’est le tiens.

Raj : Oh, mon Dieu, mon pote. Maintenant, tu dois lui pardonner.

Howard : D’accord. Excuses acceptées.

Sheldon : Tapes m’en cinq. Pas trop fort. Merci.

Raj : Je n’ai pas pleuré comme ça depuis Toy Story 3.

 

                   SCENE : L’appartement de Leonard et Sheldon.

Howard : Je dois te dire, Sheldon, je comprends pourquoi tu as choisi cet emplacement. La température est bonne, et il n’y a aucun courant d’air. Je peux voir la télévision, et je peux toujours parler à …

Sheldon : J’ai changé d’avis. Sors de ma place.

Penny : Combien de temps ?

Leonard : 94 secondes.

Fin de l’épisode.

Scene: The University Cafeteria.

Leonard: No, seriously, I think I’ve finally figured out my problem with women.

Sheldon: The capybara is the largest member of the rodent family.

Leonard: What does that have to do with me and women?

Sheldon: Nothing. It was a desperate attempt to introduce an alternate topic of conversation.

Leonard: My problem is, I don’t project confidence. So I decided that the next time I meet a woman I think is attractive, rather than holding back and being cautious, I’m going to assume the mantle of self-assurance.

Raj: Oh, yeah? What’s that look like?

Leonard: Hi. I’m Leonard. And you are beautiful. You pop, sparkle and buzz electric. I’m going to pick you up at eight, show you a night you will never forget.

Raj: Where are we going?

Howard: Good news. I made it onto the team for the new Defence Department laser-equipped surveillance satellite.

Sheldon: Excuse me. If we’re changing topics, I believe I have first dibs with capybara, a rodent the size of a baby hippo.

Leonard: Congratulations Howard.

Howard: Thanks. Listen, I have to get a security clearance, so you guys might be hearing from the FBI.

Raj: Whoa, whoa, whoa! I don’t want to speak to the FBI.

Leonard: Why not?

Raj: I’m brown and I talk funny.

Howard: They’re just doing a background check on me.

Raj: It doesn’t matter. They’ll find a reason to give me a one-way ticket back to Gandhi-ville. By the way, when I say that, it’s not offensive.

Leonard: Don’t be ridiculous, Raj. You’re here legally.

Raj: Nobody cares. Do you know how long it’s been since I got through airport security without being given a colonoscopy?

Sheldon: You know, I try very hard to make our lunch hours educational and informative, but your insistence on talking about your own lives stymies me at every turn.

Leonard: Fine, Sheldon, tell us about your giant rodents.

Sheldon: No, you squandered your time with me, and the moment has now passed. Feast on your disappointment, much as the capybara feasts on its own waste.

Credits sequence.

 

Scene: Raj’s apartment. Raj is reading New Moon.

Raj: Oh, Bella, don’t you see? Edward’s only pushing you away because he loves you. (Knock on door) Coming.

Woman at Door: Dr. Koothrappali? (Raj nods) I’m Special Agent Page, FBI. May I come in? (Nods again) I’d like to talk to you about Howard Wolowitz. (Indicates sofa) Oh, thank you. All right. Well, how long have you known Mr. Wolowitz?

Raj (Holds up finger to indicate he will be right back. Runs to kitchen. Tries to drink wine but bottle is empty. Looks in fridge and finds rum cake. Comes back stuffing a piece in his mouth): Rum cake?

Page: No, thanks. Now, about Mr. Wolowitz.

Raj: Seven years.

Page: I see.

Raj: I’m in this country legally, you know.

Page: I’m sure you are. Now, to your knowledge, has Mr. Wolowitz ever committed a crime?

Raj: Of course not. I’m here on an H-1B visa, which means I can’t be associated in any way with crime or criminal activity. And I’m not.

Page: Good. To your knowledge, does Mr. Wolowitz have any foreign contacts?

Raj: No, just me. Oh, there it is. Here comes a cavity search.

Page: Excuse me?

Raj: Please don’t send me back to India, it’s so crowded. It’s like the whole country is one endless Comic-Con, except everybody’s wearing the same costume, Indian Guy.

Page: Dr. Koothrappali, I’m not…

Raj: I love this country! The-the baseball, the freedom, the rampant morbid obesity! From California to the New York Island, I’m a real Yankee Doodle boy!

Page: Dr. Koothrappali, please.

Raj: My country ’tis of thee, duh duh duh liberty, It’s really great.

Scene: Leonard’s lab.

Leonard: So, when Howard said the FBI would be contacting me, I was expecting Mulder. Glad to see I got Scully.

Page: Who?

Leonard: Mulder and Scully. X-Files. The truth is out there. Never mind. Uh, so, what would you like to know?

Page: You work with Mr. Wolowitz here at the university, correct?

Leonard: Yes. Of course, we’re in different departments. He’s an engineer and I’m an experimental physicist. You know, one of those guys who examines the building blocks of creation and says, Hello, maker of the universe, I see what you did there. Good one.

Page: Right. Now, how would you characterize your relationship with Mr. Wolowitz?

Leonard: Good. It’s a good relationship. Of course, most of my relationships are good. Probably because I exude confidence. People are drawn to that, you know? Confidence, not exuding.

Page: Do you know of any groups Mr. Wolowitz is a member of?

Leonard: You are beautiful, you know that? You pop, sparkle and buzz electric. I’m going to pick you up at eight, show you a night you will never forget.

Page: Sounds great.

Leonard: Really?

Page: Yeah. Can my six-foot-two Navy SEAL husband come with us?

Leonard: Is that, oh, my, I didn’t see the ring with my glasses off, so, look at that, I’m starting to exude.

Scene: The apartment. There is a knock on the door.

Leonard: Want to get that?

Sheldon: Not particularly.

Leonard: Could you get that?

Sheldon: I suppose I could if I were asked.

Leonard: Would you please get that?

Sheldon: Of course. Why do you have to make things so complicated?

Page: Dr. Cooper?

Sheldon: Yes.

Page: I’m Special Agent Page, FBI.

Sheldon: You say you’re Special Agent Page, FBI.

Page: Here’s my I.D.

Sheldon: And here is my Justice League membership card. But that doesn’t prove I know Batman.

Page: I just want to ask you a few questions about Howard Wolowitz.

Sheldon: Oh. All right. I doubt anyone would risk the stiff penalties for impersonating a federal officer just to ask questions about a minor league engineer with an unresolved Oedipal complex.

Page: Thank you.

Sheldon: For the record, I truly support the FBI in the mission which is expressed through their motto?

Page: Fidelity, bravery, integrity?

Sheldon: Correct. Now to business. 18 years ago, I sent the FBI Crime Lab samples from a bag of excrement that had been lit on fire on my front porch for fingerprinting and DNA analysis. Why haven’t I heard back yet?

Page: Well, the FBI Crime Lab does have a lot on its plate.

Sheldon: That’s of little comfort to a nation attempting to scrape burning feces off its shoes.

Page: Would you mind if we talked about Mr. Wolowitz now?

Sheldon: A little, but go on.

Page: Thank you. Would you characterize him as responsible?

Sheldon: I’m going to answer that with a visual aid. This is my nine-disc complete Lord of the Rings trilogy blu-ray set.  Mr. Wolowitz borrowed it, damaged plastic retention hub number three, and then returned it to me, hoping I wouldn’t notice. Would you characterize that as responsible?

Page: That’s really not the sort of thing we’re interested in.

Sheldon: You heard me say blu-ray, right?

Page: I did.

Sheldon: Very well. Would you be interested in knowing that Mr. Wolowitz once snuck onto my World of Warcraft account and changed the name of a certain level-80 warlock from Sheldor to Smeldor?

Page: I’m afraid not. Is there anything else?

Sheldon: Is there anything else? Where would you like to start? He refuses to pay fines when he’s overdue with books I lend him. He crashed the Mars Rover while attempting to impress a woman. He recommended that I go see the third Matrix movie because it was, and I quote, just as good as the first one. If that’s not irresponsible, I don’t know what is.

Page: The Mars Rover?

Sheldon: Did I say Mars Rover?

Page: You did.

Sheldon: That was actually a poorly chosen example, as it had nothing to do with me.

Page: Yes, well, let’s talk about it anyway.

Sheldon: I don’t want to. Not that my disinclination to discuss the topic should be interpreted as evidence of Howard Wolowitz’s culpability in the destruction of government property worth millions of dollars.

Page: Thank you, Dr. Cooper. I think I have all I need.

Sheldon: Oh, good. I was afraid you were going to fixate on that Mars Rover incident.

Scene: The cafeteria.

Howard: Hey, buddies. Guess who didn’t get security clearance to work on the giant space laser?

Leonard: What happened?

Howard: Apparently, the background interviews didn’t go well. You guys wouldn’t know anything about that, would you?

Raj: Well, actually, I may have gotten a little tipsy when I talked to her.

Leonard: And I may have hit on her a little bit.

Raj: I may have thrown up rum cake on her shoes.

Howard: I see. Well, it’s good to know, when I need you guys, I can always count on you to step up and ruin everything.

Leonard: I feel awful.

Raj: Ah, me, too.

Leonard: To tell you the truth, I thought if anyone was going to screw things up for Howard, it’d be Sheldon.

Sheldon: Well, your expectations have been subverted. Aha.

Scene: The apartment.

Leonard: What are you doing up?

Sheldon: Sleep eludes me, Leonard.

Leonard: Really? Maybe sleep has met you before.

Sheldon: Mockery? That’s all you have to offer?

Leonard: I’m sorry. Why can’t you sleep?

Sheldon: Who knows? I haven’t watched any scary movies recently. I’m no longer obsessing over why the predicted mass of the quantum vacuum has little effect on the expansion of the universe. And it’s been weeks since I took that accidental sip of Red Bull.

Leonard: Did something happen today that’s bothering you?

Sheldon: Well, I did mention the Mars Rover incident to that FBI agent and probably cost Howard his security clearance.

Leonard: What?

Sheldon: But why should that keep me up?

Leonard: Because you feel guilty?

Sheldon: Interesting. So you’re saying my insomnia is caused by a guilty conscience.

Leonard: Actually, you don’t have insomnia. You’re sleeping now.

Sheldon: Excuse me?

Leonard: You’re having a guilt-ridden dream.

Sheldon: Do you have any evidence to support that hypothesis?

Leonard: How about that Gorn sitting on the couch?

Sheldon: That seems fairly conclusive. (In his bed) No, Gorn, no. That’s where I sit.

Scene: Agent Page’s Office.

Sheldon: Thank you for agreeing to see me, Agent Page.

Page: Thank you for filing a complaint with my superior, Dr. Cooper. I understand you want to recant your statement about Howard Wolowitz.

Sheldon: Yes.

Page: Was your statement untrue?

Sheldon: No.

Page: Then I’m afraid you can’t withdraw it.

Sheldon: I’m sorry. I don’t recall you saying no backsies.

Page: Is there anything else?

Sheldon: Yes. I’d like to offer a laudatory statement about Howard’s many excellent qualities that I believe will tip the scales back in his favour. Howard Joel Wolowitz. H is for honesty, of which he has much. O’s for outstanding, which he is such. W’s for witty, he’s quick with a joke. A’s for artistic, his ability…

Page: I’m sorry, Dr. Cooper, this matter is already closed.

Sheldon: But I still have rd Joel Wolowitz left to go.

Page: It’s closed.

Sheldon: I don’t understand why you people are picking on my friend, Howard, when there are much more serious security threats to pursue. For instance, when I first met Leonard, he was on the verge of giving away rocket secrets to a North Korean spy, and not one agent ever investigated that.

Page: This is Leonard Hofstadter?

Sheldon: No, it’s a different Leonard. He’s Chinese, red hair, six fingers. Good-bye.

Scene: A corridor at the university.

Sheldon: Raj. Have you seen Howard?

Raj: I think he’s eating lunch. Uh, Sheldon, I want you to meet Neil deGrasse Tyson from the Hayden Planetarium in New York.

Sheldon: I’m quite familiar with Dr. Tyson. He’s responsible for the demotion of Pluto from planetary status. I liked Pluto. Ergo I do not like you.

Dr Tyson: But I actually didn’t demote Pluto. That was a vote of the International Astronomical Union.

Sheldon: If ifs and buts were candy and nuts, we’d all have a merry Christmas. Think about that, Dr. Tyson.

Dr Tyson: Is that the guy you were telling me about?

Raj: Oh, yeah.

Scene: The cafeteria.

Sheldon: Howard. The person at fault for you not getting a security clearance is me.

Howard: You?

Sheldon: Yes, but before you get upset, I want you to know I went to the FBI and retracted my statement.

Howard: And they were okay with that?

Sheldon: No. If anything, I made it worse. In any case, I have been riddled with guilt, which is causing Gorn-infested REM sleep. So, I’m here now to say I’m sorry.

Howard: Are you kidding me? You’ve set my career back at least two years, and you think you can make it right with I’m sorry?

Sheldon: Yes. I followed the social protocol. I attempted to right the wrong, and when I failed to do so I delivered a heartfelt apology. Now you say apology accepted, and I will offer you a one-time-only high five.

Howard: Your apology is not accepted.

Sheldon: You’re tricking me. It really is, isn’t it?

Howard: Leave me alone, Sheldon.

Dr Tyson: Dr. Cooper, I just wanted you to know I’m sorry for the role I played in the Pluto matter.

Sheldon: Oh, shut up.

Scene: The bar of the Cheesecake Factory.

Penny: Sheldon?

Sheldon: Hello.

Penny: What are you doing here?

Sheldon: I have troubles, Penny. I’ve come to pour them out to the sympathetic ear of the local barkeep.

Penny: You know, they have a really nice bar over at the Olive Garden.

Sheldon: I don’t like the Olive Garden. They treat me like family.

Penny: Okay, Sheldon. What can I get you?

Sheldon: Alcohol.

Penny: Could you be a little more specific?

Sheldon: Ethyl alcohol. 40 millilitres.

Penny: I’m sorry, honey, I don’t know millilitres.

Sheldon: Ah. Blame President James “Jimmy” Carter. He started America on a path to the metric system but then just gave up. He wonders why he was a one-term president.

Penny (pouring out a shot of tequila): Would you say that’s about 40 milliliters?

Sheldon: More or less.

Penny: Great. (Drinks the tequila) Now, where were we?

Sheldon: I believe you were about to ask me to choose a cocktail. Fortunately, thanks to computer-savvy alcoholics, there’s an app for that. Let’s see. Harvey Wallbanger. Eh. Sex on the Beach. I hardly think so. Rob Roy, Silk Slipper, Mad Hatter. Ooh! I’ll have a Rosewater Ricky.

Penny: A what?

Sheldon: You’ll need pitted, brandied cherries, gin, rosewater, angostura bitters and overproofed rum. Now, first, dust the cherries with sugar, then spray them with a mixture of rum and bitters. Then ignite the rum, caramel…

Penny (pouring out a shot of tequila): Here you go, one Rosewater Ricky.

Sheldon: That’s not how it looks in the picture.

Penny: Oh, yeah, you know, every bartender makes it differently. Why don’t you give it a try.

Sheldon: All right. To the metric system. (Knocks back drink. Spits it all back into glass.) I can’t taste the cherries.

Penny: All right. Sheldon, what’s on your mind?

Sheldon: I wronged Howard, and he won’t accept my apology.

Penny: Oh, right, that. Yes, Leonard told me. Sorry, honey.

Sheldon: Penny, you face failure on a daily basis. How do you cope?

Penny: I drink.

Sheldon: To drinking. (Knocks back drink and spits it out again.) Nope. Oh, if only there were some way to force Howard to accept my apology so I could escape this miasma of guilt.

Penny: You know, sometimes stuff just happens, and there’s nothing you can do about it. For example, Lisa Peterson hasn’t talked to me since the 11th grade, because no matter how much you apologize, you can’t go back and un-dry-hump someone’s boyfriend.

Sheldon: I see. You’re saying I’m facing Starfleet Academy’s unwinnable command scenario, the Kobayashi Maru.

Penny: Exactly. Sometimes you can’t win.

Sheldon: Captain Kirk won.

Penny: Kirk cheated.

Sheldon: Impressive that you know that. It’s hard to believe I’m actually having this conversation with you.

Penny: Right there with you.

Sheldon: Kirk beat the Kobayashi Maru by reprogramming the simulator. That’s it.

Penny: What?

Sheldon: I’ll reprogram Howard.

Penny: What? Sheldon, you can’t reprogram people.

Sheldon: No, you can’t reprogram people. To James Tiberius Kirk. (Drinks. Leaves. Comes back and spits it out again.)

Scene: The cafeteria.

Sheldon: Hello, all.

Raj: Hello.

Leonard: Hey.

Sheldon: Howard, you’re feeling better about me today, aren’t you?

Howard: Not really.

Sheldon: Yes, you are. I’m using neurolinguistic programming to modify your thought patterns.

Howard: Oh. Go away, Sheldon.

Sheldon: There’s a nine ninety five e-book down the drain.

Raj: What’s in the bag?

Sheldon: It’s for Howard.

Howard: Oh. Sheldon, you can’t fix this with gifts.

Sheldon: Nevertheless, I’ve hurt you, and whether you forgive me or not, I want you to have this.

Howard: You’re giving me a couch cushion?

Sheldon: No. The cushion is merely symbolic. I’m giving you my spot on the couch.

Howard: But you love that spot.

Sheldon: No. I love my mother. My feelings for my spot are much greater. It is the singular location in space around which revolves my entire universe. And now it’s yours.

Raj: Oh, my God, dude. Now you have to forgive him.

Howard: All right. Apology accepted.

Sheldon: High five. Not too hard. Thank you.

Raj: I haven’t cried like this since Toy Story 3.

Scene: The apartment.

Howard: I got to tell you, Sheldon, I understand why you chose this spot. I mean, the temperature is good, but there’s no draft. I can see the television, but I can still talk to…

Sheldon: I changed my mind. Get out of my spot.

Penny: How long?

Leonard: 94 seconds.

Source : Big Bang Theory Transcript

Kikavu ?

Au total, 96 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

DrumLiet 
07.01.2020 vers 19h

Gwenyfar 
02.01.2020 vers 20h

pilato 
28.08.2019 vers 15h

stella 
25.02.2019 vers 13h

Kaleydu35 
23.01.2019 vers 20h

chocoubl 
11.11.2018 vers 11h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

HypnoCup

Quel est ton personnage préféré ?

Clique ici pour voter

Ne manque pas...

HypnoChannel fête la Saint Valentin avec un bouquet de vidéos !
Notre cadeau | Un bouquet de vidéos !

HypnoCup 2020: La Finale!
La Finale | Teaser YouTube

Activité récente
Prochaines diffusions
Logo de la chaîne NRJ 12

12.13 : L'Asymétrie du prix Nobel (inédit)
Samedi 29 février à 21:05

12.15 : Semence-abstinence (inédit) à 21:55

Logo de la chaîne NRJ 12

12.16 : Spécial Donjons et Dragons (inédit)
Samedi 7 mars à 21:05

Dernières audiences
Logo de la chaîne NRJ 12

12.10 : Magnéto Sheldon ! (inédit)
Samedi 22 février à 21:05
0.29m / 1.4% (Part)

Logo de la chaîne NRJ 12

12.07 : La Dérivation des subventions (inédit)
Samedi 15 février à 21:05
0.25m / 1.2% (Part)

Logo de la chaîne NRJ 12

12.04 : La trahison de Tam (inédit)
Samedi 8 février à 21:05
0.48m / 2.3% (Part)

Logo de la chaîne NRJ 12

12.01 : Configuration matrimoniale (inédit)
Samedi 1 février à 21:05
0.39m / 1.8% (Part)

Toutes les audiences

Actualités
Kaley Cuoco a fait un caméo dans Young Sheldon

Kaley Cuoco a fait un caméo dans Young Sheldon
Vous ne l'avez peut-être pas remarqué... mais en décembre dernier, Kaley Cuoco a rendu visite à...

Kaley Cuoco en tournage de la série The Flight Attendant

Kaley Cuoco en tournage de la série The Flight Attendant
Kaley Cuoco est actuellement en tournage de la série The Flight Attendant créée par Steve Yockey....

Johnny Galecki est papa

Johnny Galecki est papa
Johnny Galecki, l'interprête de Leonard, est devenu papa pour pour la première fois le 4 décembre...

People's Choice Awards 2019 : la série récompensée !

People's Choice Awards 2019 : la série récompensée !
A l'occasion de la 45e cérémonie des People's Choice Awards qui s'est tenue ce 11 novembre 2019, The...

Prix Nobel de Physique

Prix Nobel de Physique
Le mardi 8 octobre 2019 a eu lieu, à Stokholm, la remise du Prix Nobel de Physique. Ulf Danielsson,...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

pretty31, Avant-hier à 19:03

Nouveau duel sur Haven, A travers la faille : Wisteria Lane (Desperate Housewives) vs Stars Hollow (Gilmore Girls)

ShanInXYZ, Hier à 17:18

Derniers jours pour voter pour le concours de wallpapers sur le Quartier Doctor Who, n'oubliez pas de passer jetez un coup d'oeil

cinto, Aujourd'hui à 18:33

Vous pouvez encore voter aux sondages "Ma sorcière Bien aimée" et "The Tudors"...Merci.

SeySey, Aujourd'hui à 20:03

Bonsoir! Je cherche 1 ou 2 volontaires pour les calendrier mars des quartiers Outlander & Suits ^^

SeySey, Aujourd'hui à 20:03

Merci d'avance

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site

Retrouvez la chaine Hypnoweb.net
sur Blasting News